AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Thomas Goisque (Illustrateur)
EAN : 9782700396294
168 pages
Éditeur : Editions Arthaud (31/08/2005)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Sylvain Tesson a parcouru le chemin de ceux qui ont fui le goulag ou l'oppression soviétique à partir des années 1920 jusqu'à l'effondrement de l'URSS. Il s'est notamment inspiré pour son itinéraire de celui emprunté Slavomir Rawicz et décrit dans 'A marche forcée'.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
BRUMANT
  27 mars 2021
C'est le 8eme livre de Tesson que je lis. J'ai vu le film a marche forcée de Weir. Que font les tibétains? Passer devant le procureur vert. 12 mois d'hivers et ensuite c'est l'été la Rasoutitsa.( le chemin interrompu)! N'es impossible que ce qui n'a pas été tenté disent les Zeks. Tue la terre Gengos Khan. Souvenir de la maison des morts. Junger le recours aux forêts. Ces Dersou Ouzala. Ces vieux croyants. Stipa la tige. Je pense a sauvage par nature la Mongolie. Sous la yourte dans la vie touranniene. Papier de riz nepalais. Hugo Pratt le baron Sternberg. Beaucoup d'histoire de citation. Oulang Bator et le taklamakan. On ne peut réduire le désert de Gobi à quelques dunes. Kongor est rare. La solitude est une compagne merveilleuse. L'Amdo et le chameau de Bactriane. le chantang bonjour Monsieur Pleissel.
Commenter  J’apprécie          260
Lune
  04 mai 2014
Recueil reprenant, illustré des très belles photos de Thomas Goisque et de quelques unes de Sylvain Tesson, le périple que ce dernier entreprit sur les pas des évadés du goulag.
Un ajout à cette nouvelle édition : Slavomir Rawicz, l'auteur de "A marche forcée", qui fut le fil conducteur de ce voyage, n'a définitivement pu vivre ce qu'il raconte (le doute était déjà très présent).
Mais peu importe puisque cet "Axe du loup" est bien réel et que des hommes y ont souffert.
Le livre résume l'expérience de Sylvain Tesson qui apporte ici quelques précisions historiques, géologiques et géographiques dans ce style vif et vivifiant qui lui est caractéristique.
Commenter  J’apprécie          100
ochristian
  25 novembre 2019
Sylvain Tesson nous fait partager son long périple le long du chemin de la liberté de plus de 6000 Km qu'on dû affronter les évadés des goulags soviétique. Un petit livre remplit de paysages, sensations et anecdotes. Des photos magnifiques de Thomas Goisque qui rendent ce livre encore plus attachant. le texte est sobre et quelques pépites s'y cachent mais la magie opère et c'est ce que l'on recherche le rêve d'accompagner le grand baroudeur.
Commenter  J’apprécie          30
kathy
  05 mars 2017
Un livre féérique à regarder, pour qui aime voyager.
Sylvain Tesson franchit, cette fois les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himalayenne, la forêt humide jusqu'à la montagne de Darjeeling, le tout sur 6000 km, à pied, à cheval et à bicyclette.
J'avoue n'avoir lu que les légendes des photos, car je me prépare, à l'instant, à lire le récit de voyage (L'Axe du loup ), écrit par l'auteur, en complément de l'album photographique.
Commenter  J’apprécie          10
gones
  08 juillet 2020
Ce livre permet de retracer le parcours de l'auteur de la Sibérie à l'Inde sur les traces des évadés des goulags en version accélérée !
De très belles photos de l'expédition dans ce livre .
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Les nomades ont excellé dans les disciplines les plus faciles à transporter : la poésie, la musique, ces arts qui s’emportent dans la boite en os du crâne.
Commenter  J’apprécie          00
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Le baron était fou - ce qui est une manière d’être libre
Commenter  J’apprécie          10
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Quand on s’évade, il ne faut pas seulement s’enfuir, il faut avoir quelque part où aller.
Commenter  J’apprécie          00
DanieljeanDanieljean   07 octobre 2015
Dans le jargon des prisonniers du goulag, s'évader se disait "passer devant le procureur vert", c'est-à- dire sous le couperet de la nature, qui était souvent plus impitoyable que le marteau des procureurs rouges. Ceux-ci vous condamnaient à trente ans de détention pour peu que vous fussiez soupçonné d'être un "élément douteux" ou un "ennemi du peuple". Mais la nature, elle, tendait des pièges plus redoutables: marais, ours, torrents, tempêtes, nuages de moustiques... Souvent, le froid, la faim, et finalement la mort attendaient le fugitif au bout d'une courte cavale qui ne l'avait pas porté bien loin au regard de l'immensité sibérienne.
C'est d'ailleurs en raison de ces incommensurables difficultés physiques que les camps de prisonniers soviétiques n'étaient pas aussi protégés que l'on aurait pu le penser. Une ou deux simples lignes de barbelés ceignaient le camp. Les gardiens savaient que la nature dissuadait le candidat à l'évasion mieux que n'importe quel cheval de frise.Dans les parages où s'étendit l'Archipel, l'hiver règne huit mois sur douze ( une plaisanterie russe - qui fait donc rire jaune - définit même ainsi l'année sibérienne : "Douze mois d'hiver et après, c'est l'été ! ") et , quand l'été vient, c'est la raspoutitsa ( littéralement, le "chemin interrompu", la fonte des neiges qui transforme le pays en une fondrière et rend impraticables les sous-bois.
Des prisonniers politiques réussirent malgré tout à s'évader. ILs pensaient sans doute, avec Tocqueville, que "n'est impossible que ce qui n'a pas été tenté". C'est à la mémoire de ces hommes en fuite, pour qui rien n'importait plus que de reconquérir leur dignité volée, à la mémoire de ceux qui choisirent la liberté, ne plièrent pas sous l'idéologie et sortirent de la nuit soviétique, qu'est dédié ce voyage à pied, à cheval et à vélo, de la Sibérie à l'Inde, sur les traces des évadés du goulag
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ochristianochristian   25 novembre 2019
Au cours de ces journées au bord du lac , je marche ivre de splendeurs sauvage. Je ressens l'aiguillon de la solitude, mais au lieu de me peser, il me transporte et me gonfle l'âme d'une douce mélancolie.
La solitude - j'en fais pour la première fois l'expérience au Baïkal - m'aide à mieux me relier par l'esprit aux évadés du goulag dont je suis moralement sous la bannière.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sylvain Tesson (93) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Tesson
Extrait de "Éloge de l'énergie vagabonde" de Sylvain Tesson lu par Léo Dussollier. Parution numérique le 17 décembre 2021.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/eloge-de-lenergie-vagabonde
Dans la catégorie : Géographie de l' AsieVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Géographie générale>Géographie de l' Asie (323)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sylvain Tesson

Quelle formation a suivi Sylvain Tesson ?

histoire
géographie
russe
urbanisme

10 questions
179 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvain TessonCréer un quiz sur ce livre