AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253237532
288 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (02/01/2019)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 242 notes)
Résumé :
Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?
Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (112) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  07 janvier 2019
Tout d'abord,en préambule, je dirais qu'à mon avis , il vaut mieux lire le très bon "Toxique " avant d'aborder ce non moins très bon "Fantazme".En effet , les principaux protagonistes ont tissé de tels liens entre eux , ont une telle histoire personnelle qu'il me semble trop frustrant pour le lecteur de les passer sous silence . "Dans "Fantazme" ,trop d'événements passés aident à bien "caler l'histoire " et il serait dommage de "polluer" la compréhension des attitudes et certains problèmes des personnages.Enfin , je vous l'assure ,lire"Toxique " n'est en rien une punition!!!!!
Bon,nous sommes à Paris , en 2017.Et un tueur mystérieux et insaisissable laisse derrière lui des cadavres atrocement ( nous y reviendrons ) mutilés.En menant l'enquête, le commandant Tomar Kahn et son équipe vont se retrouver face à des filières albanaises implacables, hordes sauvages et cruelles, sans pitié. Et ,oui ,2017,les temps changent , le banditisme aussi.
Autant le dire tout de suite , certaines descriptions sont dures , terriblement sanglantes et peuvent perturber des personnes sensibles Voilà , ça, c'est fait ,ce roman est violent et parfois même, un peu trop.
A côté de ça, nous suivons à nouveau des personnages qui avaient su nous toucher dans le premier volume.Il y a le commandant Tomar , bien entendu,Francky , son fidèle adjoint ,la sublime et généreuse Ara,la mère du commandant ,le "méchant" Belko qui risque de détruire une belle histoire d'amour( vous n'en saurez pas plus ), la sublime Rhonda......
Au delà de l'intrigue , ce livre pose le problème du droit dans la police ,de la fragilité des couples dans cette profession ,de la dangerosité de ce métier et, hélas, montre la corruption de l'homme dès lors que des sommes considérables d'argent sont en jeu.La barbarie.La négation de l'humanité......
Ajoutez-y un langage , comme on dit pudiquement "adapté à la situation de communication " sans tomber dans l'excès et vous avez un excellent polar , mais attention ,ce n'est que mon avis.
J'ai eu la chance de trouver dans ce livre un flash de mon enfance.Les gérants du "Tout va mieux" d'une certaine époque ont fait partie de ma famille et nous y ont reçu un jour.... C'était une belle brasserie.C'est aujourd'hui ,dit l'auteur un "troquet miteux " Et ,oui,tout change ,pas seulement le banditisme...Mais,allons , pas de nostalgie , je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans......Cependant , contrairement à ce que dit l'enseigne du bar ,non , tout ne va pas mieux ,hélas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
Kirzy
  18 mars 2018
Excellent titre que ce " Fantazmë ", " spectre en albanais ".
Vengeance - Justice - Résilience. Comment être un bon flic quand les victimes sont des bourreaux ? ou que la justice relâche des monstres ?
C'est tout l'enjeu de ce polar.
Le " spectre " en question, c'est un insaisissable tueur qui sévit dans les quartiers chauds de Paris et notamment au coeur de la mafia albanaise.
Des fantômes, il y en a d'autres dans ce polar, ceux qui hantent le commandant Tomar Khan chargé de l'enquête : son père qu'il a tué très jeune pour sauver sa mère et son petit frère, un autre monstre qui revient de façon très présente depuis que notre héros est victime d'hallucinations et que cela pourrait être le résultat d'une hérédité neurologique ; Bob Müller, le violeur qu'il a également tué dans l'opus précédent ( le très bon Toxique ) et qui peuple ces cauchemars dans des scènes dialoguées fantastiques très réussies.
Niko Tackian a gagné en densité depuis Toxique. On retrouve son sens très sûr du scénario et du rythme mais cette fois la trame en multi-couches est bien plus ancré dans le réel, ce qui lui donne plus de force : la traite des femmes, le Paris post-attentats, la crise des migrants, les geôles de Bachar al-Assad.
L'enquête en elle-même est classique mais ce qui distingue ce polar d'autres, c'est la profonde humanité apportée par de très beaux personnages comme celui de la lumineuse Ara, la maman de Tomar, ancienne Peshmerga, emplie d'empathie, qui guide son fils vers la compréhension de l'autre hors de sa bulle de flic. Le personnage du Fantazmë est également incroyablement fort ( je n'en dirais pas plus pour ne pas en dévoiler trop ). Même l'horrible inspecteur de l'IGPN est campé avec beaucoup de finesse et on prend un grand plaisir à le détester autant qu'on aime toute l'équipe de Tomar.
Un polar court, violent, musclé mais terriblement sensible. Très réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
Giraud_mm
  13 janvier 2019
Un migrant est retrouvé atrocement mutilé dans le 18ème arrondissement de Paris. le groupe du commandant Tomar Khan, de la PJ, est chargé de l'enquête. Une enquête qui semble a priori voué à l'échec jusqu'à ce qu'un fragment d'ADN permette d'établir un lien avec plusieurs affaires du même type en Europe. Un tueur invisible serait-il en train de faire le ménage dans la pègre. Une enquête qui mettra aussi également le commandant en face de ses propres failles et défaillances.
Un roman noir plus qu'un vrai policier, noir, très noir, court et nerveux, très nerveux, où le bien ne l'emporte pas toujours.
Une histoire tout aussi crédible que beaucoup d'autres, avec des personnages très marqués : les méchants sont vraiment très méchants et impitoyables ; mais entre le héros policier et le tueur, aux passés pas si éloignés que ça, il y a juste une affaire de chance, celle qui fait que la balle de match va retomber du bon ou du mauvais côté du filet (référence au film "Match Point" de Woody Allen).
L'écriture est dense, serrée, directe et concise ; peu de place pour les fioritures. Et c'est diablement efficace !
Au final, un excellent polar noir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
belette2911
  13 avril 2018
Vous voulez connaître mon fantasme ? Vous voulez vraiment le connaître ?
Approchez-vous de l'écran que je vous le chuchote à l'oreille car il ne faudrait pas que d'autres l'apprennent : n'avoir rien d'autre à faire dans ma vie que lire et monter à cheval !
Oh, je vous sens déçus ? What did you expect ? Bande d'obsédés, va !
Si le titre « Fantazmë » ressemble phonétiquement à la définition de la représentation imaginaire suggérée par l'inconscient, la définition n'est pas la même puisque dans notre roman, il s'agit d'un mot albanais qui veut dire « spectre ». Déjà là, je me suis couchée moins bête.
Au 36 quai des Orfèvres, on est en émoi pour plusieurs choses : le déménagement prochain et quelques crimes bizarres, sans aucun rapport entre eux, si ce n'est l'extrême violence dans lesquels ils ont eu lieu.
N'ayant jamais lu le premier tome, j'ai donc fait connaissance avec ce drôle de flic, le commandant Tomar Khan, chef de groupe de la section 3. D'origine kurde, on apprend que son enfance ne fut pas celle joyeuse de l'île aux enfants et que ses placards sont bourrés de squelettes en tout genre.
Un flic écorché, une fois de plus, me direz-vous… Oui, mais le portrait de l'homme est bien réalisé, bien travaillé, et ses blessures ne ressemblent pas à celles des autres flics torturés que nous connaissons.
Sans en faire des tonnes, l'auteur plante son décor, ses personnages, son intrigue et le déroulement des meurtres, dont les âmes sensibles devraient pouvoir s'en remettre… Quoique, vu la situation de misère des migrants (et des SDF) décrite dans la ville des Lumières, on ne devrait pas avoir le droit de s'en remettre.
Sous le couvert d'une enquête qui pue le classement vertical, faute de preuve, l'auteur nous plante le décor de la ville de Paris (loin de ses lumières) avec, à ma droite, ses chancres, ses camps de migrants vidés, ses pauvres hères qui errent sans but dans une ville où la loi ne fait rien pour les aider et à ma gauche, ses réseaux de prostitution mis en place grâce aux trafics de femmes, le tout sous l'égide de la mafia albanaise.
C'est rythmé, c'est couillu, c'est musclé, sanglant, violent, servi avec de la profondeur et des émotions, sans oublier le suspense, mon vieux complice (oups, je sors), un boeuf-carottes que l'on aimerait foutre en boite, le tout étant relié à des faits réels puisque l'auteur fait allusions aux terribles faits du vendredi 13 novembre.
Faut pas avoir fait littérature supérieure pour comprendre le roman, c'est à la portée de tous et il n'y a rien de péjoratif dans cette phrase, juste une conclusion, un constat.
Ici, les flics sont des flics, ils ne parlent pas comme dans La princesse de Clèves et se comportent comme des policiers qui n'ont plus de vie de famille, qui sont crevés, mal aimés, mal achalandés car jamais assez de budget et toujours une guerre de retard sur les truands.
Réaliste, donc…
Ça te déchire ta race sans révolutionner le roman policier, mais ça va quand même plus loin que le polar habituel puisqu'il n'est pas question, ici, du colonel Moutarde ayant tué dans la bibliothèque avec le révolver.
Allez, vite la suite que je sache ce qui va arriver ensuite !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
gruz
  09 janvier 2018
Avec Fantazmë, Niko Tackian a composé un second opus, en brut majeur, mettant en scène son commandant Tomar Khan. Les personnages rencontrés dans Toxique prennent ici une autre dimension. Oh, ne vous privez pas pour autant de la lecture de ce roman si vous n'avez pas lu le premier !
Fantazmë (« spectre » en albanais) est un vrai et bon polar musclé qui a le bon ton de ne jamais oublier les émotions en chemin. L'enquête pourrait paraître classique, mais le soin apporté à dessiner les personnages et le fond de l'intrigue procure le supplément d'âme qui donne sa singularité au récit.
Aucun temps mort dans cette enquête policière, entrecoupée des états d'âme de protagonistes de plus en plus touchants. Une histoire de règlement de compte qui met vite en lumière ceux qui sont dans l'ombre : les migrants et les exploités. Avec un Niko taclant au passage certaines institutions pour le non respect des droits fondamentaux de l'Homme.
Fantazmë (excellent titre !) est un vrai polar grand public (rien de péjoratif dans ce terme, bien au contraire), ultra efficace et qui développe le potentiel entr'aperçu dans Toxique ; ce second roman étant plus abouti, à mon sens.
Niko Tackian a un vrai sens du rythme, sans aucun doute lié à son autre métier de scénariste pour la TV et la BD. Son écriture et sa construction narrative sont cinématographiques, ce qui rend le roman difficile à lâcher. Dommage qu'il soit assez court, trop court à mon goût.
L'intrigue est intelligemment ancrée dans l'actualité post-attentats, on sent que l'auteur a incorporé dans son écriture les faits réels liés à l'actualité. On est en prise directe. Et puis, il y a la manière dont l'histoire s'entrechoque avec les destins personnels qui rend certains passages poignants.
Fantazmë est un polar prenant, divertissant et ancré dans la cruelle réalité. Niko Tackian a réussi à créer des personnages qu'on a vraiment envie de retrouver par la suite. On en redemande.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          305
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
chicha56chicha56   27 mai 2020
Quelques notes de jazz et le chant rauque d’une femme se perdaient dans l’obscurité. Tomar ne savait plus où il avait entendu ce morceau, mais il résonnait dans son crâne comme une mélodie entêtante. Il se tenait immobile, le dos contre le tronc épais d’un arbre. Un froid brutal transperçait se vêtements et s’infiltrait à l’intérieur de son corps, engourdissant ses muscles. Il ne reconnaissait pas encore l’endroit où il se trouvait, mais ça n’avait aucune importance. Ses nuits n’étaient qu’une succession de cauchemars. Un labyrinthe d’angoisses mélangeant ses tourments de flic et les affres d’un passé douloureux. » p 11 (Incipit)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chicha56chicha56   27 mai 2020
Vivre à la ville, c’était vivre dans une boîte entourée d’anonymes enfermés eux aussi, condamnés à un vis-à-vis laissant peu de place à l’intimité. On s’habituait progressivement à baisser le regard pour éviter de s’immiscer dans l’existence des gens. Entre les pans des rideaux, on apercevait souvent des silhouettes absorbées dans leurs préoccupations. La banalité., le quotidien, l’amour, la haine parfois, on partageait tout avec ses voisins, témoins immobiles et silencieux de la vie des autres. » p 117 a 11
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chicha56chicha56   27 mai 2020
Ce lieu était bien plus qu’une terre de cauchemar, c’était le mausolée où reposait le cadavre de son père, et il avait compris qu’il ne servait à rien d’essayer de le camoufler sous l’humus tout comme il l’avait enfoui dans sa mémoire. » p 78 a 7
Commenter  J’apprécie          00
chicha56chicha56   27 mai 2020
Vous savez qu’ils lui ont déjà donné un nom ? Fantazmë… Ça veut dire « spectre » en albanais… » p 126 a 12
Commenter  J’apprécie          10
chicha56chicha56   27 mai 2020
Tomar sentit une violente angoisse lui saisir les tripes. Elle se déversa en lui comme la lave dans le cœur d’un volcan, prête à exploser pour tout engloutir. » p 282 a 7
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Niko Tackian (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Niko Tackian
Extrait de "Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian lu par Marc Prin. Parution le 15 avril 2020.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/celle-qui-pleurait-sous-leau
autres livres classés : migrantsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1867 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..