AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Noël Schifano (Autre)
EAN : 9782070377367
512 pages
Gallimard (23/05/1986)
3.53/5   29 notes
Résumé :
À Milan, en 1975, un homme d'une quarantaine d'années, mal dans sa peau et dans la société, décide d'entreprendre un voyage en Andalousie à la recherche de l'unique femme de sa vie, celle qui l'a à jamais fasciné, sorcière et fée, madone et putain, l'aimante, la belle et rebelle Aracoeli : sa mère.

Entre l'agonie de Franco et l'assassinat de Pasolini, plus meurtri par son enfance que par la sanglante Histoire, Manuele reparcourt ainsi, à travers le t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Baldrico
  18 décembre 2018
Voilà le dernier roman d'Elsa Morante.
Un monument, où se retrouvent toutes les obsessions de l'auteur, mais dans des teintes plus sombres.
Manuele, passé la quarantaine, décide d'aller visiter le lieu de naissance de sa mère, Aracoeli. Elle est d'origine espagnole, de la région d'Almeria.
Manuele mène une vie sans joie et sans amour. Il se trouve laid et ne trouve aucune relation amoureuse satisfaisante. Son homosexualité est manifestement mal assumée. Son voyage à Almeria est surtout l'occasion de se rappeler les expériences de son enfance, depuis le quartier populaire de Monte Sacro (Totétaco dans la bouche du jeune enfant), jusqu'aux "Hauts quartiers" nouvellement construits dans les années 1930 et enfin chez ses grands parents à Turin et dans le Piémont, pendant la guerre.
Aracoeli est un grand livre sur la mémoire. En rappelant à lui ses souvenirs, Manuele prend conscience de sa sélectivité et de sa latence insoupçonnée. Comment un adulte peut-il se souvenir des fantasmagories de l'enfance? le monde était enchanté alors, et il l'est resté pour une part. Mais fantasmagorie ne veut pas dire irréalité. Elle est un regard individuel posé sur le monde. Un regard à la forme singulière, aussi parce que Manuele est très myope. Selon qu'il met ou enlève ses lunettes le monde prend un autre visage. Si, chez Elsa Morante, le monde est enchanté, il n'est pas enchanteur. Manuele est un gamin esseulé. Sa seule relation vraiment humaine, il l'a avec sa mère. D'où le travail de mémoire. le reste du monde, et parfois Aracoeli aussi, est dur, hostile, humiliant.
C'est donc sur une vision sombre de la vie qu'Elsa Morante clôt le cycle de ses grands romans. Mais Aracoeli est aussi un livre flamboyant, à l'écriture somptueuse, qui sait nous faire voir la richesse des points de vue sur ce monde hostile et inquiétant dans lequel nous vivons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Julaye30
  04 mars 2022
Milan, 1975. Manuele, 43 ans, est un homme déprimé, mal dans sa peau et sans grandes perspectives d'avenir. Il réalise des traductions pour une petite maison d'édition. En manque d'affection, il ne parvient pas à être heureux.
Le récit fait des allers-retours entre 1975 et les années de son enfance. Sa mère Aracoeli est au centre de ses réminiscences. D'origine andalouse, elle est décédée lorsqu'il était enfant. Pour la première fois de sa vie, Manuele ose prendre l'avion pour partir sur les traces de sa "Mama", à la recherche d'El Almendra, son village natal en Andalousie.
Le narrateur nous raconte par bribes l'histoire de sa mère Aracoeli qui a rencontré son père Eugenio en Espagne. Ce dernier, qui fait figure de père absent tout au long du roman, était commandant sous-marinier dans la Marine Royale italienne. En raison de sa position dans l'armée, leur relation reste dans l'ombre les premières années. Aracoeli vit alors seule avec son fils Manuele. Avec l'officialisation de l'union, ils déménagent dans les hauts quartiers de Rome. Leur domestique Zaira se partage entre leur appartement et celui de la tante Monda, soeur de son père restée "vieille fille".
Le début m'a beaucoup plu : le récit d'une époque passée, les membres de la famille... Quant à la plume talentueuse d'Elsa Morante, elle me laisse admirative. Mais le retour au récit de 1975 m'a un peu refroidie. J'ai trouvé le personnage de Manuele un peu déprimant, je ne suis pas parvenue à m'y attacher pendant la première partie du roman. Ses sentiments ambivalents envers sa mère (entre amour, nostalgie, colère), ses expériences amoureuses, son mal-être m'ont paru un peu dérangeants. Je n'ai pas du tout aimé cette partie.
Mais je me suis accrochée à cette lecture, à raison car la dernière partie du roman m'est apparue plus intéressante. Mon regard sur le narrateur s'est modifié et j'ai compris pourquoi il était autant désorienté et sa vénération pour cette mère aux deux visages : la Madone et la nymphomane.
Dans ce roman, le dernier d'Elsa Morante, paru en 1982, les thèmes de la fuite, du deuil, de la maladie, de la nostalgie, du manque d'affection sont omniprésents. On suit la construction complexe d'un enfant devenu un adulte instable, le tout avec pour toile de fond les régimes de Franco et de Mussolini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
StCyr
  21 janvier 2020
Ma lecture commença par un malentendu. Aracoeli était, dans mes souvenirs, la Basilique Santa Maria in Aracoeli, jouxtant et couronnant le Capitole, impressionnante par le volume de son espace intérieur. Néanmoins, l'action se déroule effectivement et principalement à Rome. Dans le livre qui nous intéresse c'est tout simplement le singulier prénom de la mère du narrateur, aucun rapport donc.
Manuel est un homme de la quarantaine, un peu paumé et qui, à la recherche de ses racines maternelles, s'embarque dans un voyage en l'Andalousie. Sa mère et son oncle étant morts depuis longtemps, on devine l'absurdité de sa quête qui n'en est pas moins légitime. Il se retrouve dans un village du bout du monde, pelé, qui pourrait être à la limite, dans son aridité, décor d'un improbable et quelconque western spaghetti. Cette errance mentale est l'occasion de réminiscences sur l'enfance du narrateur, dont les parents, installés originairement dans un quartier peu fréquentable, déménagent dans un immeuble "respectable". le petit Manuel est affligé d'une vue comparable à celle d'une taupe; il en a aussi la "grâce". Paradoxalement, c'est en fermant les yeux que le garçon pénètre dans un monde très coloré. L'enfant, dans une naïveté entretenu par une propension à l'onirique, se réfugie dans l'imaginaire. Son père est dans la marine et sa mère ne travaille pas, bardée d'une fierté et d'une morgue qui ne se justifie pas, comme si habiter dans la proximité de gens de conditions suffisait à la respectabilité.
La prose poétique confine à l'abstraction. On a toutes les peines du monde à rentrer dans l'univers d'Elsa Morante, de plus la typographie minuscule du Folio n'arrange rien. Mais un livre de cinq cents pages n'est pas une nouvelle, point d'accroche immédiate, il faut de la patience. Comme Sterne le dit quelque part dans son Tristram Shandy, tout est dans le contraste, c'est à dessein qu'il ménage des passages ennuyeux dans l'intention de rendre plus distrayant les épisodes loufoques. Les deux tiers ou la grande moitié du récit sont d'une lecture fastidieuse. Jamais il ne faut abandonner un livre, Aracoeli en est la meilleur des preuves. La mère du narrateur donne naissance à une fille qu'elle appelait de ses voeux, reléguant au second plan Manuel, dont la mère tolère à peine la présence, le papa étant souvent absent, ayant privilégier l'exercice de ses devoirs militaires. Cependant le nourrisson meurt après quelque jours. Commence alors un basculement dans l'esprit de la mère, le style change, le récit devient passionnant dans son extrême dureté. Manuel va subir des vexations, des violences psychologiques, des traumas d'une telle gravité, qu'on s'étonne qu'à l'âge adulte ce dernier, bien que marginal, n'ai pas sombré dans la folie. On devient pervers, psychopathe ou tueur en série pour moins que çà.
Vous l'aurez compris Aracoeli est un roman qui se mérite, qui découragera les moins aguerris, mais récompensera le lecteur patient et volontaire. C'est un roman dérangeant, éprouvant même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Siladola
  19 janvier 2019
Ma critique est sur l'édition Biblos, après celle de la Storia (lien ci-dessous).
Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Julaye30Julaye30   08 février 2022
A quarante ans révolus (elle avait des années de plus que mon père) elle vivait sa virginité sans amertume, en toute sérénité, presque heureuse dans sa chaste solitude. En complément de sa rente personnelle (fruit de l'héritage d'une grand-tante) elle se consacrait, en qualité de conseillère ou secrétaire, à des publications scolaires; et cette activité continuelle, en alternance avec son grand affairement chez elle, et sa terrasse et ses vêtements, outre qu'elle lui assurait une fort digne indépendance, suffisait à ses exigences d'utilité sociale et d'intégrité morale. Extérieurement, elle avait cet aspect caractéristique, et prédestiné, par quoi la typologie vulgaire a coutume de représenter les vieilles filles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BaldricoBaldrico   07 décembre 2018
Il n'est en effet point de retour de l'Oubli, sinon à travers son jumeau, la Restitution. C'est dans cet autre fleuve, que l'on reboit les mémoires perdues; mais comment s'assurer que ses eaux ne sont pas droguées, et polluées par des présages ou des séductions, des fabulations ou des leurres?
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
À cet acte final seulement, le dessin, que chacun de nous va traçant dans sa vie quotidienne, prendra une forme cohérente et accomplie, où tout acte précédent aura son explication. Et ce sera ce choix – fût-il caché à nous-mêmes, ou masqué, ou équivoque – qui aura déterminé nos autres choix, nous aura livrés aux événements, et marqué nos corps dans chacun de leurs mouvements, les conformant à lui. Nous le portons écrit, indélébile, jusqu’à l’intérieur de chacune de nos cellules. Et le classique connaisseur à l’œil pénétrant pourrait sans doute déjà le lire dans nos gestes, nos linéaments, et dans chaque pli de notre chair vulnérable. Et il ne pourrait pas, en son âme et conscience, dénoncer des erreurs, ou des remplissages, ou des contresens dans sa trame. Bien plutôt, il apprendrait, en le lisant du début à la fin, qu’il renvoie partout à une logique sûre, constante, qui lui appartient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 juin 2016
La nature, en général, fournit aux animaux terrestres, aquatiques et aériens, les instruments sensibles pour qu’ils s’orientent selon les moyens qui leur sont propres. Il est donc naturel, pour un hirondeau qui a grandi, de suivre l’envolée collective vers l’Afrique, ou pour une jeune anguille de remonter, avec les autres, depuis la Mer des Sargasses le cours des rivières. L’instinct primaire de chaque créature est d’égaler – ou de dépasser – ses semblables, ceux qui appartiennent à la même espèce, en s’orientant dans le milieu commun avec les instruments qui lui sont propres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Julaye30Julaye30   03 mars 2022
La veille au soir, en la vouant à ma terrible haine, je m'étais promis de l'éviter dorénavant ; mais il fallut bien que j'en convienne : dès le matin de ce jour, c'était plutôt elle qui me fuyait. Et à ce nouveau coup inattendu, je redevins l'esclave - tels ces infimes invertébrés qui, si on les sectionne, regrandissent sur leurs tronçons - se remettant à ramper devant elle, pour en mendier un regard, une syllabe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Elsa Morante (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Morante
L'écrivain espagnol Enrique Vila-Matas vient partager au Collège de France sa vision toute singulière de l'écriture.
Radicalement pas original (Bastian Schneider) Extrait de la grande conférence du 24 mars 2017 avec la participation de Dominique Gonzalez-Foerster
Plus d'information : https://www.college-de-france.fr/site/grandes-conferences/Enrique-Vila-Matas.htm
Le dernier livre d'Enrique Vila-Matas, Mac et son contretemps, vient de sortir aux éditions Christian Bourgois.
Enrique VILA-MATAS est né à Barcelone en mars 1948. Son oeuvre a été presque dans sa totalité publiée chez Christian Bourgois Editeur : Abrégé d'histoire de la littérature portative, Suicides exemplaires, Enfants sans enfants, Bartleby et compagnie, le Mal de Montano, Paris ne finit jamais, Docteur Pasavento, Explorateurs de l'abîme, Journal volubile, Dublinesca, Perdre des théories, Impressions de Kassel, Marienbad électrique, Mac et son contretemps. Elle a été traduite en 37 langues et couronnée par de nombreux prix littéraires : le prix Médicis étranger, le prix Rómulo Gallegos, le prix Rulfo, le prix Ennio Flaiano, le prix Elsa Morante, le prix Mondello, le prix Gregor von Rezzori, le prix Formentor, le prix national de Catalogne Chevalier de la Légion d'honneur en France, membre du convulsif Ordre des Chevaliers de Finnegans', fondateur de la Société de "Réfractaires à l'abrutissement général" (Nantes), et recteur (inconnu) de l'Université inconnue de New York. Divers ouvrages critiques ont été publiés sur son oeuvre ainsi qu'un livre d'entretiens avec son traducteur français actuel.
Découvrez toutes les ressources du Collège de France : https://www.college-de-france.fr
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/College.de.France Instagram : https://www.instagram.com/collegedefrance Twitter : https://twitter.com/cdf1530
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
687 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre