AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757800119
180 pages
Points (18/05/2006)
3.12/5   56 notes
Résumé :
Sa fille de dix ans est morte en tombant dans les escaliers. Pour retrouver la femme qui l'a quitté et lui dire simplement "Maria est morte, notre fille est morte," Samuel Bronchowski s'envole pour l'Asie.

Au cours de ce voyage épique, il croisera des vieillards cruels, des muets lubriques, des boxeurs fous, des femmes sans âge, des êtres étreints par la sottise et la lâcheté. Et chaque nuit ramènera à son esprit une phrase unique : "Maria est morte."
Que lire après Maria est morteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
J'ai découvert Dubois très tard : il y a cinq ans… « Kennedy et moi… » Inoubliable : un coup de foudre. J'avais vu le film à sa sortie… Inoubliable… En 1999, au siècle dernier donc, j'ignorais alors que ce bijou était l'adaptation d'un livre… Je crois me souvenir que c'était une époque où je ne lisais pas les livres que je voyais, l'inverse n'étant pas forcément vrai…
Après Kennedy et moi, j'ai enchaîné les Dubois. Neuf à ce jour…J'adore… Je vous expliquerai pourquoi après…
Mais, d'abord, je dois vous préciser un détail : j'ai un gros problème avec Dubois. Malgré Pierre Deladonchamps, alias Permülter « si ce livre pouvait me rapprocher de toi », malgré Thierry Lhermitte alias Sneijder, tous les héros de papier de Dubois ressemblent à Jean-Pierre Bacri… Bacri, l'élégant du désespoir, le pote que j'aurais aimé avoir… J'en ai d'autres bien sûr… Mais pas Bacri… Et c'est dommage ! Bacri qui faisait la gueule, c'était ma Maryline… Bacri me faisait rire, Bacri m'émouvait, Bacri me faisait réfléchir mais surtout j'aimais Bacri parce que, dans chacun de ses rôles, il semblait éprouver ce que j'éprouvais ou plutôt il semblait éprouver ce que je ne pouvais me résoudre à ressentir. Que pensait-il au juste de l'humanité, le vrai Bacri, celui que je considérais comme un faux misanthrope mais un vrai « Modeste » (Vous savez : Et quand il tombe amoureux fou / Y a pas de danger qu'il l'avoue / Les effusions, dame, il déteste / Selon lui, mettre en plein soleil /Son coeur ou son cul c'est pareil / C'est un modeste.) ? Ne me ressemblait-il pas ? Un matin, optimiste, pensant aux lendemains qui chantent, appréciant son prochain, un soir abattu, cerné par les cons, espèce nullement en voie d'extinction… Bacri dans la « vie » était-il ainsi ? Pas besoin de le savoir, le vrai artiste, c'est précisément celui qui transcende la réalité.
J'adore Dubois pour les mêmes raisons, l'élégance du désespoir, des phrases qui percutent le plexus scolaire… Dubois qui écrit tout haut ce que je n'ose parfois verbaliser, ce que je refuse d'envisager… Maria est morte… le décès d'un enfant… le plus mauvais des rêves… Dubois ose… Et, ne me dites surtout pas, c'est à ça qu'on le reconnaît… Dubois, de ce cauchemar, fait un livre… Un livre qui poisse… qui se lit d'un souffle, d'un râle plutôt… Un livre beau comme un « soleil moribond, un long soleil traînant à l'Orient »… Les plus désespérés sont les chants les plus beaux ? T'es bien gentil, Alfred… T'es bien gentil Jean-Paul, mais j'ai besoin d'un peu d'espoir… Alors, j'imagine… Maria est morte, le film… Bacri… Ça va mieux… le malaise suinte toujours, à chaque page, à chaque plan, mais mon pote est là… Mon double est là… Parce que parfois, la vie, c'est ça ! Ça pourrait être ça… Maria qui chante, Maria qui danse et puis, soudain, Maria est morte… Avoir un pote à ses côtés, un poteau pour s'appuyer si on trébuche… Bacri est là, alors, je vais jusqu'au bout… D'autant que la fin ressemble à la vie… Imprévisible, insaisissable…
J'ai aimé ? Oui !
« Mais, putain, jamais, je n'offrirai un tel bouquin. Pour rien au monde je vous conseillerai de le lire ! »
Essayez d'imaginer ce dialogue prononcé par Bacri…
Ça y est, vous y êtes ?
Super !
Finalement, peut-être, que vous devriez lire « Maria est morte »…
Commenter  J’apprécie          4322
En lisant ce livre, je me suis surpris à deux reprises à rire franchement. C'était à la page 64.
Mais en fait, quand je dis rire, c'est un euphémisme. Car je me suis vraiment poilé, gondolé, bidonné, dilaté la rate et le pancréas à en faire péter une bonne demi-douzaine d'artères et de veines environnantes (et pas des moindres !) Enfin, bon : du bonheur. J'ai même eu l'impression de glousser aussi jubilatoirement qu'en lisant le Dictionnaire Superflu à l'Usage de l'Elite et des Bien-Nantis ou l'une ou l'autre oeuvre hautement poilante de feu Pierre Desproges.
Je m'en vais sans attendre exemplifier mon propos : Page 64, donc, Samuel, le personnage principal, a fait escale dans un hôtel, avec un chauffeur de taxi, dénommé William, qui a pour mission de conduire le sus-nommé Samuel jusqu'au lieu où l'ex-femme de Samuel, Gloria, est censée se trouver. William est chauffeur de taxi, ne l'oublions pas, et très soigneux avec sa voiture et très porté sur la chose automobile. Et voici donc deux extraits dans lesquels Jean-Paul Dubois nous gratifie de son humour désopilant. Cela se passe dans le salon de l'hôtel :
William, dans un fauteuil, parlait d'automobile. Lorsqu'il aperçu Samuel, il le salua fraîchement de la tête avant de se remettre aussitôt au volant de sa conversation.
Il fallait oser l'image, non ? C'est splendide, non ? C'est un peu nul de finir toutes mes questions pas "non", non ?
Ensuite Samuel propose à William de dîner avec lui. le pauvre père solitaire voudrait bien raconter à son chauffeur (parce qu'il ne trouve personne d'autre) la rencontre qu'il a faite dans la journée : il a en effet vu (ou imaginé ou rêvé qu'il voyait) sa fille, Maria, morte depuis deux ans. Il a même parlé avec elle (ou son fantôme). Mais William refuse cette invitation à dîner parce que lui, pendant la journée, s'est fait un copain dans l'hôtel :
"Je suis désolé, monsieur, mais ce soir, je suis invité par un homme qui aime les automobiles et qui les connaît bien."
Samuel eut un sourire de compréhension. Ce soir, peut-être pour ne pas être seul, peut-être aussi pour raconter sa rencontre avec Maria, il aurait été prêt à entendre des histoires de vidange. L'occasion lui était refusée, il n'en voulait à personne. Il écoutait seulement le bruit des autres, et, dans l'ensemble, ça tournait rond. C'était là une réflexion de garagiste ou à tout le moins celle d'un homme à l'âme bien lubrifiée.
C'est là que je me suis mis à pouffer comme une baleine, tout aussi puissamment, je le répète, qu'en lisant du Desproges. Et je pose cette question : qu'est-ce que ça peut bien être qu'une âme bien lubrifiée ? J'ai beau chercher, je ne trouve pas. A la place, je ne trouve qu'une chose : que cette phrase est grotesque.
Car, même si un écrivain peut parfois écrire des phrases qui ne correspondent pas à une réalité palpable, compréhensible, je suis assez ouvert aux expressions de liberté créatrice : si la mélodie de la phrase est belle, si les mots qui la composent appellent des couleurs, des souvenirs, des sentiments, des idées qui émeuvent ou plaisent ou bouleversent ou amusent, alors je suis tout réceptif. Mais une âme lubrifiée, non, là, je ne suis pas client. Je ne parviens même pas à savoir si ça peut être beau ou moche, émouvant ou pas, coloré ou terne. Alors j'ai simplement trouvé ça grotesque (bis repetita placent) et j'ai gloussé bruyamment, longuement, joyeusement.
Et puis, soudain, mon rire s'est suspendu, mon regard s'est levé de la page, s'est écarquillé de consternation, s'est figé dans un mélange glacé d'effroi et de déception : je venais de réaliser que Jean-Paul Dubois n'avait pas écrit "Maria est Morte" pour me faire rire. Ni pour faire rire qui que ce soit, d'ailleurs.
Le titre, de même que le sujet du livre, de même que les 63 premières pages, auraient dû me mettre la puce à l'oreille. Car si Maria est morte, c'est triste. En plus, Maria était une petite fille de dix ans. En plus, quand on lit les premières pages, on voit que Samuel (son papa, pour ceux qui ne suivent pas parce qu'ils gloussent encore) est tellement triste qu'il a perdu son travail, qu'il ne regarde plus la télé, qu'il ne finit pas son steak et qu'il vomit le soir. Ben oui, ça fait ça, quand Maria est morte.
Après, on apprend que quelque temps avant la mort de Maria, sa mère (qui était donc l'épouse de Samuel et qui s'appelle Gloria pour ceux qui pouffent toujours) était partie. Pour qui, pour quoi ? On ne sait pas.
Alors on continue. On suit Samuel qui, depuis la mort de Maria, deux ans plus tôt, cherche désespérément à retrouver Gloria. Et Samuel cherche Gloria pour lui annoncer la nouvelle. Qui n'est plus tellement nouvelle, puisque ça fait deux ans. Mais bon, pour elle, Gloria, ce sera quand même une nouvelle, puisqu'elle ne le savait pas avant. Vous suivez la logique du propos, quand même ? C'est comme pour le chat de Schrödinger, en fait. Mais bon, là, on s'éloigne.
Revenons donc à Samuel : le roman commence alors qu'il ne veut pas finir son steak et qu'il va se mettre à vomir. Quelqu'un lui téléphone et lui dit qu'il a enfin retrouvé la trace de Gloria qui n'a rien imaginé de mieux que d'aller se perdre dans le fin fond d'un pays exotique. Un pays dont on ne saura jamais le nom, d'ailleurs, mais on s'en fout, puisqu'on n'est pas là pour ça : on est là pour être triste. Donc Samuel raccroche le téléphone, vomit et part.
Et là, ça devient le quatorze juillet du n'importe quoi : ça part dans tous les sens et on ne sait jamais vraiment quand va arriver le bouquet final. Pour résumer, ça ressemble un peu à ça : je me présente, je m'appelle Jean-Paul, j'aimerais bien oublier ma vie, être aimé, alors je vais décrire quelques scènes un peu dégueu, je crois bien que je vais les enchaîner, histoire d'avoir assez de volume pour bâtir un roman et, pour faire le lien (parce que c'est quand même pas mal, un lien dans un roman) je vais faire passer un pauvre mec d'une scène à l'autre. Tiens, pourquoi pas un mec qui cherche sa femme dans un pays exotique ? Et puis, pour que ça fasse mieux, il faut que je lui donne une raison de partir chercher sa femme, à ce type. Alors on dira qu'il cherche sa femme pour annoncer la mort de leur fille. Pourquoi ? Mais parce que la mort d'une enfant, c'est porteur, ça, coco ! ça attire le lecteur, ça l'attriste et donc ça le retient, jusqu'à la fin, parce qu'il veut savoir comment elle est morte et il veut voir son père souffrir et il veut voir si la mère va souffrir aussi. Et la mort de Maria, ça ne sert vraiment qu'à ça : à coincer le lecteur jusqu'à la fin, jusqu'à ce qu'on sache comment Samuel annonce la mort de la petite à sa mère et qu'on sache quelle réaction elle a. Alors, comme je ne veux pas vous raconter la fin, je ne vous dis pas si on apprend vraiment comment elle est morte et si sa mère l'apprend ou pas, mais si vous voulez vraiment savoir... Non, j'ai dit que je ne le dirai pas...
Mais en fait, tout ça, la mort, la recherche, l'annonce (qui ne sera jam... non, j'ai dit que je ne dirai rien !) c'est uniquement fait pour avoir un prétexte à un étalage de scènes caricaturales : les gros sont gras et suintants, la bouffe est grasse et puante, les riches sont désabusés et méprisants, les autres sont minables, cyniques, pervers, paumés, vicieux (liste non exhaustive). Tout le monde est dégoûtant, repoussant, mais avec tellement d'insistance sur le trait que ça paraît totalement irréel et même (je reprends ce joli mot) grotesque.
Bien sûr, un certain Monsieur François avait déjà, il y a quelques siècles, dépeint des personnages énormes et impossibles et répugnants et tout et tout. Mais n'est pas Rabelais qui veut. Jean-Paul Dubois nous sert du Rabelais au rabais, des Gargantua lyophilisés. Et puis, ne l'oublions pas : il continue à nous aligner ses comparaisons et ses images à la noix (je cite de mémoire) : "la pelouse est grasse comme une entrecôte", "l'air à la consistance d'un gâteau", "la pluie est tranchante comme des couteaux". Mais où va-t-il chercher tout ça ?
Il y a des gens très bien qui ont écrit des choses farfelues qui n'avaient rien à voir avec la réalité (il y en a même qui s'appelaient des surréalistes, non ?). Et il y en a aussi un autre, un poète trompettiste que j'adore : Boris Vian. Mais avec lui, même si certaines de ses images ne représentaient rien, on avait de la musique, de la couleur, du rythme et du sentiment. C'est la différence entre l'écrivain qui veut faire bien et l'écrivain qui fait bien sans pouvoir s'en empêcher, simplement parce que les bonnes fées ont balancé dans son berceau un paquet lourd à porter mais si riche : le talent.
Alors, peut-être que cette quête qui n'aboutit pas (non, j'ai dit que je ne le dirai pas !) et qui patine dans ce ramassis de personnages repoussants, c'est une image du dégoût de vivre qui a saisi Samuel à la mort de sa fille. Oui, sans doute. Mais moi, je n'ai ressenti que le dégoût pour des personnages repoussants. Je n'ai pas pu aller plus en profondeur pour trouver la signification cachée de ce petit théâtre de la crasse humaine. Car je n'ai pas vu cette profondeur. Je n'ai lu que des mots. Une couche superficielle de mots. Ce qui ne suffit pas à faire un roman.
Lien : http://sebastienfritsch.cana..
Commenter  J’apprécie          52
Déprimé ce Samuel, et déprimant en plus.
Dans un étrange pays en pleine guerre civile, il recherche sa femme pour lui annoncer la mort de leur fille Maria.
Tout est glauque, moite, les gens, les lieux.
L'auteur use et abuse de métaphores.
Comme souvent il campe un personnage dépressif.
Et là, il réussit carrément à nous filer le bourdon.
On se sent tout poisseux en lisant.
Et pire que tout, ça finit en queue de poisson.
Commenter  J’apprécie          210
Jean-Paul Dubois est, pour moi, l'écrivain le plus inégal qui soit. Soit j'adore comme, en autre, Tous les matins je me lève, soit c'est le contraire comme ce roman. Un homme arrive dans un pays asiatique pour faire l'annonce à sa femme que leur fille est décédée deux ans plus tôt. C'est une succession de personnages qu'il croise dans les hôtels, de guerre à l'extérieur, de pluie. C'est glauque, poisseux. Je n'ai pas compris le message.

Commenter  J’apprécie          90
Ce livre est bien écrit, beaucoup de descriptions, une fin à laquelle on ne s'attend pas , mais comparé aux autres romans de cet auteur c'est celui qui le plus m'a laissé sur ma faim. C'est la quête d'un homme qui veut retrouver sa femme pour lui annoncé la mort de leur fille survenue 2 années plus tôt. Il rencontre des personnages tous plus désagréables les uns des autres, dans un pays en guerre, mais découvre aussi l'amitié.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Et pourtant, c'est l'arbre le plus émouvant, le plus extraordinaire de ce jardin. Le talipot a une particularité : celle de ne fleurir qu'une fois dans sa vie. Cela arrive généralement vers sa soixante-dixième année. Ensuite, sa mission accomplie, il meurt presque aussitôt. Aussi dit-on : "Bienheureux l'homme qui voit fleurir le talipot que l'on a planté le jour de sa naissance." Cela veut dire qu'il a traversé ce monde pendant au moins soixante-dix ans.
Commenter  J’apprécie          50
Cette nuit, la pluie ressemblait à de la salive. Sa consistance était différente. Elle avait quelque chose d'organique.
Commenter  J’apprécie          40
…la chambre ressemblait soudain à une salle d’attente de dentiste. A cela près qu’ici les caries étaient dans les têtes. Elles rongeaient lentement les pensées et donnaient aux idées une haleine accablante…(page 132).
Commenter  J’apprécie          10
... depuis que j'attends, seul, la fin de chaque jour, le goût du lendemain s'est peu à peu éloigné de moi. (p 121)
Commenter  J’apprécie          10
Son intérieur était pratiquement vide de tout, à l'exception d'un petit tiroir à mémoire ou il avait , une fois pour toutes, rangé l'essentiel. (p61)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Paul Dubois (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Dubois
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • le tour de France des cuisines du monde de Pierre Bignami et William Navarrete aux éditions Collas https://www.lagriffenoire.com/le-tour-de-france-des-cuisines-du-monde-recits-de-voyage-et-recettes-gourmandes.html • le tour du monde en 80 saveurs de Pierre Bignami et William Navarrete aux éditions Collas https://www.lagriffenoire.com/le-tour-du-monde-en-80-saveurs.html • Scandale de Marlène Schiappa aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/scandale.html • Je suis Amélie Lenglet de Philippe Balland et Jacques Expert aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/je-suis-amelie-lenglet.html • le Mystère de la Maison aux Trois Ormes de Valentin Musso aux éditions Seuil https://www.lagriffenoire.com/le-mystere-de-la-maison-aux-trois-ormes.html • Fac off de Frédéric Sojcher aux éditions Léo Scheer https://www.lagriffenoire.com/fac-off.html • Fin de l'histoire de A. J. Finn et Chloé Royer aux éditions Presse de la cité https://www.lagriffenoire.com/fin-de-l-histoire.html • Une petite fille nommée Sunshine de Jane Sanderson et Maya Blanchet aux éditions Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/une-petite-fille-nommee-sunshine.html • Une semaine de silence de Florence Besson aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/une-semaine-de-silence.html • le monde des dragons de Izzy Quinn, Kristina Kister aux éditions Kimane https://www.lagriffenoire.com/le-monde-des-dragons.html • L'Origine des larmes de Jean-Paul Dubois aux éditions de l'Olivier https://www.lagriffenoire.com/l-origine-des-larmes.html • Prenez-moi pour une conne (Littérature Française) de Guillaume Clicquot aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/prenez-moi-pour-une-conne...-1.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • #editionscollas #editionsfayard #editionscalmannlevy #editionsseuil #editionsleoscheer #editionspressesdelacit
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (134) Voir plus



Quiz Voir plus

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Paul Hansen, le personnage principal du roman, a été incarcéré à la Prison de Bordeaux à Montréal ...?...

Le jour de l'élection de Barack Obama
La jour de l'élection de Donald Trump

12 questions
123 lecteurs ont répondu
Thème : Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul DuboisCréer un quiz sur ce livre

{* *}