AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070424542
247 pages
Éditeur : Gallimard (29/08/2002)
3.97/5   105 notes
Résumé :
«Dans le brouhaha de la boîte de jazz, dans la fumée des cigarettes, nous avions levé nos verres et trinqué à la santé de Walter Bartel.

- Rotfront ! s'était écrié Jiri Zak.

Et je lui avais répondu :

- Rotfront !

Front rouge ! C'était le salut des communistes allemands, autrefois, à l'époque sectaire et exaltante, misérable et glorieuse, de la lutte finale et du mot d'ordre apocalyptique : classe contre cla... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
carre
  11 juillet 2013
Jorge Semprun revient sur les deux années d'internement au camp de Buchenwald pendant la seconde guerre mondiale dans un récit poignant, à la fois source et témoignage inestimable pour la mémoire collective.
Les conditions inhumaines dans lesquels ces hommes jouent leur survie est terrible, bouleversante. Comment faire pour vivre un jour de plus ? D'autres scènes décrites semblent tout bonnement surréalistes (un orchestre de jazz improvisé en catimini, la présence d'une bibliothèque au sein même du camp, Semprun y lira Faulkner notamment).
Mais le texte de Semprun qui aura toute sa vie combattu dans ces actes puis par les mots le fascisme et le nazisme est aussi l'occasion pour l'intellectuel qu'il est, de revenir sur des instantanés de vie d'avant et après son internement.
Et c'est dans ces moments là que j'ai par instant ressenti une baisse d'intérêt. Quand l'auteur de « L'écriture ou la vie » semble se disperser dans son récit. Autre petit bémol, le choix de Semprun de ne pas traduire certains passages en allemand ou en espagnol (je suis une brèle en langue et pas d'allusion salace Hugo) qui sont forcément frustrants. Mis à part cela, s'est bien évidemment un texte au combien précieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
ibon
  12 décembre 2013
Sur la demande d'un de ses amis, rescapé de Buchenwald comme lui, Semprun écrit à nouveau sur sa détention dans ce camp de concentration. Et, 55 ans après cette épreuve, les souvenirs resurgissent . Semprun, 19 ans alors, raconte comment il mobilise ces souvenirs en se rappelant des références littéraires qu'il avait à l'époque pour tenir dans des conditions inhumaines. Il se voit par exemple se récitant à soi les poèmes de Rimbaud, Lorca ou Valéry dans les endroits les plus puants du camp comme les latrines ou les crématoires.
Ce livre est aussi parsemé de références musicales, au camp, le dimanche, dans le block des Norvégiens, moins surveillé que les autres, il allait écouter des concerts de musique interdite par les Nazis "In the shade of an old apple tree" de Louis Armstrong. Sa déjà très grande culture, son combat politique en faveur du communisme (il raconte qu'à l'époque il était bien naïf sur les bienfaits de cette idéologie) et surtout son combat contre les "fachos"accompagnent le jeune Semprun et l'aident à survivre, à ne pas sombrer: sous les coups de matraques au camp de travail, à cause du manque de nourriture, ou du manque d'hygiène et surtout, surtout, "à cause de la promiscuité".
La bibliothèque du camp le nourrit, intellectuellement: Goethe, Faulkner... un demi-siècle plus tard, il semble les considérer comme des compagnons d'alors.
Cependant, une menace pèse particulièrement sur lui: la Gestapo souhaiterait l'interroger dans quelques jours. le livre commence quand le réseau communiste clandestin du camp veut alors le sauver de cet interrogatoire et lui annonce qu'ils ont trouvé "le mort qu'il faut", un mort à sa place, même âge, même apparence et surtout numéro proche de déporté.
La suite du récit porte sur les démarches du jeune Semprun pour faire la connaissance de ce double qui va mourir à sa place. On peut s'attendre à une certaine émotion au moment où ils font connaissance. Ce récit n'est pourtant pas larmoyant.
le vieil homme, en 2000, retrouve le portrait de lui-même à 19-20 ans il s'en émeut quand il se souvient de tous ceux qui sont tombés sous les coups des Nazis et plus tard, sous la botte communiste.
Semprun est un auteur que je découvre dans la cour des grands.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
TiriNoiret
  24 novembre 2019
C'est à un douloureux travail de souvenir que l'auteur, rescapé de Buchenwald, nous invite. Sans se complaire aucunement, à aucun moment dans sa propre misère, il nous décrit la vie, la lutte quotidienne pour survivre.
Il nous raconte surtout, fait que j'ignorais, toute l'incroyable organisation que les détenus sont parvenus à mettre en place et enfin la petite société avec ses langues, ses cultures, ses castes aussi que constitue cet univers concentrationnaire.
Il nous relate par le détail l'organisation que tous les membres de toute nationalité du parti communiste internés ont mise en place pour résister encore modestement mais efficacement contre la folie nazie.
C'est surtout, au travers de cette vie réduite à presque rien, un hymne à la grandeur de la philosophie, à la pensée et à la force des convictions, à la poésie aussi que nombre des détenus récitent seuls ou ensemble, un appel à l'humanisme tout court enfin.
Commenter  J’apprécie          210
kathy
  16 août 2011
Dans ce livre, Jorge Semprun nous convoque 40 ans en arrière, à Buchenwald, le temps d'un week-end.
Une lettre, en provenance de Berlin pourrait mettre la vie de Jorge Semprun en péril. L'organisation communiste clandestine du camp décide alors de lui faire endosser l'identité d'un moribond, « le mort qu'il faut », pour tenter de lui sauver la vie. Allongé dans l'infirmerie du camp à côté de cet homme du même âge que lui, arrivé au camp en même temps que lui, avec qui il a eu l'occasion de discuter, il nous confie ses tourments, ses réflexions, son organisation psychique, pour résister à l'horreur du camp.
Sa planche de salut pour résister à l'oppression allemande : une activité solidaire (en tant que militant au sein de l'organisation communiste infiltrée à l'intérieure du camp ; engagement qui lui sauvera la vie) ; activité sociale et intellectuelle (en tant que participant à des discussions sur Gide, Giraudoux, Faulkner…, près des latrines –seul endroit que fuyaient les SS-, et malgré la chaleur et la pestilence) ; activité onirique (dans sa recherche d'intimité et de solitude, loin des regards omniprésents des « autres », par l'invitation intime de poètes tels que Baudelaire, Verlaine, …
Plus globalement, à travers ce témoignage, c'est une réflexion sur la vie, la mort, la chance, le hasard, la volonté, la cruauté, la solidarité, dans un cadre hors du commun, que nous livre l'auteur.
Un bémol me concernant : les digressions soudaines et permanentes de l'auteur, les citations en allemand, espagnol… (pas toujours traduites), les références littéraires et philosophiques multiples, bref, UN style, occasionnant quelques « décrochages » dans le plaisir de lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JeanLouisBOIS
  15 février 2011
On retrouve dans ce roman à forte teneur autobiographique Jorge Semprun écrivain d'une humanité à la fois généreuse et pudique. Bien sûr, il nous parle de Buchenwald, mais à la façon de celui qui a su trouver en lui-même les ressources lui permettant de se donner des chances de surmonter cette dévastation, en étant bien conscient que cette volonté ne suffit pas, il lui a fallu aussi beaucoup de chance. La littérature n'est jamais bien loin et fait partie intégrante de cette résistance intérieure et de la façon dont il la reconstruit dans ses romans : notamment, on ne soulignera jamais assez l'importance capitale des digressions dans le style et dans le récit de l'auteur Semprun!
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
mariecesttoutmariecesttout   13 février 2014
Quelque temps après mon installation dans le châlit, François a ouvert les yeux soudain, dans un soubresaut.
Nos visages étaient à quelques centimètres l'un de l'autre. Il m'a aussitôt reconnu.
- Non, pas toi, a t-il dit d'une voix presque inaudible.
Non, pas moi, François, je ne vais pas mourir. Pas cette nuit, en tout cas, je te le promets. Je vais survivre à cette nuit, je vais essayer de survivre à beaucoup d'autres nuits, pour me souvenir.
Sans doute, et je te demande pardon d'avance, il m'arrivera d'oublier. Je ne pourrai pas vivre tout le temps dans cette mémoire, François: tu sais bien que c'est une mémoire mortifère. Mais je reviendrai à ce souvenir, comme on revient à la vie. Paradoxalement, du moins à première vue, à courte vue, je reviendrai à ce souvenir, délibérément, aux moments où il me faudra reprendre pied, remettre en question le monde, et moi-même dans le monde, repartir, relancer l'envie de vivre épuisée par l'opaque insignifiance de la vie. Je reviendrai à ce souvenir de la maison des morts, du mouroir de Buchenwald, pour retrouver le goût de la vie.
Je vais essayer de survivre pour me souvenir de toi.....
....Dans cette salle des pas perdus de la mort, les râles, les gémissements, les frêles cris d'effroi s'étaient tus, s'étaient éteints, les uns après les autres. Il n'y avait plus que ces cadavres autour de moi: de la viande pour crématoire.
Dans un soubresaut de tout son corps, François avait ouvert les yeux, il avait parlé.
C'était une langue étrangère, quelques mots brefs. C'est après seulement que j'ai compris qu'il avait parlé en latin: il avait dit deux fois le mot nihil, j'en étais certain.
Il avait parlé très vite, d'une voix très faible: à part ce "rien" ou ce "néant" répété, je n'avais pu saisir le sens de ses dernières paroles.
Aussitôt après, en effet, son corps s'était raidi définitivement.
Le mystère des derniers mots de François L. s'était perpétué. Ni dans Horace, ni dans Virgile, dont je savais qu'il se récitait des poèmes, comme je me récitais moi même Baudelaire ou Rimbaud, je n'avais jamais retrouvé un vers où le mot nihil, rien, néant, se répétât.
Des décennies plus tard, plus d'un demi siècle après la nuit de décembre où François L. était mort à côté de moi, dans un dernier soubresaut, en proférant quelques mots que je n'avais pas compris, mais dont j'avais la certitude qu'ils étaient latins à cause de la répétition du mot nihil, je travaillais à une adaptation des Troyennes de Sénèque.
C'était une nouvelle version en espagnol que j'étais chargé d'écrire, pour le Centre andalou du Théâtre. Le metteur en scène qui m'avait propsé de participer à cette aventure était un Français, Daniel Benoin, directeur de la Comédie de Saint-Etienne.
.....Un jour, après avoir mis au point ma version de la scène cruciale entre Pyrrhus, fils d'Achille et Agamemnon, je m'attaquai à un long passage du choeur des Troyennes.
Traduisant le texte latin que j'avais sous les yeux, je venais d'écrire en expagnol: " tras la muerte no hay nada y la muerte no es nada."
Soudain, sans doute parce que la répétition du mot nada avait confusément réveillé un souvenir enfoui, non identifié, mais chargé d'angoisse, je revins au texte latin:
" Post mortem nihil est ipsaque mors nihil"
Ains, plus d'un demi siècle après la mort de François L. à Buchenwald, le hasard d'un travail littéraire me faisait retrouver ses derniers mots: "Il n'y a rien après la mort, la mort elle même n'est rien."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
TiriNoiretTiriNoiret   24 novembre 2019
C’était une langue étrangère, quelques mots brefs. C’est après seulement que j’ai compris qu’il avait parlé en latin: il avait dit deux fois le mot nihil, j’en étais certain.
Il avait parlé très vite, d’une voix très faible : à part ce « rien » ou ce « néant » répété, je n’avais pu saisir le sens de ses dernières paroles.
Aussitôt après, en effet, son corps s’était raidi définitivement.

Le mystère des derniers mots de François L. s’était perpétué. Ni dans Horace ni dans Virgile, dont je savais qu’il se récitait des poèmes, comme je me récitais moi-même Baudelaire ou Rimbaud, je n’avais jamais retrouvé un vers où le mot nihil, rien, néant, se répétât.
...
Un jour, après avoir mis au point ma version de la scène cruciale entre Pyrrhus, fils d’Achille, et Agamemnon, je m’attaquai a‘ un long passage du chœur des Troyennes. Traduisant le texte latin que j’avais sous les yeux, je venais d’écrire en espagnol: «Tras la muerte no hay nada y la muerte no es nada...»
Soudain, sans doute parce que la répétition du mot nada avait confusément réveillé un souvenir enfoui, non identifié, mais chargé d’angoisse, je revins au texte latin: «Post mortem nihil est ipsaque mors nihil...»
Ainsi, plus d’un demi-siècle après la mort de François L., à Buchenwald, le hasard d’un travail littéraire me faisait retrouver ses derniers mots: « Il n’y a rien après la mort, la mort elle-même n’est rien.» Je n’eus aucun doute : c’étaient bien les derniers mots de Francois !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
mariecesttoutmariecesttout   13 février 2014

On m'a allongé à côté du mourant dont je prendrais la place, le cas échéant.
Je vivrai sous son nom, il mourra sous le mien. Il me donnera sa mort, en somme, pour que je puisse continuer à vivre. Nous échangerons nos noms, ce n'est pas rien. C'est sous mon nom qu'il partira en fumée; c'est sous le sien que je survivrai, si ça se trouve.

...Et ça me fait froid dans le dos- ça pourrait me faire rire aussi, d'un rire grinçant et fou- de savoir quel nom je porterai, au cas où la demande de Berlin serait vraiment préoccupante.
A peine allongé sur le châlit, en effet, aux côtés du mort qu'il faut, comme disait Kaminsky ce matin, un mort qui s'avérait d'ailleurs n'être qu'un mourant, j'ai voulu voir son visage. Curiosité légitime, on peut l'admettre.
Mais il me tournait le dos, maigre gisant nu- probablement enlevait - on les liquettes de toile rêche à ceux qui étaient déjà au delà de la vie- squelette recouvert d'une peau grise et ridée, aux cuisses et aux fesses bistrées de liquide fécal séché, mais toujours puant.
Lentement, je lui ai à moitié retourné le torse.
J'aurais du m'y attendre,
" Ton âge, à quelques semaines près" , avait dit Kaminsky, ce matin, me parlant du mort qu'ils avaient trouvé, qui me convenait tout à fait. " Une chance inouïe, un étudiant, comme toi, parisien de surcroît!"
J'aurais du y penser. C'était trop beau pour être vraisemblable, mais c'était vrai.
J'étais allongé à côté du jeune Musulman français disparu depuis deux dimanches de la baraque des latrines collectives où je l'avais rencontré. J'étais allongé à côté de François L.
J'avais fini par savoir son nom, il me l'avait dit. Et c'est ça qui me faisait grincer des dents, dans un rire épouvanté.
Car François, arrivé à Buchenwald dans le même transport de Compiègne que moi, immatriculé au camp à quelques numéros de distance du mien, était le fils, en révolte et répudié, certes, le fils pourtant de l'un des chefs les plus actifs et sinistres de la Milice française.
Le cas échéant, c'est le nom d'un milicien pronazi que j'aurais à porter, pour survivre.
J'ai retourné son corps, pour lui faire face, pour qu'il me montre son visage.
Pas seulement pour ne pas voir ses reins souillés de merde liquide, maintenant déssechée. Aussi pour guetter les soubresauts possibles de la vie, si on pouvait encore nommer ainsi ce souffle court, presque imperceptible , ce battement de sang aléatoire, ces mouvements spasmodiques.
Pour entendre ses derniers mots, s'il y avait derniers mots.
Allongé à côté de lui, j'ai guetté sur ce visage les derniers signes de vie.
Dans "L'espoir" que j'emportais avec moi pour en relire des pages, les dernières semaines avant mon arrestation, un épisode m'avait frappé.
Touché par la chasse franquiste, un avion de l'escadrille internationale qu'André Malraux avait créée et commandait revient en feu à la base. Il réussit à attérir, dévoré par les flammes. Des débris de l'appareil, on retire des blessés et des morts. Parmi ceux ci, le cadavre de Marcellino. Comme il " avait été tué d'une balle dans la nuque, il était peu ensanglanté, écrit Malraux. Malgré la tragique fixité des yeux que personne n'avait fermés, malgré la lumière sinistre, le masque était beau".
Le cadavre de Marcellino était allongé sur une table du bar de l'aéroport. En le contemplant, l'une des serveuses espagnoles dit ceci: " Il faut au moins une heure pour qu'on commence à voir l'âme." Et Malraux de conclure, un peu plus loin: " C'est seulement une heure après la mort que, du masque des hommes, commence à sourdre leur vrai visage."
Je regardais François L., et je pensais à cette page de "L'espoir".
Son âme l'avait déjà quitté, j'en étais certain. Son vrai visage avait été défait, détruit, il ne sourdrait plus jamais de ce masque terrifiant. Non pas tragique, mais obscène. Nulle sérénité ne pourrait plus jamais adoucir les traits tirés, ravagés, du visage de François. Nul repos n'était plus concevable dans ce regard abasourdi, indigné, plein d'inutile colère. François n'était pas encore mort, mais il était déjà abandonné.
Par qui, seigneur? Etait-ce son âme qui avait abandonné ce corps martyrisé, souillé, frêle ossature cassante comme du bois mort, à brûler dans un four du crématoire, bientôt? Mais qui avait abandonné cette âme fière et noble, éprise de justice?
Quand la Gestapo l'avait arrêté, m'avait dit François, et qu'elle l'avait identifié, les policiers allemands avaient demandé à son père, allié fidèle, collaborateur efficace dans le travail de répression, ce qu'il voulait qu'on fît de lui. Devait on l'épargner? Ils étaient prêts à faire une exception. " Qu'on le traite comme les autres, comme n'importe quel autre ennemi, sans pitié particulière" avait répondu le père, un agrégé de lettres, féru de culture classique et de belle prose française. " C'est fou ce que la perfection de la prose attire les hommes de droite!" s'était esclaffé François lors de notre conversation dans la baraque des latrines collectives. Notre seule et interminable conversation. Il m'avait parlé ce jour là de Jacques Chardonne, de la présence de celui ci, deux ans auparavant, à un congrès d'écrivains à Weimar, précisément, sous la présidence de Joseph Goebbels. " Tu n'as pas lu les textes de Chardonne dans la NRF?" m'avait demandé François.
Non, je n'avais pas lu, pas retenu, en tout cas.
Maurassien, antisémite éclairé- je veux dire, qu'on ne s'y trompe pas, citant Voltaire plutôt que Céline quand il dénonçait la " malfaisance des Juifs , déracinés par essence", " incapables d'émotion patriotique et voués au culte du Veau d'or": telles étaient les formules stéréotypées- le père de François avait été projeté par la défaite de 1940 dans un activisme pronazi nourri de désarroi désespéré, de nihilisme antibourgeois.
Homme de culture, il était devenu homme de guerre avec passion. Puiqu'il fallait se battre, autant le faire en première ligne, les armes à la main, dans la Milice de Darnand.
" Qu'on le traite comme les autres, comme n'importe quel autre ennemi" avait dit son père aux types de la Gestapo.
Probablement croyait il s'inscrire par là dans la tradition morale des stoïciens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carrecarre   06 juillet 2013
Je jette toujours un coup d'œil sur les bibliothèques des gens chez qui je suis invité. Il me semble que je suis parfois trop cavalier, trop insistant ou inquisiteur...
Mais les bibliothèques sont passionnantes, parce que révélatrices. L'absence de bibliothèques aussi, l'absence de livres dans un lieu de vie, qui en devient mortel.
Commenter  J’apprécie          451
ibonibon   09 décembre 2013
[ Sur Semprun, rescapé de Buchenwald]
- On peut dire que t'en as, de la chance, toi!
C'est une phrase que l'on m'a souvent dite, au long de ces années. Une constatation que l'on a souvent faite. Sur tous les tons, y compris celui de l'animosité. Ou de la méfiance, du soupçon. Je devrais me sentir coupable d'avoir eu de la chance, celle de survivre, en particulier. Mais je ne suis pas doué pour ce sentiment-là, si rentable pourtant, littérairement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Jorge Semprun (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Semprun
Le 3 juillet 1966, Jorge Semprún était l'invité de l'émission “Au cours de ces instants”, animée par José Pivin. Des extraits de son livre “Le Grand Voyage” étaient lus par Michel Bouquet ainsi que par l'auteur lui-même. Photographie : Jorge Semprún à Paris en 1970. Source : Archive familiale. Crédit photo : D.R.
Source : France Culture
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sur la route des écrivains classiques en région Centre (facile )

Si je vous dis : Un poète vendômois ( Loir et Cher) et si j'ajoute : Mignonne allons voir si la rose... On disait de lui que c'était le prince des poètes et le poète des rois. Il naquit en 1544 à Couture-sur-Loire

Rémi Belleau
Joachim du Bellay
Pierre de Ronsard
Antoine de Baïf

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , régions , Centre (France)Créer un quiz sur ce livre