AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253092681
320 pages
Le Livre de Poche (03/01/2018)
3.7/5   962 notes
Résumé :
Janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, surnommé le Pitbull, connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes. À première vue, l’affaire est simple. « Dans vingt-quatre heures elle est pliée », dit même l’un des premiers e... >Voir plus
Que lire après ToxiqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (308) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 962 notes
Et bien voilà comme quoi il ne faut pas rester sur un premier avis mitigé.

J'ai dévoré ce roman, je me suis prise d'amitié pour les personnages . J'ai trouvé l'auteur très attentif a ses personnages . Ce ne sont pas des êtres parfaits. Ils sont parfois aussi écorchés par la vie.
Mais pour être un coup de coeur il aurait fallut que ce roman soit un peu plus touffu… approfondir sur le père violent , sur l'homme qui l'a remplacé, sur des petits détails qui auraient pu donner une dimension encore plus grande à cette histoire, et permettre au lecteur d'avoir des réponses à tout. approfondir aussi un peu plus le côté psychologique.

Il faut reconnaître que le rythme donné par l'auteur fait que l'on tourne les pages sans s'en rendre compte, et puis son écriture est assez addictive.

Une belle surprise , et pourtant je partais sur la réserve.. d'autres romans de cet auteur suivront.
Commenter  J’apprécie          1263
J'avais beaucoup aimé les deux livres de Niko Tackian lus précédemment, et c'est enthousiaste que je me suis plongée dans Toxique, premier "tome" d'une série mettant en scène Tomar Khan, commandant d'un groupe de la brigade criminelle, au 36 quai des Orfèvres.
.
Dans les soupentes du bâtiment, la SAT (section anti-terroriste), dont les effectifs ont été renforcés, s'active. Nous sommes en janvier 2016, et Paris est encore traumatisée par les attentats du 13 novembre.
.
Tandis que Tomar s'efforce de mettre des malfrats hors d'état de nuire, la directrice d'une maternelle est retrouvée sans vie dans son bureau.
Une femme charmante, aimée de tous, qui a bien pu attenter à sa vie et pourquoi ?
.
*******
.
J'ai eu un peu de mal à rentrer dans ce roman, plus policier que thriller, mais une fois immergée, les pages se sont tournées toutes seules.
.
L'écriture de l'auteur est toujours aussi fluide et maîtrisée.
L'histoire fourmille de détails sur la vie des personnages, les affaires en cours, et tout le toutim. Beaucoup de suspense et d'action.
.
Malgré tout le mal que Niko Tackian s'est donné, je n'ai pas réussi à vraiment m'attacher aux personnages, hormis vers le dernier tiers du livre..
.
L'enfance de Tomar a été particulièrement traumatisante. Un père très violent qui le terrorisait, le poursuivait dans ce qu'ils décrit comme un labyrinthe...
Mais j'ai trouvé que ladite enfance revenait très souvent dans le récit. Peut-être à raison, l'enquête sur le meurtre de la directrice de maternelle se croisant avec les problèmes familiaux de Tomar.
L'auteur ménage le suspense.
.
Toxique parle donc d'enfance volée, de forts liens familiaux, bons ou mauvais, de manipulation, un peu de l'après-attentat, mais pas trop, de boxe, mais pas trop, de religion, mais pas trop, d'amour, mais encore moins que du reste, et... un fantôme qui colle aux basques de Tomar..
.
C'est un très bon bouquin et je lirai la suite des aventures des héros de ce roman, même si c'est un polar.
J'ai même hâte d'y retourner, maintenant que je me suis habituée à la petite équipe.
.
.
Commenter  J’apprécie          7945
J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir ce polar !
C'est un bon page turner, tout bien comme il faut, avec tous les bons ingrédients, tous les bons codes d'un bon policier.
J'ai apprécié l'écriture, le style.
C'est vraiment un livre qui se dévore !
J'ai aimé les personnages principaux et j'espère pouvoir les retrouver par la suite, dans d'autres enquêtes.
Des flics, des écorchés de la vie, des passionnés, borderlines, voir plus.
On a franchement envie de les suivre, en connaitre plus sur eux.

Ici, Tomar Khan, de la crim, doit enquêter sur le meurtre d'une directrice d'école maternelle.
A priori, une enquête qui devrait être bouclée en peu de temps.
Mais Tomar est pointilleux et tant qu'il aura des doutes.... Impossible pour lui de bâcler, clôturer cette affaire.
Guidé par ses propres démons, son instinct le mènera à la vérité.

Il m'a donc fallu peu de temps pour découvrir le fin mot de cette histoire, tellement cette lecture fût addictive.
Malgré tout, je reste un peu sur ma faim...
J'aurai voulu en savoir davantage sur la dénommée Toxique.
Son portrait est assez superficiel.
Il m'a manqué des éléments...
Elle aurait tellement mérité d'être plus approfondie...
Sur son passé, qui parait tellement riche !!!
Dommage...

Je vais suivre de près Niko Tackian.
Surtout si on retrouve Tomar et Rhonda. Ils forment une belle équipe tous les deux.
Je retrouve un peu de Sharko et Henebelle (F. Thilliez) et c'est plutôt très sympa.

Je remercie Babelio et Calmann Levy pour m'avoir fait découvrir ce livre dans le cadre d'une masse critique.
Commenter  J’apprécie          690
Quelques mois après les attentats de Paris, en janvier 2016, une directrice d'école maternelle est assassinée, étranglée dans son bureau. On retrouve très vite son assassin mais la véritable personne toxique se cache dans l'école et s'apprête à faire d'autres dégâts.
Heureusement, Tomar Khan, super flic du 36 quai des Orfèvres sent le côté dangereux du personnage et démêle l'intrigue avec ses collègues.
On peut comparer Tomar à un justicier qui n'hésite pas à nettoyer la ville ou sa famille de personnes très dangereuses.
C'est sa façon de réagir au mal qu'on lui a fait quand il était petit. Etonnant personnage !
Quant à la personne toxique, c'est une personne qui a énormément souffert pendant son enfance et croit protéger des enfants. Se dégage du personnage une grande souffrance et des mutilations qu'elle s'inflige.
Résumons : de temps en temps, je me lance dans un polar mais je crois que les faits décrits me dépassent un peu. Cela ne doit pas être ma tasse de thé, je dis ça car je suis en train d'en boire une.
Le prochain polar sera certainement un "Agatha Raisin" ou un "Anne Perry". C'est nettement plus reposant.
Commenter  J’apprécie          656
J'ai découvert Niko Tackian en 2017 avec ce roman que j'avais apprécié mais pour lequel je n'avais pas rédigé de véritable critique. Par la suite, je suis revenu vers cet auteur, mais j'ai été la plupart du temps déçu par le montage de ses intriques, particulièrement celle présentée dans Respire. Et pourtant, je ne peux m'empêcher de revenir vers lui... Donc, avant d'entamer la lecture de la Lisière, j'ai feuilleté à nouveau Toxique, dont je n'avais pas oublié l'héroïne, et souhaité écrire quelques ressentis de cette lecture.

D'abord, un titre parfaitement choisi, puisqu'il s'agit de démasquer une sociopathe dont la toxicité est sous-jacente au fil des pages. Ensuite, une écriture habile qui invite le lecteur à pénétrer au coeur de l'intrigue, même si son développement va connaître de nombreuses digressions.

Celles-ci concernent surtout la personnalité de l'enquêteur, Tomar, son monde onirique, ses détresses psychologiques qui peuvent finir par encompbrer quelque peu le suspense, mais restent acceptables dans ce roman policier avant tout (ce ne sera pas le cas dans Fantazmë où l'évocation laborieuse du psychisme de Tomar occulte complètement l'enquête).

Dans Toxique, c'est une directrice d'école maternelle assassinée dans son école, ce qui amène une véritable intrigue sur la personnalité du tueur possible que Tomar conduit habilement sous la plume de Niko Tackian.

Le lecteur peut donc forger ses convictions rapidement ou pas sur l'identité possible du meurtrier, il m'a semblé que le suspense était préservé et le dénouement solde avec efficacité ce polar.

Je lui laisse les 4 étoiles accordées lors de sa lecture, car elles sont le résultat de ma perception, même si je rejoins quelques critiques négatives traduisant un ressenti qui fut le mien lors de la lecture d'autres livres de Tackian, comme le décevant Fantazmë où l'incohérent Respire.

Donc, après ce petit retour en arrière, j'aborde La Lisière sans à priori.
Commenter  J’apprécie          603

Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
On le voit partout, ce roman ! La couverture de la version poche est soignée et tout sauf surchargée : une marelle, une silhouette. Blanc, rouge et noir. Efficace. Toujours à l’affût de thrillers originaux, je me lance avec beaucoup d’espoir dans la lecture de Toxique en me gardant bien de lire les critiques des internautes. Je ne connais pas l’auteur, je n’ai lu aucun de ses romans. Ça démarre plutôt bien. Des chapitres courts, deux histoires en parallèle. Un cadavre est retrouvé dans une école, il s’agit de la directrice qui semble bien sous tout rapport. C’est le commandant Tomar Khan qui est changé de l’enquête. Un personnage récurrent, visiblement. Il trimbale des casseroles aussi grosses que des fait-tout et comme si ce n’était pas assez compliqué, il entretient une relation avec une collègue de boulot. Enquête sérieuse (tuer une prof, c’est moche) VS enquêteur torturé, un genre de Dexter soft et plus si affinités… Il faudra, je crois, lire les autres romans pour en savoir plus. Le problème c’est que l’enquête ne m’a pas intéressée plus que cela… J’ai tourné les pages très vite mais n’ai pas du tout été happée par le contenu. Il n’y a pas de suspense. La sociopathe qui tient lieu de coupable n’est pas convaincante. Quant au flic, je me dis : pourquoi pas encore un personnage ambigu, mais je ne sais pas, quelque chose n’a pas fonctionné… Des allusions récurrentes au mythe de Thésée et au labyrinthe traversé par notre héros que j’ai trouvées assez lourdes… et pourtant, j'aime la mythologie !
Commenter  J’apprécie          130
Presque deux mois que le pays vivait en état d'urgence. Les bureaux vieillissants du 36, quai des Orfèvres étaient plus animés que jamais, surtout dans les soupentes où la SAT (section antiterroriste) s'était vu doter de trois groupes d'enquêteurs supplémentaires en raison des attentats de novembre. Des centaines de dossiers sensibles étaient en ce moment même en train d'être passés au peigne fin. Ce travail minutieux permettrait peut-être de sauver des vies. Il était loin le temps où les gars de la SAT passaient pour des "branleurs" , traitant des affaires obscures déconnectées des crimes de sang dont la brigade criminelle faisait son fond de commerce. Le sang était bien là, il avait coulé à flots dans les rues​ de Paris et emporté la jeunesse d'une France qui ne savait pas encore très bien comment s'en remettre. Alors on comptait sur ces hommes pour faire rempart de leurs corps lorsque les balles pleuvraient à nouveau.
Commenter  J’apprécie          150
Ce type de personne a tout à fait conscience du mal qu’il fait mais cela n’évoque rien chez lui. Il faut voir la sociopathie comme une sorte d’immaturité figée. Ce sont des adultes qui ont les mêmes réactions qu’un enfant de cinq ans. Ils aiment arracher les ailes des mouches sans se soucier de leur douleur. Ils ne sont pas capables de voir la souffrance de l’autre et ne la respectent pas. Et surtout, ils cherchent à satisfaire leurs besoins à tout prix »
Commenter  J’apprécie          280
Elle aurait aimé dire à Hadrien qu’il était une créature tombée du ciel aux ailes coupées par la bêtise humaine. Il était maintenant condamné à errer dans ce cul-de-basse-fosse qu’on appelait la vie et à subir les pires abominations. A terme, il deviendrait lui aussi un bourreau ou un médiocre, et il engendrerait d’autres créatures des cieux pour leur couper les ailes à son tour.
Commenter  J’apprécie          230
Il ne faut jamais se moquer des petites filles qui jouent aux cow-boys, détestent la Reine des neiges et déchirent en cachette leurs vêtements roses en rêvant de conduire une voiture de police. « Plus le garçon est manqué, plus la fille est réussie » avait-elle lu un jour sur la couverture d'un magazine.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Niko Tackian (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Niko Tackian
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/niko-tackian-la-lisiere-53718.html Les études de droit et d'histoire de l'art peuvent mener à l'écriture de roman noir. La preuve ! C'est en tout cas le chemin pris par Niko Tackian pour arriver en librairie au rayon des romans qui font peur…
On l'a aussi connu journaliste, auteur de BD, metteur en scène et scénariste. On lui doit d'ailleurs la série télé « Alex Hugo » écrite en collaboration avec Franck Thilliez.
Mais aujourd'hui, c'est avant tout de l'auteur de thrillers que je veux vous parler, lui qui, en quelques titres, est devenu un incontournable. Il fait d'ailleurs partie du collectif « La ligue de l'imaginaire » aux côtés de Bernard Minier, Olivier Norek, Bernard Werber ou Barbara Abel.
Dans l'univers du thriller, Niko Tackian fait ses armes avec « Quelque part avant l'enfer », un premier titre primé au festival de Cognac. Rapidement les succès vont s'enchainer au rythme d'un livre par an.
Et si vous n'avez pas encore lu « Avalanche hôtel », « Celle qui pleurait sous l'eau » ou « Repère », allez-y ! Vous allez adorer avoir peur ! Dans ses romans, Niko Takian aime décortiquer la psychologie de ses personnages, les mettre face à des situations toutes plus angoissantes les unes que les autres et, à chaque fois, son histoire prend place dans un paysage différent, sorte de huis-clos naturel qui joue un rôle dans le déroulé de l'intrigue.
Avec « La lisière », le nouveau thriller de Niko Tackian, nous voici en Bretagne. Mais pas la Bretagne de bord de mer, riante et touristique. Non, nous sommes ici au coeur de la Bretagne, celle des monts d'Arrée, rugueuse et austère, pétrie de légendes autour des elfes, du chien noir et de l'Ankou, le serviteur de la mort.
Ce soir-là, Vivian est en voiture avec son mari Hadrien, au volant et leur fils Tom à l'arrière. Il fait nuit, le crachin masque la visibilité, le vent s'engouffre dans ses paysages tortueux des monts d'Arrée. Tout à coup, une forme surgit devant la voiture obligeant le conducteur à s'arrêter précipitamment. Hadrien descend du véhicule pour vérifier que tout est en ordre. le petit Tom descend aussi pour soulager un besoin pressant. Une minute passe, puis deux… Vivian sort à son tour de voiture. Personne. Son fils et son mari ont disparu, elle est seule dans cette lande bretonne battue par le vent et la pluie.
Voilà le point de départ de cette histoire à vous empêcher de dormir. Une petite famille bien ordinaire embarquée dans une intrigue sinistre à souhait.
L'écriture est vive, rythmée, addictive. Les situations angoissantes s'enchainent, les chausses trappes abondent et le lecteur de suivre frénétiquement les soubresauts de l'enquête et d'accompagner Vivian dans sa quête de la vérité. Que sont devenus sont fils et son mari ?
Un thriller impeccablement réussi que vous allez dévorer jusqu'à la dernière page avec une conclusion terrifiante que vous n'aurez pas vue venir. Et cerise sur le gâteau, Niko Takian vous offre aussi un chapitre supplémentaire grâce à un QR code en fin de roman qui vient compléter le plaisir de lecture.
Vous qui aimez avoir peur, vous allez vous régaler.
« La lisière » de Niko Takian est publié chez Calmann Lévy.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus



Lecteurs (2026) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2784 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..