AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081421437
Éditeur : Flammarion Jeunesse (07/02/2018)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour, elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort. En attendant, de là où je me trouve, je kiffe à fond dès que je pense à elle. »

Tous les matins, Wilco regarde Apothéose passer sous sa fenêtre. Jusqu’à ce qu’un jour, il se penc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
SZRAMOWO
  22 janvier 2018
En lisant Proxima du centaure, reçu dans la perpective de la rencontre avec Claire Castillon, je me suis interrogé sur sa dénomination roman jeunesse.
Rien dans ce roman, me semble-t-il, ne permet de l'identifier avec la certitude d'un éditeur madré à un roman pour la jeunesse...
Dès les premières lignes, on comprend de quoi il retourne, quand «...Mrs Blandin la remet à sa place à cause de son fou rire...»
La difficulté à communiquer des adolescents avec les adultes, et vice-versa. L'écriture de Claire Castillon évoque avec merveille des situations qui nous renvoient à nos souvenirs d'adolescents, mais aussi à nos souvenirs de parents...
L'humour forcé des parents pour faire «djeunes» et en retour les blagues féroces mais frappées au coin du bon sens qu'ils ne capteront jamais :
«En se concentrant vraiment pour sortir le plus de conneries possible, mes parents ont habilement évité qu'on leur annonce quelque chose de sérieux comme...»
Wilco, un jeune homme de 15 ans, né en 1999, est le fils de Sylvie prof d'arts plastiques et de Guy prof d'histoire géo et instruction civique.
Il a une soeur, Andréa, d'un an plus âgée que lui, et une cousine plus jeune Prudence.
Il est éperdument mais secrètement amoureux d'Apothéose une fille qui a décidé de s'appeler Marylin Minnesota pendant les 5 heures par semaines du cours d'anglais qu'ils suivent ensemble avec Mrs Flandrin : «Ses lunettes sont la partie de son corps que je préfère. Elles l'agrandissent. Elle la recadrent. C'est un plomb dans ma tête cette fille...»
Le destin le lie à jamais à cette fille, lorsqu'en se penchant à sa fenêtre pour la voir passer, comme il le fait chaque jour depuis deux mois, il tombe et se retrouve en réanimation, avec un pronostic des plus graves : «...il est peu probable que je puisse retrouver la position verticale. A priori. Ils ont dit «à priori» observe ma mère.»
De son lit d'hôpital, Wilco observe les siens, et cherche à les comprendre, à comprendre leurs faiblesses, leurs mensonges, leurs certitudes et parfois leur indifférence pour ne pas dire mépris des autres.
Ses parents «qui exigeaient un Scrabble ou un Trivial Pursuit et sûrement pas un pictionary, après une journée de plage, une visite du musée de l'Eau et une virée à la bibliothèque municipale plutôt qu'un tour au ciné où on jouait le nouveau Disney (société américaine de cons).
Les parents de son ami Vadim, «Nadège et Jérôme vont au Karaoké (...) pour mes parents c'est intéressant d'un point de vue sociologique, mais très ennuyeux dans la réalité.»
Son oncle Lionel, le père de Prudence, « L'oncle Lionel avait tenu à faire un concert de guitare. Il avait même imprimé une affiche, Lionel guitariste. Marie-Noëlle criait «gâteaux gratuits !» dans l'espoir que les gens achètent son CD.»
Ces adultes qui cherchent à vivre les rêves auxquels ils ont renoncés tout en empêchant leurs enfants de vivre les leurs.
Depuis sa chambre d'hôpital, Wilco construit un univers dont le personnage central, est Apothéose. Il charge son ami Vadim d'organiser une visite d'Apothéose à l'hôpital. Il imagine les déambulations d'Apothéose dans la ville, ses pensées, ses sentiments pour lui «Elle s'imagine que l'hôpital est un rassemblement de radeaux, que les malades enfermés là luttent contre une tempête, mais elle sait que dans le paquebot, un jeune-homme veille. C'est moi.»
Il capte le désespoir des autres, comme celui du voisin «dont le passe-temps consiste à tondre sa pelouse. (...) Après il caressait longtemps sa tondeuse avec un chiffon. Il huilait sa lame avec délicatesse, comme il l'aurait fait, avant, dans une autre vie, avec les pieds d'une femme, le pouet-pouet d'un chien ou la marionnette d'une petit fille.»
Exclu de sa propre vie, Wilco apprends à comprendre la vie des autres, acquiert le regard éloigné de celui qui va partir, mais que l'on n'oubliera jamais. «Je sais que je resterai à l'arrière de la voiture de mes parents, même après ma mort»
Un livre bouleversant, dont je ne saurai dire si c'est un roman jeunesse ou adulte, mais qu'importe, Claire Castillon a réussi à parler de l'amour, de la mort, de la séparation, du bonheur avec des mots simples, sans emphase, avec humour pour notre plus grande joie.
Un livre à lire. Merci Babelio et Flammarion pour cette découvert inattendue et inespérée.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Kaaliope
  22 janvier 2018
Merci Babelio et Flammarion jeunesse pour m'avoir sélectionnée pour la rencontre avec Claire Castillon.
La littérature jeunesse n'est pas ma spécialité, bien que je me sois penchée sur quelques titres dont j'entendais beaucoup parler (Hunger games, Nos étoiles contraires, 13 reasons why notamment).
Claire Castillon nous raconte une histoire "originale" et illustre au sens propre comme au figuré, avec Proxima du Centaure, l'expression "tomber amoureux".
Wilco, adolescent romantique, fantasme sur une camarade de classe d'anglais, qu'il surnomme Apothéose à défaut de connaître son véritable prénom.
Il l'observe tous les jours sur le chemin du lycée de la fenêtre de sa chambre. Jusqu'au jour de la chute, "et boum et boum".
Son corps, après avoir subi une chute de 5 étages, se retrouve morcelé, "poudreux", enfermé dans une coque à l'hôpital.
Ne pouvant ni se mouvoir, ni parler, il vit assisté par les machines, au rythme des bips bips, des visites de sa famille et surtout de ses rêves.
Narrateur du roman, Wilco analyse le monde qui l'entoure et le comportement de ses proches. Il découvre ses parents amoureux, liés par un lien unique, malgré leurs bizarreries et leurs lubies. Il voit sa soeur être un soutien indéfectible, sa grand-mère être solide, ses proches être maladroits mais présents.
Il rêve Apothéose et leur histoire d'amour éternel.
Un roman atypique, dont le thème est profond et à l'angle de vue hors du commun, qui aurait pu mériter quelques pages supplémentaires.
Une jolie lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sebito
  20 janvier 2018
Et bien pour moi, c'est tout le contraire de ma collègue Agrume dont vous pouvez lire la critique ci-dessous: j'ai adoré ce livre. Un vrai petit bijou que j'ai dévoré très rapidement et que je quittais avec beaucoup de mal. L'histoire est atypique. C'est ce qui m'a plu: il est rare de lire des fictions qui parlent du comportement des gens face à un accidenté grave. le traitement du sujet est aussi atypique, puisque ce ne sont pas les bien portants qui parlent mais l'accidenté. Les personnages, pouvant paraitre caricaturés, sont finalement tous très proches de personnes que l'on peut connaître dans notre entourage. le comportement de chacun m'a fait pensé aux comportements des uns et des autres que j'ai pu observé autour de moi quand il y a un drame dans le cercle intime.
Agrume parle d'amour à sens unique: je pense qu'il y a une mauvaise compréhension du texte. L'amour n'est pas du tout à sens unique. Se perdre dans les bras d'un autre quand votre amour a un accident ou meurt ne veut pas dire qu'on est plus amoureux, c'est juste un moyen (que je déjà observé) d'échapper à la douleur en se forcant à oublier et à passer à quelqu'un d'autre.
L'écriture est fluide, avec de courts chapitres, ce qui rend la lecture aisée.
Un vrai bijou, que je vous conseille très fortement de le lire.
Il est en revanche clair que ce livre, atypique, va diviser les lecteurs.
Enfin, se ose toujours l'éternelle question: ce livre est-il vraiment un livre jeunesse ? Sur ce point, je rejoins Agrume et je ne pense pas que ce soit un livre jeunesse, mais alors pas du tout.
Sur ce point, ce sont les éditeurs qu'il faut blamer: Editeurs ! Arretez de vendre des livres en jeunesse sous prétexte que le héros est un ado !!!! Tout ça pour espérer gagner quelqus ventes... (en plus je pense que ce type de livre ferait plus de ventes en adulte qu'en jeunesse, gros souci de ciblage de public ici).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChuutJeLis
  22 janvier 2018
Je ne vais pas passer par 4 chemins ce livre a été un énorme coup de coeur pour moi ! C'est le premier coup de coeur de l'année et je pense que même si il ne m'a fallu que quelques heures pour le lire il restera graver en moi pendant des années.
Je pense que c'est un livre qui se découvre avec le coeur, j'ai peur d'en dire trop sur l'histoire et j'aimerais que vous le decouvriez par vous même. Alors bien évidemment je peux vous servir le docile résumé de la 4ème de couv' qui nous apprends qu'un jeune garçon de 15 ans nommé Wilco de retrouve à chuter de sa fenêtre, après s'être trop penché, pour regarder passez la demoiselle qui lui vole son coeur.
Oui mais "Proxima du Centaure" c'est bien plus que ça, c'est les pensés d'un jeune tétraplégique qui pendant 1 an va voir défiler les différents membres de sa famille à son chevet. C'est aussi ce mélange constant du rêve et de la réalité , de la tristesse et de l'espoir, du rire et des larmes.
C'est un magnifique ouvrage jeunesse qui traite d'un sujet dur mais toujours avec finesse, humour et amour. Qui à mes yeux a une double lecture possible, celle pour les rêveurs et une autre pour les gens plus terre à terre. Je cherche encore où je me situe entre ses 2 catégories.
220 pages qui ont su me voler mon coeur pour le réduire en miette et je peux vous assurer que j'attends la rencontre auteur/lecteurs organisé par Babelio avec grande impatience
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
agrume
  17 janvier 2018
Je trouvais le titre poétique et j'étais curieuse de découvrir ce livre. Je ne connaissais pas l'auteur, je m'étais dit que cela allait être un roman sympathique pour adolescent. J'aimais bien le nom de la personne décrite (Apothéose), j'ai été très surprise par ce roman.
Je ne sais pas comment il peut etre accueilli par un public adolescent mais je serais curieuse de le savoir.
Ce n'est un livre pas facile car même s'il est poétique, l'auteur nous raconte l'histoire d'un jeune qui suite a une mauvaise chute se retrouve tétraplégique.
On suit des histoires imaginaires avec la fille qu'il aime et son meilleur ami. On découvre son passé, sa soeur et le reste de sa famille. Je n'ai pas compris pourquoi l'auteur avait écrit cette histoire que j'ai trouvé triste.
Est-ce un hymne à la prudence? Est-ce pour raconter l'agonie d'une famille ou d'un jeune paralysé? Est-ce pour répondre à un besoin de voyeurisme?
Je pense que ce livre peut désarçonner le public. Je suis déçue par la fin peut-être parce que j'ai besoin d'être optimiste. Je pense que je ne corresponds pas au public ciblé par ce livre. A lire si vous avez envie de savoir ce que cela fait d'avoir un amour a sens unique ou d'être paralysé et de ne pouvoir faire que de penser. A lire si on a le coeur bien accroché! Ame sensible s'abstenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Claire Castillon (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Castillon
Claire Castillon - Rebelles, un peu
autres livres classés : hôpitalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
915 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre