AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Legrand (Traducteur)Adrien Finck (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080711045
318 pages
Éditeur : Flammarion (24/04/2001)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Le poète autrichien Georg Trakl (1887-1914) est réputé sulfureux : une enfance bourgeoise vécue en porte-à-faux, une jeunesse marquée par la drogue, l'inceste, la guerre et une mort précoce, à vingt-sept ans, dans des circonstances qui restent mystérieuses. Au cours de ces quelques années, Trakl écrit une poignée de poèmes qui sont au nombre des plus beaux de la langue allemande : des vers fulgurants qui chantent l'intimité de l'enfance aussi bien qu'ils célèbrent l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Unhomosapiens
  11 mars 2018
Ce recueil de poèmes, ainsi que le T2, sont en permanence sur ma table de chevet. Je les butine au grès de mes envies. Georg Trakl reste un poète assez méconnu en France. On lui préfère toujours l'équilibre et la grâce de Rilke, même si parfois, Rilke nous fait côtoyer aussi l'horreur et l'indicible. Mais il y mets les formes. Avec Trakl, c'est beaucoup plus frontal. Il faut dire qu'il n'a pas eu la vie facile, le petit Georg. Il est né à Salzbourg, dans ce qui était alors l'Autriche-Hongrie. Empire qui était déjà sur la voie de la décadence avant sa dislocation en 1918. Pour résumer, on peut retenir 2 choses de sa vie. Premièrement, l'amour incestueux pour sa soeur Grete. Cette union incestueuse sera à l'origine de nombreux poèmes. La deuxième chose importante est sa participation à la guerre de 14. Etant pharmacien, quelques semaines après le déclenchement de la guerre, il est mobilisé dans les services sanitaires et chargé d'apporter les premiers soins à des blessés sur le front. C'est ce qui a provoqué vraisembablement son suicide par empoisonnement, quelques jours après. Mélancolique, drogué, incompris, il a tout du poète maudit. On retrouve d'ailleurs dans ses poèmes de nombreuses références à Rimbaud, Verlaine et Baudelaire. Il est également l'ami de Kokoschka dont il fréquentera souvent l'atelier.
On comprendra donc que sa poèsie n'est pas une poésie du bonheur. Sans trop me tromper, je la situerai entre le romantisme et l'expressionnisme.
Ce que je trouve exceptionnel dans son oeuvre, c'est l'association d'images d'une nature souvent sombre, mais non dénuée de beauté, un peu comme dans un tableau de Friedrich et d'un vocabulaire brutal décrivant la guerre avec ses morts, son sang, ses destructions. le tout s'ouvrant sur un réalisme très cru, mais avec un très grand lyrisme. C'est un peu la liberté humaine offerte par la nature, entravée par la guerre et la mort.
On aura compris que c'est une poésie "coup de poing" qui ne laisse pas indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
UnhomosapiensUnhomosapiens   12 février 2018
La descente aux profondeurs
(quatrième version)

Sous les sombres voûtes de notre mélancolie
Les ombres d'anges morts jouent dans le soir.
Au-dessus de l'étang blanc
Se sont envolés les migrateurs.

Rêvant sous des saules d'argent
Des étoiles jaunies caressent nos joues
Entre en s'inclinant le front de nuits passées.
Toujours nous fixe la face de nos tombes blanches.

Tout bas s'effondrent les airs sur la colline solitaire,
Les murs nus du bosquet automnal.
Sous une voûte de ronces
Ô frère nous grimpons, aiguilles aveugles, vers minuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
UnhomosapiensUnhomosapiens   10 février 2018
Printemps de l'âme
(...)
La vie fleurit dans le péril,
Doux repos cernant croix et tombe.
Une cloche éteint son chant.
Tout apparaît miraculeux.

Le saule, doux plane en l'éther,
Ici et là quelque lueur tremblante.
Le printemps murmure et promet
Et le lierre humide frémit .(...)

Ô ! comme ils sont beaux, ces jours.
Des enfants traversent le crépuscule ;
Plus bleu est le souffle des vents.
Au loin cri railleur de la grive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
UnhomosapiensUnhomosapiens   05 février 2018
Les trois étangs de Hellbrunn (deuxième version)

Les eaux brillent d'un bleu verdâtre
Paisibles les cyprès respirent
Et leur nostalgie sans mesure
Déborde dans le bleu du soir.
Des tritons surgissent du flot,
Le déclin ruisselle à travers les murs
La lune se drape de voiles verts
Et marche à pas lents sur le flot.
Commenter  J’apprécie          180
UnhomosapiensUnhomosapiens   24 janvier 2017
Nocturne

Sur les flots que la nuit enténèbre
Je chante mes tristes chansons,
Chansons saignant comme blessures.
Mais nul coeur ne me les rapporte
A travers les ténèbres.

Seuls les flots que la nuit enténèbre
Bruissent, sanglotent mes chansons,
Chansons saignant de leurs blessures,
Et les rapportent à mon coeur
A travers les ténébres
Commenter  J’apprécie          70
UnhomosapiensUnhomosapiens   24 novembre 2016
L'humanité placée devant les gueules de feu
Un roulement de tambour, fronts des sombres guerriers
Marches à travers des brouillard de sang, le fer noir retentit,
Désespoir, nuit dans les cerveaux tristes :
ici l'ombre d'Eve, chasse et argent rouge.
Nuées que la lumière transperce, la cène.
Un doux silence habite pain et vin
Et eux sont réunis au nombre de douze.
Ils crient la nuit dans le sommeil sous les branches d'olivier ;
Saint Thomas plonge la main dans la plaie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Georg Trakl (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georg Trakl
[RARE] Georg TRAKL – Une Vie, une Œuvre : De rêves et de ténèbres étreints (France Culture, 1986) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Hubert Juin, diffusée le 29 mai 1986 sur France Culture. Invités : Lionel Richard, François Vezin, Eugène Guillevic et Antoine Berman.
Dans la catégorie : Poésie allemandeVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Poésie allemande (73)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1179 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre