AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arimasa Mori (Autre)
ISBN : 2070707482
Éditeur : Gallimard (13/10/1986)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Un miséreux qui hésite entre le vol et la mort s'abrite de la pluie sous la Porte Rashô, une ruine transformée en charnier. Dans la pénombre du crépuscule, il découvre une vieille hirsute et fantomatique en train d'arracher les cheveux des cadavres..
Violents, étincelants, souvent terrifiants, ces brefs récits plongent le lecteur dans les ténèbres d'un japon de légende, peuplé de sorcières, de brigands et de personnages aussi surprenants qu'inquiétants
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Ogrimoire
  21 août 2018
J'ai lu ce livre alors que j'étais en pleine « période japonaise ». Et j'avais notamment un intérêt particulièrement marqué pour deux aspects de la question : comment les auteurs japonais vivaient-ils le déchirement de leur société, tiraillée entre sa culture et son histoire et une ouverture revendiquée vers la culture européenne – on sait que Mishima en avait fait un cheval de bataille, donnant à son suicide rituel (seppuku) le sens d'une protestation contre l'envahissement de la culture japonaise par les moeurs occidentales -, d'une part, et en quoi la littérature japonaise repose-t-elle sur un travail stylistique particulier.
Après Mishima – le pavillon d'or -, par filiation, j'ai commencé à lire Yasunari Kawabata. Tristesse et beauté, Les belles endormies, Pays de neige. Incroyablement peu connu en France pour un prix Nobel de littérature – le premier japonais a avoir reçu ce prix -, considéré comme un écrivain majeur du XXe siècle, il était d'autant plus attirant pour moi. Pouvoir, au détour d'une phrase, citer un auteur japonais peu connu, quel infini bonheur, non ? Bon, certes, cela a été partiellement gâché lorsque Les belles endormies est devenu un film (Sleeping beauty, 2011), mais l'échec relatif du film et son peu de spectateurs fait que c'est encore jouable…
Avec Tristesse et beauté, la question du style était sur la table. Alors quand j'ai découvert un troisième auteur japonais de la même mouvance mais dont toute l'oeuvre tournait autour de la question du style, je ne pouvais plus y échapper. En effet, comme le dit Roger Bozzetto dans « Littérature et cinéma fantastiques au Japon » (La revue des ressources, 2008), Ryunosuke Akutagawa propose, dans Rashômon et autres contes « des textes originaux, [qui] se réfèrent à d'anciens contes recueillis dans le Konjaku monogatari (XII°siècle). [Il reprend] sous des angles neufs et dans un style littéraire moderne les thèmes des anciens contes. [Il répète, à sa manière,] ce que Pu Song Lin au XVIII° siècle avait fait pour les contes chinois de la dynastie des Han, à savoir transposer dans la prose littéraire de son époque les images et les récits venus du folklore ».
C'est à cette occasion que j'ai découvert cet exercice à ma connaissance propre à la littérature japonaise de reprendre des textes de recueils anciens, de les réécrire, avec un objectif qui, s'il est simple à exprimer, est d'une insondable complexité dans les faits : réécrire des « contes » – la définition ici n'est pas celle que nous acceptons habituellement dans la littérature européenne -, en faisant en sorte à la fois – et c'est bien là toute la difficulté – qu'ils conservent le style propre à leur version originale tout en leur donnant un style propre à celui qui les réécrit. Autrement dit, objectif schizophrène, que chaque conte, extrait d'un recueil différent, conserve sa spécificité (un peu du style de son auteur d'origine), tout en faisant en sorte de donner néanmoins une uniformité de style – celui de l'auteur qui mène l'exercice – à ces récits. Une uniformisation qui conserve la typicité, en quelque sorte ! Ou la quadrature du cercle !
C'est à la fois fascinant, et parfois presque trop. Il faut alors se laisser aller à replonger dans l'ambiance, se laisser porter par le texte. L'ambiance est sombre, voire macabre. Faut-il y voir une trace de la mauvaise santé de l'auteur ? Souffrant du coeur, de l'estomac, des intestins, sujet à des hallucinations et à une neurasthénie tenace, il se suicide à l'âge de 35 ans, en laissant pour seul message « vague inquiétude ». Deux de ses nouvelles, Dans le fourré et Rashômon, justement, ont inspiré à Akira Kurosawa son Rashômon…
Bon, avouons le : je l'ai lu, mais je n'y reviendrai sans doute pas. Ce n'est évidemment pas le livre que je recommande à ceux qui voudraient faire une première incursion du côté de la littérature japonaise. Mais il n'y a pas que les block-busters, il n'y a pas que les page-turners…
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
dbacquet
  12 novembre 2017
Ces nouvelles sont le plus souvent glaçantes. Akutagawa avec une maitrise exceptionnelle montre ce qu'il y a de plus cruel ou de plus grotesque dans la condition humaine. En écrivain naturaliste il insiste sur les détails les plus macabres. Les sentiments d'humanité sont vite vaincus par une nécessité implacable ou paraissent inattendus voire surnaturels. Deux des nouvelles présentées dans ce recueil inspirèrent Kurosawa pour son film "Rashômon". A l'époque de Heian Kyôto après plusieurs années de cataclysmes connaît une terrible détresse. La porte de Rashô qui tombe en ruine n'est plus qu'un abri pour les renards et les voleurs. Dans sa galerie on jette des cadavres qui s'y entassent. C'est là qu'un homme attend se protégeant d'une pluie violente. Il vient d'être congédié par son patron et se demande s'il est préférable de devenir voleur ou de mourir de faim. En parcourant la galerie il aperçoit une faible lueur et la silhouette d'une vieille femme qui s'empare de la chevelure d'un cadavre... Cette nouvelle, "Rashômon", est sans doute la plus saisissante du recueil auquel elle donne son titre. Akutagawa plonge avec une inquiétante fascination dans les gouffres du coeur humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Woland
  27 mars 2010
Sakuhin-shu
Traduction & introduction : Arimasa Mori
La présente édition est une intégrale, contrairement au petit volume Folio qui lui, ne comporte que quatre nouvelles sur les quinze qui composent le manuscrit originel.
Comme toujours dans un recueil de ce type, certains récits parlent au lecteur de façon plus directe que d'autres. En ce qui me concerne, voici mon palmarès par ordre de préférence décroissant : "Le Nez - le Mouchoir - Chasteté d'Otomi - Les Kappa - Villa Genkaku - Dans le Fourré - Figures Infernales."
Au fil de ses contes, Akutagawa mêle les récits remontant au Japon féodal et les histoires contemporaines. La nouvelle "Les Kappa" est à part car on peut la voir comme une réflexion à la Jonathan Swift émise par l'auteur sur le monde dans lequel il évolue : le narrateur, à la suite d'une chute dans un trou, tombe dans un monde parallèle, celui des Kappa, peuple mi-batracien, mi-humain, chez qui il va résider quelque temps. S'en suit toute une série de digressions des plus intéressantes, mettant en parallèle les valeurs humaines (et spécialement japonaises) et les valeurs kappa. Lorsque notre narrateur retourne dans son monde, on le prend pour un fou et il finit dans un asile d'où il ne désespère pas de s'enfuir pour rejoindre le monde des Kappa qui, désormais, lui manque ...
Finesse et ironie sont les armes favorites d'Akutagawa. Avec elles, il parvient à faire sourire mainte et mainte fois son lecteur alors que, pour peu qu'on analyse la trame des histoires, on s'aperçoit qu'il n'y en a pas une seule qui ne soit tissée de tristesse.
Dans "Figures Infernales", fondée sur le terrible sacrifice consenti par un peintre pour atteindre à la perfection de son art, ou dans "Le Fil d'Araignée", qui met en scène un damné auquel le Bouddha offre une chance qu'il gâche par égoïsme, sans oublier "Ogin", où une famille de Japonais christianisés renonce à "Deus" devant les flammes du bûcher, nous plongeons dans le drame le plus noir, mais avec un élément fantastique que, en dépit du discours de l'Ombre, ne joue pas un rôle si important "Dans le Fourré."
"Chasteté d'Otomi" - en temps de guerre, une jeune femme risque de se faire violer pour préserver la vie d'un chat - "Villa Genkaku" - récit des conséquences de l'adultère d'un mari désormais mourant sur toute une famille - et le superbe "Mouchoir", où l'auteur oppose avec subtilité les coutumes japonaises et les coutumes occidentales, ne seraient pas déplacés dans une anthologie où trôneraient également Tchékhov et Mansfield. Petite touches à peine visibles, demi-teintes, silences qui disent tout, temps suspendu l'espace de quelques secondes primordiales ... : ce sont de vraies merveilles.
Quant au "Nez", où un moine affligé d'un appendice nasal encombrant parvient à se le faire réduire pour regretter ensuite le temps où ce nez le rendait "anormal", c'est, à mon avis, le joyau le plus étincelant de cet écrin serti de nouvelles qu'est "Rashômon." Et même si je ne vous ai pas parlé de celle qui a donné son titre au recueil ni encore de quelques autres, vous auriez bien tort de supposer qu'elles ne valent pas qu'on s'y arrête. Lisez Akutagawa : c'était un conteur de génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Philemont
  17 décembre 2012
Ryūnosuke AKUTAGAWA est un écrivain japonais du début du XXème siècle. Mort à 35 ans, il n'écrivit jamais de longs romans, mais se fit une spécialité de l'écriture de nouvelles inspirées de contes anciens. Doté d'une immense culture, son oeuvre rend hommage à la tradition japonaise et rend compte du choc que constitue la rencontre entre les civilisations orientales et occidentales pendant l'ère Meiji (entre 1868 et 1912), lesquelles s'étaient ignorées pendant des siècles.
En France il est indirectement connu pour l'adaptation cinématographique de sa nouvelle Dans le fourré par Akira Kurosawa sous le titre Rashômon. Elle est bien entendue incluse dans le recueil Rashômon et autres contes qui compte quinze nouvelles publiées entre 1915 et 1927, dont nombre de petits bijoux littéraires.
Figures infernales (1918) est un récit sur la réalisation de son chef d'oeuvre par un peintre si arrogant que le prix à payer importe peu. C'est tout simplement magnifique.
Le nez (1916) est une farce autour d'un aumônier affublé d'un nez surdimensionné. Las de cette diformité il ne pense qu'au moyen de le racourcir. Court et extrêmement bien construit, le texte ne manquera de faire réfléchir sur la dictature de l'apparence. Et pourtant il a été écrit il y a près d'un siècle...
Contrairement à ce que peut suggérer son titre, Rashômon (1915) n'est pas le texte qui a inspiré le célèbre film de Kurosawa, si ce n'est pour son cadre. Il s'agit en revanche d'un récit très fort sur la relation intime entre le mal et la pauvreté.
C'est Dans le fourré (1921) qui est l'inspiration première du film de Kurosawa. Il s'agit d'un récit à sept voix qui envisagent chacune à leur manière la mort violente d'un homme. C'est un texte sur les apparences et la perception que chacun peut en avoir. C'est tout simplement brillant.
Gruau d'ignames (1916) est une nouvelle farce autour d'un homme qui est la risée de tous et qui ne rêve que d'être rassasié de gruau d'ignames. Dans le même esprit que le nez, le texte est bien plus riche qu'il n'y paraît de prime abord, montrant comment la simple libération d'une gourmandise peut libérer un homme de tous ses travers.
Les vieux jours du vénérable Susanoo (1920) est un conte mythologique mettant en scène un dieu orgueilleux qui ne parvient toutefois pas à empêcher sa fille de tomber amoureuse de l'homme qui parvient à déjouer tous les pièges que lui tend la jalouse divinité. Vaincu il reconnaît enfin ses torts, lesquels l'ont empêché d'être pleinement heureux tout au long de sa vie.
Autre conte mythologique, le fil d'araignée (1918) met en scène le Bouddha Çakyamouni qui, par compassion, souhaite racheter des rivières de sang de l'Enfer un voleur qui, dans le passé, a montré lui-même de la compassion pour une araignée.
Le martyr (1918) évoque l'évangélisation du Japon au XVIe siècle par le biais d'une parabole sur la réalité et les apparences. Moins exotique pour le lecteur occidental, le texte n'en est pas moins émouvant.
Autre texte d'inspiration chrétienne, le rapport d'Ogata Ryôsai(1916) est celui d'un médecin peu charitable envers les chrétiens mais qui fait l'expérience de la force de cette foie.
Cette foie est mise à mal dans Ogin (1922), récit très dur sur les persécutions subies par les adeptes de la nouvelle religion.
L'illumination créatrice (1917) est un texte brillant sur les réflexions intimes que se fait un écrivain sur son art face aux critiques, positives ou négatives, de ses lecteurs. Sa part autobiographique est d'autant plus poignante après la lecture de l'introduction de ce recueil, qui explique notamment la tragédie que fut la vie d'AKUTAGAWA Ryûnosuke.
Chasteté d'Otomi (1922) est le récit étrange d'une rencontre entre une servante loyale, un clochard et un chat à la veille d'une bataille. C est à la fois déconcertant et très beau.
Avec Villa Genkaku (1927) on entre dans une époque plus contemporaine par le biais d'un drame familial des plus sordide.
Le Mouchoir (1916) met en scène un professeur de droit qui apprend la mort d'un de ces étudiants par la mère de celui-ci. On retrouve ici le thème de l'apparence et de la réalité. Même si le texte est moins percutant que d'autres sur la même thématique, l'exercice de style est brillant.
Les Kappa (1927) est une nouvelle dans l'esprit des Voyages de Gulliver de Jonathan SWIFT. Un homme interné y raconte son séjour dans le monde des Kappa, étranges petites créatures humanoïdes au sourire malicieux. Comme son illustre modèle, il s'agit d'un récit d'une finesse rare.
Lien : http://philemont.over-blog.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ecarlate
  22 juillet 2011
Ouvrage traduit en 1965, il se compose de plusieurs nouvelles d'Akutagawa, qui vécut de 1892 à 1927. Il se suicida à l'arsenic.Comme dit son aîné, Shyga Nayoa, "il ne pouvait pas faire autrement". Il paraît qu'il avait une santé exécrable. N'empêche qu'il était doué. Dans le fourré et la Chasteté d'Otomi, donnèrent le scénario du célèbre film Rashômon (la nouvelle éponyme est en elle-même très courte, mais intéressante, peu morale). Akutagawa, et je ne suis certes pas le premier à le dire, manie sa plume de toutes les façons possibles: grave, ironique, comique, historique, etc. Nous avons du fantastique comme avec les Vieux jours du vénérable Susanoo, le Fil d'araignée, Figures infernales, tiré toujours du folklore et mythe japonais. Les kappa (prononcer kap-pa) en est un, même s'il s'agit plus véritablement d'un conte philosophique. Là où il n'y pas de fantastique, comme le Mouchoir, l'Illumination créatrice (réflexion sur l'écriture), il est très doué pour entrer dans un personnage, le montrer dans toute sa complexité. Il nous dévoile un Japon où l'apparence physique a une terrible importance (ailleurs aussi, mais là c'est particulièrement net), comme avec le Nez (thème retrouvé dans le gruau d'ignames). Il y a cette cruauté toute insulaire du japon, (Le gruau d'Ignames, Figures infernales..). Il aborde des périodes concernant les tentatives d'évangélisation du Japon (le Martyr, Ogin, le rapport d'Ogata Ryôsai) où il révèle bien l'impact d'une religion comme le christianisme dans le Japon traditionnel, tout ce que cela peut soulever d'espoir ou d'incompréhension. Je vous le dis, il brasse large, et avec talent. La terrible villa Gengaku laisse un sentiment de malaise, d'autant plus quand on connaît un peu la vie de l'auteur (ces maladies). Que laissa-t-il comme explication de son suicide ? "une vague inquiétude". Alors que le général Tanaka prenait avec son cabinet la direction de la vie politique du Japon, on sait comment cela finit...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
WolandWoland   05 mai 2010
[...] ... Ainsi qu'il [le héros de la nouvelle, toujours dénommé soit "l'homme", soit "il"] l'avait entendu dire, les cadavres négligemment jetés jonchaient le sol. Mais, le champ de la lumière étant plus étroit qu'il ne l'avait imaginé, il n'arriva pas à en préciser le nombre. Il pouvait seulement distinguer, sous la faible lumière, des corps nus et d'autres encore vêtus. Il y avait des hommes et des femmes, semblait-il. Tous ces cadavres, sans exception, gisaient sur le plancher, à la manière de poupées en terre, bouches bées, bras allongés. Qui y reconnaîtrait des êtres vivants d'hier ! Certaines parties proéminentes de ces corps, comme les épaules ou la poitrine, éclairées par de vagues lueurs, rendaient le reste plus sombre encore. Ils étaient ainsi comme figés dans un mutisme implacable.

A l'odeur de pourriture, l'homme se boucha instinctivement le nez de sa main, qu'il laissa vite retomber. Car une sensation plus forte vint presque abolir son odorat.

C'est qu'à cet instant ses yeux venaient de discerner une forme accroupie au milieu des cadavres. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   05 mai 2010
[...] ... CONFESSION D'UNE FEMME VENUE AU TEMPLE DE KIYOMIZU

Après m'avoir violentée, cet homme à la robe de chasse bleu foncé ricana sous les yeux de mon époux qui était ligoté. Oh ! comme mon mari a dû lui en vouloir ! Mais ses contorsions ne faisaient qu'enfoncer encore dans sa chair la corde qui le retenait. Instinctivement, j'ai couru, non, j'ai voulu courir de toutes mes forces vers mon mari. Le brigand, sans me laisser le temps de le faire, m'a donné un coup de pied et je suis tombée. A cet instant même, j'ai vu un étrange éclair passer dans les yeux de mon mari. Vraiment étrange ... Ce regard, maintenant encore, chaque fois que je me le rappelle, me fait tressaillir. Ne pouvant me dire le moindre mot, mon mari a enfermé dans son bref regard tout ce qu'il ressentait. Ce qui étincelait dans ses yeux, ce n'était ni de la colère, ni de la tristesse. Etait-ce autre chose qu'une lueur glaciale de mépris ? Frappée plus fortement par ce regard que par le coup de pied du malfaiteur, j'ai inconsciemment crié quelque chose et je me suis évanouie. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   05 mai 2010
[...] ... A ces mots de Paravent des Figures Infernales, il me semble que l'aspect terrifiant de cette peinture s'impose immédiatement. Des scènes de l'Enfer, il en est d'autres. Mais les toiles de Yoshihidé différaient par leur composition de celles de ses collègues. Les Dix Rois et leur suites étaient relégués, rapetissés, dans un coin du Paravent, et dans tout l'espace libre tourbillonnaient des flammes puissantes au point de roussir le Mont des Glaives et les Arbres hérissés de sabres. De sorte que, hormis les robes jaunes et bleues à la chinoise des suppôts de l'Enfer çà et là dispersés, les langues de feu impétueuses remplissaient tout l'espace dans lequel dansaient avec furie, en forme de swastika, des fumées noires tracées en éclaboussures d'encre et des étincelles de feu projetées en poudre dorée.

Cela seul, par sa puissance évocatrice, aurait suffi à frapper les yeux. Enfin, il n'y avait pas un damné à se contorsionner dans cette géhenne qui eût rien de commun avec ceux des habituelles Figures Infernales. La raison en est qu'en ces multitudes de damnés, Yoshihidé avait représenté des hommes de toutes conditions depuis les courtisans jusqu'aux mendiants, jusqu'aux réprouvés : grands officiers de la Cour, dans leurs impeccables robes de cérémonie, séduisantes dames d'honneur dans leurs robes à cinq plis, récitants avec leurs chapelets au cou, jeunes guerriers à hautes chaussures en bois, fillettes minces dans leur longue robe, devins portant la bandelette sacrée à la main ... il n'est pas possible de les énumérer tous. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IansougourmerIansougourmer   06 février 2013
Le cœur humain est partagé par deux sentiments contradictoires. Nous éprouvons, certes, de la compassion pour le malheur d'autrui. Mais si notre prochain s'en tire tant bien que mal, nous ne pouvons nous empêcher d'éprouver quelque mécontentement. Nous pouvons même aller parfois jusqu'au désir de le voir retomber dans le même malheur. Et insensiblement un sentiment d'hostilité, bien faible il est vrai, en vient à germer dans notre cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
WolandWoland   05 mai 2010
[...] ... La recette [pour réduire le nez de l'Aumônier] était d'ailleurs très simple : elle consistait à faire bouillir le nez dans de l'eau chaude et à le faire piétiner.

Dans les bains du temple, l'eau était toujours à chauffer sur le feu. Le disciple rapporta sur le champ, dans un seau, de l'eau chaude si brûlante qu'on pouvait à peine y tremper un doigt. Aussi, en plongeant son nez, Zenchi risquait-il d'avoir la face brûlée par la vapeur. On mit donc sur le seau un couvercle de bois au milieu duquel était percé un trou pour le passage du nez. Le nez de l'Aumônier était d'ailleurs tout-à-fait insensible à la chaleur. Au bout d'un certain temps, le disciple demanda :

- "Il doit être bien bouilli, maintenant ?"

Zenchi eut un rire forcé.

- "En entendant ces paroles, qui eût pu se douter qu'il s'agissait du nez d'un homme ?" pensa-t-il.

Le nez plongé dans l'eau chaude lui donnait un prurit semblable à celui que cause la piqûre d'une puce.

Lorsque le moine eut tiré du trou son nez fumant, le disciple se mit à le piétiner de toutes ses forces. Zenchi, étendu sur le côté, le nez posé à plat sur le plancher, regardait les pieds de son disciple le marteler. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Ryûnosuke Akutagawa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryûnosuke Akutagawa
Rashōmon, film (1950), réalisé par Akira Kurosawa, d'après la nouvelle de Ryunosuke Akutagawa "Dans le fourré" (1922). Bande-annonce
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre