AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2842639464
Éditeur : Le Dilettante (02/05/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.42/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Rappelez-vous l’épisode précédent : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ; soit Ajatashatru Lavash Patel, qu’on expectorera selon les goûts et la virtuosité phonique achète-une-truelle ou jette-un-tas-de-choux, as de l’arnaque fakirique en tout sens et madré épateur de gogos. Après un soubresautant tour du monde emboîté dans une armoire Ikea qui l’avait vu, par avion ou par cargo, transbahuté d’Angleterre en Espagne et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Antyryia
  12 mai 2018

Monsieur et Madame Damasoop ont une fille. Comment s'appelle-t-elle ?
- Yadémoush
Coïncidant étrangement avec la sortie du film L'extraordinaire voyage du fakir prévu le 30 mai 2018, Romain Puértolas revient cette année avec la suite des aventures du personnage qui a fait sa renommée en 2013, j'ai nommé l'Indien Ajatashatru Lavash Patel.
Je l'appellerai Aja pour plus de simplicité.
De toute façon, comme dans le premier volume, son nom sera torturé de toutes les façons possibles et imaginables et ses interlocuteurs l'appelleront tour à tour Chatachatrou, Ajatash-à-truc, Je-tombe-dans-un-trou : On semble bel et bien parti avec le même humour lourd que dans le premier volet, qui ne se renouvelle pas.
J'ai beaucoup aimé la majorité des romans de Puértolas qui ont suivi, mais je n'ai jamais compris le succès de L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, que j'avais trouvé mal écrit et qui n'avait jamais provoqué chez moi le début d'un sourire. C'est donc à reculons que j'ai entamé cette suite, et je dois avouer que si ça n'est pas un chef d'oeuvre, il aura quand même eu le mérite de bien m'amuser cette fois-ci.
Notre fakir préféré, après ses tribulations précédentes relatées dans le premier tome, n'a désormais plus rien à voir avec l'Indien ascétique vêtu d'un simple pagne qui multipliait les galères en arrivant en France. Aujourd'hui, il vit dans un grand appartement parisien avec son épouse Marie Rivière. Il a une ferrari, des polos Lacoste, il regarde Télématin, il boit de l'actimel. Grâce aux ventes pharaoniques du livre qui relatait ses pérégrinations, il s'est quelque peu embourgeoisé. Et a perdu toute authenticité, se complaisant quelque peu dans le matérialisme.
Son éditeur va cependant remettre les pendules à l'heure après la lecture du second manuscrit d'Aja, quatorze pages absolument nulles.
"Le lecteur veut de l'émotion. On veut sentir ta misère. Ton malheur fait du bien aux autres."
Son épouse se pose également des questions : "Avait-il renoncé à sa vie, à sa personnalité, à ce qu'il était vraiment à cause d'elle ?"
L'autre élément déclencheur sera l'absence du lit à clous Kisitrotsipik dans le dernier catalogue Ikea. le géant suédois des meubles en kit avait en effet du interrompre sa fabrication suite à diverses plaintes.
"Les 15000 clous pourraient en effet transpercer le corps du client pendant son sommeil."
C'est ainsi qu'Aja décide de se rendre en Suède pour rencontrer monsieur Ikea et lui demander de lui fabriquer un dernier modèle.
Et c'est reparti pour une nouvelle série d'aventures hautement improbables, assez réjouissantes également, dans lesquelles on retrouvera brièvement Gustave Palourde, le chauffeur de taxis gitans qui sera incarné par Gérard Jugnot dans le film.
Parallèlement à ce nouveau voyage, il sera également question de la jeunesse d'Aja, et plus précisément de la façon dont il est devenu fakir grâce à son maître Baba Orhum.
"Fakir signifie pauvre et humble. Etre pauvre, c'est notre gagne-pain, c'est notre fond de commerce. Etre pauvre, c'est notre richesse."
Bienvenue en Inde, au Rajasthan plus précisément, où le petit Aja rejoindra la contrée de Shishke Babhe et apprendra non seulement la privation en ne mangeant pas à sa faim mais également tous les secrets qui permettent de devenir fakir : comment avaler des sabres, tenir en équilibre sur un clou, boire du plomb en fusion. Bref, tous les tours de magie que pratiquent les fakirs dont le calendrier commence à la naissance de David Copperfield.
Vous l'aurez compris, c'est du grand n'importe quoi.
Mais l'humour provoqué le plus souvent par le mélange des cultures indiennes, françaises et suédoises porte quand même ses fruits, même si l'histoire est totalement ( et volontairement ) rocambolesque et pleine d'improbables coïncidences.
Vous rencontrerez en Inde des personnages du nom de Deminjareth, Klaydedouzh, Arthrit ou encore Rhed Dingh. Les suédois attendus à l'aéroport s'appellent quant à eux Ericsson, Larsson, Carcasson, Clakson ou encore Michaeljacksson. Cet humour avec les noms n'est pas très subtil, voire carrément lourd ... mais de temps en temps ça marche.
Vous apprendrez aussi que Céline Dion, Alain Souchon et surtout Début de soirée ( Et tu tapes, tapes, tapes, c'est ta façon d'aimer ) sont de grands philosophes aux maximes célèbres que vous découvrirez.
Saviez-vous par ailleurs que le Sh'ti est un dialecte profane et impur en Inde, que Jésus Christ était le premier fakir, que la FBI est la Force Bollywood d'Investigation en Inde ou encore qu'Andhrimnir est le dieu scandinave des chefs de cuisine ?
Seule l'allusion aux probablitités quasi nulles que le petit Gregory se soit suicidé m'a parue quelque peu déplacée.
Les lecteurs habituels de Romain Puértolas s'amuseront aussi de trouver une allusion à sa nouvelle parue dans le second recueil de 13 à table ! :"La France venait d'expulser le premier Rom sur la lune." et de revoir très brièvement "une grosse policière noire" qui ne peut être qu'Agatha Crispies de Tout un été sans facebook.
D'ailleurs, comme dans son poilar paru l'an dernier, l'auteur attribue à nouveau une grande importance aux livres et aux auteurs, qui seront souvent de nouveaux prétextes de farces. Avec un traitement privilégié pour Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell mais aussi différentes allusions à Amélie Nos-Tombes ( toute ressembance avec un écrivain que vous connaîtriez serait fortuite ), Alexandre Dumas, Antoine de Saint-Exupery, Jo Nesbo, Michel Houellebecq et bien plus encore ...
Rien de sérieux alors dans ce second tome ? Pas de message de tolérance caché sous cet humour comme le romancier a l'habitude de le faire ?
Quasiment pas.
Les quelques réflexions sont volontairement terre-à-terre pour la plupart : On ne peut pas aider tout le monde, la beauté est à l'intérieur, le bonheur c'est de continuer à désirer ce que l'on possède déjà ... Rien qui ne vole très haut et on reste donc cette fois vraiment dans l'absurde quasiment d'un bout à l'autre.
A une exception près.
L'immigration fait partie des sujets de prédilection de Romain Puértolas et il en était déjà question dans le premier volume. A nouveau le fakir se retrouvera accompagné de clandestins, des Syriens fuyant les horreurs de leur pays.
"Fallait-il toujours qu'il tombe sur des gens qui voulaient traverser une frontière."
La question de ces limites arbitraires séparant les différents pays, autrement dit de l'utilité des frontières, est brièvement posée, dans le sens où le monde est censé appartenir à tous.
Mais ça n'est pas ce point qui m'a fait réfléchir à nouveau sur ce sujet toujours particulièrement brûlant et d'actualité.
Imaginons-nous que la situation soit un jour inversée. Que la guerre fasse rage en Europe et que la seule alternative pour retrouver un endroit où vivre en paix soit de traverser la mer et de rejoindre l'Afrique ou les pays du Moyen-Orient. Comment aimerions-nous être accueillis ?
"Et si, d'un coup, il n'était plus dans le bon camp ? S'il n'était plus de la bonne couleur, s'il ne se trouvait plus du bon côté de la Mediterrannée ?"
Parce que même si ça n'est pas pour demain, on ignore de quoi le futur sera fait.
Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea ( dont la couverture représente le pull en laine d'Aja, tricoté avec amour par sa femme ) est peut-être un produit purement commercial, mais je l'ai pour ma part largement préféré au premier volume. Certes, s'abstenir si vous êtes un lecteur particulièrement exigeant, mais si vous souhaitez juste passer un bon moment avec un roman facile à lire, rempli de jeux de mots et de sottises, alors ces nouvelles pérégrinations remplissent largement leur part du contrat. Elles arracheraient quelques sourires même à l'ours le plus mal léché qui soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
gruz
  08 mai 2018
Le retour du fakir, 5 ans après. Il a eu le temps de s'embourgeoiser et de s'empâter, maintenant qu'il est intégré dans la société française. A le voir ainsi, ça pique. Mais chassez le naturel, il revient au picot.
Romain Puértolas le dit lui-même, il n'avait pas immédiatement pensé à écrire une suite aux pérégrinations loufoques de son thaumaturge de pacotilles. le succès expliquerait ce second roman ? L'auteur explique au contraire que l'histoire lui est venue d'un coup lors d'un voyage en train (les méandres de l'imagination sont insondables).
Bien lui en a pris ! Cette réplique du séisme livresque initial est emballante (en utilisant ce mot, j'ai l'image qui me vient de son yogi se contorsionnant pour s'extirper d'un immense paquet cadeau bien ficelé. Les méandres de l'imagination…).
Puértolas n'a pas utilisé un vulgaire photocopieur pour ce second épisode. Loin d'être un simple clone, il est maîtrisé (pas mal de romans ont été écrits entre temps), toujours drôle, mais aussi paradoxalement plus sombre.
Car, clairement, l'écrivain n'aime pas le politiquement correct. Il se moque de tout et de tout le monde (jamais méchamment), tout en utilisant le burlesque pour parler de certains travers de porcs (je parle des gens malsains, pas des cochons).
On sourit, on se bidonne, on écarquille parfois les yeux de surprise. Bref, on passe un joli moment de pur divertissement, qui au passage égratigne. On peut faire léger, même avec des sujets qui valent leur pesant de cacahuètes (ou de clous, je ne sais pas ce qui pèse le plus lourd).
Justement, moi je ne le trouve jamais lourd, ce Romain Puértolas. Il faut aimer l'humour délirant, la blague à deux balles comme les jeux de mots improbables. Si c'est votre cas, voilà bien un auteur unique en son genre qui devrait vous sustenter de ses facéties.
Il faut dire que cette fois-ci, l'idée est poussée jusqu'au bout puisque le fakir va se retrouver au pays d'Ikea, habillé de ses plus beaux atours (voir le dessin de son pull sur la couverture). Pique et pique et colegram, voilà des péripéties impossibles à anticiper.
Romain Puértolas a vraiment bien fait de ne pas mettre son héros au clou et Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea, toujours aussi drôles, ne nous donne qu'une envie : le retrouver pour un tome qui clôturera la trilogie (et à la vue de la fin de celui-ci, il s'annonce carabiné).
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
bouquinovore
  20 avril 2018
Dans un premier temps, je tiens à remercier les éditions le Dilettante et Romain Puértolas.
Quatre ans et demi que le fakir est sorti de son armoire Ikea pour nous offrir un extraordinaire voyage. Et il revient cette fois-ci pour partir à la recherche d'un KISIFROTSIPIK , meuble Ikea idéal pour un fakir, car il s'agit d'un lit à clous.
En manque d'aventures et à la recherche de l'inspiration livresque et fakiresque, Ajatashatru Lavash Patel part au pays d'Ikea pour rencontrer son fondateur et seul personne capable de vendre une armoire Billy toutes les quatre secondes, le bien nommé Ingvar Kamprad, afin que ce dernier lui confectionne un KISIFROTSIPIK.
Comme vous l'aurez certainement compris, notre héros part donc en Suède chercher son fameux lit à clous.
En faisant un peu de psychologie de comptoir, on pourrait penser que Romain, s'identifie à son Fakir avec cette peur de ne plus avoir l'inspiration après le succès de son premier opus. Car là est bien le problème de son fakir, l'embourgeoisement fait qu'il n'a plus l'inspiration, ces textes ne plaisent pas et ne peuvent pas faire l'objet d'un livre, même pas un livre en kit. (Romain si tu lis ces lignes ne t'inquiète pas même après le succès du Fakir, les romans qui ont suivi le fakir et ce dernier opus, ton style Puértolesque ne fait que s'affiner, un peu comme le bon vin ;) ).
Dans ce nouvel opus, on en apprend un peu plus sur le passé d'Aja (ouais, je sais, on est un peu intime, je l'appelle par un diminutif), ce passé sombre auprès de son maître fakir Baba Orhom, Aja devra également en découdre avec le Baron ShrinkShrankShrunk, qui n'est autre que… (non non pas de spoiler).
On apprend également du vocabulaire polonais « Zaslony » d'autant emporte le vent et ce n'est pas gratuit, une belle logique du pourquoi du comment de ce mot.
Et pour les férus de l'auteur, vous aurez l'occasion de croiser la version suédoise d'Agatha Crispies héroine de « Tout un été sans Facebook » et également sa grand-mère celle qui sait tout faire, même et surtout les tours de magies.
Le roman se ferme sur l'éventualité d'une suite qui ferait des aventures de notre fakir une trilogie. On peut facilement imaginer une suite dans le genre, roman d'anticipation et également bien plus sombre que les précédents opus.
Si le tome trois voit le jour et comme je l'imagine à la lecture du dernier chapitre, Romain Puértolas deviendrait le J.K Rowling des fakirs, qui dit en passant sont aussi un peu sorciers.
Avant de partir, j'allais oublier, deux choses importantes, la première la version audiobook est lu par le génialissime acteur Dominique Pinon, qui était déjà le lecteur du premier opus.
Et surtout l'actualité chaude du moment la sortie imminente, le film « L'extraordinaire voyage du Fakir » qui sortira en salle le 30 mai 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marieemmy
  18 mai 2018
Enorme KIFF que cette lecture qui met 1 banane et 1 pêche d'enfer!!!!!
J'ai retrouvé avec une certaine impatience et une grand joie les héros du 1er tome.On le suit dans sa quête d'un modèle qui n'est plus commercialisé de matelas à clous afin de retrouver ses origines. le voilà parti dans un voyage plein de surprises, de rencontres, toujours avec sa gouaille, sa naïveté et sa bonne humeur. le retour vers son enfance nous permet de mieux comprendre ce Patel...
Ce livre est drolissime, même si parfois un peu plus sombre. Les jeux de mots sont caustiques, improbables, tombant toujours à brule pourpoint. R Puertolas poursuit là sa lutte contre le politiquement correct (tout en restant respectueux),, se moque de tous et de tout. J'ai ri, ai fait travaillé mes zygomatiques à fond, ai passé un moment plus que divertissant. L'imagination débridée de R Puertolas est telle que je n'ai jamais pu imaginer la péripétie suivante, et il y en a.. Sous couvert de calembours, de satires, l'auteur nous fait passer des messages sur des vérités que l'on ne veut pas voir, dire, des petits et des gros couacs de notre société qui oublie parfois ceux qui ne sont pas aisés, les gens de la classe moyenne,. Ainsi tel le fakir qui a mangé la plus grosse part du gâteau avant de se rendre compte que le partage avec ceux qui lui ont tendu la main quand il était dans des passes particulièrement périlleuses serait bien..
Ce Romain est un être unique, un peu déjanté mais que j'adore et j'ai qu'une chose à lui dire:: à quand le 3è tome?? Il est injuste que seul Mr Palourde connaisse la suite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Amnezik666
  25 juillet 2018
Je ne pensais pas que j'aurais l'occasion de croiser à nouveau le chemin de ce brave Ajatashatru Lavash Patel (Aja pour les intimes… et pour faire simple), fakir de son état qui nous a régalé d'un extraordinaire voyage dans une armoire IKEA. Quelle bonne surprise de le retrouver pour un nouveau périple que l'on peut supposer aussi extraordinaire et divertissant que le précédent.
Si vous n'avez pas aimé le précédent voyage du fakir, je doute fort que celui-ci trouve grâce à vos yeux. A contrario, si, comme moi, vous avez apprécié cette première escapade loufoque (voire burlesque), vous devriez vous régaler en lisant ce second opus. On y retrouve en effet tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier.
Le récit multiplie les situations hautement improbables, mais ô combien divertissantes, les jeux de mots parfois foireux, mais toujours poilants et les références pour le moins décalées (qui eut cru que Céline Dion ou Alain Souchon seraient un jour qualifiés de « grands philosophes » ?)… un vrai plaisir pour les zygomatiques ! de même vous y retrouverez certains personnages déjà croisés dans le précédent roman, mais aussi une belle brochette de nouveaux venus qui ne dénotent pas dans le paysage du fakir.
Certes l'effet de surprise est moindre, mais je peux vous assurer toutefois que ce nouveau voyage ne manquera pas de vous étonner. C'est notamment l'occasion de découvrir le dur apprentissage du fakirat (cherchez pas, ça n'existe pas) que le jeune Aja a dû subir sous la tutelle d'un maître dont les méthodes et les agissements sont pour le moins douteux (pour rester poli… et surtout ne pas trop en révéler sur l'histoire).
Sous couvert d'humour Romain Puértolas en profite aussi pour égratigner, sans méchanceté, mais sans condescendance non plus, certains travers de notre société (sans parler des dérives de certains individus). Il le fait subtilement, sans chercher à créer la polémique ; parfois pointer du doigt un détail qui dérange vaut tous les longs discours de politique politicienne. Plutôt que de perdre du temps à maugréer après le bavard qui s'écoute parler, on réfléchit plus sereinement à certaines questions.
Comme à l'accoutumée l'auteur se prête à un humour tout en finesse, pas forcément toujours raffiné, mais jamais vulgaire, et surtout sans langue de bois.
J'ai apprécié ce second voyage en compagnie de ce fakir qui ne manquera jamais de nous surprendre, tout comme j'ai aimé cette plume qui sait nous divertir avec brio et intelligence.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   22 mai 2018
Une histoire folle, aussi réjouissante que foutraque, enflammée par la verve de Romain Puértolas.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AntyryiaAntyryia   12 mai 2018
Il confondait aussi champagne et shampooing, ce qui le mettait quelques fois dans d'embarrassantes situations, que ce soit chez lui, quand il annonçait à la fin d'un repas qu'on allait célébrer ça avec du shampooing, ou chez le coiffeur quand il demandait à ce qu'on lui mette du champagne sur la tête. Même dans le XVIème arrondissement, on trouvait cela un peu snob.
Commenter  J’apprécie          110
hotaruhotaru   24 juillet 2018
Il ne faut jamais renier ce que l'on est. La différence est une force. Depuis toujours, on essaie de nous faire entrer dans le même moule, mais c'est justement les fruits et légumes difformes, irréguliers qui sont les meilleurs
Commenter  J’apprécie          30
AgathaetceteraAgathaetcetera   28 juillet 2018
son maître fakir, qui parlait comme un manuel de développement personnel à coups de maximes piquées sur les calendriers des postes indiennes, lui avait un jour dit que le bonheur, c'était de continuer à désirer ce que l'on possédait déjà.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Romain Puértolas (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Puértolas
La journaliste Mélanie Morin recevait sur la scène des déblogueurs l'auteur Romain Puertolas à l'occasion de la dixième édition du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Les nouvelles aventures du fakir au pays d'Ikea de Romain Puértolas aux éditions La Dilettante https://www.lagriffenoire.com/116008-divers-litterature-nouvelles-aventures-du-fakir-au-pays-d-ikea-les.html
L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa de Romain Puértolas aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/6982-divers-litterature-l-extraordinaire-voyage-du-fakir-qui-etait-reste-coince-dans-une-armoire-ikea.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





. .