AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
ISBN : 2264018917
Éditeur : 10-18 (25/06/1993)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Nom : Napoléon Bonaparte. "Bony" pour les intimes. Profession : inspecteur métis de la police du Queensland, dans le bush australien. Son créateur, Arthur Upfield (1888-1964), est fasciné par ce pays-continent dont il décrit avec lyrisme l'étrange beauté. D'où le rythme lent et prenant de ses livres balayés par le souffle des grands espaces, là où le temps semble s'être arrêté.
Comme l'a écrit Antoine de Gaudemar dans Libération : "Napoléon n'enquête pas sabr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
sylvaine
  15 juillet 2017
Arriver à faire carrière dans la police australienne quand on est un métis aborigène c'est un exploit ! c'est pourtant le cas de L'inspecteur Napoléon Bonaparte dit Bony pour ses intimes . Cet homme allie avec une grande intelligence les qualités et la compréhension des aborigènes. Suite à un problème mécanique le voilà en transit au Lagon d'agar en plein milieu de l'Australie de l'ouest . Là il va devoir enquêter sur la mort du chef de la police locale et sur la disparition de son traqueur ... une enquête menée au rythme des gens du bush, des pistes non carrossables et du mode de pensée de ce petit monde.
Une enquête qui se mène donc pas à pas , au rythme d'une tortue bien inspirée . Cela aurait pu se révéler "poussif" sans le contexte "ethnographique "introduit par Arthur Upfield . Publié en 1955 ,ce roman est avant tout me semble t'il un chant d'amour pour une région qu 'Upfield aime plus que tout . Les descriptions de paysage, de la vie des animaux , de la vie de ces populations indigènes et et de leurs coutumes et croyances confèrent au récit une épaisseur très intéressante . Donc une bien belle découverte , un inspecteur atypique mais fort sympathique , une lecture détente avec un petit plus ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
hannah851
  01 août 2015
Une panne de moteur d'avion oblige l'inspecteur Bonaparte a passé une nuit dans un village de l'ouest australien au lagon d'Agar. Cependant, son séjour va se prolonger lorsque le lendemain la communauté apprend la mort du chef de la police locale et la disparition du traqueur indigène qui l'accompagnait.
Pour une fois, l'inspecteur va devoir enquêter à découvert et cela va lui réussir aussi bien que lorsqu'il cache son identité. Avec l'aide d'un gendarme et de deux traqueurs, il va devoir faire preuve de perspicacité pour réussir à réduire la liste des coupables potentiels et à comprendre la mise en scène singulière du meurtre du policier. Pas facile surtout quand on apprend à connaître la personnalité de ce chef de police au passé trouble. La découverte du corps du traqueur aborigène sous le cadavre d'un cheval va donner un nouvel élan à l'enquête d'autant plus que les membres de sa tribu se sont mis en chasse des coupables de leur côté.
Si les lois de la nature sont les mêmes pour tous, les rouages de la justice sont différentes et propres à chaque culture. Arthur Upfield nous dévoile ici une autre spécificité de la société aborigène: les corroboree. Il nous décrit aussi le rite qui permet à un mort de désigner son assassin aux vivants afin que ces derniers fassent justice et que l'âme du défunt connaisse le repos dans une pierre, un arbre... Cependant, son propos et sa vision des aborigènes sont très connotés négativement et ces derniers sont clairement perçus comme des "sous hommes". Ces termes sont à replacer à l'époque où l'auteur écrit ce roman au début des années 1950. Si l'auteur a un certain nombre de préjugés sur les aborigènes, il n'en fait pas moins de l'un des leurs le héros de sa série de romans policiers.
Une nouvelle fois, Arthur Upfield nous plonge dans l'Australie profonde à la rencontre d'éleveurs à la vie rude qui ont su s'adapter à l'immensité de ce territoire et qu'ils partagent avec les aborigènes. Cette cohabitation ne se fait pas sans tension mais certains aborigènes acceptent de vivre et de travailler avec les blancs. Cependant, lorsqu'un grain de sable enraye les relations entre ces deux cultures, l'auteur pointe avec justesse les limites de l'assimilation d'un peuple dans une autre culture dite supérieure. L'exemple du sorcier aborigène fidèle à sa nation le montre.
L'intrigue relativement bien ficelée oblige Bony à mobiliser tous ses talents de traqueur et son intelligence pour mettre la main sur le ou les coupables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lilasviolet
  05 octobre 2012
C'est un roman qui me laisse perplexe. Je trouve que l'auteur y va très fort à l'égard des Aborigènes. Il faut 'recontextualiser' ce roman écrit dans les années quarante et cinquante pour comprendre le pourquoi du comment car c'est encore l'époque du colonialisme. L'image des Aborigènes est souvent réduite à celle de sauvages. J'avoue que cela m'a gênée pour la lecture de ce livre. Néanmoins, ce roman est très dépaysant. Arthur Upfield décrit si bien les paysages que l'on se perd au gré des pistes et des campements. L'intrigue est bien ficelée mais la fin est trop convenue. Certains éléments de l'enquête sont tellement évidents que l'on se doute de ce qui va se passer.
Commenter  J’apprécie          50
Floccus
  25 septembre 2016

"Il vous faudra chercher un minuscule hameau entouré par des tessons de bouteille." (7)
Ce dix-neuvième épisode des enquêtes de l’inspecteur Bonaparte est porté par cette écriture plus détendue, plus à l’aise, cet humour ironique plus mature qui caractérisent les romans d’Arthur Upfield de "deuxième période". On se retrouve dans un univers de brutes épaisses, colons irlandais, allemands ou anglais à la langue bien pendue et au gosier avide. On picole, on cuit des steaks sur la lame des pelles. Bony s'y intègre en toute camaraderie et en chemise de soie. Les paysages d'Australie Occidentale, assez inhabituels dans la série, apportent un renouvellement de la faune et de la flore : dindons, kangourous, ânes sauvages, aigles, baobabs et spinifex. Dans ces contrées isolées où chacun est pris pour ce qu'il est, l'intrigue suit son cours plaisant, avec quelques incohérences dans les dates cependant, savamment relevées au crayon rouge par un lecteur de la bibliothèque de Saint Affrique qui m'a précédée…

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ojosygafas
  28 octobre 2017
Lire ce livre apporte un double plaisir : d'abord celui de découvrir un style et une trame narrative de grandes qualités, ensuite celui de n'avoir pas l'impression de lire un livre policier traditionnel. Très original et captivant... j'enchaîne vite sur un second roman du même auteur!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Les assassins sont dépourvus d’imagination, mais rusés. Ils ne se sont montrés déraisonnables que lorsqu’ils ont été brusquement confrontés à un problème. Seuls des hommes devant faire face à une situation exceptionnelle exigeant une action immédiate ont pu faire autant d’erreurs en mettant ce meurtre en scène.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Nous sommes dans la région la plus attardée, la plus sous-développée du continent, et la plus riche en métaux et en innombrables autres ressources, sans compter que les gens y jouissent d’une santé remarquable.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Le temps accroît parfois le désir de vengeance. Ce genre de meurtres se produit très souvent quand l’occasion de tuer se présente. Il s’agit rarement de préméditation.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
Le téléphone arabe demeure un mystère pour moi, inspecteur. Je n’ai jamais compris comment il fonctionnait.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 avril 2016
C’était un type assez secret. On ne savait jamais sur quel pied danser avec lui.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : aborigènesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1622 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre