AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818017463
448 pages
P.O.L. (03/01/2013)
3.8/5   164 notes
Résumé :
Kim, la narratrice, grandit dans le sud de la France, au bord de la mer – qu’on voit danser de temps en temps dans ce roman. Elle est entourée d’adultes immatures, cruels et déraisonnables : affligée d’un bec-de-lièvre, sa mère se lance sur le tard dans une carrière de stripteaseuse ; son père, qui a tatoué ses cinq enfants d’une étoile bleue sur l’occiput, brille par sa faiblesse et son insignifiance ; son grand-père est un insupportable fanfaron, et sa grand-mère ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 164 notes
5
13 avis
4
7 avis
3
14 avis
2
0 avis
1
1 avis

sandrine57
  30 mai 2013
Née dans une famille nombreuse et atypique, d'une mère égocentrique affublée d'un bec de lièvre et d'un père tatoueur, Kimberly a 9 ans quand elle décide de renaître. Désormais, elle continuera de vivre avec ses frères, ses soeurs, ses parents, ses grand-parents mais en gardant ses distances. Mis à part ses petits frères, aucun membre de sa famille ne trouve grâce à ses yeux, ni Gladys, sa mère fantasque qui délègue l'éducation de ses enfants et les problèmes domestiques à sa propre mère, ni son père qui obéit aux désirs de sa femme sans discuter, ni ses soeurs aînées stupides reproductions de leur génitrice, et certainement pas son grand-père Charly, vieux beau qui se croit irrésistible. de toute façon, le seul Charles qui compte, c'est Baudelaire qui lui permet de s'évader grâce à ses vers. Kimberly grandit dans son monde avec la poésie, les jeux avec ses petits frères, l'éveil à l'amour avec sa professeure de GRS, le sexe avec un garçon qu'elle n'aime pas. Mais le fossé se creuse encore avec sa famille quand ils sont frappés par un terrible drame : Lorenzo, son petit frère, son petit agneau, se donne la mort, épuisé d'être le souffre-douleur de ses camarades de classe parce qu'il était roux. Personne n'a su saisir l'ampleur de sa détresse. Pour Kimberly, le choc est violent et l'éloigne encore un peu plus de sa famille pour trouver refuge auprès de la sage-femme, désormais retraitée, qui a assisté à la naissance de Gladys. Auprès de la vieille dame, Kimberly se cherche et multiplie les expériences.
Un joli titre, une écriture sympathique et une histoire familiale qui démarre plutôt bien pour finir par se perdre complètement dans du grand n'importe quoi. Il y a quelque chose de dérangeant dans le récit de cette fillette qui refuse de s'intégrer parmi les siens. Certes, ils sont loin d'être aussi brillants qu'elle mais son absence de sentiments est tout de même effrayante. On peut composer avec ce fait, après tout, on ne choisit pas sa famille et Kimberly a le droit de maudire le hasard qui l'a fait naître chez ces personnes avec lesquelles elle n'a pas d'atomes crochus, soit. Ce qui est plus difficile à intégrer, c'est la façon dont elle veut à tout prix s'en démarquer, allant jusqu'à des extrémités difficilement compréhensibles.
Après un début prometteur, Emmanuelle BAYAMACK-TAM perd son lecteurs dans les méandres de son imagination fertile mais incontrôlée. D'autant plus dommage qu'une gamine qui cite les grands poètes est un personnage plutôt réjouissant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Billie72
  05 avril 2022
D'Emmanuelle Bayamack-Tam j'ai lu et beaucoup aimé Les garçons de l'été (publié sous le pseudonyme de Rebecca Lighieri) et Arcadie, Prix du Livre Inter 2019.
Je me suis lancée avec délice dans la lecture de ce roman au titre empreint de nostalgie.
Eh bien je peux vous dire que sa lecture m'a procuré un joli éventail d'émotions !
Pour commencer, les personnages sont hauts en couleur et l'histoire absolument dingue.
Le personnage principal, Kimberley, a deux grandes soeurs avec qui elle partage peu, et deux petits frères qu'elle aime plus que tout. Qu'elle est à peu près la seule à aimer, car dans cette famille nombreuse où trois générations partagent le même toit, les deux jeunes garçons n'ont droit qu'aux miettes. Un père falot, une mère immature, égoïste, sotte et dévergondée en dépit d'un physique disgracieux, un grand-père fantasque qui ne doute pas de ses charmes et frétille comme un gardon : une curieuse galerie de portraits, adoucie par la présence bienveillante de Claudette, la grand-mère, qui finira pourtant par abandonner le navire.
À 9 ans, Kim décide de prendre son existence en main.
Elle découvre la poésie : Hugo, Rimbaud, Baudelaire deviennent ses maîtres à penser.
Puis l'amour. Les sentiments et le plaisir physique. Qu'elle reçoit et qu'elle donne.
Puis le chagrin, immense, ravageur. Et le poids de la culpabilité.
Les années passent, le garçon manqué se métamorphose en belle plante. Intelligente, sensible, brute et fragile.
Avec sa force et ses faiblesses Kim est terriblement attachante. Si certains passages et la dernière partie du roman m'ont (un peu) déçue, je reste sous le charme de ce récit surprenant, d'une beauté trouble et d'une tristesse effarante, foisonnant de questionnements sur la maternité, le sens de la vie, l'égoïsme et l'altruisme, la responsabilité face à ses actes et ses choix.
La plume de l'auteure mêle poésie et langage cru, générant une atmosphère assez dérangeante.
Je pense que comme pour tous ses romans, « ça passe ou ça casse », on adore ou on déteste.
Je me range dans la première catégorie ! Et vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2110
SabiSab28
  11 novembre 2016
Adolescente en colère, Kimberly décrit avec rage et cynisme sa famille défaillante, immature, la société humiliante et castratrice.
C'est un roman sur la construction identitaire, entre recherche sexuelle, besoin d'être aimé par sa famille, reconnu par ses pairs. On côtoie des sujets difficiles : le harcèlement scolaire et familial, l'indifférence, le suicide, le deuil, la pression familiale, la perte de repère.
On apprécie vraiment cette écriture poétique, crue, directe, ses personnages haut en couleurs, qu'on adore, qu'on déteste, qu'on aimerait rencontré pour leurs auras qu'ils dégagent.
Ce livre est plein d'esprit oscillant entre Baudelaire et Hugo, tout en écoutant du Patti Smith et Bob Dylan.
Commenter  J’apprécie          200
lucia-lilas
  16 novembre 2016
Ils sont neuf ou onze, même peut-être quatorze dans cette famille : Charles et Claudette, les grands-parents, Patrick et Gladys, les parents, Svetlana, Ludmilla, Kimberly, Esteban et Lorenzo, (admirez la belle « bigarrure folklorique » des prénoms !) les cinq enfants, Fougère, Elvis, Bastardo, les chiens et (ils passent après les chiens mais tant pis), les beaux-fils : Fabien pour Svetlana et Marwan pour Ludmilla. Ouf, j'espère que je ne me suis pas trompée et que je n'ai oublié personne - j'ai volontairement omis Sven Marinello, le petit ami de Kim (Kimberly) qui ne mettra jamais les pieds à la maison. La maison ?
Eh oui, tout ce beau monde (trois générations) vit (façon de parler) sous le même toit, au 27 bis, rue Trézène, et c'est… l'ENFER ! Surtout pour la narratrice Kim qui ne ressemble à aucun des individus cités ci-dessus et ne se sent proche de presque personne…
Ce qu'elle reproche à cette famille ? Son incurie. Les parents se sont très vaguement occupés des deux filles aînées (et encore, quand ils avaient le temps).
Kim a été lourdement moquée et critiquée. Quant aux deux derniers, les petits garçons, c'est comme s'ils n'avaient jamais existé : ils sont comme transparents. du vent.
Kim est violente, ses mots sont crus. Son grand-père, espèce de vieux beau, est un « idiot aussi vaniteux qu'inculte » et son père « n'est pas un sujet de conversation. »
La mère, la pauvre Gladys, née avec un bec-de-lièvre et un « narcissisme insubmersible », est la reine de la vulgarité, de l'obscénité, de la bêtise et j'en passe. Elle n'aime qu'elle et ses deux filles aînées (et encore !). Enfin, ces dernières sont bien les filles de leur mère, il n'y a pas d'erreur possible.
Franchement, ces adultes ne donnent pas envie de grandir et pour Kim, alors qu'elle est en pleine adolescence, période périlleuse de mutations et de métamorphoses, elle va devoir se trouver des modèles… ailleurs !
Kim doit aussi s'occuper de ses frères Esteban et Lorenzo : en effet, ce dernier est quotidiennement harcelé et humilié à cause de ses taches de rousseur et de ses cheveux orange. le pauvre gamin a bien tenté de se raser la tête (laissant apparaître l'étoile que le père tatoueur avait eu l'idée géniale de dessiner sur le crâne de ses cinq enfants !), puis de se laisser pousser les cheveux et enfin, d'offrir des cadeaux aux gros durs pour les attendrir.
Rien n'y a fait, il a fallu subir. Et à la maison, ce qui peut arriver à Lorenzo, tout le monde s'en f…
Alors Kim a décidé, à l'âge de neuf ans, qu'elle ne raconterait jamais rien à cette famille de dingues immatures, d'irresponsables défaillants et d'égoïstes névrotiques, qu'elle ne leur parlerait jamais de son goût pour Baudelaire, « le seul Charles qui vaille », de ses folles nuits avec Sven, de ses idées bien personnelles pour gagner de l'argent rapidement et de son amour illimité pour ses petits frères, ses petits agneaux.
Non, jamais. Ils ne sauront rien d'elle… Elle naîtra d'elle-même, se construira sans eux et loin d'eux si possible : « Si je dois avoir une famille, alors que Baudelaire soit mon frère et Janis Joplin ma soeur. Pour les parents, on verra plus tard, mais pourquoi pas John Lennon et Yoko Ono ? » imagine-t-elle, constatant que, pour le moment, elle est « entourée de porcs, de fauves sanguinaires ou de proies tremblantes, alors qu'elle aspire éperdument à l'humanité. »
C'est avec une écriture magnifique et enlevée qu'Emmanuelle Bayamack-Tam brosse le portrait d'une famille improbable - quoique… À mon avis, chacun y reconnaîtrait les siens…
C'est cruel, mordant, incisif, cru au possible et pourtant, plein de tendresse et d'amour !
A la fois terriblement monstrueux et en même temps drôle, burlesque et fou… Une vraie plongée dans le baroque !
L'enfer, c'est la famille, ne cherchez surtout pas ailleurs, messieurs-dames, vous y êtes, tout le monde descend ! N'empêche que, à travers ces pantins ridicules, ces personnages hauts en couleur, la sainte famille et la société en prennent un sacré coup !
Un récit d'apprentissage trash et sans tabous servi par une écriture explosive, poétique et percutante.
Un pur plaisir de lecture…

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
myriampele
  21 janvier 2014
Une formidable énergie de vie se dégage de ce roman, qui parle pourtant de mort, de désamour, d'indifférence! Kimberly a 9 ans quand elle décide de prendre son destin en main. Entre sa mère totalement égocentrique, ses deux soeurs à qui elle ne ressemble en rien, ses deux petits frères qu'elle chérit et appelle ses agneaux, son père inconsistant et ses grand-parents atypiques, elle grandit en beauté et en intelligence, laissant sur place ses ascendants! Elle puise sa force dans la poésie, et dans l'attachement qu'elle porte à sa grand mère, puis à la sage femme qui mit au monde sa propre mère. Quelle découverte!
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (5)
LesInrocks   10 janvier 2022
Un des plus beaux romans de cette autrice inclassable.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Telerama   15 octobre 2014
Tantôt récit d'apprentissage, tantôt roman de reconstruction, ce livre au titre ovidien est revigorant et plein d'esprit – une perle rare.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   25 juin 2013
La discrète Emmanuelle Bayamack-Tam livre un beau et étonnant roman sur la construction de l'identité.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   21 janvier 2013
La poésie révèle la vie : conscience, révolte, beauté, amour. [...] Ces situations sont décrites avec une élégance et une férocité d’autant plus comiques qu’elles ne sont pas drôles.
Lire la critique sur le site : Liberation
Lhumanite   14 janvier 2013
Si tout n’a pas péri avec mon innocence est un livre éblouissant, qui devrait imposer définitivement Emmanuelle Bayamack-Tam parmi les grandes voix de sa génération.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
claraetlesmotsclaraetlesmots   10 mai 2013
En fait, rien ne s'arrange jamais car ce qui est abîmé l'est une fois pour toutes. La résilience, c'est un conte inventé pour les gogos : ça permet à tout le monde de vivoter tranquillement, les victimes comme les tortionnaires - les uns survivant dans l'espoir inepte d'une amélioration, les autres disposant d'un alibi pour torturer ad libitum.
Commenter  J’apprécie          130
TalyachaumontTalyachaumont   22 janvier 2013
Je jouis aussi, enfin, mais Sven ferait mieux d'avoir le triomphe modeste parce que c'est la pensée de Charonne, ses cuisses dorées, ses seins explosifs, son échine grasse, ses yeux un peu battus, qui ont fait fondre ma chatte sur le ventre trop plat de mon amant. Tu marches sur des morts,Beauté, dont tu te moques... Moi aussi, je vais marcher sur les morts, piétiner les vivants, être Patti Smith ou rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
myriampelemyriampele   21 janvier 2014
Hardi mon lecteur, toi qui as emprunté avec moi les chemins sinueux par lesquels l'esprit vient aux filles, toi qui as suivi l'âpre récit de mes commencements, ta patience va être récompensée.
Commenter  J’apprécie          130
EveToulouseEveToulouse   19 novembre 2014
- Elle voulait t'appeler Anastasia.
- Beurk, je préfère encore Kimberly.
Ma mère en crache presque sa bouchée de farce :
- T'avais pas ton mot à dire, je te rappelle! C'est les parents qui choisissent le prénom des enfants!
- Ouais, ben c'est un abus de pouvoir parfaitement inique vu que c'est les enfants qui doivent se taper un prénom de merde toute leur vie!
Commenter  J’apprécie          60
EveToulouseEveToulouse   16 novembre 2014
- Je vais vous apporter un petit palais en plastique : elle en aura besoin. Et puis je vais lui faire un biberon : ça m'étonnerait que vous ayez du bon lait, vous êtes trop maigre.
- Je crois que je vais continuer au sein : on verra bien.
- Je connais mon métier, vous savez. J'en ai vu plein des comme vous, qui voulaient allaiter mais qui n'ont pas tenu quarante-huit heures. Autant vous éviter des souffrances inutiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Emmanuelle Bayamack-Tam (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuelle Bayamack-Tam
Rencontre avec la mystérieuse Emmanuelle Bayamack-Tam qui nous propulse au sein d'une secte de doux rêveurs, appelée « La Treizième heure », qui donne son nom à son roman publié chez P.O.L. C'est surtout l'histoire d'un chagrin d'amour qui fracasse les personnages à des temporalités éloignées. Lenny, sorte de gourou qui cherche l'ascèse pour éviter la douleur, décide de se vouer à la Beauté, à la Poésie, comme seuls purgatoires. Au programme : des personnages aux idées claires mais au coeur lourd, qui se frayent un chemin dans une langue admirable !
Emmanuelle Bayamack-Tam a été membre de la commission Vie littéraire du CNL de 2019 à 2022. Elle a reçu le prix Médicis 2022 pour « La Treizième heure », roman publié chez P.O.L. Elle a également été récompensée par le Prix Alexandre Vialatte en 2013 pour « Si tout n'a pas péri avec mon innocence » et par le Prix du livre Inter en 2019 pour « Arcadie », deux ouvrages parus chez P.O.L.
Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : suicideVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1335 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre