Accueil Mes livres Ajouter des livres
Découvrir
Livres Auteurs Lecteurs Critiques Citations Listes Quiz Groupes Questions Prix Babelio
EAN : 9782020336512
340 pages
Seuil (19/01/1999)
3.59/5   110 notes
Résumé :
Dans un aéroport étrangement désert, quinze personnes s'embarquent à bord d'un charter - destination: Madrapour.

L'hôtesse fait une annonce tronquée et c'est assez pour déclencher chez les passagers une inquiétude qui se change en angoisse quand deux Hindous, l'arme au poing, menacent d'exécuter les otages un à un si l'avion n'atterrit pas.

C'est alors que l'on s'aperçoit que l'appareil n'a pas d'équipage et qu'il est dirigé depuis la... > Voir plus
Acheter ce livre sur

Fnac Amazon Rakuten Cultura Momox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 110 notes

CasusBelli
  02 juin 2021
Madrapour n'est pas le roman le plus connu de Robert Merle, mais croyez moi il vaut largement le détour ne serait-ce que par l'originalité de son scénario à la limite du fantastique, écrit en 1976, ce roman a très bien vieilli.
Avec Robert Merle on a de plus l'assurance d'une belle écriture. Ici, comme souvent avec l'auteur, il sera question de rapports humains et de questions existentielles, et comme toujours, il va nous régaler avec la justesse de son regard et grâce à un scénario surprenant et maîtrisé.
Je me rends compte qu'il ne va pas être évident de décrire le contexte dans la mesure où il se dévoile progressivement, et qu'en dire trop serait bien dommage pour qui aime découvrir au rythme du récit donc...
Je me contenterai de dire qu'il s'agit d'un huis-clos à 11 000 mètres d'altitude à bord d'un avion dans lequel une quinzaine de passagers a pris place pour se rendre à Madrapour. Très vite une série d'événements va créer un certain malaise dont et surtout l'absence d'équipage dans le cockpit...
Un panel de personnages de divers horizons culturels, grecs, anglais, américains, allemands, français, hindous et italiens mais aussi aux métiers divers et de classes sociales différentes.
Un panel qui fleure bon le choc culturel et qui va nous garantir des dialogues tantôt truculents, pertinents et surtout percutants et là Robert Merle va laisser libre cours à son immense talent d'observateur des travers humains.
Le parti pris narratif sera de nous faire assister à tous ces échanges de haute tenue à travers le regard de "Sergius" un linguiste qui parle une quinzaine de langues et qui sera le seul à nous faire profiter de ses réflexions et analyses.
Si vous aimez les mystères et la cogitation vous devriez apprécier cette histoire, ce que j'ai de plus trouvé remarquable c'est cette tension constante, cette question jusqu'aux toutes dernières lignes de savoir où nous emmène l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          90 16
LaBiblidOnee
  03 juillet 2021
Madrapour est un petit territoire entre l'Inde et la Chine qui viendrait d'être déclaré indépendant. C'est en tous cas ce qu'ont cru comprendre les 15 passagers du charter dont c'est la destination, qui ont chacun une bonne raison de s'y rendre. Décollent ainsi de l'aéroport de Roissy : un diplomate, un présumé agent de la CIA, un pseudo trafiquant de drogue, deux hindous, deux veuves désirant passer du bon temps dans un hôtel de luxe pour touristes, une vieille bique, deux hommes d'affaires, une héritière, une mère maquerelle, et j'en passe.

Mais ce voyage s'avère rapidement très étrange : de l'embarquement, à l'absence d'équipage en passant par ce vol qui semble à la fois si long, et si court, et que certains passagers semblent vouloir détourner, le lecteur est pris en otage : Sans possibilité de sortir de la situation où on l'a mis, mais surtout sans volonté d'en sortir maintenant qu'il y est. Un peu comme de nos vies, dont nous sommes à la fois les maitres et les prisonniers. Bien sûr, Robert Merle nous mène par le bout du nez, nous laissant tenter de démêler la situation en écoutant débattre les passagers de cultures et langues différentes, en nous mettant dans la peau de son narrateur traducteur à l'ONU qui, lui, les parle toutes. C'est ce personnage, plus passionnant que les autres, qui va nous décrypter toutes les nuances d'attitude, de posture, de voix, de mots de chaque personnage. La plume de l'auteur met en lumière à quel point il est fin observateur et psychologue, et ce huis clos pourtant extrêmement pesant en devient captivant. Même si l'on sent que l'auteur veut nous faire transcender son histoire pour nous raconter autre chose, on s'accroche à chaque détail pour que ce récit ait un sens, le sens qu'on voudrait qu'il ait. Comme on le fait avec nos vies : Ne sont-elles pas censées avoir un sens elles aussi, et si possible celui que l'on voudrait leur donner ?

En 320 pages, Robert Merle nous livre une fable sur la vie et sur la mort, sur le temps qui passe et notre court passage sur Terre. Nous ne sommes que des passagers, comme ceux qui ont embarqué un peu par hasard, un peu malgré eux, dans cet avion à destination de Madrapour. Madrapour, cette destination existe-t-elle seulement ? Certains d'entre eux le voient comme un paradis avec hôtel 4 étoiles et attendent son arrivée avec impatience, pour d'autres c'est l'enfer sur terre que des guerres intestines ont laissé à feu et à sang ; Pour d'autre encore, Madrapour n'existe tout simplement pas, a été inventé par les Etats et les médias en vue d'un complot. Bref, on est embarqué dans un voyage dont on tente de maîtriser la trajectoire, mais dont on ne connaît pas l'issue. Mais l'important n'est-il pas le chemin ? Alors comment va-t-on occuper notre voyage, obnubilés que nous sommes par la destination finale ? N'ayant aucune certitude sur cette dernière, on la trouve effrayante, cette perspective de débarquer : Où va-t-on atterrir ? Et dans quel état ? Et surtout, dans combien de temps ? Si au départ, on nous a donné un itinéraire plus ou moins tracé et un temps de vol approximatif, pour certains le voyage sera raccourci par les circonstances, pour d'autres il sera finalement plus long que prévu. Qui en décide ainsi ? le destin, Dieu, le hasard ? Ou chacun d'entre nous, avec nos décisions et nos actions ? Dans cet avion avec les passagers, on prend conscience du temps qui passe… Et chacun réagit à sa manière.

Une expérience métaphysique sur un fond entre complotisme et science fiction que j'ai bien aimé. Moins pour le propos en lui-même, qui est classique, que pour la manière dont l'auteur le superpose à l'histoire et, surtout, pour l'art de l'auteur de disséquer et d'analyser ses personnages. Je referme ce livre en me disant que, peut-être, je n'aime pas l'avion parce qu'il me rappelle à quel point je ne suis qu'une passagère minuscule, fragile et éphémère sur cette terre, dont la vie ou la mort ne tient qu'au fil invisible de l'aléa, du déterminisme, de ma décision de monter ou non et de toutes les actions des autres.… J'ai l'impression que l'avion me rapproche de ma propre mort, voire m'y emmène. Je ne suis qu'une passagère, je le sais. Et comme vous tous, j'essaye de vivre avec. Avec une certitude en ce qui me concerne : Peu importe ce qu'il y a après, je n'ai pas envie de gaspiller ce qui se déroule ici et maintenant.

Y-a-t'il un pilote dans l'avion ? Oui : Nous-même, jonglant avec ce que nous ne maîtrisons pas, tel le pilote du film Sully.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          70 50
Gwen21
  27 janvier 2019
Jamais je n'aurais imaginé pouvoir donner une note aussi basse à un roman de Robert Merle, auteur dont j'ai apprécié de nombreuses oeuvres, mais le fait est que je ne peux faire autrement avec "Madrapour".
Ce roman propose un huis-clos à bord d'un avion, début des années 70. A bord, une quinzaine de passagers, hommes et femmes, se sont embarqués vers une destination mystérieuse : Madrapour. Promesse d'exotisme et de tourisme pour les uns, ou de terre aux ressources naturelles bon marché à exploiter pour les autres, Madrapour est auréolée de bien des séductions mais c'est sans compter sur la perte du contrôle.
Dit comme cela, je suis certaine que vous imaginez un thriller angoissant et bien ce n'est pas du tout le cas et j'en suis la première déçue.
Non seulement j'ai trouvé certains passages à la limite de la misogynie et de l'homophobie, mais encore, je n'ai vraiment pas compris où résidait l'intérêt du roman, sa finalité. Le style habituellement brillant de Robert Merle se fait ici lourd et assommant, aucun de ses personnages n'est attachant voire même intéressant, les caricatures se succèdent, non, vraiment, là, je ne comprends pas.
Il m'a été pénible d'aller jusqu'au bout de ma lecture mais mon étonnement s'étant mué en quête, j'ai gardé jusqu'au mot "fin" l'espoir qu'il se passerait quelque chose de plus intéressant que l'exposé d'un égoïsme universel, incarné par tant de personnages à la fois.

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge XXème siècle - Edition 2019
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          43 0
DianaAuzou
  19 décembre 2021
Ma rencontre avec Robert Merle c'est Madrapour. le voyage a commencé à mon goût, surprise surréaliste et une pointe d'humour qui promettait fidélité au texte entier. L'avion qui part pour Madrapour décolle d'un aéroport vide et il n'y a que 15 passagers, dont le narrateur, sur des sièges en cercle, le fantastique dans un huis clos. Il n'y a pas de pilote, mais un braquage par deux hindous s'annonce sans merci. le temps est à rebours… mais ça tourne en rond, et le style est sec et ennuyeux, le narrateur, Sergius, témoin qui a eu la vie sauve, puisqu'il nous raconte les faits, met des qualificatifs sur ses émotions pour les amplifier et rendre l'atmosphère tendue sous le poids de la menace, … mais ça n'a aucun effet sur moi !!
Il y a eu des critiques enthousiastes sur le sens du suspense. Je l'ai beau cherché, pas trouvé !
Le narrateur-observateur, impliqué dans l'aventure la raconte au lecteur avec un détachement dont la froideur élimine toute émotion : le cours de l'histoire, la description des personnages, leur intervention et participation  à l'action . Les dialogues courts, qui auraient pu donner de la vivacité au récit et créer un certain rythme, et même donner une certaine émotion, tuent le suspense, n'ont comme effet que cette lourdeur de la langue dans tout l'espace du livre.
Dans des moments ou la vie est en jeu, Robert Merle fait ressortir la part d'ombre de l'homme, la superficialité, la petitesse, les rongeurs de la nuit, la bête sombre devant le danger et encore une fois avec un constat « sans espoir » pour l'humain.
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          23 14
cheyenne-tala
  08 avril 2014
Achevée, cette histoire me laisse dans un état de flottement, de tristesse, de fatalisme et d'interrogations.
L'oeuvre est une analyse fine de la psychologie humaine, qui se retrouve décortiquée, révélée.
Le récit se passe à bord d'un avion, mais pas n'importe quel avion. Et le cadre est totalement décalé, illogique, fou !
Des « passagers », aussi différents les uns des autres, et pourtant si semblables dans leur condition humaine, vont devoir faire face à certaines « questions ». Aucune réponse ne sera donnée, car il appartient à chacun de trouver la sienne.
Y-a-t-il un but à notre existence ? Qu'est ce qui est le plus important ? Doit-on se laisser entrainer dans la roue du temps, passivement et en s'enlisant dans nos petits tracas ? Rassurés par nos certitudes, nos règles, ce qui doit ou ce qui ne doit pas être, nos jugements ? Doit-on se laisser ronger par nos angoisses, fuir en espérant un ailleurs qui serait meilleur ?
Un livre que l'on ne peut oublier, sans aucun doute, même avec le temps…
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          14 0

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21 Gwen21   23 janvier 2019
Sur moi, sur tous, le choc est terrible. Car, cette fois-ci, la mort n'est plus ni abstraite ni lointaine. Elle est à portée de la main.
Sans nous demander notre avis, avec la plus extrême violence, le corps réagit en premier : les cheveux qui se dressent, les battements de cœur, la sueur qui ruisselle, les mains qui tremblent, les jambes en coton, l'envie d'uriner.
Commenter   J’apprécie          13 0
Gwen21 Gwen21   20 janvier 2019
Pour moi, le cercle est une communauté d'hommes et de femmes, dont je fais partie, et dont je partage les problèmes, les tensions, les espoirs. Le bonheur, pour moi, c'est le fait d'être ensemble. A mes yeux, il n'y en a pas d'autre.
Commenter   J’apprécie          14 0
Gwen21 Gwen21   29 janvier 2019
Curieux qu'une moitié de notre vie soit faite de sommeil et que dans la moitié qui reste, la moitié encore soit faite d'oubli ou d'aveuglement sur l'avenir.
Commenter   J’apprécie          17 0
aiguebelette aiguebelette   15 juillet 2019
[...] je prends note que je viens de découvrir la vraie nature du doute. Douter, ce n'est pas, comme je croyais, s'installer dans l'incertitude ; c'est nourrir, l'une après l'autre, deux certitudes contradictoires.
Commenter   J’apprécie          10 0
gill gill   27 avril 2012
13 novembre.
J'écris cette histoire en même temps que je la vis.
De jour en jour. Ou plutôt - ne soyons donc pas si ambitieux - d'heure en heure. Nous serions bien avisés, d'ailleurs, de faire tenir un monde dans chaque minute qui passe. Nous n'en avons pas tant à notre disposition.
La vie la plus longue peut se chiffrer en secondes. Faites le calcul : c'est un chiffre qui n'a rien d'astronomique - ni de particulièrement rassurant.
Tandis que j'écris ceci, je suis bien incapable de prévoir la fin de mon aventure. Je ne pénètre pas non plus sa signification. Ce n'est pourtant pas faute de hasarder des hypothèses...
(extrait du chapitre I)
+ Lire la suite
Commenter   J’apprécie          2 0

Videos de Robert Merle (9) Voir plus Ajouter une vidéo
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64092
Pour que la chirurgie orthopédique ait pu atteindre son degré actuel de fiabilité, il a fallu une organisation hospitalière nouvelle, la création de la spécialité, son enseignement à grande échelle, la pratique d'une délibération collective rigoureuse et honnête de chaque indication opératoire, y associer médecins experts et anesthésistes, exiger une pratique opératoire efficace et applicable par tous, publier les résultats sans masquer les échecs. Tout cela, nous le devons à un assembleur. Robert Merle d'Aubigné est celui auquel les chirurgiens orthopédistes français actuels doivent de pratiquer aujourd'hui.
+ Lire la suite
autres livres classés : huis-clos Voir plus
Acheter ce livre sur

Fnac Amazon Rakuten Cultura Momox





Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Robert Merle Créer un quiz sur ce livre

.. ..