AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782286039493
Éditeur : Le Grand Livre du Mois (30/11/-1)
3.84/5   25 notes
Résumé :
Claudine à l'école
« Ces quatre-là et moi, nous formons cette année la pléiade enviée, désormais au-dessus des «grandes», qui aspirons au brevet élémentaire. »
Avec Claudine, quinze ans, intelligente, séduisante, très avertie, ses camarades, la flamboyante directrice de l'école et sa jolie adjointe, les deux instituteurs des garçons et quelques autres, nous allons vivre une année scolaire peu banale...
Rempli de vie et de sensualité, Claudine à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
boreale
  28 mars 2020
Tome 1 - 0,5 étoiles/5
Pfffff ... je me suis lancée dans une intégrale de Claudine après avoir lu Somerset Maugham qui précisait (dans ses "Mémoires" ) qu'une de ses écrivaines françaises préférées était Colette ...
J'avais lu il y a loooooogtemps (dans mon adolescence , c'est dire ... mémé n'a plus 20 ans... ) le Blé en Herbe, il me semble que j'avais bien aimé à l'époque ... du coup je me suis dit "bon pourquoi ne pas tenter les Claudine" ...
J'ai commencé par Claudine à l'école .
LA CONSTERNATION.
Je me suis forcée à aller au bout (par respect pour S. Maugham et au cas où quelque chose viendrait "relever" le tout ... ) : mais rien.
J'ai trouvé ce bouquin horripilant (et assommant d'ennui...) .
Claudine est une sorte de Lolita prétentieuse et méprisante (en gros : "je suis pas comme tous ces culs-terreux mais si je traîne avec eux c'est parce que mon père s'en fout et que je suis libre et riche et que j'ai pas envie de me fouler davantage; tout le monde m'adule , je suis trop belle trop sexy trop intelligente , les autres sont si stupides et moches" ... ), de nos jours on qualifierait même sans doute de harcèlement scolaire ce qu'elle fait subir à certaines de ses camarades ...
Bref une "héroïne" insupportable , des faits sans intérêts étalés sur des pages et des paaaaaages (on est vraiment dans des souvenirs d'écolière-de-base ... Là où Pagnol , dans sa série des "Souvenirs d'enfance", rendait les choses intéressantes et marrantes ici franchement quel ennui : Machine a mis une robe bleue avec des rubans verts, quelle sotte le délégué régional ne la regardera pas / Trucmuche est trop nulle en chant mon dieuuuu qu'elle est ridicule / Unetelle récite trop mal sa poésie, quelle naze / Madame Bidule se fait tripoter par Mademoiselle Machin dans le grenier j'enrage de jalousie, mais elles sont trop ridicules et leur vie si minable alors je suis bien au-dessus d'elles et j'aspire à tellement mieux / etc ... ).
BREF ... la consternation.
Je me demande à qui plait encore ce genre de bouquin ?
A des vieux pépés qu'émoustillent des récits où des écolières s'offusquent sans trop (oui parce qu'on pourrait à la limite reconnaître à ce texte la vague intention de dénoncer l'emprise patriarcale/culture du viol comme on dirait de nos jours ... Mais en fait même pas: c'est loupé tant l'héroïne est instable et agaçante ... ) que des hommes rougeauds cherchent à les tripoter ? ou ... franchement je ne vois pas ...
Ok , peut-être "la photographie" d'une école de campagne de l'Epoque ... Mais purée ... de là à devenir culte , quelle énigme.
Ayant l'intégrale je vais toutefois tenter la lecture du tome 2 (Claudine à Paris) histoire de ne pas avoir totalement jeté mon pognon par les fenêtres... En espérant que ce soit moins "cour-de-récré-tirage-de-cheveux" ... on verra ...
-----------------------------
Tome 2 ---- 2 étoiles/5
Je l'ai trouvé moins nul que "Claudine à l'école" (cf ma critique https://www.babelio.com/livres/Colette-Claudine-a-lecole/3723/critiques/2188986 ) mais je reste assez consternée à l'idée que ce fut un "succès" à l'époque ...
Dans l'ensemble je trouve que ça oscille entre:
- des passages inintéressants au possible (ex: même si j'adore les chats je trouve super gonflant de lire 15 mille paragraphes où Claudine décrit sa chatte qui tourne dans son panier, se lèche le pelage ou fait la gueule ... )
- des passages "mal-aisants" (ex: tout ce qui tourne autour de l'homosexualité masculine ou féminine, qui est à la fois évoqué d'un ton banal , genre "c'est ok", mais tout à la fois descendu en flèche ou tourné en ridicule de façon cynique juste après... un genre de chaud froid bizarre... )
-des passages super glauques (des allusions à ce que nous appellerions aujourd'hui du harcèlement de rue, voire même à de la pedocriminalité notamment à propos de Luce et son vieux pépé qui l'oblige à se vêtir en écolière ... ) je disais donc des passages super glauques mais relatés genre "ouh la la c'est relou mais hop hop hop j'y pense plus c'est comme ça je suis sans doute un peu trop prude"(?!) (ou alors carrément "je tabasse la pauvre Luce après qu'elle m'ait raconté ça elle l'a pas volé cette cochonne"... )
- et des passages marrants ( car oui , j'avoue : la plume de Colette est cynique et parfois drolatique).
Bref...J'enchaîne toutefois avec le tome suivant puisque comme je l'ai dit je me suis procuré une intégrale ... autant l'amortir (puis en ces temps de confinement ... on a de quoi lire ... ).
Suite au prochain numéro , donc ...

-------------------
Tome 3 - 2,5 étoiles/5
Lu en une soirée ...décidément j'enchaîne...
Je monte les échelons doucement, hop, après les deux opus précédents ( mes avis ici : https://www.babelio.com/livres/Colette-Claudine-a-Paris/3722) j'ajoute une moitié d'étoile supplémentaire à celui-ci.
Quelque chose m'agace encore, comme un côté "théâtral" /un peu faux dans le récit, ou encore le côté voyeuriste-pedophile des scènes au pensionnat (l'interminable et malsain manège des bonbons entre Renaud et les très jeunes filles sous le regard complice de Claudine... J'y vois pour ma part de grosses ficelles ayant pour but d'émoustiller les lecteurs contemporains de Colette, vieux sales qui se tripotent en imaginant des fillettes ... Je ne sais pas à l'époque mais aujourd'hui je trouve ça d'un glauque ... ça me déçoit que l'écrivaine ait choisi de flirter sur cette lame si facile et malsaine... ).
Cependant je ne veux pas tout jeter : Claudine est (un peu) moins horripilante (moins caricaturale... ) et le traitement des sentiments, dans cet espèce de triangle amoureux, apporte une profondeur plus intéressante que dans les tomes précédents (ex: les premières réactions de femme-mariée de Claudine et l'impression de n'être plus nulle part chez elle, le tiraillement amoureux, le curieux couple père-fille-amants, le triangle-amoureux que lui impose son mari , le tiraillement identitaire légèrement abordé ... )
De même l'attachement au terroir y est moins folklorique que dans les tomes précédents, c'est mieux tourné , plus subtil et d'autant plus touchant je trouve.
En route pour l'ultime tome , à suivre ...
----------
Tome 4 -- 1 étoile/5
Hum ... Très court roman assez bizarre puisqu'il s'appelle "Claudine s'en va" mais que la narratrice (et personnage principal ... ) du machin s'appelle Annie et que Claudine n'intervient que par touches ("Claudine , de loin..." ou "Claudine pas trop là" ...)
Je m'y suis pas mal ennuyée même si on peut reconnaître (à la limiiiite) un sursaut d'intérêt quand vers la fin Annie déploie ses ailes et choisit sa vie ...
Pour le reste : je ne vois pas directement le rapport avec les 3 premiers tomes (mais peut-être faut il avoir lu une biographie de Colette pour réussir à lire entre les lignes ... et je n'ai pas lu de biographie d'elle donc ... ) si ce n'est qu'il s'agit d'un récit de femme qui s'émancipe ...

---------
EDIT:
En lisant d'autres critiques après avoir publié la mienne je m'aperçois que ce que je prenais pour une intégrale est en fait un volume amputé du dernier tome ( un tome 5 , donc, intitulé "la retraite sentimentale" ... ).
Je trouve assez dommage que cette "fausse intégrale" n'aille pas au bout de l'aventure (je ne suis pas assez emballée pour me procurer maintenant ce tome 5 de façon isolée mais j'aurais été curieuse de le lire ... ).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rulhe
  12 avril 2017
ce volume rassemble les quatre tomes qui constituent le cycle des Claudine.Claudine évoque tout d,abord le cadre de son enfance.la campagne de Montigny le Fresnois,les charmes des campagnes boisées ,et la découverte de l,univers scolaire en milieu rural pour une écoliere délurée.
en épousant Renaud un mari papa,et volage Claudine devient une parisienne tout en gardant
la nostalgie de son village natal.une amitié intime va la lier à la belle rezi.jusqu'au jour ou elle découvre que l,amie qu'elle aime la trompe avec son mari.
Claudine quitte Paris où les amies trahissent et les amis déçoivent.Renaud la
retrouve.mais Claudine n'est plus l,épouse espiègle,elle est parvenu à conquérir un bonheur lucide et sans illusion.et elle va préserver son indépendance.
Commenter  J’apprécie          142
isabelledesage
  20 janvier 2020
Je viens de terminer une relecture des cinq "Claudine" de Colette, de l'école de Montigny à la "Retraite sentimentale" dernier volume qui marque à la fois le retour à la nature pour Claudine à travers l'isolement et le deuil, mais aussi et sans doute, le début d'une nouvelle vie. Nous savons que comme son personnage Claudine, Colette s'est mariée jeune, à un homme journaliste beaucoup plus âgé qu'elle. Ainsi, le couple Claudine-Renaud, s'il n'est pas autobiographique se rapproche de la vie de l'écrivain. de même, Colette a été menée dans le Tout Paris de son temps et a pu rencontrer Polaire, la jeune actrice avec qui le couple Colette-Willy aurait eu une aventure, rappelant encore la relation de Claudine avec Rezy puis Rezy-Renaud dans "Claudine en ménage". Nous retrouvons aussi l'univers des cures thermales, l'opéra, Wagner, Bayreuth..."Claudine à Paris" évoque une campagne joyeuse et dresse le portrait de personnages hauts en couleur à commencer par les camarades de Claudine mais aussi des institutrices homosexuelles, du médecin aimant les petites filles, du père de Claudine (espère de savant grandiloquent au riche vocabulaire injurieux) et la chère Mélie, bonne, seconde mère. le rapport à la nature, mère nourricière et les chats sont importants. Nous y retrouvons l'école de la troisième république à ses débuts avec ses examens, les rêves d'école pour devenir institutrice. le volume suivant nous emmène à Paris où Claudine va couper ses cheveux, marquant ainsi une rupture avec son passé d'enfant. Elle va connaître les sorties dans Paris et surtout celui qui deviendra son amour, son mari. le troisième volume est peut-être davantage axé sur les questionnements de Claudine face à l'amour, ses difficultés à s'adapter au monde parisien très codifié où finalement l'intérêt d'une pièce de théâtre ou d'un opéra ne réside pas dans le spectacle lui-même mais plutôt dans l'entracte où nous le monde s'observe, se toise, cancane. La relation amoureuse de Claudine avec Rezi puis de la trahison de Renaud ramènera Claudine à Montigny où elle se nourrira de la nature pour sentir la force de l'amour qui l'unit à son mari.Le quatrième roman, "Claudine s'en va" est narré à la première personne par Annie, jeune femme mariée à une sorte de tyran domestique et dont l'éloignement permettra l'auto-réflexion. Claudine et Renaud sont des personnages secondaires dans ce roman-ci et il est intéressant de les retrouver, avec un ou deux ans de plus, à travers le point de vue d'un nouveau personnage et enrichis de leurs expériences de vie. le dernier récit, le plus beau, pour moi, évoque le décès de Renaud et le retour à la terre et à la solitude de Claudine. Au fil d'une écriture pleine d'amour, d'humilité et d'humour, de drôleries, voire parfois de cocasseries, Colette s'intéresse aux gens, aux matières, aux choses qui l'environnent. La sensualité est au bout de sa plume. Merci madame Colette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Missbouquin
  07 juillet 2014
Claudine a quinze ans et c'est sa dernière année d'école. Elle passera bientôt son certificat puis elle sera libre. Mais elle ne veut pas partir sans laisser un peu sa marque : jeune fille brillante mais dissipée, elle scrute les faits et gestes de son entourage, en particulier les adultes, pour y apprendre directement la vie ! Elle ne laisse ainsi pas passer les amours clandestines de la directrice avec une des institutrices, ou les tentatives de séduction des pions pas indifférents aux grandes filles. Sans pitié, elle met au jour les trahisons, les amours non partagés et se délecte des mille drames de la vie quotidienne de l'école.
Loin de la mièvrerie à laquelle je m'attendais avec cette série, je ne peux pas dire cependant que j'ai réellement apprécié ce roman. Claudine a très vite fini par me taper sur les nerfs avec ses airs de je-sais-tout, je-me-mêle-de-tout, avec sa manière de critiquer et ses petites manies impertinentes. Et puis l'écriture me semble avoir vieilli, ce qui est d'autant plus drôle que ce même style, naturel, fit scandale à l'époque ! Je pense que c'est surtout ma non-adhésion à ce style qui m'a fait passer à côté de cette oeuvre que l'on dit drôle et divertissante, mais qui n'a pas eu cet effet-là sur moi …
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Anne-Cendre
  02 octobre 2019
Lues au sortir de l'adolescence, ces lectures ne sont pas anodines dans la femme que je suis devenue.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
rulherulhe   13 avril 2017
l,amour naît dans un regard,grandit dans un baisser et meurt dans une
larme.
Commenter  J’apprécie          71
Anne-CendreAnne-Cendre   02 octobre 2019
Dans le casier inférieur, on a couché mes robes,
corsages vides, manches découragées, trois robes
simples que je puis garder ici. Mais y garderais-je aussi
cette boîte d'ancien vermeil, si jolie, qu'il m'a donnée,
comme il m'a donné le rubis, comme il m'a donné tout ce
que j'ai… On l'a remplie des bonbons que j'aime, fondants
trop sucrés et chocolats mous… Renaud, méchant
Renaud, si vous saviez comme les bonbons sont amers,
mouillés de larmes chaudes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Anne-CendreAnne-Cendre   02 octobre 2019
« C'est comme dans les livres, n'est-ce pas, la vie ? »
Non, douce Claire. Dans les livres, celle qui arrive pour se venger tire deux coups de feu, au minimum. Ou bien elle s'en va, laissant la porte retomber, et son mépris, sur les coupables, avec un mot écrasant… Moi, je ne trouve rien, je ne sais pas du tout ce qu'il faut que je fasse, voilà la vérité. On n'apprend pas, comme ça, en cinq minutes, un rôle d'épouse outragée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
Pour fêter dignement l'arrivée du printemps, la librairie Point Virgule vous propose une sélection d'ouvrages consacrés aux fleurs et aux jardins.
- Pour un herbier, Colette, illustré par les aquarelles de Raoul Dufy, Citadelles & Mazenod, 65€ - Les jardins de Weleda, Rouergue, 35€ - Le livre des fleurs, Pierre-Joseph Redouté, Taschen, 50€ - En fleur - Design floral contemporain, Phaidon, 39,95€ - Monet - Coffret l'essentiel, Anne Sefrioui, Hazan, 29,95€
La présentation de Pour un herbier est disponible sur la chaîne de Citadelles & Mazenod : https://www.youtube.com/watch?v=MN8I8...​
Celle de Les jardins de Weleda sur la chaine des éditions du Rouergue : https://www.youtube.com/watch?v=Lv0w6...​
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
117 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre