AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709659565
Éditeur : J.-C. Lattès (28/12/2016)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.55/5 (sur 198 notes)
Résumé :
Emma, quarante ans, mariée, trois enfants, heureuse, croise le regard d’un homme dans une brasserie.
Aussitôt, elle sait.
Après On ne voyait que le bonheur, Grégoire Delacourt explore dans ce roman virtuose la puissance du désir et la fragilité de nos existences.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
marina53
10 avril 2017
Dans cette vaste maison blanche sur le golf de Bondues, non loin de Lille, vit Emma. Presque la quarantaine, jolie. Un mariage sérieux avec Olivier depuis 18 ans et 3 beaux enfants. Elle travaille dans le Vieux-Lille, dans un magasin de vêtements pour enfants tandis que lui dirige une importante concession de voitures. Un jour, dans une brasserie, dans un décor semblable à un film de Sautet, elle remarque un homme. Elle regarde d'abord sa bouche puis ses lèvres et sa fossette qui creuse ses joues. Tout en elle tremble. Vacille. Une bouffée de désir la submerge. Ce premier jour, il ne la voit pas et repart avec ses amis. le lendemain, elle retourne rue de Béthune, à la brasserie André. Cette fois-ci, il est seul et leurs regards se sont croisés. Elle ne veut pas d'amant. Juste un vertige. Elle sait que sa vie va basculer... 
Grégoire Delacourt habite à merveille le personnage d'Emma et décrit avec passion le destin de cette femme soudainement éprise de désir pour cet homme rencontré par hasard. de suite, elle sait qu'il est un homme qui fait tout quitter à une femme. Pourtant heureuse dans sa vie, Emma basculera. Ce roman sur le désir, sur la passion, revisite le thème de la femme infidèle. Divisé en trois parties bien distinctes et d'inégale facture: la première décrivant avec justesse le sentiment amoureux et le désir, les deux suivantes basculant parfois dans le romanesque. L'on ne pourra pas toutefois reprocher à l'auteur ces tournants inattendus pimentant le sel de la vie et son analyse fine et subtile des sentiments, parsemant ici et là de jolies formules. Une danse surprenante et bouleversante qui dépeint précisément la confusion des sentiments. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          653
ktylauney
20 février 2017
Emmanuelle, la petite quarantaine, est mariée à Olivier depuis dix-huit ans. Ils habitent à quelques kilomètres de Lille avec leurs trois enfants et ont une vie heureuse en apparence.
Olivier est concessionnaire automobile et Emma travaille dans une boutique de vêtements. Elle aime son mari, ses enfants, le confort de sa maison, l'opéra et les films de Claude Sautet.
Mais Emma étouffe dans sa petite vie confortable. Elle aspire au vertige, au doux bouleversement des sens.
Quand elle pénètre un jour dans la Brasserie André 71, rue de Béthune, elle remarque un homme par qui elle se sent irrémédiablement attirée.
Tous les jours elle retourne pendant sa pause déjeuner dans cette brasserie. Echanges de regards entre cet homme et Emmanuelle. Tentation, désir qui monte doucement.
Sa vie s'en trouvera bouleversée jusqu'à prendre une décision définitive.
Bravo à l'auteur, Grégoire Delacourt, qui a su cerner la personnalité d'une femme tourmentée et décrit parfaitement ses pensées les plus intimes, les plus profondes.
Il se met dans la peau d'Emmanuelle qui est la narratrice du roman. C'est déjà difficile pour une femme d'exprimer et de comprendre ses propres sentiments les plus complexes, alors oui, chapeau à l'auteur pour son exercice de style et son écriture excellente et poétique, souvent bouleversante.
Qui n'a jamais étouffé dans sa vie et décidé de tout plaquer ?
Emma ressent de la lassitude d'être ancrée dans une vie routinière où elle n'a plus rien de passionnant à quoi se raccrocher.
Au fil du temps les promesses et les projets faits au début de leur rencontre avec Olivier n'ont finalement jamais été tenus.
Comme bon nombre de couples, on se rencontre, on s'aime, on connaît la passion. Mais tout ça s'émousse et rien ne dure. Ni la passion ni même l'amour qui se transforme en tendresse. Mais on continue à vivre ensemble "par habitude".
De plus, il y a ce sentiment que beaucoup de femmes éprouvent, celui de retrouver l'ivresse des débuts d'un amour. Celui de séduire, de plaire, de se sentir comme une adolescente dont le coeur bat pour la première fois. Le fait de se sentir à nouveau "vivante" et d'être prête à faire des choses folles. Redevenir femme à part entière et plus seulement une mère et une épouse.
"Je ne voulais pas d'un amant. Je voulais un vertige." (citation du livre).

Très justement l'auteur fait un parallèle entre Emma et Blanquette, la petite chèvre de Monsieur Seguin de Daudet qui n'aspirait qu'à s'échapper de son enclos, rompre sa corde
et partir dans la montagne, se moquant bien du loup et du danger.
Emma, elle, prend une décision radicale qui bouleverse sa vie en décidant de quitter sa famille et de s'échapper d'une vie maussade, tout comme Blanquette.
Le roman ne traite pas uniquement de l'amour et de la beauté d'une rencontre mais aussi des doutes, de la solitude, des moments d'une tristesse extrême, de la maladie, des enfants qui en veulent à juste titre à leur mère de les avoir quittés.
" Danser au bord de l'abîme " est extrêmement bien écrit. Je ne le conseille cependant pas aux personnes déprimées car la deuxième partie du roman est empreinte de nostalgie et de tristesse. L'émotion noue la gorge et peut faire couler quelques larmes.
Heureusement l'espoir est au bout du chemin.
La poésie des mots, les belles descriptions, les personnages atypiques au grand coeur ont réussi à me charmer. C'est une vraie réussite que ce roman, et un véritable coup de coeur.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
isabelleisapure
29 avril 2017
Un mari aimant, trois enfants, une belle maison, Emma ne demande rien de plus à la vie, elle est sûre d'être heureuse, Jusqu'à ce jour où, dans une brasserie elle croise le regard profond et sensuel d'Alexandre.
L'histoire aurait pu s'arrêter là, comme une brève rencontre qui fait rêver quelques instants, mais que l'on s'efforce de ranger dans un coin de sa mémoire ou de son coeur en ayant pour longtemps l'impression d'être peut-être passé à côté de quelque chose d'important.
Sauf qu'Emma ne réagit pas comme ça, elle veut cet amour et va tout quitter pour l'inconnu … tous les inconnus !
Et là, Grégoire Delacourt m'a posé un problème car j'ai commencé à détester Emma. Comment tout quitter ? Comment peut-on ?
Sans porter de jugement, je ne comprends pas.
Je me suis demandé pendant quelques pages ce qu'il allait advenir de ma lecture. J'ai même pensé refermer le livre et le ranger sur l'étagère des rendez-vous ratés.
Mais voilà, les mots d'un auteur au talent certain ont eu raison de mes réticences et je me suis laissée convaincre par cette histoire. J'ai peu à peu éprouvé une relative sympathie pour cette femme en proie à ses doutes.
Beaucoup de questions sont abordées dans ce roman.
Qu'est-ce que le désir ? Peut-on tout quitter pour le satisfaire ? Peut-on aimer deux hommes à la fois ?
En conclusion, j'ai lu un très joli roman.
Comme d'habitude l'écriture est élégante. Les sujets délicats sont abordés avec délicatesse.
Je suis loin du coup de coeur comme pour certains autres romans de l'auteur, mais j'ai passé un bon moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
hcdahlem
06 janvier 2017
L'auteur de la Liste de mes envies et des Quatre Saisons de l'été nous revient avec un roman qui devrait élargir encore davantage le cercle de ses lecteurs, car si sa plume est toujours aussi élégante, elle va cette fois chercher plus profondément les tourments de l'âme. À l'anecdote vient désormais s'ajouter la gravité, aux bonheurs de l'amour viennent désormais se mêler la douleur de l'absence et du deuil.
La première – bonne – surprise est d'avoir choisi le point de vue d'une femme comme narratrice. Une femme dont la confession est sans concessions : « Je transcris ici l'enchaînement des faits tel qu'il s'est déroulé. Je ne commenterai pas l'irrépressibilité de mon désir – elle est sans doute à chercher du côté du sacré.
Je veux juste essayer de démonter la mécanique du désastre. de comprendre pourquoi, plus tard, j'ai incisé à jamais le coeur de ceux que j'aimais. »
Emmanuelle et Olivier ont plutôt bien réussi. le couple a trois enfants, le mari une bonne situation, Emma arrondit ses fins de mois dans un magasin de vêtements. Un petit bonheur tranquille qui cache toutefois une frustration, une usure, un mal-être : « Je me vidais de moi-même. Je m'essoufflais à ne pas m'envoler. Je pâlissais, et Olivier parfois s'inquiétait – il parlait alors de quelques jours ailleurs, l'Espagne, l'Italie, les lacs, comme si leur profondeur allait engloutir ma mélancolie. Mais nous ne partions pas, parce qu'il y avait les enfants, parce qu'il y avait la concession, et parce que j'avais fini par mettre toutes mes frustrations dans ma poche, un mouchoir par-dessus, comme me l'avait enseigné ma mère. »
Une mère qui prenait aussi la peine de lui lire une histoire chaque soir et qui lui a ainsi donné le goût des histoires et des héroïnes. En suivant les aventures de la chèvre de monsieur Seguin – qui servira de fil rouge tout au long du livre – de Claudine mise en scène par Colette, de la Lily Bart d'Edith Wharton ou des personnages imaginés par Louise de Vilmorin, elle va se construire un imaginaire propice à accepter le regard que lui jette un jour un homme dans la brasserie André.
Sans échanger un mot, elle va tomber amoureuse, fondre de désir. Simplement parce qu'«Il y a des hommes qui vous trouvent jolie et d'autres qui vous rendent jolie». Peu importe le séisme que cette rencontre peut provoquer, peu importe les conséquences du dialogue qui finit par s'installer :
«– Je m'appelle Alexandre et je pense à vous depuis trois semaines.
– Je tiens une boutique de vêtements pour enfants. Mais plus pour très longtemps.
– Je suis journaliste à La Voix du Nord. Les pages «culture».
Sauf que le beau scénario d'Emma et d'Alexandre va s'effondrer avant même d'avoir pu se concrétiser. Pas par peur, pas à cause de la pression – très forte – des enfants pour empêcher la rupture, pas à cause des conjoints respectifs. À cause d'un fait divers banal.
« Une jeune fille est installée à deux tables de la mienne. Soudain, une autre arrive. Pâle. C'est son amie. Elle s'excuse d'être en retard. Ils ont bloqué la Grand-Place, dit-elle. Un type. En V'Lille. Qui s'est fait renverser par un bus. Je crois qu'il est mort. »
Le roman va alors basculer. de la tentative d'évasion à la réclusion. Emma n'a pas le courage de rentrer chez elle et d'oublier ce drame. Elle erre quelques temps avant de finir dans un mobile home du camping Pomme de pin à Cucq.
« Je sais maintenant que le deuil est un amour qui n'a plus d'endroit où se loger. » dira-t-elle pour résumer cette période sombre que de nouvelles connaissances vont tenter d'adoucir. Mais Emma reste lucide : « J'avais abandonné mon mari, mes trois enfants, pour les lèvres d'un homme et pour mille espérances. J'avais erré de longs mois dans ma tentation, j'avais surnagé dans son absence. Et je m'étais perdue dans ce vide. »
L'apaisement viendra avec la troisième partie. Aussi paradoxalement que cela peut sembler, l'apaisement viendra avec une nouvelle épreuve, le cancer dont est victime Olivier. « Viennent alors les tests, les IRM, les PET scan, les décisions, les antalgiques puissants, le dextropropoxyphène, l'oxycodone, les indécisions, l'hydropmorphone. Vient cette période cotonneuse d'avant les séismes, ce temps suspendu où plus rien n'a de valeur (…) Vient enfin le séisme. L'instant où tout bascule. Où plus rien n'a d'importance. » On peut alors tout se dire, laisser tomber les masques. Cette danse au bord de l'abîme est bouleversante. Elle vous fera comprendre que «la vie est la courte distance entre deux vides» et que chacun doit être libre de choisir comment parcourir cette courte distance.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
FleursDuBien
14 février 2017
Je suis triste et heureuse à la fois d'avoir terminé ce magnifique roman.
A danser au bord de l'abîme, on rique de tomber ou de s'envoler. Mon âme a choisi les deux.
Ce livre fera partie de mes livres préférés, dans le top 10 pour être plus précise.
Déjà, performance insensée, Monsieur Delacourt écrit avec la plume d'une femme, lui si homme. de bout en bout, le génie aidant, nous lisons le témoignage d'une femme, à aucun moment, la masculinité de l'auteur n'a transpiré.
Attention ! A ne lire que si on va bien, tout début de dépression ne supporterait pas l'infinie tristesse de ce livre... Non, plus sérieusement, il vaut mieux aller bien sinon on est mal pendant au moins une semaine.
Cette écriture est d'une beauté inoubliable.
C'est beau comme une tragédie grecque, triste, infiniment triste comme un film italien.
C'est la lourdeur de la peine, la fulgurance des douleurs, le déchirement des adieux.
Je ne veux pas toucher à l'histoire, ni résumer l'intrigue.
Par pudeur peut être, tant j'ai eu mal à lire ce livre, tant les pleurs m'ont secoué, la mélancolie m'a rejointe, la joie est devenue tristesse.
La pauvre Emmanuelle, Emma (Bovary ?), est l'héroïne de cette tragédie. Car comment nommer cette portion de vie autrement ? Certains destins basculent trop fort et trop vite. C'est le cas de cette femme courageuse, qui perd tout.
J'ai adoré les répliques de Sautet (César et Rosalie), j'ai adoré le parallèle avec La chèvre de Monsieur Seguin, j'ai tout aimé, tout dévoré.
La lecture de ce livre est une aventure, aventure effroyablement triste, poignante, et d'une beauté sans nom.
Parfois, j'ai retrouvé la plume d'Anna Galvada. Avec le plus grand plaisir.
Oui, vous l'aurez compris, vous ne pourrez pas faire l'économie de ce livre.
Tentez l'expérience, vous ne serez pas déçu.
PS : Voilà, par contre, si vous avez un livre très gai à me conseiller, style gros rire gras en se tenant les côtes, merci par avance, je préfèrerai cela aux antidépresseurs....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Les critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec06 mars 2017
Car cet ancien publicitaire, qui manie le verbe à merveille, sait comment conjuguer à tous les temps les innombrables déclinaisons du sentiment amoureux et, par ricochet, comment nous toucher droit au cœur.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeFigaro02 février 2017
Une femme, mariée et mère de trois enfants, tombe follement amoureuse d'un inconnu… C'est Madame Bovary dans le Nord.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (138) Voir plus Ajouter une citation
catxxxcatxxx11 juin 2017
C'est dire oui qui est difficile. Non est si facile. Non, je ne t'aime pas. Non, je n'ai pas faim. Non, je ne crois pas. Je ne suis pas libre, et non je ne veux pas mourir. Dire oui, c'est être vivant.
Commenter  J’apprécie          00
marina53marina5310 avril 2017
La vie est la courte distance entre deux vides.
On gesticule pour la remplir. On traîne pour l'étirer. On voudrait qu'elle s'éternise. On s'invente même parfois des doubles vies. On respire et on ment. On regarde sans voir. On veut profiter de tout et tout glisse entre les doigts. On aime et c'est déjà fini. On croit au futur et le passé est déjà là. On est si vite oublié. On ne veut pas perdre et, lorsque vient la fin, on refuse de baisser les paupières. On refuse la poignée de terre sur notre peau glacée. Il faut pourtant savoir lâcher prise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
marina53marina5319 avril 2017
Le désir ne tient pas toute une vie, m'avait-elle dit.
L'amour non plus, lui avais-je répondu. Moi, je crois au premier regard, maman. Je crois à la première impression. Je crois au langage de la chair. Au langage des yeux. Au vertige. À la foudre.
- Ce à quoi tu crois, ma petite fille, cela aboutit au chagrin.
Commenter  J’apprécie          301
marina53marina5311 avril 2017
Je découvre avec amertume que nos souffrances ne sont jamais profondément enfouies, nos corps jamais assez vastes pour y enterrer toutes nos douleurs.
Commenter  J’apprécie          360
marina53marina5316 avril 2017
Chez nous, on a un proverbe, dit-il, Artsounke mi tsav e vor ke hasgana miayn na ov arden latsel e - "Les larmes sont un langage qui ne peut être compris que par celui qui a déjà pleuré."
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Grégoire Delacourt (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grégoire Delacourt
Grégoire Delacourt - On n'est pas couché 25 février 2017 #ONPC
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La liste de mes envies

Qui est l'auteur du roman ?

Grégoire Delacourt
Grégoire Delcourt
Grégoire Delacroix

20 questions
240 lecteurs ont répondu
Thème : La liste de mes envies de Grégoire DelacourtCréer un quiz sur ce livre
. .