AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070148707
336 pages
Éditeur : Gallimard (30/11/-1)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Marseille, 1973. Le commissaire Daquin, 27 ans à peine, prend son premier poste au commissariat de l’Évêché. Il découvre une ville ensanglantée par les règlements de compte qui accompagnent la liquidation de la French Connection, des services de police en guerre larvée les uns contre les autres, et la prolifération de réseaux semi-clandestins comme le SAC ou la franc-maçonnerie.

Il enquête sur l’assassinat d’un ancien caïd de la drogue et de son assoc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Giraud_mm
  12 janvier 2021
Mars 1973 - le jeune commissaire Théodore Daquin arrive à Marseille pour sa première affectation en France.
Quelques jours plus tard, Maxime Piéri, un ancien caïd marseillais reconverti dans les affaires, est assassiné sur les marches d'un casino à Nice. Puis c'est le tour de Simon, son adjoint, tué par balle sur le parking de l'aéroport. Des règlements de compte ?
Le procureur niçois confie l'enquête en flagrance à la PJ marseillaise. Daquin et sa petite équipe ont deux semaines pour résoudre l'énigme, ou collecter suffisamment d'informations pour justifier l'ouverture d'une instruction. Une enquête que certains vont s'ingénier à contrarier ; personne ne semble avoir envie que la vérité soit établie...
Il y a du Donna Leon dans l'écriture de Dominique Manotti !
Certes, on cherchera en vain les liens entre les commissaires Brunetti (très dépendant de son épouse et de leurs enfants) et Daquin (solitaire et homosexuel assumé, sauf à Marseille) ; encore que, leur façon de travailler avec une petite équipe de proches...
Les liens principaux sont à chercher du côté de l'intrique, qui, pour les deux auteurs, mêle au milieu policier des mondes politiques et financiers pas toujours très propres, et du côté de la narration, avec un découpage en scènes qui entretient l'intérêt sans nécessairement s'appuyer sur de nombreux rebondissements, ou dans une conclusion qui laisse découvrir les coupables sans qu'on puisse toujours les sanctionner...
L'écriture de Dominique Manotti est simple et fluide, sans prise de tête. L'intrigue est intelligemment positionnée au début des années 1970, ce qui lui donne du corps, mais surtout interpelle le lecteur sur les ressorts d'une époque déjà ancienne (près d'un demi-siècle !)
Un polar historico-politico-financier que j'ai lu avec beaucoup de plaisir !
Lien : http://michelgiraud.fr/2021/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
MarianneL
  26 février 2015
Mars 1973, le jeune commissaire Daquin débarque à Marseille en pleine succession sanglante pour le contrôle du milieu marseillais entre Zampa et Francis le Belge, après la chute des frères Guérini et le démantèlement de la French Connection, la filière de l'héroïne qui approvisionnait les Etats-Unis depuis la France, en particulier depuis la cité phocéenne.
Lorsque Maxime Pieri, un ancien lieutenant des Guérini devenu un homme d'affaires en vue de Marseille, est abattu par un tireur d'élite en sortant d'un casino de Nice, l'enquête est confiée à Daquin et à sa nouvelle équipe. Pieri était accompagné ce soir-là d'Emily Frickx, petite-fille d'un magnat des mines d'Afrique du Sud mariée à un important trader de minerais, et qui reste introuvable.
«Pieri, un personnage. Massif, complexe, comme je les aime. Je ne le tiens pas encore, mais je m'approche. Ne pas aller trop vite. Garder l'esprit ouvert à toutes les surprises, il y en aura encore.»
Alors que des indices flagrants semblent valider la thèse du règlement de comptes dans la guerre de succession entre clans marseillais, Daquin et son équipe, soumis à des intimidations multiples sur le déroulement de leurs investigations et les moeurs de ce commissaire hors normes, démêlent peu à peu les fils d'une enquête qui ressemble de plus en plus à un labyrinthe impliquant le milieu marseillais, le SAC, des services secrets français en pleine restructuration, au moment où la libéralisation du commerce du pétrole fait naître des appétits démesurés pour de nouvelles formes de contrebande.
«Daquin quitte l'Évêché, direction la gare Saint-Charles et l'agence Eurauto. A pied, pour se donner du temps pour respirer. Il traverse le Panier, le vieux Marseille. Ruelles étroites, entre de hautes façades rongées par la pauvreté que la perspective resserre sur les passants comme les parois d'un étau. Très haut, très loin, une mince bande de ciel. Un quartier replié sur son folklore et ses réseaux mafieux. Pieri-Simon, un noeud d'embrouilles. Simon, l'ombre d'un inconnu qui semble prospérer dans les officines. Pieri, une présence écrasante, mais un personnage dont il ne sait toujours rien. le Santa Lucia, une promesse d'orage. Un ou plusieurs tireurs d'élite dans la nature. le couple intrigant que forment Emily et son cousin. Frickx, le grand absent. Et ce sentiment oppressant, sans doute lié à la configuration du quartier, que le pire est à venir, et que l'étau des murs lépreux des rues du Panier va finir par le broyer.»
Remarquablement documenté et efficace, entremêlant trafics et coups tordus de toutes natures et origines, "Or noir" éclaire un moment fondamental de basculement vers un nouveau monde, et le cynisme et les ambitions sans limites qui vont naître de la libéralisation du commerce du pétrole et de l'économie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Sylviegeo
  02 décembre 2016
Heureusement qu'il y a les bibliothèques. Ainsi, on n'a pas déboursé pour de moins bonnes lectures...Oh lallala je ne me ferai pas d'amis ici vous qui avez particulièrement aimé ce titre. Premier rendez-vous pour moi avec Dominique Manotti et le commissaire adjoint Daquin. Pas certaine du tout du tout qu'il y en ait d'autres. Pourtant, Manotti et Doa c'était bien. Ici, je n'ai pas aimé ce genre de narration. Un narrateur externe et soudain , pour le personnage de Daquin, ses pensées nous sont révélées au "je". le ton, le rythme, tout m'a agacée. Pourtant, un meurtre qui semble être un règlement de compte et qui nous amène chez les traders, chez les marchands de pétrole, chez les mafieux. Une intrigue qui nous dévoile les enjeux à venir de ce marché immense que deviendra celui du pétrole aurait pu être des plus intéressantes. Mais là, c'est tièdasse, ça manque de profondeur. Des personnages secondaires mais importants à moitié développés, mal exploités. Et puis, ce commissaire parisien qui débarque à Marseille et qui après plus ou moins 17 jours dans cette ville, n'en peut déjà plus... ( de vivre ainsi, des réseaux, de se faire discret, des clans , pfff) de tout ce qu'il ne connait pas encore. Zéro crédible ce commissaire. Il est vrai que ce titre est un préquel, alors peut être que ...Ha mais je ne devais pas être d'humeur à lire Or noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Bazart
  08 avril 2016
Jusqu' à présent je n'avais pas eu l'occasion d'ouvrir un polar de Dominique Manotti, pourtant une grande spécialiste du genre, reconnue pour sa capacité à mettre en lumière de façon documentée et claire des événements méconnus et souvent complexes liés généralement aux réseaux souvent opaques de l'économie, de la finance et de la politique,
C'est encore le cas pour cet "or noir", son dernier roman à ce jour paru chez série noir aussi dont l'intrigue se déroule au printemps 1973, à quelques mois du premier grand choc pétrolier.
Des industriels sont assassinés dont les crimes sont reliés à une entreprise maritime étroitement liée aux réseaux mafieux. le commissaire Daquin est le seul à penser qu'il ne s'agit pas d'un simple règlement de compte mais comment le prouver ?
Fidèle à une écriture pointue documentée, assez minimaliste, Manotti nous entraine dans une intrigue policière qui nous amène de Nice à Marseille, entre mafia et OPEP, bénéficie d'une écriture remarquable, sèche, sans fioriture, qui parvient à nous rendre intelligibles, des mécanismes complexes, sans jamais sacrifier le sens du récit et de la tension…
Un excellent roman qui nous prouve que contrairement à ce qu'on peut parfois entendre, il y a d'excellents auteurs de polars français qui se conjuguent au féminin, celles-ci ne se réservant pas uniquement pour le genre du thriller, auquel on a parfois tendance à les cantonner

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
OSOLEMIO
  25 novembre 2020
Le commissaire Théodore Daquin arrive à Marseille en 1973 par la Gare Saint Charles, il est parisien et vient prendre ses fonctions à l'Evéché, il fait la connaissance de ses 2 coéquipiers : les inspecteurs Grimbert et Delmas !
*** Nice : promenade des Anglais.
Un tueur masqué et casqué en moto abat Maxime Pieri, le patron de la Somar qui était en compagnie d'Emily Weinstein épouse Frickx.
***Nice : aéroport, le lendemain..
Jacques Simon numéro 2 de la Somar est abattu suivant le même mode opératoire...
*** Istanbul : le lendemain
Sur le Santa Lucia, Nicolas Serreri est assassiné par 2 marins inconnus.
Pieri est un homme d'affaires corse qui a crée la Somar, un ex lieutenant des Guerini, un ex militaire avec la croix de guerre qui fait du transport de marchandises vers la Turquie, la Syrie, le Liban.
Il a crée la Misma en parts égales avec un associé, et la Misma loue ses tankers à la Somar qui sous loue à la Mival !
C'est la fin du règne de Zampa, de Francis le Belge dans le milieu marseillais, la fin de la French Connexion et de sa filière d'héroïne qui approvisionnait les US, mais c'est surtout la fin de l'ère des Guerini qui contrôlaient les jeux, la prostitution, les rackets, la drogue et les magouilles en tous genres !
C'est dans cette " bouillabaisse" de tueurs, de barbouzes du SAC, de flics corrompus, de requins de la Finance et ce, avant le 1° choc pétrolier que Daquin va être obligé de trouver les mobiles de ces crimes, leurs liens éventuels et, surtout qui se cache derrière le nouveau trafic lucratif de l'or noir ! Il va chercher quel est l'associé caché qui avait intérêt à abattre Pieri, Simon et Serreri ! Il a 15 jours pour boucler l'enquête de flagrance que le Procureur de Nice lui a confiée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   26 juillet 2015
Daquin finit la deuxième bouteille de champagne, puis se décide à parler.
— Je suis ici depuis trois jours, et j’ai l’impression de vivre au milieu de sables mouvants. Un inspecteur de mon équipe me tient par la main, et m’explique où je peux mettre les pieds et où je ne peux pas, à qui je peux parler, et à qui je ne peux pas, et je ne sais pas encore si je peux lui faire confiance ou non. D’après lui, les Stups de Marseille sont aux mains des Américains. Et d’après toi ?
— Oui, la pression américaine sur le gouvernement français est très forte et, aux Stups de Marseille, ils sont omniprésents.
— Pourquoi ?
— Raisons multiples. Pendant vingt ans, l’héroïne française aux États-Unis a été une "success story". Les Américains pensaient que c’était un excellent sédatif à faire circuler dans les prisons. Quand la jeunesse de la bonne société a commencé à en consommer en quantité, ils ont trouvé cela moins drôle. Et puis les Américains sont foncièrement protectionnistes. Nixon a quelques amis dans la mafia de Floride qui font dans la cocaïne, une drogue produite aux portes des États-Unis. Il a entrepris de leur déblayer le terrain en liquidant l’héroïne française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Charybde2Charybde2   15 mars 2015
Deux heures après, les deux hommes sont affalés dans des fauteuils bas sur le balcon, Daquin en peignoir, Vincent dans un tee-shirt trop grand trouvé dans la salle de bains. Cela fait une bonne demi-heure que Vincent raconte des histoires du milieu des avocats marseillais, Daquin écoute et rit. Une deuxième bouteille de champagne est entamée, le bloc de foie gras et les toasts ont été engloutis.
– Je ne veux pas entendre parler de ratatouille, dit Vincent.
Daquin soupire.
– Je comprends. C’était une erreur de casting. Pour ma peine, je vais en manger pendant trois jours, heureusement, c’est un plat qui vieillit bien.
Daquin finit la deuxième bouteille de champagne, puis se décide à parler.
– Je suis ici depuis trois jours, et j’ai l’impression de vivre au milieu de sables mouvants. Un inspecteur de mon équipe me tient par la main, et m’explique où je peux mettre les pieds et où je ne peux pas, à qui je peux parler, et à qui je ne peux pas, et je ne sais pas encore si je peux lui faire confiance ou non. D’après lui, les Stups de Marseille sont aux mains des Américains. Et d’après toi ?
– Oui, la pression américaine sur le gouvernement français est très forte et, aux Stups de Marseille, ils sont omniprésents.
– Pourquoi ?
– Raisons multiples. Pendant vingt ans, l’héroïne française aux États-Unis a été une « success story ». Les Américains pensaient que c’était un excellent sédatif à faire circuler dans les prisons. Quand la jeunesse de la bonne société a commencé à en consommer en quantité, ils ont trouvé cela moins drôle. Et puis les Américains sont foncièrement protectionnistes. Nixon a quelques amis dans la mafia de Floride qui font dans la cocaïne, une drogue produite aux portes des États-Unis. Il a entrepris de leur déblayer le terrain en liquidant l’héroïne française.
– Pourquoi on les laisse faire sur notre territoire ?
– Parce qu’ils ont gagné en 45 et que de Gaulle est mort.
– Comment la guerre Zampa – Le Belge s’articule-t-elle sur la guerre américaine à l’héroïne ?
– La question a l’air simple, j’ai peur que la réponse soit très compliquée. D’abord, aucun des deux ne semble avoir la carrure des Guérini. Le Belge essaie de faire des affaires en récupérant tous les débris qu’il trouve de la French. Aucune vision d’avenir. Zampa est plus solide. Il est multi-cartes. Un peu de drogue, beaucoup de racket et de prostitution, du classique. Et les jeux. Dans ce secteur, Nice monte en puissance, Zampa contrôle les casinos par l’intermédiaire d’un homme à lui, Fratoni, et la mairie lui est acquise. Sur Nice, il a sans doute réussi à pérenniser son entreprise.
Daquin allonge les jambes, ferme les yeux. Zampa, héritage des Guérini, assassinat de Pieri, Nice, casino du Palais de la Méditerranée. Pas de hasard. Mais quel enchaînement ? Il soupire.
– Marseille est une ville terrifiante. Tout le monde se connaît, tout le monde se surveille, tout se sait et rien ne sort.
– Je vais le dire d’une autre façon : c’est une ville remarquable par la densité de son tissu de relations sociales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
umezzuumezzu   05 juillet 2015
Vous connaissez ce commissaire Daquin ? Il est raisonnable ? Il peut être sensible à vos arguments ?
- Personne ne le connaît. Il vient de débarquer. Un Parisien semble t-il.
- Un de plus !
Le procureur réfléchit pendant quelques secondes, puis :
- Espérons qu'il soit capable de comprendre qu'ici, sur la Côte d'Azur, nous aimons l'ordre et le calme, pas la guerre.
Commenter  J’apprécie          70
encoredunoirencoredunoir   03 mai 2015
-Marseille est une ville terrifiante. Tout le monde se connaît, tout le monde se surveille, tout se sait et rien ne sort.
-Je vais le dire d’une autre façon : c’est une ville remarquable par la densité de son tissu de relations sociales.
Commenter  J’apprécie          80
umezzuumezzu   05 juillet 2015
Les limites qu'impose la légalité sont beaucoup plus floues. Elles varient selon les pays, les majorités au pouvoir. Le risque que l'on court en les franchissant est calculé, comme n'importe quel risque industriel, ni plus, ni moins. Et on décide de les franchir en fonction de ce calcul, pas en fonction de principes moraux. Après on peut se tromper, mais c'est une erreur de calcul, pas une faute morale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Dominique Manotti (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Manotti
"Raconter, c'est résister", cette formule de Luis Sepulveda, Dominique Manotti l'a faite sienne. Historienne, romancière, elle revient dans son nouveau roman sur une série de crimes commis en particulier à Marseille, en 1973, contre des immigrés maghrébins. Passé colonial mal digéré, déni des violences policières et du racisme, son livre, passionnant, résonne étrangement avec l'actualité.
"Marseille 73" de Dominique Manotti, éd. Les Arènes, collection Equinox. UNE ÉMISSION ANIMÉE PAR Michel Abescat Christine Ferniot RÉALISATION Pierrick Allain TÉLÉRAMA - JUIN 2020
autres livres classés : marseilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2043 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..