AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782260004905
Éditeur : Editions Julliard (09/09/1998)
4.39/5   92 notes
Résumé :
Assemblés en un seul volume sous le titre : l'eau des collines, les deux récits de Pagnol : Jean de Florette suivi de Manon des sources.

Le livre est illustré des photos du film de Claude Berri.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,39

sur 92 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

gill
  01 juillet 2012
C'est une histoire très belle, simple, tragique que nous conte Marcel Pagnol de sa plume si fine.
C'est l'histoire d'un crime et de son châtiment, drame d'une vengeance, d'un conflit entre un jeune citadin plein d'enthousiasme et deux hommes de la terre, histoire d'un amour tragique qui apporte le malheur.
Merveilleusement adaptés au cinéma par Claude Berri, ces deux livres nous apportent le souffle des collines si chères au petit Marcel de ''la gloire de mon père''.
Marcel Pagnol atteint ici le sommet de son oeuvre d'écrivain.
Commenter  J’apprécie          140
frconstant
  15 avril 2017
L'eau des collines, avec son Jean de Florette et sa Manon des sources est un dyptique de Pagnol à lire et relire... Une oeuvre majestueuse qui tout le monde connaît, ou peut penser connaître, même sans en avoir tourner les pages. On en a tiré de si bons films (Merci Claude BERRI) qu'on ne peut ignorer la romance et le drame de ses personnages, le drame que couve un amour déçu.
Mais tous les films, aussi bons qu'ils soient, imposent au spectateur une image des personnages et, image oblige, travaillent davantage la surface, le paraître que l'être profond. Voilà pourquoi j'ai aimé me replonger dans le texte, prendre le temps de laisser monter en moi des images que je m'efforçais de choisir différentes des films, que je replaçais dans la Provence que j'ai eu maintes fois l'occasion de découvrir et parcourir en crapahutant dans ses sentiers aux odeurs sans pareil.
Retourner aux origines permet de retrouver l'essence du texte, la saveur des mots, les haltes que l'on se donne entre deux chapitres, deux pages, deux phrases parfois, blottis dans le coeur de la Provence, dans la fraîcheur de l'eau des sources cachées de ses collines.
Lire, relire Pagnol, un réel moment bonheur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Lesaloes
  20 octobre 2017
Destins et écrivain démiurge
L'histoire est connue, popularisée par le cinéma. Provence, retour à la terre, mort, vengeance et Destin. Avec au coeur de l'intrigue l'or des collines, la vie : la source. Jean de Florette, bercé de l'illusion néo-rousseauiste de retour à la terre, celle de ses ancêtres, mourra ruiné, épuisé par sa quête d'une eau toute proche. Par la cupidité et l'avarice des Soubeyran, le patriarche César le Papet, et son neveu Ugolin, ultime descendant d'une lignée dégénérée par les mariages entre soi - pour mieux protéger le patrimoine - qui rêve de cultiver des oeillets dans ces champs trop convoités et qui tous deux pousseront jusqu'au crime : ils maçonneront la source pour la tarir. Avec le silence complice des villageois des Bastides blanches qui ne diront rien : on ne se mêle pas des affaires des autres.
Mais justice immanente et vengeance humaine. La blonde Manon, fille de Jean, privera d'eau le village, poursuivra de sa haine Ugolin qui, fou d'amour et de remords, ira se pendre. Ultime coup d'un destin inéluctable décrété par des dieux implacables (Dieu ?), le Papet cynique, cupide et dans la totale incapacité d'anticiper le secret pour lui insaisissable du dénouement de sa destinée, apprendra que Jean était son propre fils : il l'aura ainsi volontairement laissé mourir à la tâche, sous les yeux de Manon, désormais sa propre petite-fille. Ultime ironie du sort : l'enfant à naitre perpétuera la race des Soubeyran, rêve tant convoité de César Papet qui finira dans sa solitude torturé par le souvenir de son crime « Alors tu comprends que je me languis de mourir parce qu'à côté de mes idées qui me travaillent, même l'enfer c'est un délice. » (Manon des Sources fin)
Marcel PAGNOL a tous les talents, le sait et abuse du mélange des genres. le romancier excelle dans le récit, les fulgurances de styles différents, la savoureuse galerie-caricatures de portraits, la reconstitution des us et coutumes de la vie rurale dans la Provence des années 1940. Mais à vouloir trop embrasser pour démontrer l'étendue de sa palette, l'homme de théâtre multiplie dialogues et discours trop foisonnants, et le cinéaste la redondance de séquences inutiles. Pagnol aurait gagné à donner plus de nervosité à un récit ramassé, en élaguant largement dans son oeuvre.
A travers ce récit régionaliste à portée universelle d'une Provence rurale des hauts d'Aubagne, il s'en est ainsi fallu de très peu que Pagnol réalise un pur chef d'oeuvre de notre littérature. Nourri des classiques de l'Antiquité, il retrouve dans L'Eau des collines ses réminiscences des Géorgiques de Virgile et la force du Destin de la grande tragédie grecque dont il évoque en passant Oedipe roi de Sophocle. Avec l'ultime rappel de l'écrivain démiurge : du haut de leur Olympe, les Dieux se jouent des destinées des hommes et lanceront sur eux les foudres de leur justice, punition de leurs crimes, arrogances et silences complices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Helene1960
  11 décembre 2014
Dans l'arrière pays d'Aubagne, dans le village des Bastides Blanches les familles vivaient regroupées autour de la fontaine. On ne savait pas vraiment d'où venait cette eau mais elle était précieuse pour les habitants. Des habitants qui n'acceptaient pas volontiers l'arrivée d'un étranger, venant de la ville de surcroit... Jean Cadoret en fit l'amère expérience, lui qui se tua à la tâche pour pouvoir apporter de l'eau à son petit lopin de terre. Sa fille Manon, ayant su que certains habitants du village avaient caché l'existence d'une source sur la propriété de son père s'acharna à leur couper l'eau de la fontaine...
Un fresque savoureuse du Sud de la France à la sauce de Marcel Pagnol.
Commenter  J’apprécie          50
docare
  31 mai 2016
Au pied du Garlaban couronné de chèvres, mon pays. Entre Ruissatel et La Treille, dans ces collines farouches et parfumées où volent les bartavelles, Pagnol nous raconte une histoire d'eau précieuse. L'amour n'est jamais loin qui frappe Ugolin ensorcelé par Manon. le Papet, sombre et taiseux sous un soleil bleu, le drame qui rôde. Toute notre Provence est là.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LesaloesLesaloes   20 octobre 2017
Destins et écrivain démiurge

« Ugolin regardait ces pieds cambrés, repoussés par la roche élastique, ce chevreau roux aussi léger que la musique, et il ne savait plus si c'était elle qui jouait cette chanson, ou si les échos amicaux l'inventaient pour porter leur danse. Il était pris dans le mystère d'une peur émerveillée : le menton dans une lavande, il entendait battre son cœur, et il sentait obscurément que cette dansante fille, encore fraîche de l'eau lustrale de la pluie, était la divinité des collines, de la pinède et du printemps. »
La danse de Manon nue au bord du torrent, Manon des sources, p.77
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gillgill   15 janvier 2013
Récit simple et puissant d'une lutte pour la vie, histoire d'un crime et de son châtiment, drame d'une vengeance, tragédie familiale, conflit des cœurs purs et des âmes fortes, opposant un jeune citadin plein de fraîcheur et d'enthousiasme à deux paysans durs, âpres, sournois, fermés, implacables, peinture exacte et magnifique des hommes de la terre, chant du monde, poème de l'eau, du vent, des saisons, des collines, "Jean de Florette" et "Manon des Sources" sont tout cela et ils sont beaucoup plus que cela, un des sommets de l’œuvre de Pagnol : le livre de la faute, de l'innocence et du pardon.
(quatrième de couverture du volume paru aux éditions "Presses Pocket" en 1971)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Helene1960Helene1960   11 décembre 2014
... ses cheveux ça ressemble à de l'or. Ses yeux, ça ressemble à la mer ; ses dents, ça ressemble à des perles ; et ce qu'elle a dans son mauvais corsage. je suis sûr que ça doit ressembler à quelque chose de bien joli!
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Marcel Pagnol (83) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Pagnol
Présentation de la BD tirée du film détruit par Marcel Pagnol, sous la pression nazie, pour éviter de collaborer.
"La Prière aux étoiles", première partie Scénario : SERGE SCOTTO, Eric STOFFEL Dessin : MARKO, Iñaki Gonzalez HOLGADO Fiche album : http://www.angle.fr/bd-m-pagnol-en-bd-pria-re-aux-a-toiles-la-tome-1-9782818976241.html
Résumé : Amante entretenue de Dominique, l'une des plus grosses fortunes de Lyon, Florence ne souhaite pourtant pas l'épouser et mettre de côté ses rêves de cinéma. Lors d'une sortie à la foire du Trône, la jeune femme rencontre Pierre, un musicien en mal d'inspiration, qui est pourtant l'auteur d'un titre promis au succès, La Prière aux étoiles. Ce que le mélomane ignore, c'est que cette prière est aussi celle de la jeune femme.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

L'univers de Pagnol

Quel est le nom de la mère de Marcel Pagnol?

Marie
Augustine
Rose
Il n'a pas de mère

9 questions
91 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur ce livre

.. ..