AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072891922
160 pages
Éditeur : Gallimard (02/04/2020)
3.3/5   71 notes
Résumé :
Un jour, Jim Sams, cafard au destin extraordinaire, se réveille dans le corps du Premier ministre britannique. Il sait une chose : il a une mission à accomplir. Rien ni personne ne l'arrêtera dans sa volonté de porter la « voix du peuple », le Réversalisme. Ce Projet national qui rendra sa grandeur à la Grande-Bretagne a pour but l'inversion du sens de la circulation de l'argent. Désormais, les magasins rémunèrent leurs clients pour leurs courses. Les citoyens peuve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,3

sur 71 notes
5
6 avis
4
11 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis

Bookycooky
  05 novembre 2019
McEwan dans son dernier opus, comme toujours ne manque pas d'imagination.
S'inspirant de “La Métamorphose “ de Kafka et des guignols qui infestent la scène politique mondiale, par commencer dans son propre pays, nous livre ici une petite fable truculente.
Jim Sams, ( même le nom n'en est pas loin 😄), cafard de son état, résidant officieusement dans les dédales du Palais de Westminster, se retrouve un beau matin à son réveil, métamorphosé en homme et de surcroît l'homme le plus puissant du pays : le Premier Ministre. Comme les guignols, vu qu'aucune préparation n'est nécessaire il va vite s'adapter au rôle de « primo uomo » de l'opérette politique.
Son petit problème est que ses envies et habitudes de cafard sont toujours présentes, et qu'il résiste difficilement à la vue d'un insecte ou de la merde.
Il découvre aussi Twitter et Archie Tupper, le guignol américain, et entre les deux, Twitter va perdre les pédales......
Pas besoin de connaître la politique récente et actuelle de la Grande Bretagne en details, suffit de savoir grosso modo le scénario de la comédie du Brexit, écrit et régit par le grand bluffeur sieur Cameron, pour déguster ce nanan qui vient égayer la morosité politique actuelle. Si non déjà fait, vous y prendrez connaissance de la théorie économique de L'Inversion, la base fondamentale du scénario. Une théorie ( bullshit !)révolutionnaire qui peut sauver 😂 nos systèmes économiques actuellement à la dérive ! Une théorie qui va outre le niveau de mon Q.I.....
Le livre a été récemment publié en v.o. et je pense sa traduction française ne tardera
pas. Ne passez pas à côté, c'est court et savoureux ! Si vous n'êtes pas encore dégoûté de la politique et des politiques, eh bien McEwan vous donnera le dernier coup de massue !
“How could a nation do this to itself ?......choosing to act in one's own very worst interests ? Yes they did.........it is not easy to be Homo sapiens sapiens. Their desires are so often in contention with their intelligence.”
( Comment une nation peut faire cela à soi-même ?....... choisir d'agir au pire pour ses intérêts ? Eh bien oui, ils l'ont fait....pas facile d'être Homo sapiens sapiens . Leurs désires sont si souvent en contradiction avec leur intelligence ).

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9112
ODP31
  17 août 2020
Le Brexit a donné le cafard à Ian McEwan. Pour chasser ses idées noires, le célèbre auteur anglais a décidé de demander à une de ces gentilles bestioles, appelée Jim Sams, de muer en premier ministre anglais. La blatte va squatter le locataire du 10 Downing Street, marchand de rêves et de sommeil. le romancier, pudeur britannique oblige et raccourci scientifique bien pratique, épargne au lecteur le mode d'emploi de la métamorphose. le pourquoi importe plus que le Comment. Les blatto-sceptiques n'auront qu'à relire Kafka pour faire semblant d'y croire et je renvois les amateurs de gore à quelques scènes bien visqueuses de « La Mouche » de David Cronenberg. Avec Ian McEWAN, nous sommes dans la fable satirique, pas dans la téléportation moléculaire, dans la preuve par l'absurde, pas dans un numéro spécial de Science et Vie cruelle. Ce court récit est un défouloir, l'équivalent d'un jogging à perdre haleine pour canaliser une rage à fleur de peau. On sent que derrière l'anglais, il y a un homme. Il a envie de se défouler le Ian contre un engrenage irrésistible et stupide qu'il décrit très bien dans sa courte préface.
La population des nuisibles ne peut prospérer que dans la misère, la saleté, la pauvreté et la violence. Afin d'accélérer le mouvement et retrouver les temps bénis de la peste et du choléra, Jim Sams est chargé par ses congénères de désintégrer l'économie du pays. Comme le brevet du repli sur soi avec l'Europe comme bouc émissaire de toutes les turpitudes était déjà déposé, le cafard a pour mission de faire gagner le camp des « Reversalistes » qui défendent l'inversion du flux de l'argent dans l'économie. Il s'agira de payer pour travailler et d'être rémunéré pour tout achat. le monde à l'envers. Il va s'opposer aux « Continualistes », soucieux de préserver le système actuel.
Le Charognard va s'épanouir dans le costume de premier ministre et barboter avec délice dans les eaux stagnantes et troubles du populisme pour arriver à ses fins. A coups de promesses intenables, serrant les mains tout en croisant les pinces, à force de diabolisations qui pourraient rendre jalouses pas mal de religions, par des accusations en dessous de la carapace pour anéantir ses opposants politiques et par des crises diplomatiques montées pour exacerbées les rivalités avec le Continent, Jim Sams, « Voix du peuple » autoproclamée, retourne l'opinion en la grattant dans le sens du poil rebelle et obtient l'aval des électeurs par référendum. Il s'alliera à un Président américain qui tweete plus qu'il ne réfléchit avant de retrouver son état de cafard, cancre las, fier de son oeuvre destructrice.
Cette nouvelle est traversée de moments jubilatoires et Ian McEwan pulvérise son pays à l'insecticide. La charge est sévère mais la satire est à la hauteur du désarroi de l'écrivain.
Dans l'oeuvre d' Ian McEwan, ce manifeste anti-Brexit, par son style, est à ranger à côté d'un roman comme "Dans une coque de noix". Il n'atteint pas, selon moi, le niveau de ses meilleurs titres et sur le traitement littéraire de cette période agitée, j'ai préféré le dernier roman de Jonathan Coe "Le coeur de l'Angleterre".
Amis des insectes, désolé, mais cette histoire caustique ne va pas m'inciter à la clémence face à ces indésirables de nos recoins. C'est Baudelaire qui a su faire du cafard l'étendard de la déprime dans " les fleurs du mal"
" Parfois il prend, sachant mon grand amour de l'art,
La forme la plus séduisante des femmes,
Et, sous de spécieux prétextes de cafard,
Accoutume ma lèvre à des philtres infâmes."
Magnifique, mais cela file le bourdon...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          725
Kittiwake
  09 juillet 2020
Avant même de jeter un oeil sur la quatrième de couv (j'aime beaucoup Ian McEwan), je me suis souvenue d'un autre cafard, de taille, celui-là, d'origine tchèque et personnage principal du culte La métamorphose. Alors lorsque dès la première ligne on découvre que le héros se nomme Sams, le doute n'est plus permis : nous avons affaire à un pastiche. Mais l'auteur rusé inverse le processus et c'est la blatte qui se retrouve au réveil dans le corps du …premier ministre anglais!
Le temps de s'habituer à la perte de ses anciens attributs et et d'apprendre à se servir de ce corps humain, et le voilà qui prend ses fonctions. Soucieux de réformer le pays, il propose une révolution : inverser le flux de l'argent. Autrement dit, vous payez pour travailler et recevez de l'argent lorsque vous faits des achats (nul n'est besoin de préciser qu'une petite gymnastique intellectuelle est indispensable pour imaginer le truc). Et c'est là que la lumière surgit : quelle réforme absurde l'Angleterre at-elle récemment proposée , sans trop y croire, prise à son propre piège lors d'un réferendum?

C'est donc une gentille critique à peine déguisée de la politique anglaise, et l'on comprend que l'auteur n'est pas du côté des ségrégationnistes. C'est drôle, emmené, plein d'humour, un peu amer parfois. Juste assez court pour ne pas devenir barbant et assez long pour régler ses comptes.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          780
Ptitgateau
  27 juillet 2020
Quelques années après la lecture de la métamorphose de Kafka, je découvre avec ravissement ce roman de Ian Mc Ewan dont le début est très prometteur. Il m'a tout de même fallu une certaine adaptation pour réaliser que cette fois, Grégor Sams devenait Jim Sams et que la transformation s'inversait : ce n'était plus une transformation d'homme en cafard mais une métamorphose de cafard en homme et qui plus est en premier ministre.

Non content d'inverser les processus de métamorphose, l'auteur opère également une métamorphose économique en inversant le trajet habituel de l'argent ce qui créera une situation absurde isolant le Royaume uni du de l'union européenne voire du reste du monde. Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Un référendum ? une grosse surprise qui allait bouleverser une bonne partie de la population anglaise et assurer des heures et des heures de travail, de négociations, de spéculation, de planification, de manipulations et de mensonges…

Quoique parfois difficile à suivre, ce récit mettra de façon géniale en évidence la panade politique dans laquelle le gouvernement anglais s'est vautré.

L'image du gouvernement constitué de cafards me semble très parlante et montre combien certains avaient intérêt à mettre la pagaille pour émerger. je ne m'étendrai pas pour vous permettre de vous rendre compte par vous même.

Cette histoire est écrite de main de maître et vaut vraiment le détour !

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          742
Nowowak
  26 août 2020
Aujourd'hui c'est la journée mondiale du meilleur ami de l'homme : fidèle, affectueux, joueur, attachant, intelligent ! Quel être exquis. Pétri de qualités, ce petit animal est opiniâtre, agile, rapide, vif. Ne comptez pas sur lui pour mettre du désordre, c'est un maniaque de la propreté qui déteste le gaspillage. Finis les déchets qui traînent, les morceaux de papier, de plastique, les emballages déchirés, il avale tout sur son passage. Cet hôte délicat respecte votre sommeil et pour ne point vous déranger se déplace la nuit quand la maisonnée dort et que son travail quotidien ne gêne personne. Petit il ne prend pas de place, il répond quand on l'appelle, il aime la compagnie et ce champion de la natalité privilégie néanmoins une discrétion qui est sa marque. Possédant tous les mérites, c'est un compagnon idéal qui ne vous laissera jamais tomber. Adoptez-le !
Sorti pendant le confinement ce livre adore l'obscurité, la fraîcheur de la nuit, le carrelage des cuisines, le fond des tiroirs. La lumière l'effraie. Ne vous approcherez pas... il prendrait aussitôt ses pattes à son cou !
Nowowak, d'humeur kafkaïenne.

Lien : https://brunosanmarcomovingp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
FortunaFortuna   14 août 2020
Coup médiatique de génie, la presse reversaliste avait réussi à présenter la cause qu’elle défendait comme un devoir patriotique, la promesse d’une renaissance et d’une purification de la nation : tout ce qui allait mal dans le pays, y compris l’inégalité des revenus et des chances, le fossé Nord-Sud et la stagnation des salaires, était causé par le sens dans lequel l’argent circulait. Si l’on aimait son pays et ses habitants, il fallait renverser l’ordre établi. Jusqu’à présent, les flux financiers n’avaient servi que les intérêts d’élites méprisantes. « Faites circuler l’argent autrement » devint un slogan irrésistible parmi tant d’autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Corboland78Corboland78   05 octobre 2020
Le silence se réinstalla. « Je sais comment c’était, avant, repris Jim avec bienveillance. Quelques étreintes à la sauvette derrière l’armoire à classement. Depuis, les choses ont changé. #MeToo et le reste. Le voilà, votre « mais ». Vous devez partir. Ma décision est irrévocable. Il me faut votre démission. » Benedict St John tendit le bras au-dessus de la table, saisit le journal et l’ouvrit. « Vous êtes derrière tout ça. » Le Premier ministre haussa les épaules. « Et vous derrière ce qui a fuité dans le Daily Telegraph. – Notre scoop était vrai. Pas le vôtre ! – Maintenant le nôtre l’est aussi, Benedict.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ArthoreArthore   20 août 2020
Des le premier jour, celui du R-day, on en ressentira les effets bénéfiques sur le plan macro et micro économiques. Le jour même, par exemple, notre police dotée de nouveaux pouvoirs pourra interpeller un automobiliste pour excès de vitesse et lui remettre par la vitre deux billets de 50 livres. Il incombera à cet automobiliste, afin d’échapper à d’éventuelles poursuites judiciaires, d’utiliser cet argent pour faire et financer des heures supplémentaires ou pour trouver un emploi un peu plus intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   04 octobre 2020
Rien n'était plus libérateur qu'une suite de mensonges bien ficelés. Voilà donc pourquoi on devenait écrivain...
Commenter  J’apprécie          80
RhodopsineRhodopsine   12 janvier 2020
In an instant, out of tragedy a diplomatic crisis was born. President Larousse, already baffled and irritated by l'inversion britannique and the disruption it threatened to French exports of wine and cheese to the UK, was, his spokesman said, 'disappointed' that the English should 'doubt the word of a very good friend'.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ian McEwan (108) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian McEwan
Ian Mc Ewan commence à publier des nouvelles à la fin des années 1970, avant de s'aventurer avec le Jardin de ciment (1978) dans le territoire du roman. Il s'attache depuis à arpenter le genre romanesque dans ses moindres recoins, change d'univers et de registre à chaque nouvelle publication, et passe avec virtuosité de la fresque historique (Expiation, 2001) au roman d'espionnage (Opération Sweet Tooth, 2012), du drame familial (L'Enfant volé, 1987) à la comédie satirique (Solaire, 2010). Au fil des métamorphoses de son oeuvre, l'inscription de la fiction dans le réel demeure un point d'ancrage : la guerre en Irak, le réchauffement climatique, le Brexit ou encore l'évolution des nouvelles technologies – thème de son dernier livre, Une machine comme moi – font irruption dans la trajectoire de ses personnages pour bousculer ou faire basculer leurs vies.
Héritier du grand roman du XIXe siècle, De Balzac à Jane Austen, McEwan a pour ambition de réconcilier cet héritage avec les leçons du modernisme et du post-modernisme. Pour cela, il s'appuie à la fois sur la force et le charisme de ses personnages, sur des structures narratives complexes et sur une écriture visuelle qui explique sans doute le grand nombre d'adaptations cinématographiques que ses romans ont connu.
Animés par des producteurs et productrices de France Culture, les entretiens du cycle « En lisant, en écrivant » sont réalisés en public à la BnF, puis diffusés dans la grille d'été de France Culture et disponibles en podcast. Genèse des oeuvres, sources d'inspiration, aléas de la vie quotidienne d'un auteur ou d'une auteure, édition et réception des textes – autant de sujets que ces rencontres permettent d'aborder, au plus près de la création littéraire.
En savoir plus : https://www.bnf.fr/fr/masterclasses-litteraires
+ Lire la suite
autres livres classés : brexitVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Test

ds

d
d
d
d

1 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Opération Sweet Tooth de Ian McEwanCréer un quiz sur ce livre

.. ..