AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246770114
288 pages
Grasset (01/01/2011)
2.88/5   596 notes
Résumé :
Véronique Olmi
Cet été là
Coutainville, un weekend du 14 Juillet.
Trois couples d'amis se retrouvent.
C'est un rite immuable et léger.
Une parenthèse joyeuse.
Cet été là, pourtant, un adolescent s'immisce dans leur petit groupe pour raviver, peut-être malgré lui, des culpabilités anciennes, des blessures...
Cet être-là est un roman sur la fragilité des existences que l'on voudrait heureuses - mais dont les failles se ... >Voir plus
Que lire après Cet été-làVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (120) Voir plus Ajouter une critique
2,88

sur 596 notes
Deux couples se retrouvent chaque année pour les vacances d'été chez Denis et Delphine leur hôte.
Sous la bonhommie et la légèreté de ce rendez-vous, peu à peu les fêlures apparaissent, les masques tombent.
C'est joliment écrit, mais pourtant je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages.
Véronique Olmi nous fait croire que sous les convenances, les rires forcés la moindre étincelle (on est la veille du 14 juillet) va faire désagréger ces amitiés, ces couples. Malheureusement (pour moi en tout cas), la mèche s'éteint très vite et Olmi n'arrive rarement à nous émouvoir, à gratter au-delà des apparences. Olmi choisit de croiser ces histoires, mais son regard reste bien trop neutre pour nous toucher. Cet êté-là » n'est pas un mauvais roman, mais il manque un angle à tout cela. On se moque de ce qu'il va leur arriver, c'est bien dommage.
Vite lu et j'ai bien peur qu'il soit vite oublié.

Commenter  J’apprécie          766
"cet été là" est un roman qui se lit sans déplaisir mais pour lequel je n'y ai trouvé que peu d'intérêt. Je n'ai pas ressenti la profondeur de "bord de mer", "numéro six" ou encore "Bakhita" Ce roman traite du temps qui passe et de son impact sur les couples, on y ressent de la nostalgie, des regrets, de la solitude mais aussi on constate la fragilité de ces couples qui se démènent avec leurs mensonges, leurs petits arrangements. La plume de Véronique Olmi me plaît toujours mais elle n'a pas réussi cette fois-ci à rattraper l'histoire qui me paraît bien banale.
Commenter  J’apprécie          400
Le résumé est attirant, la couverture invite au farniente, jusque-là tout va bien ! Puis arrive une flopée de personnages que j'ai rapidement confondus, à tel point que je suis revenue au début pour noter les prénoms, les couples, etc !

Une fois les rôles à peu près maitrisés j'ai attendu de voir se profiler le but où l'autrice voulait nous mener mais je n'ai pas compris son cheminement. Pas de début, des personnages qui pour la plupart ont fait la tronche tout le séjour, des enfants immatériels, un “extra-terrestre” qui prédit la mort du grand pin.

Aucune consistance, beaucoup de pistes amorcées... pour rien ! Je me suis ennuyée et j'ai eu envie de mettre des claques à Delphine bien qu'on ne sache pas le pourquoi de son comportement !

Une écriture hachée et un texte décousu ! J'ai vraiment eu l'impression de perdre du temps alors que j'ai déjà du mal à me concentrer.

Jeux en Foli...ttérature XVI
Challenge 50 Objets 2023/2024
Challenge Féminin 2022/2023
Challenge Plumes Féminines 2023
Commenter  J’apprécie          300
Le temps d'un week-end en Normandie, trois couples vont faire le point sur leur vie, chacun va prendre consciente qu'ils n'ont pas vraiment la vie qu'ils rêvaient... Chacun a ses secrets, ses non-dit et chaque personnage nous surprend.
L'écriture est très belle et assez poétique mais leurs secrets sont parfois pesants. Je m'attendais a un week-end de règlement de compte "drôle" mais c'est tout le contraire. Les personnages sont plutôt sombres et me semble malheureux.
Je sors donc de cette lecture assez partagée.....
Commenter  J’apprécie          290
"Ô temps! suspends ton vol, et vous, heures propices!

Suspendez votre cours :

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours!"

extrait du "Lac" De Lamartine.


Curieux, mais en refermant ce livre presqu'à regret, spontanément ces vers De Lamartine se sont mis à chanter dans ma tête. Véronique Olmi est une enchanteresse.

Pendant toute la lecture, le flux et le reflux de la mer nous accompagnent, il y a aussi ce temps d'entre le Temps dans le village de Coutainville où couples, enfants se rejoignent dans une maison de famille pour le 14 juillet.

Tout est arrêté, figé : les générations se croisent, les adultes d'à présent savent les gestes des précédents et savent aussi que les suivants referont les mêmes. Il y a dans ces moments une intemporalité bienveillante, presque rassurante, comme un arrêt sur image.
Cette envie justement de dire "ô temps! suspends ton vol!" Mais l'inéluctable ne s'arrête jamais.
Un mal être gâche les heures qui se voudraient belles et couve en chacun des protagonistes. Heure des bilans : un ado mystérieux apparaît, n'ayant de mystère que pour celles et ceux qui se cherchent et finiront peut-être par se rencontrer parce qu' un être venu on ne sait trop d'où les aura déstabilisés.
Trois couples différents, une amitié sincère, des adolescents perturbants plus que perturbateurs, trop d'aisance pour certains, des rêves inassouvis, des envies, des regrets, des refus d'aimer...

Tout cela les déchire, la permanence est un faux désir. Comme la mer qui se renouvelle sans cesse, la vie prendra une autre direction et suivra, salvatrice, les mouvements de chacun : un couple qui se sépare, une femme qui enfin abandonne son secret, une autre qui s'affirme, un homme qui lutte, etc...
La dissection des sentiments, des émotions, des actions des uns et des autres est subtile, précise, remuante.

On est juste là, ombres écoutant et regardant, on souffre, on espère, on sourit, ils existent, on fait presque partie de leur groupe... et pourtant la nostalgie, la fatalité, le temps qu'on griffonne "comme un brouillon" laissent une amertume que l'on comprend trop bien.

Ils ont raison, il ne faut pas hésiter ni stagner, c'est le mouvement qui est vie.

Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
-Tu as raison, c'est nul... La campagne c'est comme le magnésium, c'est bien sous forme de cure, mais sur le long terme on en perd tous les bénéfices... Avec de l'argent, qu'est-ce que je ferais?
-Rien. Tu goûterais les choses. Le temps qui passe... Le bruit de la pluie par une fenêtre ouverte, l'odeur de Paris au mois de mai, un café dans les jardins du Palais-Royal, un verre de vin face à la pyramide du Louvre...
-C'est ce que tu fais?
-Non... Moi je m'agite. C'est moins difficile.
Commenter  J’apprécie          150
Il aimait Marie plus que tout, elle était sa seule raison de vivre, la dernière à le voir comme celui qu'il aurait aimé être. Il se raccrochait à elle comme un enfant à une icône, une sainte un peu miraculeuse, il craignait de la perdre et d'être désaimé d'elle comme on craint de se perdre dans un pays hostile.
Commenter  J’apprécie          200
Et elles restèrent ainsi à regarder ces deux adolescentes indifférentes à ce qui se passait autour d'elles... Chacune essayait de deviner ce qu'elle aurait fait à leur place, et ce temps de l'adolescence ne leur semblait pas si loin, cette impatience heureuse teintée de méfiance et d'instinct. Cela surgissait parfois. Brièvement, comme des rappels.
Commenter  J’apprécie          150
Lors de ces week-ends entre amis, à force d'être une personne conciliante et gentille, toujours surgissait en elle à un moment ou un autre l'envie de s'éclipser. Ne plus parler. Ne plus écouter. Ne plus comprendre
Commenter  J’apprécie          200
Parfois j'ai l'impression que toutes mes angoisses sont logées dans mes pieds, le jour ça va, je marche dessus je les piétine, mais la nuit, sitôt que je suis allongée, elles remontent tu vois, elles me labourent le ventre, le cœur, la tête, je peux plus respirer, j'étouffe.
Commenter  J’apprécie          151

Videos de Véronique Olmi (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Olmi
Un roman intense contre toutes les formes d'oppression sous la plume incomparable de Véronique Olmi qui allie extrême élégance, engagement et puissance narrative.
Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/le-courage-des-innocents-9782226480866
Ben, jeune activiste altermondialiste, traverse la France pour sauver Jimmy, son demi-frère de treize ans son cadet, retiré à la garde de son père pour être placé en foyer. Sa rencontre avec des enfants perdus qui naviguent de foyer en famille d'accueil l'ébranle profondément et remet toute sa vie en question. Elle va le mener en Ukraine et au bout de lui-même.
Nous suivre sur les réseaux sociaux : Instagram : https://www.instagram.com/editionsalbinmichel Facebook : https://www.facebook.com/editionsAlbinMichel Twitter : https://twitter.com/AlbinMichel Linkedin : https://www.linkedin.com/company/albin-michel
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1234) Voir plus



Quiz Voir plus

Véronique Olmi

Née à Nice en...

1942
1952
1962
1972

12 questions
24 lecteurs ont répondu
Thème : Véronique OlmiCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..