AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756024783
Éditeur : Delcourt (18/05/2011)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 36 notes)
Résumé :

Mai 1968, des malfaiteurs dérobent 200 millions de francs issus de la banque de France. Cinq ans après avoir mystérieusement disparu au moment du partage, l’un des braqueurs revient demander sapart. Mais les choses ont changé : après les évènements de Mai 68, la guerre civile qui s’ensuivitet la reconstruction de Paris, les complices d’hier gravitent désormais dans les cercles proches du pouvoir.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  17 février 2017
Face aux dessinateurs de mangas qui sortent 48 pages en 2 semaines et face aux dessinateurs de comics qui sortent 48 pages en 2 mois, il est difficile de fidéliser un public avec des dessinateurs de bandes dessinées qui font 48 pages en 2 ans… Donc de plus en plus d'éditeurs ont opté pour la formule gagnante de la collection thématique où interviennent plusieurs auteurs (les puristes crient à l'hérésie, mais il fallait bien trouver une solution pour ne pas dépérir encore davantage face à la concurrence). C'est dans cette optique qu'après la collection "Sept" les éditions Delcourt ont continué à dégainer avec la collection "Jour J" dédié aux uchronies ! (mais il y a un truc chiant avec cette dernière, c'est qu'à chaque nouveau tome ne sait pas s'il s'agit d'un one-shot ou la première partie d'une minisérie)

Dans ce tome 6, intitulé "L'Imagination au pouvoir ?", le point de divergence se situe en mai 1968 puisque l'avion de Charles de Gaulle s'écrase entre Paris et Baden-Baden… Massu en profite pour refaire la Bataille d'Alger en faisant rouler ses chars AMX sur les Champs Elysées avant de tout faire péter, et en réaction étudiants et ouvriers vont se servir dans réserves de missiles milan pour lui péter la gueule : c'est la guerre civile !!!
Après Berlin, Paris devient un lieu chaud de la Guerre Froide mais empêtrés dans le bourbier vietnamien Américains et Soviétiques laissent le champ libre à toutes les brigades internationales possibles et imaginables (Jim Morrison en combattant de liberté devenant le nouveau Che Guevara : c'est génial ! ^^). Quand le PCF de Marchais fait appel à l'Armée Rouge, l'ONU siffle la fin de la récré et un gouvernement d'union et une assemblée constituante sont sommés de préparer la VIe République… Mais personne ne désarme vraiment et la France reste divisée entre internationalistes de Pierre Goldman et Régis Debray, la faction « vive la révolution », les situationnistes, les maoïstes, l'union des jeunesses communistes marxistes – léninistes de Serge July, les réalistes de Daniel Cohn-Bendit et Michel Rocard, les brigades internationales, les katangais de l'Elysée, le S.A.C. de Charles Pasqua et le groupuscule d'extrême-droite Occident où se montre très actif un certain Jean-Marie le Pen… Tout ça c'est l'agent de terrain Swan qui nous le raconte, quand ce n'est pas raconté à George Delperrier un barbouze qui vient de passer 5 ans dans le coma : le 1er est chargé par la CIA de recruter Jacques Chirac, mais le 2e a fait une affaire personnel de lui faire sauter le caisson dudit Jacques Chirac à la première occasion… le compte à rebours est lancé !
Waouh j'ai kiffé me balader dans cette uchronie hippie : l'espion américain à veste à franges, à pantalon pattes d'eph, à longue chevelure et à rouflaquettes est un peu prétexte (Austin Powers ?), et l'histoire de George Delperrier est moins poignante que celle de Chris French dans le tome précédent (Lino Ventura ?) mais ils sont nos guides dans un univers so groovy !
Autant le tome 5 était grave, sombre et triste, autant ce tome 6 est léger, lumineux et drôle… Qu'est-ce que je me suis marré avec Dany le Rouge en perdreau de l'année qui se faire balader et duper de A à Z par Jacques Chirac, véritable animal politique persuadé de manipuler et de contrôler tout le monde, et François Mitterrand un machiavel sans foi ni loi qui lui manipule et contrôle vraiment tout le monde… C'est un véritable réquisitoire contre les pires politicards de ces 50 dernières années, c'est donc tout naturellement que nous assistons à un game of thrones entre le jeune loup aux dents longues et le nouveau Talleyrand (vous savez, « de la merde dans bas de soie » ^^)…
Bravo à Mr Fab et Jean-Paul Fernandez car graphiquement on voit vite que le récit est divisé entre flashbacks en crayonnés sépias et le temps présent très coloré et très flower power où les hippies s'adonnent aux joies de l'urban farming, du rock'n'roll et de l'amour libre. Cela représente super bien la distinction entre la vieille France et la France nouvelle, et c'est doublé par la transfiguration de Paris où les créations new age de Jean-Louis Chanéac poussent comme des champignons sur les vieux immeubles haussmaniens. Nous sommes dans un concentré de seventies, et j'aurais aimé continuer l'aventure du détournement du film "Touchez pas au grisbi" avec Dali, Dalida, Brigitte Bardot ou William Klein qui désormais va pouvoir s'éclater grâce à SPOILER… Et en plus Fred Duval et Jean-Pierre Pécau s'éclatent à développer des dialogues tels quels à la Audiard dans les flashbacks avant de passer à la moulinette des années 1970 donc c'est que du bonheur !
Après :
1) les gens morts ne vous intéressent pas parce que c'était il y a longtemps et que cela ne rapporte par d'argent ? mais pourquoi vous me lisez, allez donc manger des cacahuètes et boire du whisky devant une émission de téléréalité !
2) vous êtes allergiques à tous ce qui est postérieur à la révolution culturelle et vous regrettez le bon vieux temps d'avant, celui de l'Algérie française et de bobonne s'occupant des gosses, du ménage et de la cuisine ? mais pourquoi vous me lisez, allez donc vous détendre en feuilletant un bon brûlot zemourien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Brize
  29 juin 2011
Le fil narratif est relativement simple (même si le fond de l'affaire est aussi tordu que les compromissions qu'on imagine toujours dans les hautes sphères du pouvoir) : Georges Deletrier, ancien sous-officier de l'OAS ayant trempé dans des opérations pas très claires, ressurgit soudain alors qu'on le tenait pour mort, bien déterminé à faire payer ceux qui l'ont mis quelques années à l'ombre, après le hold-up du métro dont il était chargé. Mais il permet, et c'est là que réside tout l'intérêt de l'album, d'entrer de plain-pied dans un paysage socio-politique et urbain surprenant, que les auteurs s'attachent à dépeindre. le lecteur reconstitue, en glanant les éléments qui lui sont fournis, le cours qu'ont pris les événements, s'amuse à interroger leur vraisemblance (pour peu qu'il dispose de quelques connaissances de la période et de la biographie des uns et des autres) et à croiser, au fil des pages, des figures familières, politiques (Mitterand, Chirac, Cohn-Bendit…) ou non, dont le chemin peut lui aussi avoir bifurqué, mêlées à des personnages de fiction. Au passage, il prend note des changements de l'architecture parisienne, dont les rejetons futuristes tranchent par leurs formes et leurs couleurs audacieuses dans un Paris en pleine reconstruction.
Pari réussi pour la réinvention d'un futur possible et, pourquoi pas, crédible, ‘L'imagination au pouvoir ? ' gratifie le lecteur de quelques clins d'oeil bien sentis lorsque sont abordés certains aspects de la vie ou du caractère de personnages publics, quand ce ne sont pas leurs vies qui se voient totalement revisitées, en fonction des choix qu'ils auraient faits. L'album pâtit cependant d'un scénario qui essaie de concilier une approche géopolitique dense et qui aurait mérité d'être plus fouillée (évocation trop allusive aux forces en présence mêlée à des rappels historiques en forme de brefs aperçus) et intrigue politico-policière mâtinée d'espionnage made in USA pas vraiment prenante.
J'avais déjà noté ce travers (l'esquisse d'un contexte riche damant le pion à l'histoire à proprement parler) dans un autre ouvrage de la collection, le tome 2 « Paris, secteur soviétique », que j'avais toutefois davantage apprécié car le graphisme me plaisait sans réserve (le dessinateur en est Séjourné, dont je connaissais déjà la série « Tatanka », qui m'a laissé un excellent souvenir). Ici, autant tout ce qui concerne la peinture du cadre me séduit (avec en particulier une architecture parisienne très bien rendue), autant les personnages, pour réalistes qu'ils soient (aucune difficulté à reconnaître untel ou untel) ne me conviennent qu'à moitié, je trouve le trait efficace mais manquant d'élégance (réserve qui n'engage que moi). Et si la couleur est satisfaisante, elle aurait gagné à bénéficier d'une mise en valeur sur un papier glacé, comme dans le tome déjà évoqué.
Appréciation en demi-teinte, donc, pour un album qui ne m'a pas déplu mais sans plus, ce qui ne m'empêchera pas de poursuivre ma découverte d'une collection dont le postulat remporte ma totale adhésion.
Lien : http://surmesbrizees.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Radwan74
  08 juin 2019
Mai 68 a débouché sur une guerre civile où finalement aucun gouvernement n'a su prendre l'ascendant.
C'est dans ce cadre que l'on retrouve de nombreuses personnalités de la politique française (notamment). Dans un autre contexte, on retrouve un Chirac toujours aux dents longues et un Mitterrand et Cohn-Bendit copain comme cochon comme on dit.
Des coulisses de la politique tirés par de nombreux courants, un personnage qui veut se venger ... tout se recoupe mais je trouve que c'est très complexe (même si c'est assez bien expliqué), très complexe pour une histoire s'étalant sur une seule BD.
Commenter  J’apprécie          50
chared16
  13 juin 2011
Bof... vraiment bof. Comme quoi, un bon concept ne fait pas une bonne histoire. Les uchronies sont intéressantes lorsqu'elles apportent une relecture de l'histoire. La force de "ce qui aurait pu se passer" est de donner son sens à "ce qui s'est passé".
Dans cette bd, cela ne marche pas, ou je suis passé à côté. Car on s'y ennuie. Il ne suffit pas de deux idées (la victoire de l'art et de l'architecture hippies; la coalition, Mitterrand, Chirac, Dany le Rouge) pour être passionnant. D'autant plus que les personnages principaux l'ex de l'OAS et sa vengeange, l'agent de la CIA et ses manipulations ne m'ont pas emballé non plus.
Le dessin, est comme l'histoire, de bonne facture, mais rien d'extraordinaire.
Vous aimerez peut-être les nombreux clins d'oeil (Morisson des Doors en chef rebelle, la lutte Pasqua/Chirac, l'emprise de la CIA de Nixon, le SAC et l'OAS, etc...) qui cherchent certainement à inscrire cette histoire dans la réalité, mais, encore une fois, qui ne m'ont pas séduit. Bd potache plus que travail sur l'histoire. Permet juste de sourire (un peu) et de vite oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
emmyne
  22 juin 2011
Cet album est le sixième tome d'une série uchronique revisitant chacun un évènement de l'histoire du XXème siècle. Chaque BD peut donc se lire indépendamment.
Les scénarii sont signés Fred Duval & Jean-Pierre Pécau alors que le dessinateur et le coloriste sont différents pour chaque album.
Mes impressions de lecture sont mitigées, cela est simplement dû au contexte historique, à l'aspect totalement politique du récit.
Les auteurs imaginent une France en plein chaos suite au décès du général De Gaulle et les luttes de pouvoir inhérentes à la mise en place d'un " ordre nouveau ", une sixième république. On retrouve toutes les figures politiques françaises : F. Mitterand, J.Chirac, Cohn-Bendit...et tant d'autres. Si l'intrigue policière paraît superficielle, il faut reconnaître que " l'imagination est au pouvoir " dans cet album qui mêle très habilement tout l'esprit de l'époque à sa propre histoire. J'ai vraiment beaucoup aimé cette vision d'un Paris tendance hippie et Pop Art, de ce centre Beaubourg et des architectures complètement psyché, " c'est là que Paname est devenu un machin de toutes les couleurs ", la mise en scène et en images des modes, courants intellectuels et artistiques des années 70. En revanche, si je me suis amusée du jeu de clin d'oeil sur les célébrités de la période ( S.Dali en acteur Super Héros, Jim Morrison " un ricain genre blouson noir " dans une brigade de barricade ainsi que quelques blondes bombes que je ne citerai pas... ), j'ai trouvé le développement des enjeux politiques assez lourd parce que très fourni, complexité même de l'Histoire, sans être réellement exploité. Tout y passe, de la Guerre d'Algérie à la Guerre Froide, toutes les mouvances, toutes les alliances plus ou moins officielles.
Totalement prise par ce fantasmagorique univers parisien, c'est l'aspect réaliste qui m'a gênée, ces portraits, pourtant fins - certaines répliques sont savoureuses - de nos hommes politiques. Finalement, c'est toute l'ironie, j'aurai préféré une utopie à une uchronie, me perdre dans le Paris de couverture avec ces monuments revisités ( comme celui-là dédié aux étudiants de Mai 68 qui ont fait face aux chars de l'armée ), ces reconstructions top new age et ses quartiers ruinés entre les murs graffités desquels se promènent les animaux des communautés nature. Sous ces pavés...

Lien : http://lisezjeunesse.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
goodgarngoodgarn   28 janvier 2013
- Si c'est Massu qui donne les ordres, ça va faire comme à Alger, il va raser le quartier !
- sous les pavés la plage, ils vont nous mâcher le travail !
- crois pas ça, petit. On creuse aussi bien des tombes sur les plages, ça va même plus vite !
Commenter  J’apprécie          110
AlfaricAlfaric   31 août 2017
- Tu as 20 ans, dans un an tu seras majeure, tu feras ce que tu voudras, mais en attendant tu me suis.
- Eh dis, donc, pépé, c’est pas toi qui fais la loi, ici ! A bas l’ordre phallocrate !
- L’est pas bien poli, ton camarade de classe, vaudrait mieux qu’il arrête de me dire des cochonneries avant que cela dégénère. Je menace pas, j’explique…
Commenter  J’apprécie          50
gillgill   07 octobre 2012
Mai 1968. Alors que le quartier latin est en feu, plusieurs millions de francs sont dérobés à la Banque de France.
Mai 1973. Après cinq ans de guerre civile, la France va se donner une nouvelle république. La parenthèse des utopies se referme. Sur la scène politique, les vieilles habitudes reviennent. Elles ne sont pas les seules...
Un soldat perdu sorti de nulle part entend toucher sa part d'un casse que tout le monde a oublié. Tout le monde ? Pas si sûr...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlfaricAlfaric   08 juin 2017
- Bon sang, Miss Parker, combien de fois il faudra que je réclame du ketchup ! Marre de cette infecte moutarde française.
- Langley n’est pas jugé que le ketchup était indispensable à la mission, monsieur ; désolée.
- Au moins la viande est bonne, ça me change de ce foutu mouton bouilli rationné de la commune de Paris !
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   29 juin 2017
Chirac qui rencarde des anciens de l’OAS sur un casse facile en mai 68, t’as ajouté quoi à ton soda, Serge ?
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Fred Duval (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fred Duval
La ruée vers l?Ouest n?est plus qu?un souvenir que l?on peut maintenant voir sur grand écran grâce à l?industrie naissante d?Hollywood.
Scénariste : Fred Duval et Jean-Pierre Pécau Illustrateur : Colin Wilson
Résumé : Nevada Marquez oscille entre les deux mondes, chargé par Hollywood des missions les plus improbables à la frontière américanomexicaine. L?enquêteur est chargé de retrouver un acteur disparu lors d?une virée à Tijuana? Une surprise l?attend au bout de la piste.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/serie/nevada-01-l-etoile-solitaire.html
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782413010593&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://www.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782413010593&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782413010593&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3497 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre