AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Serge Quadruppani (Traducteur)
ISBN : 2757801961
Éditeur : Points (09/11/2006)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Sicile, 1875. Tout commence et tout finit par les flammes qui ravagent le nouveau théâtre de Vigàta, occasion rêvée pour un ingénieur germanique de tester grandeur nature sa machine à éteindre les incendies. Entre les deux, on revient en arrière pour se heurter à l'entêtement du préfet Bortuzzi qui s'obstine, contre le gré des habitants de la petite ville, à vouloir faire donner un obscur opéra pour l'inauguration de ce fameux théâtre :Le Brasseur de Preston. L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mireille.lefustec
  30 janvier 2018
C'est une délirante tragi-comédie, inspirée, si je ne me trompe, de faits divers .
Le préfet décide d'inaugurer le théâtre de la ville avec une oeuvre inconnue.
Cela donnera lieu à une série d'intrigues, de tumultes et de délits. Il ne fallait pas défier une société dans laquelle la permanence du mode de vie, la domination sicilienne,s'affirme contre les modèles importés du Nord.
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  05 août 2019
On ne rigole pas avec l'opéra en Italie et encore moins à Vigata . La représentation d'une oeuvre peu connue , »Le Brasseur de Preston » (quel titre attractif !) pour l'inauguration du théâtre local dégénère en quasi guerre civile. Comme souvent chez Camilleri on voit se dessiner en arrière- plan les difficultés de compréhension entre siciliens et nordistes (ici un piémontais) . Ce roman qui se passe en 1875 appartient à la veine historique du maestro et bénéficie d'une construction très sophistiquée.
Commenter  J’apprécie          20
Baluzo
  24 juillet 2012
Encore une façon originale d'écrire! et qui rend si bien l'esprit "sicilien". L'histoire est plaisante , séduisante ; on se delecte de la façon dont le roman est construit jusqu'au dénouement final.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   31 mai 2015
- Que votre seigneurie m'excuse, Excellence, dit-il en commençant à déboutonner ses bretelles.
D'un coup, le préfet se leva, courut à la porte, donna un double tour de clé, la glissa dans sa poche. Pendant ce temps, Ferraguto avait tiré de la jambe droite du pantalon un long rouleau qu'il posa sur le bureau, avant de se reboutonner en hâte.
- Ça me faisait marcher tout tordu, dit-il. J'avais peur que le papier prenne des plis. Avec une lupara [fusil de chasse à canon scié] dans le pantalon, il n'y a pas ce genre de problème.
Il rit longuement, tout seul, pendant que Son Excellence déroulait la feuille. C'était l'épreuve d'imprimerie d'une affiche annonçant la prochaine représentation de l'opéra Le Brasseur de Preston, pour l'inauguration du théâtre de Vigàta. A la fin d'une lecture attentive, comme il n'avait trouvé aucune erreur, le préfet rendit le rouleau à Ferraguto, qui le renfila dans son pantalon.
-Nous sommes aux portes avec les pierres, très cher.
- Je ne comprends pas, Excellence.
- C'est une façon de dire de par chez moi. Cela veut dire que désormais, il nous reste très peu de temps. Après-demain, d'ici trois jours plutôt, l'opéra sera porté à la scène. Et je suis très préo'uppé.
Ils s'offrirent une pause, les yeux dans les yeux.
-Moi, quand j'étais gamin (nicareddro)(3), je jouais aux comerdioni, dit très lentement, rompant le silence, Emanuele Ferraguto.
- Ah, oui ? fit, quelque peu dégoûté, le préfet qui s'imaginait les comerdioni comme des espèces d'araignées velues et gluantes auxquelles le petit Ferraguto arrachait les pattes une à une.
- Oui, continua don Memè. Comme on les appelle par chez vous, ces jeux que les gamins (picciliddri) fabriquent…
- C'est un joujou? l'interrompit le préfet, visiblement soulagé.
-Oui mon bon monsieur. On prend une feuille de papier de couleur, on la coupe à la forme, on y colle deux baguettes d'osier avec de la colle de farine… puis on l'envoie en l'air attachée à une cordelette.
-J'ai compris! Les cerfs-volants! Les aquiloni! s'exclama Son Excellence.
Les cerfs-volants, oui mon bon monsieur. On y jouait du côté de Punta Raisi, près de Palerme. Vous le connaissez, l'endroit?
- Quelle question, Ferraguto! Vous savez très bien que moi, je n'aime pas sortir de chez moi. La Sicile, je la 'onnais bien sur les dessins. C'est mieux que d'y aller en personne.
- Pour les comerdioni, c'est un endroit nul, Punta Raisi. Certaines fois, il n'y avait pas de vent, et il n'y avait ni Dieu ni diable qui les fasse lever. Certaines fois, au contraire, du vent, il y en avait et le comerdione, à peine décollé, encaissait une baffe de courant fort qui le faisait plonger et puis l'envoyait s'écraser contre les branches des arbres. Moi, testard, je m'obstinais. Mais je me trompais, j'étais dans l'erreur. Je me suis bien expliqué?
Son excellence resta foudroyée par cette question inattendue. Merde, qu'est-ce qu'il y avait à comprendre, dans cette histoire de cerfs-volants et de vents contraires?
- Non, vous ne vous êtes pas bien expliqué.
«Une éternelle tête de con de Florentin, il est», pensa Ferraguto et en conséquence, il répondit par une question.
— Votressellence me permet de parler latin?
Le préfet sentit une rigole de sueur lui couler dans le dos. Depuis l'instant où il s'était heurté à rosa-rosae, il avait pris cette langue en grippe.
- Ferraguto, en 'onfidence, à l'école, je n'étais pas très bon.
Le sourire légendaire de don Memè s'élargit.
-Mais qu'est-ce que vous avez compris, Excellence? Chez nous en Sicile, parler latin signifie parler clairement.
-Et quand vous voulez parler de manière obscure ?
- Nous parlons en sicilien, Excellence.
- Allez-y en latin.
-Excellence, pourquoi est-ce que vous vous entêtez à vouloir faire monter ce comerdione de Brasseur justement à Vigàta où il y a des vents contraires ? Croyez-moi, croyez l'ami que je m'honore d'être, ce n'est pas une bonne idée.
Le préfet comprit enfin la métaphore.
- A Vigàta, bonne ou mauvaise idée, ils doivent faire ce que j'ordonne, moi. Ce que je dis et ce que je 'ommande. Le Le Brasseur de Preston sera représenté et aura le succès qu'il mérite.
-Excellence puis-je parler spartiate ?
- Qu'est-ce que ça veut dire ?
- Spartiate, ça veut dire avec des gros mots. Vous pouvez m'expliquer pour quelle putain de bonne raison vous vous êtes fourré dans la tête cette putain d'idée d'imposer aux Vigatais la représentation d'un opéra que les Vigatais ne veulent pas s'avaler ? Votressellence veut peut-être faire arriver un quarante-huit, une révolution ?
- Que de grands mots, Ferraguto!
(p 39/42)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   29 mai 2015
À la courtoise question du marquis, le chevalier gonfla la poitrine.
- Je parle de Ouagnère ! De sa musique de Dieu ! Du spectre de sa musique qui hante tous les autres musiciens ! Cette musique sur laquelle tous, aujourd'hui ou demain, devront se rompre les cornes !
- Ce Ouagnère, jamais je ne l'entendis, avoua Giosuè Zito, sincèrement étonné.
- Parce que vous être un homme ignorant ! entre vous et la culture d'un merlan, il n'y a pas de différence ! À moi, elle m'en a joué un morceau de cette musique, Mme Gudrun Hoffer, au piano. Et moi, je me suis retrouvé au paradis ! Mais par saint Belzébuth, comment fait-on à ne pas connaître Ouagnère ? Vous n'avez jamais entendu parler du Vaisseau fantôme?
Giosuè Zito, qui venait à peine de se réveiller du coup précédent, vacilla, se retint à un guéridon pour ne pas tomber.
- Alors, vous voulez vraiment me faire calancher! Pourquoi, merde, continuez-vous à parler de fantômes ?
- Parce que c'est comme ça que ça s'appelle, et que c'est un opéra très grand ! Moi, je m'en fous si vous chiez dans votre froc! C'est une musique nouvelle, révolutionnaire! Comme celle de Tristan!
- Aïe! Aïe! murmura la chanoine Bonmartino, spécialiste de patristique, occupé suivant son habitude à s'embrouiller lui-même avec une réussite.
- Qu'est-ce que vous voulez me signifier, avec votre aïe-aïe ?
- Rien, expliqua le chanoine avec un visage si séraphique qu'on eût dit que deux angelots lui tournaient autour de la tête. Je veux simplement vous signifier qu'en langue italienne, Tristan, c'est tristano, c'est à dire, "cul mélancolique" : Ano, anus, triste. Et alors, avec ça, je m'imagine que l'opéra doit être de toute beauté.
- Alors, même vous, vous y comprenez que dalle, à Ouagnère !
- En attendant, ça s'écrit double v, a, gé, ène, è, erre et ça se dit "Vagner". C'est un Allemand, très cher ami, pas un Anglais ni un Méricain. Et en plus, c'est vraiment un fantôme, comme vous dites et Dieu garde la santé de M. Zito. En fait, il est mort avant de naître, un avorton. La musique de votre Wagner est une chiure solennelle, une chiasse bruyante, faites de pets tantôt pleins et tantôt vides d'air. Des choses de cabinet, de retrait. Ceux qui font de la musique sérieuse pour de bon, n'y arrivent pas, à la jouer, croyez-moi. p 20/21
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
genougenou   02 juin 2013
-"les Vigatais doivent faire ce que j'ordonne, moi. Ce que je dis et ce que je commande. Le"brasseur de Preston" sera représenté et aura le succès qu'il mérite.
-Excellence, puis je parler "spartiate" ?
-Qu'est ce que cela veut dire ?
-Spartiate, ça veut dire avec des gros mots. Vous pouvez m'expliquer pour quelle putain de bonne raison vous êtes fourré dans la tête cette putain d'idée d'imposer aux Vigatais la represintation (sic) d'un opera que les Vigatais ne veulent pas s'avaler? Votressellence veut peut-être faire arriver un quarante-huit, une révolution ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
giatigiati   17 juillet 2015
La dame, qui était assise à se vernir les ongles, s'était levée très lentement . De l'index de la main droite, elle lui avait indiqué cet endroit de son corps où Everardo Colombo trouvait, deux fois par semaine, l'or, l'encens et la myrrhe.
- Ca, c'est à moi, avait dit dona Pina, haute, ferme et terrible come un oracle . Et moi, je te le donne jamais plus. Pour moi, à partir d'aujourd'hui, tu peux rester les couilles en l'air.
Et elle avait tenu parole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lehibooklehibook   05 août 2019
Toucher le cul des poules pour sentir si elles étaient entrain de pondre était le passe-temps préféré du commandant Lillo Lumia , et c’est ce qu’il était en train de faire dans le poulailler de sa villa à mi-côte au-dessus de Vigatà quant un domestique vint en courant lui dire qu’au mas , il y avait u zu Memé arrivé au galop de son cheval.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre