AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702166393
Éditeur : Calmann-Lévy (04/09/2019)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.
Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.
Pourtant, l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
llamy89
  31 août 2019
EPOUSTOUFLANT !
Une tension latente soutenue. Des personnages captivants, un lieu hors du temps, une intrigue tirée au cordeau pour vous embrouiller l'esprit.
Sandrine est une victime touchante et inquiétante à la fois. Impossible de développer un quelconque argumentaire au risque de divulgâcher une intrigue de haute volée.
Cependant à un moment, je me suis dit OK, c'est inspiré d'un fait divers glauque, l'issue est cousue de fil blanc. Je ne vais pas me faire avoir... En refermant le livre, j'y avais perdu mon latin, ma voie, n'avais pas trouvé de refuge pour éviter la claque inattendue prise aux dernières lignes. Bravo !
Jérôme Loubry est un maître conteur précis, qui cisèle son histoire, l'émaille de petits cailloux pour vous montrer la piste de la vérité. Quel brio pour nous faire perdre sa trace
Y a-t-il plusieurs vérités ? Comment démêle-t-on le vrai du faux ? Vous l'apprendrez à vos dépens grâce à l'auteur. C'est un roman dans lequel le lecteur est embarqué, balloté, laissé pantelant sans boussole, qui fait froid dans le dos.
En fermant le livre, j'ai poussé un NON ?! Vraiment, cet épilogue ne m'était pas venu à l'esprit, détourné qu'il était par la noirceur du moment ? Quelle maestria ! C'est bluffant ! Chapeau bas monsieur Loubry, si ce roman ne marque pas le genre cette année c'est à ne rien y comprendre !!
C'est cinématographique, flippant à souhait, bref promis je ne vous quitte plus, vous m'avez fait trembler pour Sandrine, Damien.
Vous m'aviez capté avec le "Douzième chapître" avec LES REFUGES, je suis Fan définitivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          394
sonfiljuliesuit
  13 septembre 2019
Les chiens de Détroit m'avait particulièrement séduite… Les refuges m'a conquise… J'ai rarement lu un thriller psychologique aussi bon que celui-ci ! L'intrigue a dépassé mes espérances et la quatrième de couverture ne laisse rien transpirer de la construction narrative de l'auteur…
L'auteur débute son récit de manière classique, mais va nous entraîner dans une histoire inimaginable ! D'ailleurs si à un moment, j'ai pensé avoir compris où Jérôme Loubry voulait m'emmener, j'ai vite compris que je me trompais. Mais j'ai surtout compris, que la trame était beaucoup plus complexe et travaillée. Rien n'est cousu de manière linéaire, pourtant tout s'imbrique parfaitement et tout prend sens. Jusqu'à la toute dernière ligne, l'auteur retourne la situation et la révélation finale m'a carrément scotchée…
Je peux dire que c'est le livre de la rentrée littéraire, mais certainement le meilleur livre que j'ai pu lire cette année et certainement qu'il fera parti de mon top personnel pendant quelque temps.
Je ne suis pas du genre à parler de coup de coeur, car c'est un terme que je trouve très galvaudé… Je parle de coup de coeur, quand je garde un souvenir vivace du bouquin pendant des années et celui-ci en fera sans conteste parti.
Beaucoup plus qu'un simple thriller, l'auteur aborde plusieurs thèmes qui ne peuvent que nous toucher. L'être humain est complexe et Jérôme Loubry en fournit la preuve en manipulant aussi bien les mots que le cerveau de son lecteur avec une intrigue brillante, qui ne cesse de se renouveler jusqu'à la toute fin. Avec les refuges, j'ai lu plusieurs livres en un seul et je dois dire que l'auteur m'a emporté dans son récit, sans jamais me perdre.
Une plume intelligente, fine, travaillée, qui ne se perd pas dans les méandres des descriptions inutiles. Tout est concis, précis avec une densité sans pareil.
L'auteur distille au fil de sa trame des éléments qui prendront tout leur sens à la fin, avec une ambiance sombre qui se reflète dans certaines descriptions. Un récit, qui malgré sa noirceur, prend le temps de se poser, pour s'accélérer et bousculer le lecteur. Car l'auteur nous bouscule, je dirais même nous retourne complètement le cerveau. La trame se tricote peu à peu, on la voit se construire et prendre forme, mais tout s'écroule comme un château carte, pour un virage que l'on ne peut à aucun moment envisager.
Si vous ne deviez lire qu'un livre, ce serait celui-ci… Une fois commencé, vous ne pourrez plus vous arrêter…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
saigneurdeguerre
  21 septembre 2019
2019.
A la faculté de Tours, François Villemin s'adresse à ses étudiants. Il évoque une affaire qu'il a nommée « le refuge de Sandrine ». Cette affaire n'est évoquée nulle part ! Inutile d'user ses yeux et son temps à effectuer des recherches sur Internet !

1949.
Tous les matins, Valérie se balade le long de l'océan avec Gus, son chien. Un rassemblement de dizaines et de dizaines de mouettes attire son attention… Elle pensait avoir déjà tout vu durant la guerre et après la libération…
1986.
Sandrine, Parisienne, journaliste, travaille pour un petit journal régional en Normandie depuis peu. Qui s'est amusé à taguer les vaches de l'agriculteur, monsieur Wernst ? Taguées avec des « Hakenkreuz » … Comment ? … Vous ignorez ce que sont des « Hakenkreuz » ? Et si je vous dis « croix gammées », cela vous parle ? Mais Sandrine n'a guère le temps d'enquêter… Un notaire, qu'elle ne connaît pas, lui a adressé une missive pour lui indiquer que sa grand-mère, Suzanne Vaudrier, qui vient de décéder, en fait son héritière… Une grand-mère qu'elle n'a jamais rencontrée…
Critique :
Je sens que je vais me faire huer par toutes celles et tous ceux qui crient au génie pour ce thriller. Je reconnais que l'intrigue est intéressante, encore que je me sois passablement ennuyé durant les cent premières pages ne voyant absolument pas où l'auteur veut en venir avec ses changements d'époques et de personnages. Je me disais qu'il finirait bien par lier la sauce, et motivé par les critiques unanimes j'ai poursuivi ma lecture jusqu'au bout pour découvrir non un thriller mais un roman psychiatrique… Mouais… Tant mieux si cela a galvanisé des tas de lecteurs, mais j'aurais mieux fait de lire un Pierre Lemaitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          156
Valmyvoyou_lit
  04 septembre 2019
Au décès de sa grand-mère, qu'elle ne connaît pas, Sandrine doit se rendre sur l'île sur laquelle elle vivait. Les voisins qui l'accueillent décrivent son aïeule comme une femme adorable, à l'opposé du portrait que la jeune femme imaginait. Très vite, elle comprend que l'île cache de lourds secrets qui terrorisent ceux qui y habitent. Cette peur semble avoir un lien avec le camp de vacances pour enfants dans lequel ils ont tous travaillé en 1949.

Une femme dite folle, des enfants traumatisés par la guerre, une victime mystérieuse, un inspecteur qui porte son fardeau, une jeune psychiatre, que se cache derrière ces personnages ?

Que se cache derrière un sourire ?

Je ne compte plus les claques que j'ai prises en lisant Les refuges. le nombre de fois où je me suis exclamée : « Non, ce n'est pas possible ! Je ne comprends plus, là. ». Un besoin frénétique me prenait de lire, lire et ne plus arrêter de lire, pour avoir des explications. Et à chaque certitude, une révélation effondrait tout le scénario que j'avais envisagé. J'ai été baladée de bout en bout.

Ce livre va beaucoup plus loin que le thriller qui retourne le cerveau. Il regroupe des thèmes qui évoquent l'horreur dont l'humain est capable. Ce n'est pas un déballage, mais une interpellation sur la place des victimes et sur les moyens utilisés pour se sauver, dans tous les sens du terme. Au milieu de toutes les atrocités perpétrées dans cette histoire et des enquêtes qui en découlent, Jérôme Loubry remet les victimes au centre. C'est l'humain qui est le coeur de ces refuges. L'auteur montre la force ...

La suite sur mon blog

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
audelagandre
  04 septembre 2019
Voici enfin le troisième roman de Jérôme Loubry. Après « Les chiens de Détroit » qui mettait fidèlement en scène cette ville du Michigan laissée à l'abandon, « Le Douzième chapitre » qui évoquait un drame de l'enfance resurgissant des années plus tard, l'auteur nous emmène ici dans un voyage passé-présent en 1949, 1986 et 2019. le roman s'ouvre sur un professeur de faculté qui commence son cours sur une thématique particulière : le refuge Sandrine. Rapidement, le lecteur est emporté en 1949, sur une plage, théâtre d'une découverte macabre. Puis, toujours aussi promptement, il est propulsé en 1986 où Sandrine, jeune journaliste pour un quotidien local se voit confier la rédaction d'un article concernant d'étranges croix gammées dessinées sur des vaches. Je m'arrête là, la quatrième de couverture en dit beaucoup trop.
Si les premières pages peuvent sembler assez cryptiques et nécessitent une certaine concentration, peut-être aussi le dessin d'une timeline, ne vous laissez pas décourager : cette mise en situation est absolument nécessaire pour asseoir le récit et permettre un déroulé précis, minutieux et méthodique. Jérôme Loubry sait où il va et si vous le laissez vous embarquer, le voyage risque fort de vous plaire. Je recommande vivement une lecture suivie, si possible à un moment où vous n'avez pas d'obligations pour vous permettre d'entrer rapidement dans l'histoire et de suivre avec attention l'évolution de l'histoire de chaque personnage.
Le jeu passé-présent est le schéma narratif que je préfère dans un roman noir/thriller/polar, mais c'est aussi un exercice bancal pour qui ne maîtrise pas le procédé. Ainsi, une période ne doit pas prendre plus d'importance que l'autre ni lasser le lecteur en la rendant moins intéressante. Ce n'est absolument pas le cas ici. le dosage est parfait et suscite la soif d'en découvrir plus. Personnellement, j'avais ouvert 2 fiches, l'une pour 1949, l'autre pour 1986 et j'y avais noté des mots clés, des phrases importantes, des évènements marquants. Posées l'une à côté de l'autre il est impressionnant de constater à quel point le souci du détail dans l'avancée des deux intrigues est soigné et précis. L'auteur instille dans l'esprit du lecteur des éléments qui prennent un sens tout particulier à la fin : une horloge, une chanson, un poème, un slogan publicitaire.
Ce roman est découpé en 3 parties. La première a été pour moi pure délectation : une vraie ambiance, de belles mises en situation, le début d'une intrigue bien mise en place qui présageaient de belles promesses. Je dois avouer que j'ai eu de sérieux doutes en attaquant la seconde partie… Je ne peux en évoquer les raisons sans dévoiler l'intrigue, mais une sorte d'agacement, voir un gros problème de crédibilité dans le récit surjoué d'un personnage m'a franchement inquiétée. J'ai vu venir un plantage magistral, la chronique d'une mort annoncée pour un roman qui avait si bien commencé. Je me suis même noté des pronostiques dans le scénario, anticipant une direction qui m'obligerait à me pendre. (oui, je suis allée jusque là !)
Sauf que ce n'est pas du tout comme ça que les choses se sont passées ! Jérôme Loubry m'avait préparé un final que je n'ai pas vu venir, et une troisième partie formidable, bien pensée, totalement axée sur une thématique relevant de la psychiatrie dont j'ignorais même l'existence (en même temps, si j'étais psychiatre, j'aurais commencé par travailler sur moi-même !) Les ficelles de l'intrigue sont savamment et progressivement tirées pour créer une perte totale des repères du lecteur qui se retrouve perdu dans les méandres de deux histoires qu'il tente désespérément d'assembler. La thématique axée autour de l'humain au sens propre fait de ce roman un récit d'une profonde densité, avec de vraies problématiques soulevées sur la nature profonde de l'homme et ce qu'il est, au fond, capable de faire. Comment gérer la souffrance lorsqu'elle est trop violente, comment gérer les blessures profondes quand elles vous empêchent de vivre ? Vous le saurez en lisant « Les Refuges ».
Pour ce troisième roman, complètement différent des deux précédents, Jérôme Loubry transforme l'essai : le premier était pour moi la découverte d'une plume dans un lieu cher à mon coeur, le second démontrait l'habileté à sortir d'une certaine zone de confort en abordant un thème lié à l'enfance, le troisième signe une formidable capacité à construire une intrigue alambiquée, mais impeccablement dominée par une plume d'un véritable auteur du noir. le plaisir de lecture fut immense, les tentatives de démêler l'écheveau vaines, la fin déconcertante et vertigineuse. Excellent cru, vous l'aurez compris, qui laisse présager une belle montée en puissance pour le suivant !

Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Fabh64Fabh64   16 septembre 2019
— C’est exact. C’est ce que j’appelle un refuge : une mémoire parallèle qui se substitue à la réalité afin que la victime cesse de souffrir, une illusion projetée par le cerveau pour que son propriétaire survive, tout comme le bouclier neurologique dont je vous ai parlé. En gros, un endroit où se cacher, comme la couverture sous laquelle nous nous sommes tous réfugiés enfants pour fuir des monstres réels ou imaginaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ArlieRoseArlieRose   12 septembre 2019
Mais les ruptures se nourrissent du temps et du silence.
Elles dévorent nos remords et les digèrent jusqu'à les rendre inaudibles.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 septembre 2019
Cette ferme paraissait figée dans un temps incertain. Tel le soldat dans l’expectative d’un cessez-le-feu, elle semblait immobile, craintive, n’osant avancer ni reculer, refusant de s’ouvrir à son époque, à la musique, aux feuilletons du dimanche soir, à la lecture d’une autre littérature, plus contemporaine, moins guerrière, redoutant une quelconque destruction prophétisée par ces croix sur les vaches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   07 septembre 2019
comportement corresponde à celui d’enfants de leurs parents et non pas d’enfants de la guerre. Ils doivent réapprendre la discipline, se lever à des heures précises, suivre des cours, se laver les mains avant de passer à table… Tout comme ils doivent se réapproprier la liberté de réagir en tant qu’enfants libres et insouciants. Pour cela, le sport sera le meilleur compagnon, tout comme les activités manuelles telles que le jardinage, la construction de cabanes où simplement le droit à l’inactivité. Nous leur laissons le choix d’occuper leur temps comme ils le souhaitent. Un luxe qu’ils ont oublié  », avait précisé le directeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 septembre 2019
— C’est très simple, je suis arrivé en France pour la pire des raisons : la guerre. Et j’y suis resté pour la meilleure des raisons : l’amour.
— Vraiment ?
— Oui. Un an avant la Libération, je suis tombé sous le charme d’une Parisienne. Mais nous avons dû nous cacher. Ce n’était pas bien vu, un soldat allemand avec une Française… Nous avons vadrouillé, puis une fois que l’histoire s’est effacée des mémoires, nous sommes venus nous installer ici. C’était il y a une dizaine d’années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jérôme Loubry (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Loubry
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du vendredi 13 septembre 2019 :
Rhapsodie des oubliés Sofia Aouine aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/1012823-divers-litterature-rhapsodie-des-oublies.html
Se taire de Mazarine Pingeot aux éditions Julliard https://www.lagriffenoire.com/1012898-divers-litterature-se-taire.html
Les derniers jours de Marlon Brando de Samuel Blumenfeld aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1011538-divers-litterature-les-derniers-jours-de-marlon-b.html
Nos vies consumées de Janet Hobhouse et Anouk Neuhoff aux éditions Rue Fromentin https://www.lagriffenoire.com/139469-divers-litterature-nos-vies-consumees.html
La persuasion des femmes de Meg Wolitzer et Jean Esch aux éditions Rue Fromentin https://www.lagriffenoire.com/1006965-divers-litterature-la-persuasion-des-femmes.html
Combien de pas jusqu'à la lune de Carole Trébor aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1013506-romans-pour-enfants-combien-de-pas-jusqu-a-la-lune-.html
Patouf l?écolier de Jeanne Lagarde aux éditions du Toucan https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014882&id_rubrique=1
Poum de Jeanne Lagarde aux éditions du Toucan https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014883&id_rubrique=1
Porcelet l'intrépide de Jeanne Lagarde aux éditions du Toucan https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014884&id_rubrique=1
Patouf va au bal Jeanne Lagarde aux éditions du Toucan https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014885&id_rubrique=1
Le petit chaperon rouge de Jeanne Lagarde aux éditions du Toucan https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014887&id_rubrique=1
Un soupçon de sucre - 90 recettes gourmandes pour découvrir les sucres autrement de Trish Deseine et Virginie Garnier aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014892&id_rubrique=1
Le douzième chapitre de Jérôme Loubry aux éditions Livre de Poche 9782253259923
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoi... (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lan...
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coup... https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. @Gérard Collard? @Jean-Edgar Casel?
+ Lire la suite
autres livres classés : héritageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les refuges - Jérôme Loubry

Quel est le métier de Sandrine ?

détective
journaliste
photographe
gouvernante

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Les refuges de Jérôme LoubryCréer un quiz sur ce livre
.. ..