AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Le Juge Ti - Romans et Nouvelles... tome 6 sur 17

Roger Guerbet (Autre)
EAN : 9782264006080
188 pages
10-18 (01/06/1984)
3.89/5   159 notes
Résumé :
Pris dans une tempête, Son Excellence le juge Ti Jen-Tsie et sa suite trouvent refuge au Monastère du Nuage Matinal où la fête des Mystères bat son plein. Mais l'heure n'est pas aux réjouissances. Dans ce lieu d'apparence paisible, d'étranges disparitions et autres phénomènes intriguent le juge. Face à la superstition et aux menteurs, il fourbit ses armes : clairvoyance et rigueur confucéenne !
Que lire après Le monastère hantéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 159 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis
Sous une terrible tempête automnale , le juge Ti et sa famille sont obligés de s'arrêter au monastère du Nuage Matinal. Très vite, il y apprend que des décès non élucidés y ont été orchestrés durant l'année écoulée.

C'est toujours un plaisir que de replonger dans l'époque des Tang , aux alentours de l'an 700 / 800 et de suivre ce bon vieux Juge Ti mener ses enquêtes de main de maître.
Si l'énigme n'est pas très élaborée, elle contient toutefois une certaine finesse et deux trois fausses pistes moyennement convaincantes.
le coté culturel , avec cette immersion dans le monde Tang est par contre très intéressante , avec ici la confrontation de deux pensées , la taoïsme et le confucianisme .Il est même vaguement question de bouddhisme dont l'apparition en Chine a coïncidé avec la dynastie Tang.
Et puis, il y a toujours ces illustrations au charme suranné qui donne un coté unique à cette série.
Enfin , le système judiciaire est bien décrit tout au long de ces pages où des dizaines de litres de thé sont englouties !
Commenter  J’apprécie          473
Le Monastère Hanté est un court récit policier dans la Chine du premier millénaire.
En route vers la province de Han-yuan, le juge Ti se voit contraint de faire escale dans un monastère en raison du mauvais temps.
Accueilli avec ses trois femmes et ses serviteurs, il assiste, le soir même dans le lieu saint, à une représentation théâtrale donnée par une troupe de comédiens également surpris par la tempête.
Intrigué par le jeu sur scène et par l'attitude étrange de certains des acteurs et par celle des religieux, il va mener l'enquête sur des disparitions étranges qui se seraient déroulées quelques années auparavant.

Le roman met en scène un juge très administratif, animé par le sens de la justice et de la morale.
Les éléments historiques consistent en la description de la vie dans le monastère, des costumes théâtraux et de la condition de la femme.
Ecrit dans les années soixante, ce récit n'est pas très démodé mais il reste très simpliste.
Des identités mystérieuses qui vont être peu à peu dévoilées, des coupables qui vont être châtiés, tous les éléments d'un petit cosy mystery sont réunis.
A la différence d'un Hercule Poirot, les méthodes pour punir les coupables sont certes beaucoup plus extrêmes.
C'est un roman qui se lit bien, qui offre un bon divertissement mais sans plus.
Commenter  J’apprécie          270
The Haunted Monastery
Traduction : Roger Guerbet.

Ce roman s'ouvre sur une route de campagne battue par la pluie et les vents où le juge Ti, ses trois épouses, Tao-gan et quelques servantes se retrouvent coincés par la rupture d'un essieu. Vous vous en doutez, la nuit est tombée et les feuilles de papier huilée qui servaient de parapluie aux anciens Chinois ne sont pas de taille à résister à pareil déchaînement des éléments. Force est donc au juge Ti de demander un asile provisoire au monastère tout proche du Nuage Matinal, d'obédiance taoïste.

Pour ne pas alarmer ses épouses, Ti ne leur souffle mot de la mort mystérieuse de trois jeunes filles survenue dans ce monastère l'année précédente. Mais, comme il le confie à son fidèle Tao-gan : "Si j'avais le choix, je te prie de croire que ce n'est pas là que j'emmènerais mes épouses passer la nuit."

Il règne en effet une drôle d'ambiance dans ce monastère au nom pourtant si serein. A peine arrivé, le magistrat, qui s'est enrhumé au passage et ne cessera d'éternuer et de se sentir plus ou moins fiévreux tout au long de l'histoire, est témoin d'une scène inquiétante : alors qu'il se rend chez le supérieur pour lui présenter ses devoirs, il aperçoit à l'extérieur, s'encadrant dans une fenêtre de l'aile opposée du bâtiment, une femme nue, à qui il manque un bras et qu'étreint un soldat vêtu à l'ancienne mode. Lorsque le juge, sidéré, en parle au moinillon chargé de le guider vers les appartements de Vraie-Sagesse, celui-ci s'étonne et lui apprend qu'il n'y a pas de fenêtre à cette hauteur dans l'aile opposée.

Incrédule, le juge use de son autorité pour aller sur le champ inspecter la resserre, seule pièce susceptible de correspondre à la pièce où s'est écoulée l'étrange scène. Malgré l'aide que lui apporte en cette matière son fidèle Tao-gan, expert en procédés d'escroqueries et en passages dérobés, les deux hommes sont bien obligés de se rendre à l'évidence : les murs n'y sont pas assez épais pour abriter une chambre secrète.

La question se pose donc : le monastère du Nuage Matinal est-il réellement hanté ou le juge a-t-il été victime d'une hallucination due à son état fiévreux ?

Fièvre ou pas, la haute fonction qui est celle du magistrat ne saurait le dispenser d'assister à la fête organisée pour commémorer le deux-cent-troisième anniversaire de la fondation du monastère. D'autant que ledit monastère a l'honneur de compter un pélerin de choix : Souen Ming, ancien précepteur impérial qui a abandonné la cour afin de se consacrer à la vie spirituelle.

Or - ce n'est un secret pour aucun des lecteurs de van Gulik - le juge Ti, ardent disciple de Confucius, n'a que mépris pour le bouddhisme et encore plus peut-être pour le Taoïsme. En homme intègre, il réprouve de surcroît l'emprise que les différents clergés ont cherché et cherchent encore à prendre sur le Fils du Ciel. Quant aux mystères représentés dans ces sortes de fêtes, qui ne sont pas sans évoquer nos mystères moyen-âgeux dont Victor Hugo a donné de si belles descriptions dans sa "Notre-Dame de Paris," il les tient pour de médiocres fariboles au cours desquelles, très régulièrement, il manque s'endormir.

La pièce religieuse dont il va être le spectateur d'abord indifférent puis de plus en plus attentif sortira cependant de l'ordinaire et l'amènera à se poser de nouvelles questions.

Pourquoi par exemple l'acteur dénommé Mo-mo-té mime-t-il une danse du sabre un peu trop réaliste autour de sa camarade Melle Ngeou-yang ?

Pourquoi cette dernière paraît-elle s'être fait la tête de Melle Rose-Blanche, la dernière postulante en titre qu'a recueillie le monastère?

Surtout, pourquoi Rose-Blanche pousse-t-elle un cri et se lève-t-elle dans sa loge quand elle voit le sabre de Mo-mo-té fendre l'air un peu trop près de Melle Ngeou-yang ?

Et pourquoi aussi le jeune poète Tsong-li, fils de l'un des bienfaiteurs du monastère, improvise-t-il des poèmes insultants visant la réputation d'intégrité du prieur ?

Pourquoi, quand elle se promène dans les couloirs, Melle Ngeou-yang tient-elle son bras droit bien serré contre son corps - le bras droit, celui qui manquait à la femme entrevue par le juge dans la pièce introuvable ? ...

Pourquoi ... ?

Parmi les aventures du Juge Ti, celle-ci demeure, je crois, ma préférée avec "Meurtres sur un bateau de fleurs." Probablement parce que tout ce qui évoque des fantômes, réels ou simulés, m'attire mais aussi parce que l'auteur s'est surpassé dans l'évocation de ce monde clos que constitue le monastère du Nuage Matinal avec ses innombrables escaliers et sa (ô combien) surprenante Galerie des Horreurs. Les personnages, au premier rang desquels il faut accorder une place de choix à Souen-Ming, sont aussi puissamment typés.

Donc, si vous n'avez jamais lu "Le Monastère Hanté", vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire. ;o)
Commenter  J’apprécie          80
Je découvre cet auteur car il me fallait un auteur en V pour mon défi ABC et je ne suis pas déçue de la rencontre : un bon petit policier se passant en Chine Ancienne !
Je ne connais pas bien ce pays et sa culture alors j'ai pu grâce à cette lecture en apprendre un peu plus sur les différentes religions : les Confucéens et les Taoïstes.
On en apprend aussi un peu sur la hiérarchie en Chine ancienne avec les magistrats qui avaient un grand pouvoir à l'époque.

Dans ce livre, l'enquêteur est le juge Ti, le magistrat, que l'on retrouve dans les autres titres de van Gulik.
En lisant la critique de Bdalex sur Babelio justement, j'appris que ce livre-ci pouvait être lu indépendamment des autres.
Il nous conseille ensuite de les lire dans l'ordre de parution car l'auteur sème des informations sur la vie du Juge Ti au gré des lectures. Ce que je ferai, s'il me reste un peu de temps entre une immense PAL grandissante et des défis lectures.

L'enquête de ce juge va se dérouler entièrement dans un monastère dans lequel il trouve refuge en plein orage. Elle commence à partir d'une vision qu'il a eue le soir de son arrivée et celle-ci n'aura de cesse de venir importuner Son Excellence et sa trop grande curiosité.
Un bon huis clos qui nous fait douter jusqu'au bout sur le véritable coupable des évènements étranges qui se passent au sein de ce monastère !

Un livre qui se lit donc très facilement. Une petite journée au soleil suffit !

Un joli 3,5 qui descend malheureusement à 3, faute de demi point.
Commenter  J’apprécie          140
Les enquêtes du juge Ti me plaisent parce qu'elles sont crédibles et leurs aboutissements sont le fruit de réflexions et ne sortent pas comme un lapin du chapeau. Tous les éléments pour bien comprendre sont fournis peu à peu et tout tient la route. Mais il est indéniable que le contexte de la vieille Chine enrichit beaucoup cette série. Comme dans cet opus où le taoïsme joue un rôle important bien que Ti soit plutôt un adepte de Confucius auquel il fait parfois référence. Ce ne sont pas des livres qui “cassent la baraque” mais l'atmosphère qui y règne, les coutumes qui nous sont inconnues et le raffinement du juge créent un envoûtement qui me rejoint. de temps à autre, j'aime bien m'évader dans cette lointaine contrée.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Les lois sont faites pour le peuple, elles ne s'appliquent pas aux personnes de ma trempe. J'appartiens à ce petit groupe d'hommes que leur savoir et leurs talents placent au-dessus du code. Nous avons laissé loin derrière nous ces notions conventionnelles que vous appelez le bien et le mal. Quand la foudre détruit une maison et tue ses habitants, faites-vous comparaître la foudre devant votre tribunal ?
Commenter  J’apprécie          130
- Pourquoi es-tu si économe, Tao Gan ? demanda le juge. Je sais que tu possèdes un peu d'argent et que tu n'as à subvenir aux besoins de personne. Sans te lancer dans de grandes dépenses, tu pourrais tout de même être moins regardant !
Son mélancolique lieutenant lui jeta un regard humble et expliqua :
- Tant de bonnes choses nous sont accordées par la nature, Noble Juge...un toit pour abriter notre tête, de la nourriture pour notre estomac, des vêtements pour notre corps...Nous acceptons tout cela comme un dû, souvent même nous en faisons mauvais usage, aussi ai-je toujours peur de voir le Ciel se fâcher, et je ne peux souffrir qu'on mette au rebut des choses encore utilisables.
Commenter  J’apprécie          30
- A propos, sais-tu ce que ce maudit poète a voulu dire avec son plus et son moins
- Ce sont des expressions qu’on emploie dans les bas quartiers. Plus, terme positif, signifie homme, et moins, terme négatif, signifie femme.
Commenter  J’apprécie          100
- Oublie tout ce que je t'ai raconté. Officiellement [...] La mort de S. M. a été accidentelle. Nous devons penser aux trois fils qu'il laisse et ne pas rendre sans nécessité la vie d'autrui intolérable. Trop de personnes détruisent déjà la leur sans qu'on les y aide.
Commenter  J’apprécie          80
Le seul point en faveur du taoïsme, c'est son origine purement chinoise. Au moins, il ne nous vient pas de l'Occident barbare comme le bouddhisme !
Commenter  J’apprécie          102

Video de Robert Van Gulik (1) Voir plusAjouter une vidéo

[Robert van Gulik : Le Jour de grâce]
Depuis Amsterdam Olivier BARROT présente le livre de Robert van GULIK, "Le Jour de grâce".
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (421) Voir plus



Quiz Voir plus

Vie et oeuvre de Robert van Gulik

Les romans policiers de Robert van Gulik se déroulent dans la Chine ancienne et le héros se nomme Ti (Tee ou Dee en anglais). Quel est son titre professionnel ?

détective
préfet
commissaire politique
juge

8 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Robert Van GulikCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..