AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 213080425X
Éditeur : Presses Universitaires de France (07/03/2018)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
« Ce recueil d'impromptus obéit aux mêmes principes que le précédent, Impromptus, publié chez le même éditeur, il y a une vingtaine d'années : il s'agit toujours de textes brefs, écrits sur le champ et sans préparation, entre philosophie et littérature, entre pensée et mélancolie, sous la double invocation de Schubert, qui donna au genre ses lettres de noblesse musicale, et de Montaigne, philosophe ?imprémédité et fortuit?. Je m'y suis interdit toute technicité, tou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Paralipse
  04 octobre 2019
Le vélo est flambant neuf. le casque fièrement vissé sur la tête, le cycliste débutant se voit déjà avaler les kilomètres au guidon de sa monture mécanique, repousser les limites de sa condition physique. Sous la pluie il traverse les vallées et sous le soleil de plomb il gravit les pentes abruptes des cols montagneux. Il roule sur son deux-roues comme il respire. Rien ne lui résiste…
Or la réalité l'extirpe de ses fantasmes: Il n'est qu'un cycliste du dimanche au souffle court et le chemin qui le mènera à accomplir de longues distances sera long. Il lui faudra s'entraîner, se reposer, tomber, se relever, se remettre en question, s'adapter aux conditions, etc. En d'autres mots, il devra y aller doucement mais sûrement afin d'atteindre son objectif de sportif.
Ma vision de la philosophie est du même ressort que ce mécanisme. A l'instar du cycliste, le philosophe profane devra y aller par étape en lisant, débattant, frottant ses idées aux autres; en expérimentant la vie. La philosophie, pourra, dès lors, être une précieuse béquille – et non une sinécure – car philosopher c'est d'abord apprendre à mieux vivre. Cela concerne tout le monde. Et qui de meilleur qu'André Comte-Sponville pour jouer le rôle de facilitateur entre le lecteur et certains grands concepts universels. L'amie qui m'a offert L'Inconsolable et autres impromptus me connaît assez bien pour savoir que je trouverai, au minimum, matière à réflexion dans ce recueil de douze textes. Il me paraît sain de rendre, ici, une analyse personnelle du livre.
André Comte Sponville est loin d'être un inconnu pour la plupart d'entre-nous puisqu'il est connu pour sa capacité à amener la réflexion philosophique à la portée du grand public. le petit traité des grandes vertus, du même auteur, est un des premiers livres philosophiques qui m'ont mis le pied à l'étrier. Je me rappelle de l'agréable sensation d'intégrer quelque-chose de concret à la suite de sa lecture.
Avec L'inconsolable et autres impromptus, l'auteur a gardé une écriture qui sait se mettre à hauteur d'être humain sans entrer dans un gloubi-boulga métaphysique destiné à de pseudo-initiés. Certes il s'appuie sur d'autres auteurs comme La Boétie, Spinoza, Epicure, etc. mais tout en sachant les faire intervenir avec parcimonie. Comme ce magnifique extrait d'Alain:
"La vie est bonne par-dessus tout; elle est bonne par elle-même; le raisonnement n'y fait rien. On n'est pas heureux par voyage, richesse, succès, plaisir. On est heureux parce qu'on est heureux. le bonheur, c'est la saveur même de la vie. Comme la fraise a goût de fraise, ainsi la vie a goût de bonheur."
Les douze textes de ce recueil d'André-Comte Sponville peuvent se lire indépendamment les uns des autres. Tels des cailloux lancés dans notre jardin, libre à nous d'y trouver un intérêt ou non. de la consolation à la joie de vivre, de l'ennui à la passion, l'auteur passe en revue des thématiques qui lui tiennent à coeur et peut parfois prendre le lecteur à contre-pied, comme dans le chapitre sur la passion où le philosophe français extrapole l'histoire du Joueur de Dostoïevski:
"Toute passion est atroce, voilà ce qu'enseigne Dostoïevski. Mais il serait plus atroce encore, pour presque tous, de renoncer à la passion. le sexe pourrait suffire? L'amitié pourrait suffire? C'est ce que croyaient Epicure ou Lucrèce, et toute la littérature leur donne tort, et toutes nos passions. C'est ce qui donne raison à Dostoïevski."
C'est par petites touches que ce recueil nous apporte un regard différent sur le monde. La subjectivité de l'auteur nous confronte à notre propre opinion. Il n'est d'ailleurs pas rare, que je ne sois pas d'accord avec ce qu'écrit André-Comte Sponville.
J'en veux pour preuve, le texte consacré à Beethoven que je trouve trop élitiste: La musique classique s'accorde mal à l'écriture, peut-être justement parce qu'il est ardu de faire entrer tout un monde musical dans un agencement de mots. Décrire la musique ne sera jamais la musique en elle-même.
Malgré tout, le talent du philosophe reste d'expliquer la philosophie au plus grand nombre, et même un article consacré à Beethoven peut voir jaillir quelques phrases lumineuses – à la limite de l'aphorisme – qui en disent plus que le texte en entier:
"On peut bien lire Spinoza ou Kant toute la journée. À quoi bon, si c'est pour se protéger de la vie, de l'émotion, du douloureux secret d'être soi?"
Enfin, la force de ce recueil réside dans l'hétérogénéité des douze textes. Chaque article possède son propre univers où l'auteur a laissé libre cours à ses questionnements, ses convictions et ses conclusions pas si définitives que cela. L'intérêt de ce genre de livre est de nous sortir du carcan de nos certitudes sans nous enfermer dans une nouvelle prison mentale.
Seule une croyance demeure au sortir de cet Inconsolable et autres impromptus: La philosophie n'est pas une recette miracle mais un outil qui peut nous permettre de vivre mieux. Tel le cycliste professionnel alternant périodes d'efforts intenses et repos, quiconque aspire à une vie équilibrée devra digérer le fait qu'un minimum de discipline et de joie de vivre est nécessaire à son bien-être.

Lien : https://lespetitesanalyses.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
julienraynaud
  30 juin 2018
Contrairement au recueil le goût de vivre et cent autres propos, ces impromptus sont relativement longs et moins accessibles, beaucoup plus documentés aussi. Il faut donc se concentrer un peu pour apprécier à sa juste valeur chaque « article ». On lira selon ses centres d'intérêts, car les thèmes étant fort différents, on est invité à faire une sélection. Dans L'ennui et l'école, extrait d'un colloque à la Sorbonne, l'auteur est plein de bon sens et de vérité, sans pour autant livrer une pensée formatée. Avec Jules Laforgue, poète du dimanche, j'avais cru très sottement que j'allais apprendre que le journaliste L. Laforge initiait, dans ses journaux télévisés, les Français à la poésie… Méprise de ma part : je découvre le poète Laforgue, que mes enseignants de lycée n'avaient jamais mentionné, honte à eux, car quel talent ! J'ai moins accroché à l'article sur le joueur de Dostoïevski.
L'article sur Althusser a été pour moi le plus passionnant. On apprend beaucoup sur le philosophe, de la même manière qu'on apprend beaucoup sur Foucault en lisant Lindon.
Enfin, l'article sur les droits des animaux est de grande facture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
arcade_d
  01 octobre 2018
Je découvre cette personne humaine, cet homme, ce philosophe a travers un travail de pensée éparse et superbement construite. Je découvre une personne humaine honnête avec elle-même et de ce fait honnête avec nous. Il est des passages qui pourraient être des modèles pour la délivrance de nos impressions, de nos avis et de la mise en musique de nos correspondances que nous délivrons dans Babelio.
Une vision façon croquis-note est venue à en lisant les réflexions de la philosophie d'un athéiste tolérant. Cette vision est celle-ci :

(Voir sur le lien du bas le dessin)
J'ai compris alors en quoi la foi est un Don. Même si André Comte-Sponville n'a pas la foi, il se dégage de lui la même belle tolérance que j'ai découverte aussi chez l'évêque Michel de Paris (C'est ce manque de tolérance qui m'a détourné de Michel Onfray). Car la seule question est, pour nous personnes humaines que voulons nous, pour nous, pour nos enfants, pour nos écosystèmes et notre place dans le Cosmos ? Comment faisons-nous pour y penser et y travailler ensemble, quelle que soient nos croyances ?
Le passage qui a provoqué la vision croquis noté est celui ou le philosophe est en montagne avec un ami croyant. le deuxième se retrouve remplis de joie a la vision des montagnes, une joie qui le remplis d'amour pour Dieu (inconnaissable infini d'amour agape), il se demande alors comme le philosophe ne peut pas croire en Dieu face à une telle vision, et André de répondre, remplis d'une grande jouissance esthétique, que c'est précisément son sens de la beauté qui l'éloigne de la foi et l'empêche de croire vraiment.
Les deux étaient dans des états de perception très différent. Et cela ne les empêche pas d'être bien ensemble.
C'est finalement la leçon de cet essai.
En vérité...
Lien : https://tsuvadra.blog/2018/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
MurielT
  30 juillet 2018
L'inconsolable et autres impromptus - André Comte-Sponville – Editions puf – 292 pages – 30/07/2018
Tous les textes de ce livre sont des articles ou autres déjà parus dans des revues ou à l'occasion de colloques ou conférences donnés par l'auteur.
Les textes sont tous très intéressants mais assez ardus, André Compte-Sponville fait référence à beaucoup d'autres auteurs, des philosophes souvent, mais aussi des musiciens.
J'ai particulièrement apprécié le premier texte « l'inconsolable » et celui sur l'école ou les idées sont très intéressantes.
Je n'ai jamais étudié la philosophie mais de temps en temps j'aime bien en lire. Je lis ce genre d'ouvrage avec beaucoup d'attention et je suis fière de moi lorsque j'arrive au bout de ma lecture. Même si je n'ai pas tout compris à 100 %
Je remercie Babelio-masse critiques et les éditions puf pour m'avoir fait découvrir cet ouvrage
Commenter  J’apprécie          60
DanR
  16 janvier 2019
Impromptus' tant mieux. J'ai beaucoup aimé l'inconsolable, la joie de vivre et l'ennui. Et après......Beethoven et le Joueur de Dostoievski, je n'ai pas du tout accroché. On sent bien le passionné, l'érudit mais qui se fait plaisir en laissant le lecteur un peu de côté. C'est l'avantage des impromptus on prend ce qu'on veut, on laisse ce qu'on veut. Je me suis arrêté là. Bon courage.
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
LaLibreBelgique   07 mars 2018
Retour en force d’André Comte-Sponville avec "L’inconsolable". Le gentleman mélomane et mélancolique diffuse sa belle clarté.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
arcade_darcade_d   27 septembre 2018
Un auditeur soudain, bercé par ces improbables harmoniques, se met à rêver, et le voilà qui dirige l'univers à la baguette ! Nous sommes cet auditeur, et c'est de ce rêve que je voudrais vous éveiller. Il n'y a pas la nature ET nous. Il y a la nature et rien d'autre. Le bruit est la musique...
... Il est plus opportun de discerner, dans cette pensée, ce qui gouverne notre époque : le savoir comme instrument, la puissance comme projet ; la science comme moyen, la technique comme fin, dès lors sans autre but qu'elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
arcade_darcade_d   26 septembre 2018
"Mais au fond, c'est quoi le communisme ? C'est une humanité libérée des rapports marchands. Eh bine regarde, toi et moi : tu n'as rien à me vendre, je n'ai rien à t'acheter. Il n'y a entre nous aucun rapport marchand : entre toi et moi, c'est le communisme, ici et maintenant !" Cela, qui me toucha, me semblait sonner le glas du marxisme, donc aussi, pour l'essentiel, de sa pensée à lui, en tout cas de son œuvre.

(à propos de son maitre Althusser)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
arcade_darcade_d   24 septembre 2018
Misogynie ? Pas vraiment. « La femme est notre compagne, un être brave, quotidien, bine terrestre », dont on eut grand tord de faire un idéal, le prétendu « éternel Féminin » (comme s’il y avait un éternel Masculin !). Laforgue s’en désole plus qu’il ne s’en indigne : « Nous avons laissé notre petite sœur humaine faire humanité à part. On récolte ce qu’on a semé. » Et rêve d’un avenir réconcilié, où l’autre sexe prendrait sa part (« c’est la femme qui sauvera le monde »)

Laforgue (1860-1887)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
arcade_darcade_d   21 septembre 2018
De fait, il m'arrive de penser que ce qui manque à Beethoven, de mon point de vue, ou ce que je n'arrive pas chez lui à percevoir, c'est une certaine dose de féminité, c'est le mot qui bizarrement me vient (j'ai le même sentiment quand je lis Balzac ou Hugo, que je ne lis plus guère), comme s'il restait prisonnier d'une humanité trop exclusivement masculine pour ne pas se prendre au sérieux, pour n’être pas quelque peu prétentieux ou pesante, voire dominatrice ou brutale...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
arcade_darcade_d   20 septembre 2018
Mais enfin il ne s'agit pas pour autant de rivaliser avec la télévision, le football ou les jeux vidéo ! Il ne s’agit pas de divertir. Il ne s’agit pas d'amuser. Il ne s'agit même pas d’intéresser, si l'on entend par là que l’intérêt serait le but de l'enseignement. Il s'agit d'instruire, pour l'enseignant, et d'apprendre, pour l'élève. Que cela soit possible sans effort, c'est ce que je ne crois pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de André Comte-Sponville (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Extrait de "Petit traité des grandes vertus" d'André Comte Sponville lu par Philippe Sollier. Editions Audiolib. Parution le 21 août 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/petit-traite-des-grandes-vertus-9782367629360
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre