AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Lena Grumbach (Traducteur)Catherine Marcus (Traducteur)
EAN : 9782742781799
375 pages
Éditeur : Actes Sud (02/03/2009)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.77/5 (sur 2956 notes)
Résumé :
Dans les rochers proches de Fjàllbacka, le petit port touristique suédois dont il était question dans La Princesse des glaces, on découvre le cadavre d'une femme. L'affaire se complique quand apparaissent, plus profond au même endroit, deux squelettes de femmes...
L'inspecteur Patrik Hedstrôm est chargé de l'enquête en cette période estivale où l'incident pourrait faire fuir les touristes et qui, canicule oblige, rend difficiles les dernières semaines de gros... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (247) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  13 septembre 2016
J'ai été plus que déçu par le prédicateur. Alors, fans inconditionnels de Camilla Läckberg, peut-être feriez-vous mieux de passer à une autre critique. Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que j'avais plutôt bien aimé le premier roman de l'auteur, La princesse des glaces. Cette femme, Erica Falck, déterminée, qui lutte contre tout et tous pour faire découvrir la vérité sur la mort de son amie d'enfance, est aidée éventuellement par le policier Patrik Hedström. Ils ont formé une belle équipe qui a résolu un crime horrible et leur relation professionnelle les a rapprochés à un point tel qu'ils sont devenus inséparables, un couple.
Malheureusement, dans le deuxième tome, le prédicateur, la formule ne prend pas aussi bien. D'abord, l'équipe qu'ils ont formée n'est plus que l'ombre d'elle même : les deux vivent des aventures parralèlles. Alors que Patrik est en charge d'une enquête policière importante, Erica est enceinte et reste à la maison. Et, par-dessus le marché, elle doit se taper des distants parents qui profitent de de son hospitalité et de sa gentillesse. Il est un peu difficile à croire que des individus puissent exploiter ainsi une femme à quelques semaines d'accoucher. Et, quand elle décide que c'est assez, Erica ne leur explique pas qu'ils exagèrent, non, elle explose en écrasant un cornet de crème glacée sur la tête de l'un d'eux. Il s'agit d'un exemple parmi tant d'autres. Ce n'est tellement pas le personnage qu'on a connu dans le premier tome. J'ai souvent entendu que la grossesse pouvait rendre les femmes plus émotives, mais jamais stupides ni changer complètement leur personnalité. Camilla Läckberg passe du roman policier à la chick-lit.
Pour revenir à l'enquête de Patrik, elle est correcte, sans plus. Depuis le milieu de roman, je me doutais de l'identité du coupable et c'est sans grande surprise que mes soupçons se sont avérés à la fin. L'enquête a été menée plutôt rondement, ça manquait de crédibilité à deux ou trois moments. L'auteur tire-t-elle ses sources des séries policières qui passent à la télévision ? Ajoutons à cela que plusieurs dialogues sonnent creux, que les émotions et les réactions des personnages sont trop mises en évidence. le tout manque un peu de subtilité.
À mon humble avis, Camilla Läckberg a répondu un peu trop rapidement à une commande, elle aurait mieux fait de patienter un peu et de paufiner son travail. Je suppose que c'était impossible, elle ne pouvait faire autrement que de profiter de la popularité montante des polars nordiques à ce moment. Et je dois constamment me rappeler qu'elle n'en est qu'à son deuxième roman. Ce n'est quand même pas si mal, pas tous peuvent se débrouiler à leurs débuts littéraires et, au final, ça donne une lecture facile et pas trop désagréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
cascasimir
  09 mars 2019
C.Lackberg déclarait au festival "Quais du polar" qu'elle préfèrait lire des livres ou des rapports sur les assassins, et ce depuis l'enfance, au lieu de livres sur les poupées.

Son meurtrier préféré est Ted Bundy ( auteur de nombreux meurtres de jeunes filles et de femmes). Bundy aimait torturer ses victimes jour après jour, avec une matraque et d'autres armes contondantes, il avait utilisé une Wolkswagen afin d'enlever une jeune fille...) Comme dans le roman?

Dans ce livre, sous le cadavre d'une femme, la police découvre deux autres cadavres... Alors que "La princesse des glaces" se déroulait en hiver, cette nouvelle enquête se joue en pleine canicule.

Climatisation en panne, Patrik chargé de l'enquête, a un coup de chaud, en hurlant sur ses collègues incompétents. Car, une autre fille a disparu, mais cela ne faisait ni chaud ni froid à l'inspecteur Gosta.

L'auteure préfère mettre en avant les relations entre ses personnages, avant l'histoire. Une histoire dégoulinant d'horreurs et de monstruosités , au milieu " des vapeurs qui montaient de l'asphalte brûlant".

Erica, la femme de Patrik, est enceinte et en subit les désagréments , en même temps que la chaleur..." Maternité... le feu intérieur qui était censé l'illuminer, elle n'en avait certainement pas ressenti la moindre foutue flamme" .

Patrik va battre le fer pendant qu'il est chaud, en appréhendant le principal suspect...
Première parution de ce roman en Suède en 2004, C.Lackberg a donné en 2005, naissance à un bébé nommé Meja...(9 mois après ? ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
argali
  07 février 2012
Dans le premier roman de Camilla Lackberg, l'hiver faisait rage, la neige et le froid engourdissaient les coeurs et les âmes. Ici, c'est la canicule qui s'abat sur le village. La météo jouera un rôle dans le déroulement de l'enquête. Rendant les uns agressifs, tendus, amollissant les autres… Avec humour, Camilla Lackberg décrit à l'aide de détails choisis, l'impact du temps sur les êtres.
Le Prédicateur nous entraîne dans des familles ordinaires de la classe moyenne, en proie à l'angoisse causée par la disparition de leurs filles. Les réactions sont aussi diverses que peuvent l'être les gens : abattement, espoir, hystérie, détachement… toute une palette de sentiments humains se dessine sous nos yeux. La famille suspectée est divisée en deux branches radicalement opposées : l'une riche, ayant pignon sur rue ; l'autre, désargentée, vivant dans la misère et la crasse. On a du mal à croire que tous ces membres sont issus d'un même patriarche. Camilla Lackberg s'amuse à décrire ses contemporains, leurs manies, leurs tics et leurs vices. Tous les personnages qui composent ce roman sont décrits sans complaisance. Même les héros Patrik et Erica dévoilent leurs défauts.
Tout au long du récit, la dualité entre les personnes renvoie au combat du bien et du mal qui se joue en premier plan. le riche et le pauvre ; le fort et le faible ; les jeunes flics et les anciens ; Anna et Erica… Tous ces duos en viennent au duel. En raison de la canicule ?
Les secrets de famille, les non dits, les révélations tardives et les retournements de situation nous entrainent dans une lecture dont à du mal à s'arracher. Plus abouti, je trouve, que le premier opus, ce récit fait sans cesse voler en éclats nos certitudes de lecteur.
Une lecture agréable, un polar plaisant, où l'on regrettera peut-être qu'Erica Falke reste en retrait, attendant impatiemment la naissance de son premier enfant. Les Suédoises seraient-elles moins libérées qu'on le pense ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
missmolko1
  08 février 2017
Camilla Läckberg m'avait séduite avec La princesse des glaces, mais je dois dire que cette deuxième enquête d'Erica et de Patrik m'a encore plus plu.
Une jeune fille est retrouvée assassinée. Près de son corps, on retrouve des ossements datant des années 70. C'est l'occasion pour Patrik d'enquêter sur ces différentes affaires qui pourraient bien être liées les uns au autres. L'enquête est vraiment bien menée, l'auteur tire les ficelles doucement mais le suspense est bien présent et l'on dévore littéralement ce roman.
On retrouve également Erika, qui est maintenant en couple avec Patrik et enceinte. Elle n'est jamais très loin et donne volontiers un coup de main à son compagnon en cas de besoin.
Le voyage en Suède vaut le détour également. Si dans La princesse des glaces, on découvrait le pays en hiver, c'est sous un soleil de plomb que se déroule cette intrigue.En tout cas, ça me fait toujours autant rêver et si ça ne tenait qu'à moi, je serai déjà dans le prochaine avion.
Il me tarde maintenant de découvrir le tailleur de pierre dont le résumé semble encore une fois prometteur et synonyme d'une bonne enquête.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
frgi
  24 juillet 2019
Depuis quelques semaines, Camilla Läckberg ne me quitte plus. C'est déjà sont troisième roman que je lis, c'est dire si j'ai apprécié les deux premiers.
Donc c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé son héroïne Erica Falck. Malheureusement, dans ce roman, elle n'est qu'un personnage secondaire. Ce qui est bien dommage ! Toutefois, ça serait mentir de vous dire que ce livre ne m'a pas plu.
Ce thriller est en fait un bon "page turner" malgré quelques invraisemblances, se lisant sans aucune difficulté et qui en fait donc un bon roman d'été. J'espère toutefois que dans le troisième opus de la saga, Erica Falck redevienne l'enquêtrice que j'ai découverte dans "La princesse des glaces".
Au final, malgré quelques déceptions, cette lecture m'a fait passer un agréable moment et ne m'a toujours pas lassé de lire du Camilla Läckberg.
Que demander/espérer de plus ?
Commenter  J’apprécie          330

critiques presse (3)
ActuaBD   22 mai 2015
Un polar best-seller fait-il une bonne BD ? La réponse est oui, mon commandant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   19 mai 2015
Une atmosphère adroitement restituée par la dessinatrice : son trait fin, délicat, sans encrage, ses ombres simplement placées au fusain, son attention portée aux détails, aux expressions.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   04 mai 2015
Une adaptation réussie et même supérieure à celle de La Princesse des glaces.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
mesrivesmesrives   10 octobre 2015
En observant toujours une prudence dans ses mouvements, Linda vint se blottir derrière lui et l'entoura de ses bras. Leur prise de bec avait eu ceci de positif: elle avait maintenant du respect pour lui. Elle l'avaittoujours considéré comme un garçon, quelqu'un qui était pendu aux jupes de sa mère et aux basques de son grand-frère, mais ce jour-là elle avait vu aussi un homme. Cela l'attirait. Ca l'attirait énormément. Elle avait aperçu également un très dangereux et cela aussi le rendait plus attirant. Il avait réellement failli s'attaquer à elle, elle l'avait vu dans ses yeux, et maintenant qu'elle était assise la joue contre son dos, le souvenir la fit vibrer. C'était comme voler tout près d'une flamme, suffisamment pour en sentir la chaleur, mais avec assez de contrôle pour ne pas se brûler. Si quelqu'un maîtrisait bien cet équilibre-là, c'était bien elle.
Elle laissa ses mains se promener vers l'avant. Avidement et avec exigence. Elle pouvait toujours sentir une certaine résistance en lui, mais elle avait la rassurante certitude que c'était elle qui détenait le pouvoir dans leur relation. Relation qui reposait avant tout sur des rapports physiques, et elle estimait que dans ce domaine-là les femmes avaient le dessus, et elle plus particulièrement. Un avantage qu'elle utilisait à présent. Avec satisfaction, elle se rendit compte que la respiration de Johan se faisait plus rapide et que sa résistance commençait à fondre.
Linda se déplaça, et lorsque leurs langues se rencontrèrent elle sut qu'elle était sorti victorieuse de la lutte. Elle était encore dans cette illusion lorsqu'elle sentit Johan saisir ses cheveux d'une main ferme et lui tirer la tête en arrière pour pouvoir la regarder du dessus, droit dans les yeux. Si le but était de faire en sorte qu'elle se sente faible et vulnérable, ce fut réussi. Un instant elle vit la même lueur dans ses yeux que pendant leur dispute, et elle se demanda malgré elle si sa voix porterait un appel au secours jusqu'au bâtiment principal. Probablement pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AproposdelivresAproposdelivres   26 septembre 2014
Trois heures et demie et un mauvais polar plus tard, elle était en train de rouler hors du lit pour se lever lorsque la sonnerie du téléphone retentit. En habituée, elle tendit le combiné à Patrik.
— Allô. Sa voix était lourde de sommeil. Oui, bien sûr, oh la vache, oui, je peux y être dans un quart d’heure. D’accord, on se retrouve là-bas.
Il se tourna vers Erica.
— Je dois y aller. Alerte à bord.
— Mais tu es en vacances. Il n’y a personne d’autre pour s’en occuper ? Elle entendit combien sa voix était geignarde, mais une nuit blanche n’était jamais profitable à l’humeur.
— C’est un homicide. Mellberg veut que je vienne. Il y va aussi.
— Un homicide ? Où ça ?
— Ici à Fjällbacka. Un gosse a trouvé une femme morte dans la brèche du Roi ce matin.
Patrik s’habilla en quatrième vitesse, de légers vêtements d’été, puisqu’on était au mois de juillet. Avant de se ruer dehors, il grimpa sur le lit et embrassa le ventre d’Erica, quelque part à l’endroit où elle se rappelait vaguement avoir eu un nombril.
— Bye Bébé. Sois gentil avec ta maman, je serai bientôt de retour.
Il posa une bise rapide sur la joue de sa compagne et partit. Avec un soupir, Erica s’extirpa du lit et enfila l’une des tentes qui lui faisaient office de vêtements. Très bêtement, elle avait lu quantité de livres sur la grossesse et, à son avis, tous les auteurs qui en décrivaient les joies devraient être traînés sur la place publique et roués de coups. Insomnies, articulations douloureuses, carences, hémorroïdes, transpiration et toutes sortes de dérèglements hormonaux étaient plus près de la réalité. Et ce feu intérieur qui était censé l’illuminer, elle n’en avait certainement pas ressenti la moindre foutue flamme. En grommelant, elle descendit lentement l’escalier pour avaler la première tasse de café de la journée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AproposdelivresAproposdelivres   26 septembre 2014
Lorsque Patrik arriva, l’activité battait son plein. L’entrée de la brèche du Roi avait été fermée par des rubans jaunes et il compta trois voitures de police et une ambulance. Le personnel technique d’Uddevalla avait déjà commencé son travail et Patrik était suffisamment avisé pour ne pas pénétrer sur le lieu du crime avec ses gros sabots. Ça, c’était l’erreur des débutants, ce qui n’empêchait pas son chef, le commissaire Mellberg, de se balader parmi les techniciens. Du désespoir plein les yeux, ceux-ci regardaient ses chaussures et ses vêtements déposer des milliers de fibres et de particules sur leur lieu de travail si fragile. Lorsque Patrik s’arrêta devant le ruban et fit signe à Mellberg, celui-ci leva le camp, à leur grand soulagement, et passa de l’autre côté du barrage.
— Salut Hedström.
La voix était cordiale voire joyeuse et Patrik sursauta de surprise. Une seconde il crut même que son chef allait le serrer dans ses bras, mais cela ne resta heureusement qu’une pensée inquiétante. L’homme paraissait totalement transformé ! Ça ne faisait qu’une semaine que Patrik était en congé, mais le Mellberg qu’il avait en face de lui n’était vraiment pas le même qui faisait la gueule derrière son bureau et grommelait que les vacances étaient une notion à supprimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AproposdelivresAproposdelivres   26 septembre 2014
Mellberg secoua vigoureusement la main de Patrik et lui tapa dans le dos.
— Et comment va ta poule pondeuse ? C’est pour bientôt, non ?
— Pas avant un mois et demi, à ce qu’ils disent.
Patrik n’arrivait toujours pas à comprendre ce qui avait bien pu déclencher ces manifestations de joie de la part de Mellberg, mais il remisa sa curiosité et essaya de se concentrer sur la raison de sa venue en ce lieu.
— Qu’est-ce que vous avez trouvé ?
Mellberg fit un effort monstre pour barrer le chemin au sourire sur son visage et montra les entrailles ombragées de la faille.
— Un gosse de six ans est sorti tôt ce matin quand ses parents dormaient encore, il est venu ici jouer au chevalier parmi les rochers. Et il a trouvé une femme morte. On a été avertis à six heures et quart.
— Ça fait combien de temps que les techniciens examinent les lieux ?
— Ils sont là depuis une heure. L’ambulance est arrivée en premier et ils ont tout de suite confirmé qu’il n’était plus question d’intervenir médicalement. Depuis, les techniciens ont pu travailler à leur guise. Assez emmerdants, ces gars-là, je te le dis… Je suis allé y jeter un petit coup d’oeil, c’est tout, et ils m’ont traité de tous les noms. Mais je suppose que ça rend chiant, forcément, de passer ses journées à quatre pattes à traquer des fibres avec une pince à épiler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AmbereAmbere   25 mai 2018
Le jour où Linnea était morte, il avait reçu la preuve définitive que Mona se trouvait au ciel. La maladie et le chagrin avait diminué sa femme adorée, et ce jour-là, lorsqu’il l’avait vue là dans le lit, il avait su que le moment était venu pour elle de le quitter. Après des heures de veille, elle avait serré sa main une dernière fois, puis un sourire s’était répandu sur son visage. La lumière qui s’était allumée était une lumière qu’il n’avait pas vue depuis dix ans. Pas depuis la dernière fois où elle avait regardé Mona. Elle avait fixé son regard quelque part derrière lui et avait rendu l’âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Camilla Läckberg (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camilla Läckberg
Tant d'émotions partagés entre les fans et les artistes en ce mois de mai : la fougue de Peter Doherty, la beauté d'Archive, la bienveillance de Guillaume Musso, le charisme de Danièle Thompson, la douceur de Vendredi sur Mer, l'énergie d'Hervé ou encore la bonne humeur de Camilla Läckberg, on aura tout eu, quel bonheur !
Toute la programmation culturelle dans votre Fnac : https://www.fnac.com/Les-evenements-magasin/cl31/w-4
Ça s'est passé à la Fnac, chaque mois en intégralité sur notre chaîne : https://www.youtube.com/playlist?list=PLiecdOYPtnueHNK22HZL7j4Ad0XeMxr74
Retrouvez-nous sur Facebook : https://fr-fr.facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Prédicateur - Camilla Lackberg

Un corps est trouvé dans la brèche du Roi, cette faille s'appelle ainsi parce qu'un roi est passé à Fjällbacka, de quel Roi s'agit-il ?

Harald V
Juan Carlos 1er
Oscar II
Charles XVI Gustave

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Le prédicateur de Camilla LäckbergCréer un quiz sur ce livre