AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782709635561
Éditeur : J.-C. Lattès (25/08/2010)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Maillard, Bizot, Hardenne : trois soldats chargés de nourrir les troupes. Malheureux rescapés d’une armée en déroute, sur une terre dévastée qui a perdu le goût de vivre, ce trio improbable va éclater en morceaux lorsque Maillard et Bizot seront tués à leur tour.Dominique Hardenne est peut-être le seul survivant du désastre, alors en bon fermier, il veut rentrer chez lui. Mais la guerre est passée ici aussi, et au village il ne trouve que des corps, parfaitement con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
GribouilleChat
  05 octobre 2010
Dominique Hardenne, le premier de son village, s'est engagé pour aller à la guerre. Il voulait sans doute impressionner Nathalie, la fille un peu volage dont il est amoureux.
Dominique Hardenne est un homme de la terre et, avec Bizot, l'intellectuel, et Maillard, l'homme à femmes, il tente de survivre. Les deux autres sont tués et Dominique est seul quand « la » bombe explose. Protégé par une combinaison miraculeusement trouvée, il se met en marche vers son village, sur un chemin jonché de cadavres et de ruines. Puis, un jour, le compteur indique qu'il n'y a plus aucun danger ; en revanche, toute vie a disparu : une autre bombe – peut-être celle qu'on a appelé un jour la Bombe à neutrons – a anéanti tous les occupants de la région, du monde ? La plupart des concitoyens de Dominique sont morts dans l'église, d'autres chez Amédée, une veuve bigote devenue maquerelle. le jeune homme se réinstalle dans la ferme familiale et décide de travailler à faire revenir la vie dans les champs. Mais comment vivre dans un monde totalement dépeuplé sans perdre la raison ? L'inévitable confrontation avec la réalité va le faire basculer…
Le sujet n'est pas neuf : le « monde d'après » a servi d'argument à de nombreux romans et films ; on pense à La peste écarlate de Jack London, à Malevil de Robert Merle ou à La Grande Nuit d'Adamek, par exemple. Quelle que soit la cause de l'apocalypse, le propos des auteurs est le plus souvent de montrer comment un petit groupe humain constitué de quelques survivants à peine revenus de leur épouvante tente de remettre en place un embryon de société qui, bien vite, retombe dans les travers de ceux qui ont conduit le monde à sa perte. Vincent Engel va plus loin dans le radicalisme : qu'arrive-t-il à un homme qui, après avoir échappé à la guerre et à la destruction générale, se retrouve absolument seul ? Est-il possible, même si on dispose de ressources alimentaires suffisantes, de survivre mentalement et moralement ?
Un autre héros d'Engel, Adam Weinberger, revenu des camps d'extermination, avait décidé de s'abstraire par le silence de la société humaine qui l'entourait. Dominique Hardenne, sans aucune présence vivante – il détruit un nid de fourmis qui semblent les seules à avoir échappé à la destruction de la bombe parce qu'il craint de les voir le tuer un jour –, tente de recréer une certaine vie autour de lui, par le pouvoir de l'imaginaire et du dialogue fictif.
(Merci à Masse critique!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
4nn3
  02 janvier 2011
Et si, à la suite d'une bombe atomique, la terre entière se trouvait dévastée… Et si vous étiez le dernier survivant ? Que feriez-vous ? Dominique Hardenne rentre de la guerre, il a perdu ses amis de combat, il retrouve son village où tous les habitants sont morts. Il veut survivre, reconstruire mais sombre peu à peu dans la folie…
J'ai retrouvé Vincent Engel dont les romans m'ont souvent séduite et particulièrement « La peur du paradis » et « Mon voisin, c'est quelqu'un ». Son écriture est toujours aussi belle mais c'est le thème choisi qui ne m'a pas conquise. Vincent Engel nous conte, en suivant les saisons, une année dans la vie de Dominique Hardenne. On assiste à la lente descente du personnage dans la folie. Revenu dans son village, seul survivant, il retrouve ses parents, ses amis, celle qu'il aimait, morts. Et il va alors se construire une vie qui est celle qu'il aurait voulu vivre : travaillant la terre, marié avec Nathalie qu'il aimait tant et l'avait tant fait souffrir, des enfants, élu maire du village et apprécié de tous, lui qu'on devine, timide et renfermé jadis, et peu instruit. le rythme du livre est très lent, avec peu d'action, uniquement centré sur les pensées de Dominique Hardenne.
Même si le roman se termine sur de l'espoir, l'apparition d'une fourmi, signe de la vie qui recommence, le livre confine au cauchemar et j'ai eu de nombreuses fois l'envie de le refermer prématurément !
Merci à Babelio de m'avoir permis de lire ce livre !
http://legenditempus.canalblog.com/archives/2010/12/19/20019856.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
M_a_r_c
  03 novembre 2017
Dominique aime Nathalie mais Nathalie se moque de Dominique. Fuyant son chagrin, il s'engage dans l'armée, où il est chargé, en compagnie de deux autres soldats, Maillard et Bizot, du ravitaillement des troupes.
Seuls survivants d'une guerre absurde menée contre un ennemi dont ils ne savent rien, tous trois errent dans un monde en ruine, protégés des radiations par leurs combinaisons de combat.
Après la mort de ses deux compagnons d'armes, des morts aussi absurdes que la guerre à laquelle ils ont pris part, Dominique se retrouve seul, au milieu d'un champ de bataille qui n'en est plus. Il finit par retrouver son village natal et ses habitants, que « la » bombe a définitivement figés dans la mort.
Avec le Mariage de Dominique Hardenne, Vincent Engel nous livre une réflexion sur la capacité de l'homme à exister après avoir tout perdu.
La thématique du monde post-apocalyptique n'est pas neuve, loin s'en faut. Ce n'est pas sous l'angle habituel de la survie des rescapés et de la reconstruction de la société que l'auteur aborde les choses. Point de survivants ici, mais un seul. Point d'espoir non plus donc, pour ce seul et unique rescapé, de reconstruire quoi que ce soit.
Le récit de Vincent Engel est sombre. Cauchemardesque même. Un cauchemar que ne nourrit pas l'hostilité d'éventuels autres rescapés. Ni les privations matérielles (« la » bombe a anéanti les êtres, mais pas les choses). le cauchemar de Dominique vient de la solitude dans laquelle il est condamné à survivre. Une solitude qu'il essaiera vainement de meubler avec les photos des êtres qui lui étaient chers : Nathalie, son père, sa mère, son oncle Albert… Même ceux qu'il détestait, le père de Nathalie, le curé, finiront par rejoindre cette cohorte de fantômes, impuissants à repeupler le monde de Dominique, bons seulement à le faire sombrer dans la folie.
Une folie dans laquelle le seul habitant du village reconstruira le monde comme il aurait aimé qu'il soit. Nathalie et lui s'aiment. Ils travaillent la terre. Leurs enfants les entourent…
Le lecteur comprend progressivement que Dominique ne se réveillera pas de ce cauchemar. Qu'il ne fait que le maquiller tant bien que mal en un rêve impossible. le malaise l'étreint alors progressivement, au fur et à mesure que Dominique se retranche du réel pour s'enfermer dans ses illusions.
La seule lueur qui éclaire faiblement le récit est cette frêle ligne de fumée que Dominique voit ou croit voir à l'horizon dans les dernières pages du livre, mais que rien ni personne ne concrétise.
Quel récit désespéré ! Désespérant ! Quelle dureté ! La guerre absurde par laquelle débute le roman montre, si besoin était encore, que l'homme est un loup pour l'homme. Mais la solitude, pour laquelle celui-ci, animal fondamentalement grégaire n'est pas fait, est peut-être un mal pire encore que cette éternelle rivalité fratricide…
Dire que j'ai aimé ce livre serait mentir. Il aurait pour cela fallu que je le trouve moins noir, moins désabusé.
Je n'en continue pas moins d'apprécier la plume de l'auteur, toujours aussi élégante. Et son style, toujours aussi maîtrisé.

Lien : https://livrelecteur.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kukba65
  07 juillet 2019
Parmi les livres qui attendent sagement dans une bibliotheque figurait celui-ci. Dedicacé par Vincent Engel à la foire du livre de Bruxelles, il attendit le moment propice pour etre retiré des rayons. Certains livres attendent longtemps, d'autres sont lus avant meme d'avoir trouvé leur place dans le rayonnage. Etait ce le rythme lent du recit qui faisait savoir au probable lecteur qu'il ne devait pas se hater ? le recit de ces trois soldats des troupes de logistique d'une armée disloquee est lent, comme apres les devastations de la guerre, il ne se passe rien du fait de la fuite des populations. A la fin, seul Dominique Hardenne rejoitnit son village où nul survivant n'y etait encore. Rien que des morts, dans des lieux intacts, emportes par LA bombe. Reve ou plutot cauchemar premonitoire d'un monde devaste par la guerre moderne ou qui sait, par les effets des cataclysmes du rechauffement climatique ? Les pages tournent dans l'attente d'une suite qui ne vient pas. La lassitude emporte le lecteur, malgre une ecriture maitrisee, un recit construit autour de cette allegorie du temps arreté, une ambiance qui noue l'estomac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Chouchane
  06 octobre 2010
L'après la grande catastrophe. Notre héros serait-il le seul survivant ? il semble que oui. Seul dans le vaste monde à essayer de recréer un peu de vie ou à en trouver. Neutre, travailleur sans émotion ou presque. Pas un oiseau, pas un rongeur, pas un insecte... On attend à chaque page que quelque chose bouge au loin et puis rien. Finalement, malgré la qualité, cela devient inutilement angoissant et j'ai quitté Hardenne sans regret, le laissant sans doute à la folie, à moins qu'après la fin du livre... mais je suis déjà ailleurs.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
NanneNanne   18 septembre 2010
Depuis des jours, et pour combien de jours encore, Dominique Hardenne marchait. Il détestait le paysage autour de lui, un paysan ne pouvait pas aimer la terre brûlée, couverte de cendres sales et de bêtes appliquées à pourrir, tout ce gâchis qui ne servirait même pas à engraisser les champs pour une récolte prochaine. Quand elle s'y remettrait, la terre, Dominique n'en savait rien, les bombes se contentaient plus d'exterminer les gens, elles tuaient l'avenir aussi, et il ne fallait rien espérer avant … Dominique n'osait pas compter le nombre d'années qu'il fallait mettre dans cet avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
GribouilleChatGribouilleChat   05 octobre 2010
Nettoyer les champs, leur rendre vie, nettoyer le village, le vider de ses morts. Nettoyer son esprit, pour ne plus être obligé de travailler sans relâche par peur d'être envahi par des souvenirs qui l'effrayaient encore. Il allait devoir faire ça tout seul; alors il l'aimait bien Bizot, mais il pouvait se garder ses commentaires. Quand il se surprenait à parler ainsi à son caporal, Dominique s'interrompait brusquement et s'injuriait. Il avait autre chose à faire que parler aux morts, surtout ceux qui n'étaient pas du pays, désolé Bizot, mais j'ai vraiment pas le temps; et zut, voilà qu'il lui parlait encore. (p.99-100)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NanneNanne   18 septembre 2010
Le paysan avait souffert de découvrir la nature calcinée, son jardin réduit en poussières toxiques ; mais cette peine, plus vive que celle éprouvé à la mort de Bizot, c'était déjà un retour à la vie, un adieu définitif à la guerre. Il était allé saluer Bizot et lui confirmer qu'il avait eu raison pour LA bombe, mais tort pour le reste, et que lui, Dominique Hardenne, s'en retournait chez lui pour vivre enfin, coûte que coûte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GribouilleChatGribouilleChat   05 octobre 2010
Quelque chose l'attendait ici, et c'était ça plus que le lit vide de ses parents qui l'avait tenu éloigné de cette pièce depuis son retour; aligné sur la commode, le musée de sa mère, comme ils disaient en riant gentiment d'elle, toutes les photos de la famille, tous les âges, du mariage jusqu'au flash géant de la bombe. (p.129)

Commenter  J’apprécie          20
Videos de Vincent Engel (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Engel
Vincent Engel présente son nouveau roman, le Miroir des illusions.
De Venise à San Francisco, en passant par Berlin et New York, voici les destinées romanesques de personnages guidés par l?obsession de la vengeance, au prix du bonheur, de la paix et peut-être de leur vie.
autres livres classés : guerre nucléaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre