AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234073227
224 pages
Éditeur : Stock (03/09/2012)
3.3/5   32 notes
Résumé :
A l'aube de sa trentième année, la narratrice, future docteure en mathématiques, se souvient de son existence fantasque dans une famille brisée.
Enfant puis adolescente perspicace et inspirée, elle fait face à la tyrannie de sa mère, digne infirmière bien sous tous rapports le jour, enfermée chaque nuit dans une descente aux enfers alcoolisée, et résiste grâce aux personnages des romans qu'elle lit avec frénésie, Alice en tête, qui l'invitent dans un monde pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,3

sur 32 notes
5
8 avis
4
2 avis
3
0 avis
2
3 avis
1
0 avis

Shool
  19 septembre 2012
J'ai acheté ce livre un peu au hasard de mes pulsions, en flânant dans une librairie, un peu éberlué.
J'ai vu que c'était un premier roman, un jeune de 25 ans. Je me suis dis "Et pourquoi pas ?" le titre était déjà en soi une référence, minime, à Alice au Pays des Merveilles. a moins que... Non ? Rien à voir ?
Stock a créé cette collection, "La Forêt", en 2010. Elle est dirigée par Brigitte GIRAUD, elle-même auteure. Elle "publie des textes de littérature sans a priori sur la forme, romans, récits, nouvelles…,
dont la démarche d'écriture, la voix et le travail sur la langue font preuve d'un engagement fort et singulier. "
Et c'est effectivement le cas ici. Un gros travail d'écriture se fait sentir, un gros exercice de style.
On suit l'histoire d'une jeune femme de 30 ans, bientôt docteur en mathématique, qui va nous conter sa vie au fil d'un album photo. On va passer de ses 10 ans, à ses 18 ans, et revenir sur ses 5 ans... le tout avec pour premier personnage sa mère : La Reine. Alcoolique notoire, dépressive et parfois violente. Mais il y a aussi son père, éternel absent. que peut-il bien cacher ? Et son frère, Germain, qui pour sa part prend distance avec les siens.
Pour se sortir de son cauchemar, notre narratrice se voit obligée de se plonger dans la littérature. C'est comme cela que nous avons droit à des paragraphes d'environ une page sans aucune ponctuation et bourrés de références; allant d'Alice au pays des Merveilles à American Psycho en passant par La Princesse de Clèves et une bonne cinquantaine encore.
Ces paragraphes semblent nous happer. le manque de ponctuation ponctue justement le roman de façon assez originale et pesante.
Bref, voici un livre de la rentrée littéraire à découvrir de toute urgence.
Si j'avais cependant une critique négative à faire, ou plutôt une interrogation c'est la suivante : pourquoi avoir fait du personnage principale, de la narratrice, une femme ? J'ai tout le long été troublé, parce que je pensais que c'était un homme, et à chaque fois j'ai été repris par les pronoms. C'est un exercice difficile que d'être un auteur homme qui se met dans une peau féminine, alors pourquoi ? Si ce n'est pour que le lecteur ne pense pas à une "autofiction"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mickey69
  16 août 2012
Jusqu'ici lectrice inactive de ce site, la découverte du roman de Julien Dufresne Lamy m'a poussé à prendre la plume car IL NE FAUT PAS PASSER A COTE.
Ce roman narrant les ressentis d'une jeune femme tourmentée et névrosée, n'ayant que la littérature pour refuge m'a boulversé.
L'auteur esquisse, tout en finesse, un personnage attachant dont on comprend rapidement les raisons du mal-être: une famille d'écorchés ou chacun recherche (souvent égoistement) son échapatoire.
Rarement je n'ai ressenti une telle maîtrise de l'écriture. La lecture de ce roman parfois très violent est déléctable. Fort de comparaisons et métaphores toujours inventives, l'auteur dresse avec beaucoup d'humour un univers quasi fantastique ou l'on se laisse tomber avec plaisir.
Lisez le, vous ne le regretterez pas!!
Commenter  J’apprécie          200
Little_stranger
  18 juin 2021
J'ai "rencontré" l'auteur réellement avec "mon père, ma mère et mes tremblements de terre", puis "jolis, jolis monstres". C'est donc une rencontre à rebours qui se poursuit avec Julien Dufresne Lamy dont j'apprécie particulièrement le style d'écriture, totalement en dehors du cadre, qu'on peut trouver parfois brouillon, mais toujours étincelant.
Ce 1er roman est parfait : court, incisif, l'auteur y incarne une jeune femme de 30 ans qui finit sa thèse en mathématiques. Elle a été fracassée par sa mère, qu'elle a fini par quitter à 18 ans pour vivre sa vie en solitaire. Notre héroïne semble entamer un chemin à l'envers avec un psychiatre. Elle y raconte l'alcoolisme de sa mère, et sa pathologie psy pas soignée, son père, qui a pris la fuite pour vivre avec une autre femme, laissant ses enfants aux mains de son épouse, Germain, le frère de notre héroïne sans nom (mais qui s'appelle Alice dans sa tête).
C'est un texte court bouleversant sur le combat d'une enfant, puis d'une adolescente et d'une jeune femme pour survivre à la maladie mentale d'un parent. Elle y conte aussi l'histoire de ses parents avant la maladie et le bonheur qui existait alors. Il n'est pas toujours facile de suivre le fil du texte, car tout est embrouillé dans la tête de l'héroïne sauf les mathématiques et la lecture qui la sauve (et j'y suis particulièrement sensible car c'est aussi mon cas). Chaque chapitre est entrecoupé de courts moments où de pans de romans et de personnages de romans se mêlent. Je suis ressortie de ce texte la tête à l'envers en me disant que l'ombre de Lewis Caroll alias Charles Lutwidge Dodgson, mathématicien et écrivain planait sur ce roman là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
madamelafee
  23 octobre 2018
La Bonne Mère existe, pas celle qui domine la ville de Marseille et qui protège les marins, mais celle qui n'est pas en rivalité avec sa fille, qui ne la juge pas, qui la regarde pour ce qu'elle est. La narratrice n'a pas eu cette Mère digne de ce nom à cause de sa maladie, la bipolarité. « La Reine » sa mère s'imbibait d'alcool et sombrait dans l'incommunicabilité. Pour évacuer le non amour d'une mère défaillante, la narratrice de trente ans qui, enfant s'échappait et vagabondait avec la flamboyante Alice au pays du lapin blanc redevient cette petite fille qui lutte pour se convaincre qu'elle est une personne à part entière, dotée de qualités. La lectrice que je suis a suivi cette jeune femme blessée dans les méandres de sa mémoire. A six ans puis à douze ans et pour faire face à chaque fois aux secousses des disputes sismiques, elle se fait silencieuse et sage. Chaque jour est une épreuve pour elle dont elle doit sortir victorieuse, elle offrira à la lecture toute sa peau « mon armée de livres, je m'en sers comme d'une prothèse. Elle est ma branche d'arbre et je suis son hibou, ce dépressif à plumes qui la nuit s'agrippe à elle en dégustant le noir ». le père est absent « papa ne prend pas soin de ma mère il s'est autoproclamé ennemi de la Reine depuis cette fois où elle l'a tué avec les mots ». Tous aux abris ! Profil bas contre mère éruptive… La narratrice est une enfant d'une gentillesse à toute épreuve qui ne manifeste aucun désir sous peine de créer une remise en cause d'une paix si fragile. Elle s'isole, la lecture est son doudou, ses personnages de romans auxquels elle s'identifie créent un îlot de tendresse. Son refuge, ses échappées belles sont livresques, ce bel univers l'aide à vivre, c'est un monde plein de couleurs, elle se laisse emporter par la magie des personnages dans des lieux qu'elle s'invente. Julien Dufresne Lamy fait une belle analyse de ce que peuvent ressentir les petites filles qui ne tiennent pas compte de leurs émotions, qui mettent un couvercle sur ce qui risque de déborder. C'est tout le cheminement intérieur de la narratrice petite fille jusqu'à l'âge adulte que nous restitue avec brio l'auteur. C'est un roman à la fois réaliste et magique, les phrases sont courtes, sans fioritures, une histoire qui s'ouvre sur la douleur d'une femme qui a été dépossédée d'elle-même et qui se referme sur les voeux de cette même jeune femme comme sur une espérance. Pour réussir sa résilience, chacun dispose de ses propres matériaux, pour la narratrice ce sera d'exhumer les débris de l'imaginaire des contes de fées et les offrir en bouquets de pensées à sa mère pour se libérer, s'accepter et s'aimer quand les mots ne peuvent plus rien exprimer à cause d'un vécu trop brûlant et que les lettres sont restées mortes. Magnifique roman que celui-ci, infiniment touchant.
Lien : https://leschroniquesdecoco2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          84
Crocodyll
  15 août 2012
Nous avons sous les yeux un portrait de famille ayant pour narratrice une vieille fille un peu cinglée.
Il s'agit d'un premier roman, assez court, qui a attisé ma curiosité. Il y a en réalité peu à dire sur ce livre. Les nombreuses références, qui toucheront la plupart des lecteurs, font de cette histoire, très moderne, un OVNI de la littérature plutôt intéressant. Mais, même si les mots de l'auteur sont bien choisis, ils ne sont pas pour autant percutants. La densité des références efface la réelle écriture de l'auteur -ou bien il n'en a pas-.
Les membres de la famille sont, quant à eux, et à mon goût, trop discrets. Mais ils sont si bien pensés que je me dis que, finalement, ce que j'attends, c'est un nouvel écrit de l'auteur. Je dirais plutôt que je reste sur ma faim.
Même si elle manque de punch, cette histoire reste dans mes premiers romans originaux réussis :)
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   31 août 2012
Je crois que je couve quelque chose.

Ce matin, en tombant sur un pont, j'ai pris conscience que cela ne tournait pas rond. Quand mon corps s'est étalé sur le bitume, la fillette en moi s'est réveillée. Je retrouvais la petite peau à chair de poule. Je redevenais celle qui, frileuse, courbait la nuque.
Commenter  J’apprécie          120
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   31 août 2012
Pourtant, il n'y a pas de honte à tomber, tout le monde tombe. Mais chez moi, c'est fréquent, la route m'en fait baver, je crains la vue des ponts. Alors pour ne plus m'écorcher les genoux, je m'enfouis dans des romains informes qui font illusion.
Commenter  J’apprécie          80
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   31 août 2012
Allongée sur ma paillasse, je me suis peu à peu inventé un monde. Mais s'inventer un monde, la société est contre. Aujourd'hui, je me demande comment tout effacer.
Commenter  J’apprécie          100
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   31 août 2012
Si mon amour des livres m'a rendue folle, c'est d'abord l'amour des autres qui m'a aliénée. Ou l'absence.
Commenter  J’apprécie          130
l-opulence-de-la-nuitl-opulence-de-la-nuit   31 août 2012
Mon armée de livres, je m'en sers comme d'une prothèse. Elle est ma branche d'arbre et je suis son hibou, ce dépressif à plumes qui, la nuit, s'agrippe à elle en dégustant le noir.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Julien Dufresne-Lamy (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Dufresne-Lamy
Si la transidentité est heureusement sortie du placard depuis quelques années maintenant, elle n'est malheureusement pas encore totalement comprise. La faute à ce satané carcan patriarcal rigide ? Certainement...
En écrivant Mon père, ma mère, mes tremblements de terre, Julien Dufresne-Lamy pose un regard juste et bienveillant afin d'expliquer le processus transidentitaire de manière à réduire les stéréotypes et les incompréhensions. Trop fort !
Déjà conquise par son roman précédent qui abordait avec brio l'univers des drag-queens, celui-ci, plus poétique, propose la rétrospective bouleversante d'un fils qui attend son père à la sortie du bloc-opératoire. Un père qui porte désormais le prénom d'Alice.
Troublant et poignant.
Lien blog : https://bookncook.over-blog.com/2021/05/book-n-furious-mon-pere-ma-mere-mes-tremblements-de-terre-julien-dufresne-lamy.html
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Boom (PAUL)

En quelle année est sorti ce livre ?

2014
2018
2019
2012

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Boom de Julien Dufresne-LamyCréer un quiz sur ce livre

.. ..