AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226241434
Éditeur : Albin Michel (02/05/2012)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 64 notes)
Résumé :
"Si tu ne t'enfuis pas à tout jamais de cette ville, ton sang se répandra bientôt sur le sable. Tu as vécu un seul amour, un bel amour, et tu n'en connaîtras jamais d'autre."

Le nouveau roman de l'auteur de Neige possède la beauté rouge et or des tragédies antiques.
A aigues-Mortes, où l'on vit du sel, de la vigne ou des arènes, le ténébreux Valentin Sol, face au taureau, est le meilleur des "raseteurs". Depuis toujours, il aime la fille du b... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
artemisia02
  22 janvier 2018
Roman court, chronique d'un amour impossible, contrarié et tragique entre deux jeunes gens qui s'aiment d'un amour passionnel.
Le tout sur fond d'un petit village de Camargue, de taureaux, de sel et de traditions.
La plume de Maxence Fermine toujours emplie de poésie et agréable à lire.
On se laisse porter par le destin de ces deux jeunes gens digne d'une tragédie grecque, tragédie annoncée dès le début du roman.
Il plane tout au long du livre un sentiment de fatalité qui se confirme hélas jusqu'au bout du roman.
Commenter  J’apprécie          270
missmolko1
  17 janvier 2015
Maxence Fermine est l'un de mes auteurs favoris et cette critique va être écrite sans aucune objectivité. Voila, maintenant que vous êtes prévenu, je peux vous dire que j'ai adoré ce livre. Il est très court mais très intense, plein de mélancolie.
C'est aussi un véritable voyage en Camargue que nous offre l'auteur, et l'on part bien volontiers avec lui pour découvrir cette région que je ne connais pas. On vit au rythme de la chaleur, de pâtisseries parfumé au agrumes, on se retrouve au milieu des chevaux et des taureaux, et l'on sent le sel des marais salants. Toutes les descriptions sont toujours magnifiques et Noces de sel ne fait pas l'exception.
L'intrigue est très belle, Valentin et Isoline s'aiment mais le père de cette dernière refusent leur union. Isoline en épouse donc un autre mais Valentin est inconsolable.
C'est avec un gros pincement au coeur que je referme ce livre bien trop court, j'aurai aimé qu'il ne se termine pas si vite tant le livre m'a plu. C'est une histoire magnifique que je vous conseille vraiment.

Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
c.brijs
  07 mai 2012
L'histoire:

Valentin Sol est l'un des plus célèbres raseteurs de Camargue. le matin de la fête votive d'Aigues-Mortes, un cauchemar le réveille: il se voit enterré debout face à la mer. Selon la tradition, ce sort est réservé aux plus valeureux taureaux. Bon ou mauvais présage à quelques heures d'entrer dans l'arène? Ce mauvais rêve est d'autant plus troublant que la veille, celle qu'il aime en a épousé un autre... Certains poisons d'amour sont-ils mortels?

Mon avis:

J'ai retrouvé avec grand plaisir Maxence Fermine, cet auteur à la plume qui rend si bien hommage à nos cinq sens.

Tout d'abord, ce titre a fonctionné comme une "petite madeleine de Proust". En me plongeant dans cette histoire, j'ai retrouvé les couleurs et les saveurs de la cité médiévale d' Aigues-Mortes, découverte adolescente.
"Un oasis en plein désert au milieu d'un océan de taureaux noirs, de chevaux blancs et de flamants roses."


Ensuite, ce titre était instructif. L'auteur apporte quelques précisions historiques et culturelles sur l'origine du nom Aigues-Mortes, sur le sel - l'or blanc- qui fait sa richesse, sur les fêtes votives qui y sont organisées en octobre et les jeux de l'arêne ...
"(...) le raset est l'art de savoir frôler l'animal dans l'arêne. Pas de combat comme dans la corrida, mais un jeu où le taureau n'est jamais mis à mort, et où le bon raseteur, agile comme un danseur, doit avoir le sens du spectacle."
Enfin, en grande sentimentale que je suis, je n'ai pu résister à cette version moderne de "Roméo et Juliette". Car il s'agit bien ici d'une tragédie... camarguaise, l'histoire d'un amour contrarié entre Valentin Sol, héros de la ville une fois par an et apprenti saunier le reste du temps et Isoline Fontanès, la cadette du boulanger de la cité. Pour une raison mystérieuse, le père Fontanès a tout fait pour séparer les amoureux et pousser sa fille dans les bras d'un autre. Cette tragédie se cristallise autour du silence qui entoure les secrets de famille.
"Le secret est une fleur vénéneuse, un poison qui ronge et qui détruit à petit feu."
Narrativement, cette chronique d'un drame annoncé ne se déroule pas de manière linéraire. On a droit à des retours en arrière et des bonds dans le temps... Ce découpage narratif nous permet de reconstituer peu à peu le puzzle de ce drame jusqu'à la découverte de l'ultime pièce, la clé de voute de cette passion contrariée.
Nous sommes donc confrontés à un dilemme: d'un côté, l'envie de tourner les pages afin de comprendre le fin mot de l'histoire et, de l'autre, vu la brièveté du texte (120 pages), celle de retarder encore et encore le moment de lire la dernière ligne... et de fermer définitivement ce livre aux couleurs du Sud.
Mais qu'à cela ne tienne, lorsque, cet été, je me promènerai sur les murailles de la ville, j'aurai une pensée émue pour Valentin et Isoline et leurs Noces de sel.

Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Actulitteraire
  07 juin 2012

Sous un fond d'arène, d'amour impossible et d'une écriture mal construite, Maxence Fermine livre 120 pages d'un roman aux accents d'inachevé. Dans la lignée de Billard blues ou d'Opium, Noces de sel pourrait faire ressentir au lecteur cette langueur, cet ennui, qui nous fait tourner les pages sans grand intérêt.

Le titre – Noces de sel – est continuellement évoqué, détourné, voire rabâché au lecteur au fil des pages, sous forme d'expression, d'évocation plus ou moins subtile, etc. Tout cela est, de fait, lié à cette écriture. le style de Maxence FERMINE est, dans ce roman, très difficile à appréhender, de par – de façon très contradictoire – sa simplicité amateur. L'écrivain n'en n'est pas à son premier roman, mais il réside pourtant cette pensée que l'écrivain est un néophyte dans son domaine. Comme s'il fallait combler le manque d'inspiration par des suites de mots. En témoigne cette liste des différents symboles du mariage au fil des années (15 ans, noces de cristal ; 16 ans, noces de saphir, etc.) qui se termine sobrement par l'évocation des noces de sel : un instant ou l'éternité. L'esprit débutant réside également dans l'utilisation de métaphores parfois peu compréhensibles, d'autres fois assez éculées, qui rendent le récit moins plaisant. de plus, le texte est parsemé de digressions, où le lecteur pourrait se demander in petto : quel en est l'intérêt. Au fil des pages, Maxence FERMINE adopte un ton didactique, à la manière des livres documentaires, pour nous décrire des événements, lieux, etc. Là encore, la question de l'intérêt fait surface.

Le thème fut, quand à lui, traité à de nombreuses reprises en littérature. L'amour impossible en raison d'un mariage arrangé laissait, en effet, peu de place à l'originalité. de plus, le lecteur ne s'identifie pas totalement aux personnages, malgré la volonté de FERMINE de leur donner une consistance psychologique. Il s'essaie d'ailleurs à un certain exotisme dans le prénom de certains : Isoline, Assunta, Maya, … Toutefois, cela ne serait pas suffisant pour faire entrer la plupart des lecteurs dans cet univers.

C'est une fiction pour le moins classique que nous livre ici Maxence FERMINE. Histoire sans réelle possibilité novatrice, écriture enfermée dans un carcan, lieux communs stylistiques, les conditions pour faire un roman engageant n'étaient pas réunies, et c'est avec une certaine lassitude que le lecteur pourrait refermer ce récit.
Lien : http://actulitteraire.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ktylauney
  16 février 2018
Isoline, la dernière des filles célibataire du boulanger est amoureuse depuis son enfance de Valentin, un beau brun aux traits taillés à la serpe, apprenti saunier.
Mais un beau jour, pour des raisons connues de lui seul, le père d'Isoline lui interdit de revoir son amoureux et lui arrange un mariage avec un autre homme.
Valentin est dévasté. Isoline était le seul amour de sa vie.
Ce sont les fêtes votives à Aigues-Mortes, village médiéval de Camargue. Valentin est raseteur, ce qui consiste à tenter d'attraper un ruban fixé sur la tête d'un taureau. Il défie les animaux lâchés dans l'arène, il n'y a pas de mise à mort... Cependant un drame va se jouer sous le soleil camarguais.
Le récit est enjolivé de très belles descriptions de la région d'Aigues-Mortes.
" du plus loin qu'on pouvait l'apercevoir, elle offrait la vision étrange d'un mirage de pierres perdu dans une mer de sable. Alentour, ce n'étaient que marécages, pinèdes, étangs, roseaux et terres de sel où vivaient en toute liberté lièvres, lapins, perdrix rouges, bécasses, ortolans, cailles et tourterelles. Ainsi se dessinait sur la toile de l'horizon le phare de la tour de Constance, ses hautes et épaisses murailles et ses dix portes. Une oasis en plein désert au milieu d'un océan de taureaux noirs, de chevaux blancs et de flamants roses. "
(extrait du roman)
Un amour contrarié, des secrets de famille, une tragédie... Bon nombre d'auteurs se sont essayés sur ce sujet avec plus ou moins de succès.
Et là la magie ne fonctionne pas du tout. Les descriptions de Maxence Fermine, aussi splendides qu'elles soient, ne suffisent pas à sauver le plus important, l'histoire qui manque cruellement d'émotion.
Personnellement une histoire d'amour belle et tragique retourne les tripes, fait s'attacher les lecteurs aux personnages et finit quelquefois par arracher des larmes.
Enormément de faiblesses dans ce roman très court, trop narratif, au dénouement prévisible.
Pourtant il y aurait eu matière à concocter un récit passionnant si les personnages avaient été touchants. L'intrigue n'était pas originale mais le décor était planté, magnifique, enchanteur, au pays des gardians.
Dommage, l'auteur malgré une belle écriture n'a pas su faire passer l'émotion et a juste fait de ces Noces de sel un mariage raté.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   07 décembre 2012
Dans sa main tremblante, elle tenait une feuille de papier. Ce poème d'amour, elle l'avait lu des milliers de fois. Des lignes écrites par un homme dont le coeur n'avait battu que pour elle.

Noces de sel

Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon coeur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y as laissé

La beauté de ton visage s'en est allée
Dans le vent mauvais du désamour
Même si je vois encore l'ombre étoilée
De ton corps nu dans le vestige du jour

Mon pauvre coeur se meurt, rongé de sel
D'avoir trop longtemps cru qu'on l'aimait
Et peu à peu s'émiette et chancelle
D'avoir espéré ce coeur qui le fuyait

Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon coeur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y as laissés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
c.brijsc.brijs   07 mai 2012
Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon coeur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y as laissés

La beauté de ton visage s'en est allée
Dans le vent mauvais du désamour
Même si je vois encore l'ombre étoilée
De ton corps nu dans le vestige du jour

Mon pauvre coeur se meurt, rongé de sel
D'avoir trop longtemps cru qu'on l'aimait
Et peu à peu s'émiette et chancelle
D'avoir espéré qui le fuyait

Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon coeur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y as laissés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sophroniesophronie   09 janvier 2016
Je t'ai aimé le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon cœur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y laissés

La beauté de ton visage s'en est allée
Dans le vent mauvais du désamour
Même si je vois encore l'ombre étoilée
De ton corps nu dans le vestige du jour

Mon pauvre cœur se meurt, rongé par el sel
D'avoir trop longtemps cru qu'on l'aimait
Et peu à peu s'émiette et chancelle
D'avoir espéré ce cœur qui le fuyait

Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon cœur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y a laissés/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maeve81maeve81   19 juillet 2015
"Résigné, comme si Dieu seul guidait maintenant ses pas et lui montrait son chemin de Croix, il avait gagné le plan des théâtres".

« Je t'ai aimée le temps de noces de sel
Un instant fugace ou une éternité
Au sablier de mon coeur s'amoncellent
Les grains de tristesse que tu y as laissés. »
Commenter  J’apprécie          30
ktylauneyktylauney   16 février 2018
Entre deux coups de vent, il aperçut la silhouette d’Isoline assise dans les gradins. Elle était immobile, tout comme lui. Deux statues de sel rongées par l’écume des regrets.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Maxence Fermine (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxence Fermine
collectif les Audacieux
"neige" de Maxence Fermine en ombres chinoises
autres livres classés : camargueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La petite marchande de rêves

Qui est l'acteur principal(e)

LILI
MERCATOR
MALO
ARTHUR

7 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : La petite marchande de rêves de Maxence FermineCréer un quiz sur ce livre
. .