AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266000764
Éditeur : Pocket (09/09/1998)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 564 notes)
Résumé :
Vingt ans ont passé. Marius est devenu garagiste à Toulon, Fanny est la riche madame Panisse, et César le parrain de Césariot, le fils de Fanny, élève à Polytechnique. Lorsque Panisse meurt, il veut que le jeune homme apprenne qu'il n'était pas son véritable père... En 1936, Pagnol décide de conclure l'histoire de ses héros marseillais. Il est maintenant cinéaste et c'est directement pour l'écran qu'il écrit César, dont il publie cependant le texte. Il démontre avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  27 octobre 2012
Dans ce troisième et dernier volet de la trilogie de Pagnol, vingt ans se sont écoulés. le petit césariot, le fils de Fanny a bientôt 20 ans, l'âge qu'avait son père lorsqu'il s'est embarqué dans la marine, abandonnant ainsi Fanny et celui qui serait son fils (ce dernier point, il l'ignorait alors).
Après avoir réussi brillamment son école de polytechnique à Paris, césariot se rend ici à Marseille au chevet de celui qu'il croit être son père et qu'il aime comme tel, Panisse, car ce dernier est mourant.
Ce n'est que quelques années plus tard qu'il apprendra sa véritable identité et qu'il décidera, en secret, de se rendre à Toulon pour enquêter pour ce mystérieux "Marius" dont tout le monde autour de lui parle à voix basse.
Une trilogie très émouvante, drôle par moments, triste à d'autres, qui nous apprend que dans la vie, rien n'est irréparable et qu'il faut accepter de reconnaître ses erreurs ainsi que ses propres défauts et surtout, de ne pas avoir peur de tout recommencer de zéro. Dans la vie, si l'on a encore la santé, rien n'est jamais trop tard. le reste n'est qu'une question d'orgueil, souvent mal placé, qu'il faut apprendre à mettre de côté et accepter le fait de se remettre en question.
A lire, à voir, à entendre et à relire, à revoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Gaoulette
  21 mars 2019
La saga se clôture avec beaucoup d'émotions.
Faire taire 20 ans de ressentiments, de secrets et mensonges. J'ai cru au départ que ce tome serait consacré à César le père râleur mais j'avais oublié qu'il y avait un autre Marius-César. cesariot qui avait des choses à dire et un couple enfin à réunir.
J'adore comment Marcel Pagnol aborde certains thèmes comme la pression social, les "ont dits", la mauvaise réputation…
IL nous offre un joli happy end tant attendu.
Une jolie trilogie qui ne prend aucunes rides malgré les décennies qui passent.
Commenter  J’apprécie          160
charlitdeslivres
  21 février 2016
C'est avec un pincement au coeur que l'on s'apprête à quitter cette trilogie et ses personnages riches en émotions.
Dans ce volet, on va faire un bon dans le futur de vingt ans et se concentrer sur Césariot le fil de Fanny. Césariot est un enfant d'une vingtaine d'années calme et sérieux il s'apprête à rentrer à polytechnique. Mais il devient un enfant sans repère quand il apprend que l'homme qui l'a élevé n'est pas le père qu'il pensait avoir. Pendant vingt ans César et la mère de Fanny ont gardés le secret. Mais ça ne fait pas de doute, le père de Césariot c'est Marius !
Dans ce troisième volet on se concentre sur ce personnage, sur sa recherche de ses racines. C'est une belle fin d'histoire pour une pièce qui nous a montré l'évolution de ces vies. Un livre qui nous montre la vérité sur l'importance de ces origines. Sur les mensonges que l'on est prêt à croire pour se prouver que l'on avait raison ou pour se rassurer tout simplement.
Dans cette pièce on nous montre avant tout l'état de pensées que l'on pouvait avoir dans les années vingt. Par un manque évident de soutient de sa famille, Fanny a été obligée de se marier, de mentir et de cacher un secret lourd de conséquence.
Cette trilogie est belle car elle nous fait passer par un grand nombre de sentiments. On s'accroche à tous ces personnages et on apprend à les aimer ou les détester. La tournure des événements rappelle une tornade qui d'un simple coup de vent entraînerai et détruirai tout sur son passage.
On est content que la promenade s'arrête car on est à bout de souffle. Mais pour nous, pour ces personnages qui sont devenus nos amis et dont on espère qu'ils pourront enfin vivre pleinement leurs choix et le reste de leurs vies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Meps
  21 septembre 2016
Belle clôture pour cette trilogie que ce film que Pagnol a fini par réadapter à la scène où étaient nés les deux autres volumes. Car c'est bien de théâtre qu'il s'agit ici aussi, avec encore des moments d'anthologie (la confession de Panisse, la discussion Marius-cesarion sur le bateau, les colères De César). le théâtre de Pagnol est... théâtral comme le sont ses Marseillais qui ont fixé du coup dans la mémoire collective de la France le stéréotype des habitants de la deuxième ville de France.
La clôture est belle car elle répond aux questions ouvertes par les deux autres tomes, en égratignant tous les protagonistes et en les épargnant tout à la fois. Et le lecteur en finit ravi, car il fait à la fin, lui aussi partie de la famille, et que s'il se délecte des disputes, il préfère quand tout le monde finit par s'entendre.
Commenter  J’apprécie          200
lecassin
  02 septembre 2012
« César » tient une place particulière dans la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol : d'abord film, puis adaptation au théatre, une comédie en trois actes, qui sera donnée au théâtre des Variétés en 1947 ; alors que le troisième « volume papier »date , lui de 1937.
Marcel Pagnol est devenu, fortune faite, le cinéaste que l'on connaît…
« César », les mêmes vingt ans plus tard : Césariot alors élève à Polytechnique, apprend àla mort de Panisse que celui-ci n'est pas son vrai père et que son père biologique est le fils de son « parrain » César, le fameux Marius, qu'on lui décrit plus ou moins, sinon comme un voyou, pour le moins comme une sorte de marginal aux fréquentations douteuses. Césariot décidera de le rencontrer incognito…
« César », un troisième volume, tant au cinéma qu'au théâtre, plus faible que les deux premiers. Marcel Pagnol semble chercher une happy end… Néanmoins, on retrouve quelques fulgurances auxquelles « Marius » et « Fanny » nous avaient habitués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
MeduzanticMeduzantic   25 juillet 2013
CESAR : (...) Moi, il y a une idée qui me tracasse : le Bon Dieu d'Elzéar, - le nôtre, enfin - SI CA N'ETAIT PAS LE VRAI ?
ESCARTEFIGUE, épouvanté : Oh, couquin de Diou !
HONORINE, scandalisée : Mais qu'est-ce que vous dites ?
CESAR : Je veux dire que je connais des musulmans, des Hindous, des Chinois, des nègres. Leur Bon Dieu, ce n'est pas le même, et ils ne font pas comme nous !... Nous, nous avons des péchés, que chez eux c'est une bonne action, et versi-versa... Peut-être qu'ils ont tort, remarquez bien... Seulement ils sont des millions de milliasses... S'ils avaient raison, monsieur Brun ?
M. BRUN : Il est certain que la question peut se poser.
CESAR : Le pauvre Honoré est tout préparé, bien au goût du Bon Dieu d'Elzéar. Et si, en arrivant au coin d'un nuage, il se trouve en face d'un Bon Dieu à qui on ne l'a jamais présenté ? Un Bon Dieu noir, ou jaune, ou rouge ? Ou un de ces Bons Dieux habillés en guignol, comme on en voit chez l'antiquaire, ou celui qui a le gros ventre ? Ou bien celui qui a autant de bras qu'une esquinade ? Le pauvre Panisse, qu'est-ce qui va lui dire ? En quelle langue ? Avec quels gestes ? Tu te vois, toi, déjà fatigué par ta mort, et tout vertigineux de ton voyage, en train de t'expliquer avec un Dieu qui ne te comprend pas ? Et tu as beau lui faire des prières, il te dit : "Quoi ? Comment ? Qu'est-ce que vous dites " Et il te le dit en chinois ?
ESCARTEFIGUE : Situation terrible. Là, tu me donnes le grand frisson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MeduzanticMeduzantic   25 juillet 2013
PANISSE : (...) Je vais regretter mon cor au pied : il ne m'a jamais fait de mal, et il me disait le beau temps ou la pluie... Mon cor au pied, je vais le perdre, car les squelettes n'ont pas de cor...
ESCARTEFIGUE, épouvanté : Il se voit déjà en squelette.
PANISSE : Toi, ça va te changer encore plus que moi !
ESCARTEFIGUE : Comment ça ?
CESAR : Ton squelette ne te ressemblera pas du tout. Tu as peut-être un squelette mince et charmant, comme une première communiante... Seulement tu l'as tout habillé de graisse, avec tes instincts et tes appétits...
ESCARTEFIGUE : Mes appétits ? Mais j'en ai qu'un, moi, d'appétit... Il est beau, mais j'en ai qu'un ! Et puis, pourquoi tu me parles de mon squelette ? Est-ce que tu crois que je vais mourir ?
CESAR, ironique et féroce : Toi ? Oh non ! Dieu garde ! le Bon Dieu est tellement content de t'avoir fait, qu'il ne voudra jamais détruire son chef-d'œuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MeduzanticMeduzantic   25 juillet 2013
ESCARTEFIGUE, curieux, à Panisse : Alors, toi, sincèrement, tu crois que tu pars, tu crois que ça y est ?
PANISSE, sincère : Oui, ça y est. (Tous pleurent. Panisse se met presque en colère.) Et puis, quoi, il faut bien que ça y soit un jour ! Vous mourrez, vous aussi ! Vous avez l'air de croire que la mort est un accident, et que c'est une catastrophe qui m'est personnelle. Mais pas du tout ! La mort, c'est tellement obligatoire que c'est presque une formalité. Je m'en vais le premier, voilà tout, et je trouve ma consolation dans cette idée que je n'irai pas à votre enterrement, ce qui m'aurait fait de la peine. Je n'irai qu'au mien, et encore on me portera, et tout le monde me saluera au passage, même sans me voir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cicou45cicou45   27 octobre 2012
Honorine : Ça, au moins, c'est une belle mort.

César : Oh vaï ! C'est une belle mort pour les autres. Mais moi, j'aime mieux une laide vie qu'une belle mort...Parce que la mort, on ne sait pas où ça va.
Commenter  J’apprécie          220
MepsMeps   20 septembre 2016
CLAUDINE
Si vous alliez un peu plus souvent à l'église, au lieu de boire tant de pastis, vous sauriez qu'il n'y a qu'un Dieu ! Et ce Dieu, c'est le nôtre.

CESAR
Oui, évidemment, le bon, c'est le nôtre. Mais alors, sur toute la terre, il y a beaucoup de gens qui sont couillonnés. Ça me fait de la peine pour eux. N'est-ce pas Monsieur Brun ?
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Marcel Pagnol (87) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Pagnol
Avant de siéger parmi les Immortels, Pagnol l'avait déjà compris : « Les bavards sont ceux qui vous parlent des autres. Les raseurs sont ceux qui vous parlent d'eux-mêmes. Ceux qui vous parlent de vous sont de brillants causeurs. »
Les citations, extraits ou scènes d'anthologie rassemblés ici par Nicolas, son petit-fi ls, ravivent d'un trait d'esprit un monde aujourd'hui disparu et nous laissent le sourire aux lèvres.
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/rlaffont Twitter : https://twitter.com/robert_laffont Instagram : https://instagram.com/robert_laffont/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/robertlaffont/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'univers de Pagnol

Quel est le nom de la mère de Marcel Pagnol?

Marie
Augustine
Rose
Il n'a pas de mère

9 questions
74 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel PagnolCréer un quiz sur ce livre
.. ..