AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
James Bond 007 tome 1 sur 14

Pierre Pevel (Traducteur)
EAN : 9782352940111
239 pages
Bragelonne (16/11/2006)
3.56/5   135 notes
Résumé :
James Bond est de retour. Comme vous ne l’avez jamais vu.

Tout commence par une étourdissante partie de baccara. Le Chiffre, mystérieux et puissant agent au service des Russes, joue au casino de Royale-les-eaux pour financer ses sinistres projets. Mais un adversaire aux nerfs d’acier vient s’asseoir en face de lui. Son nom est Bond. James Bond.

Mais cette partie endiablée n’est que la première épreuve. L’agent s... >Voir plus
Que lire après James Bond 007, tome 1 : Casino RoyaleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 135 notes
- Attention, quelques spoilers et je râle aussi -

De mes lectures de Bond quand j'étais ado, je ne gardais aucun souvenir et j'ai décidé de les relire. Je suis content de ma décision.

L'espion britannique le plus connu au monde est déjà dans ce roman un agent qui a un vécu et a été actif durant la 2° grande guerre, affrontant Nazis et Japonais. Crédité du matricule 007 pour avoir abattu des ennemis de sang-froid, il participe désormais à la Guerre Froide, luttant contre les machinations soviétiques.
Dans ce roman, il doit affaiblir le camp ennemi en sortant de l'échiquier un pion influent implanté en France : le Chiffre.

S'ensuit un récit d'espionnage crédible et dont plusieurs scènes ont été inspirées à Fleming par des évènements réels. Nous sommes loin des films.
L'auteur consacre plusieurs paragraphes à essayer d'expliquer les règles d'un jeu de casino. Indifférent aux jeux d'argent, ça m'est passé au-dessus de la tête, mais cela ne m'a pas dérangé non plus.
Les personnages, Bond en tête, sont réussis. Vesper et Mathis sont excellents. Vesper est un personnage que l'on oublie pas.

La fin du roman m'a épaté. La dernière lettre est sacrément bien tournée. Ian Fleming avait du talent. Relisez les premières pages après avoir fini, vous devriez apprécier un certain "écho".

J'en recommande chaudement la lecture.

(ci-dessous je râle sur la censure impactant les futures éditions de Bond)
Je venais à peine de terminer ma lecture qu'un ami fan de Bond m'envoyait un article sur la censure en cours de tous les romans de Bond pour les éditions à venir.
Ce n'est pas un mot que l'on change par-ci, par-là, ce sont des phrases entières qui sont supprimées.
Après avoir triomphé de SMERSH sur le papier, Bond se voit souillé par les commissaires politiques de notre temps, ces sans-talent que des mots et L Histoire offensent. de quel droit viennent-ils altérer la création d'un autre ? de quel droit ces gens qui ne sont même pas des créateurs viennent transformer l'oeuvre d'un créateur ?
Peut-être vous en moquez-vous car "ce n'est que James Bond" et "ce ne sont jamais que quelques mots", mais cela débute toujours ainsi, un auteur après l'autre, une altération après l'autre, toujours au nom du "bien".

(ci-dessous, je râle sur les films, ce n'est pas une lecture indispensable ^^)
Craig n'est pas Bond dans ces espèces de copies de Jason Bourne et le fait que l'acteur méprise ouvertement Bond n'aide pas. Chapeau bas aux producteurs des récents films pour avoir dégradé puis tué Bond dans une magnifique et honnête démonstration de leur stupidité ainsi que leur manque de talent.
Craig aura eu un impact sur ceux qui détestaient Lazenby et Moore en les faisant réévaluer leurs sentiments.
Je suppose que le pire reste cependant à venir avec la prochaine itération de Bond quelle qu'elle soit.
Commenter  J’apprécie          60
L'été, les polars c'est bien. Mais voilà, ça fait bien longtemps que je n'en ai pas lu et je suis un peu perdue dans le paysage actuel. Ou bien, tout simplement, j'en ai trop lu et l'envie m'a en quelque sorte quittée.
Pourtant, au détour d'une conversation avec un ami anglais, particulièrement animée sur Idris Elba en prochain James Bond dans la logique du parfait Englishman et de classe naturelle (Damian Lewis ? Bah ! Peut-être avant qu'il ait fait Homeland, mais là, ça ne va juste pas être possible.), le voilà qui me conseille, sous le regard consterné d'amies lectrices mais certainement pas de polars et encore moins d'histoires d'espions, la source des films. Soit disant que je risquais d'être plutôt surprise…
Et bien oui. Casino Royale, premier tome de la série d'Ian Fleming, m'a particulièrement surprise : court, efficace, dynamique, étonnamment bien écrit et avec si peu d'échos de la longue série de films de Sean Connery à Pierce Brosnan.
The James Bond est bien loin de tout ça. Un homme rude, brutal, froid, taciturne, cynique et sans pitié à peine camouflé par une enveloppe raffinée illustrée par son exigence gastronomique, son cocktail « maison » sans nom (tout du moins au début), sa voiture, ses cigarettes sur mesure… Même s'il n'est pas utile de comparer littérature et cinéma, il est bien difficile de ne pas visualiser Daniel Craig et sa bonne tronche de brute, malgré les variantes physiques et dans l'intrigue.
Je craignais un texte qui aurait mal vieilli, mais que nenni ! Des chapitres courts et se terminant d'un bon hameçon vers le chapitre suivant. Sans fioritures, clair et sans explications inutiles, on découvre un agent secret qui fait son boulot sans trop de sentiments (voire aucun la grande majorité du temps) mais se pose tout de même des questions. La fin de ce tome présente un petit rebondissement cynique où l'on peu penser une seconde et de manière complètement incrédule que Bond va lâcher l'histoire, au prises avec une crise de conscience… cet instant laisse entrevoir des aspects inattendus, notamment, malgré le camp ennemi évident pour l'époque (les soviétiques et les super-méchants encore mystérieux du SMERSH (SPECTRE en français, il me semble?)), Bond se place avec logique et froideur du point de vue de l'autre : qui est le méchant, qui est le gentil ? Tout est une question de point de vue… Intéressant, ma foi.
Le tome suivant est Live and Let Die, dont on se souvient de l'adaptation avec un Roger Moore bien loin du Bond précédent, un petit côté limite-limite, et surtout la bande originale, un morceau éponyme bien kitsch de Paul McCartney and Wings…
Suite à cette entrée par la case Casino Royale, je sais déjà que le tome suivant va être une bonne surprise et sera sans doute une redécouverte d'un histoire vaguement connue et oubliée aussitôt, mais cette fois-ci par une porte vers une réalité alternative plus directe, moins ridicule et surtout plus brutale : un vrai petit polar d'espionnage.
Commenter  J’apprécie          40
Sous ses apparences d'espion macho et vaguement séducteur, le James Bond de cinéma cache trop souvent la réalité du James Bond de sir Ian Fleming. Brutal et cynique, il a un boulot à faire, et rien ne saurait l'arrêter. Et si ses sentiments deviennent un frein, le destin se charge de dégager tout ça du passage...
Un bouquin plutôt tendu, qui claque comme un coup de fouet, et qui reste d'une belle efficacité, près de 50 ans après son écriture.
Alors certes, le contexte est daté, certes, le personnage a été édulcoré par les années, mais ce premier roman reste un classique, à déguster avec un bon verre auprès de la cheminée...
À noter l'excellente nouvelle traduction, estampillée Pierre Pevel, qui redonne un joli teint à ce texte parfois poussiéreux.
Commenter  J’apprécie          100
Initié petit à cette saga, je ne m'en lasse jamais. J'ai vu et revu la totalité des films et bien sûr je suis au rendez-vous à chaque nouvelle production. Une ombre subsistait : je n'avais jamais mis mon nez dans les romans ! Armé de ma liseuse et de la traduction récente de Pierre Pevel, j'ai tenté l'aventure.

Dans l'ensemble, ce tout premier roman (1953) réserve son lot de surprise. Tout d'abord, il est très rapide à lire. Les chapitres (27) sont courts, le style ne pose pas de difficulté ce qui favorise une lecture rapide. de plus, Ian Fleming vise directement l'essentiel, il ne s'embarrasse pas de longues descriptions que ce soit dans le cadre de l'action ou de l'environnement.

Ensuite, c'est grâce à cette lecture que j'ai enfin compris le titre "Casino Royale". L'action se passe dans un casino (évidemment !) mais à Royale-les-Eaux ! le titre est donc une contraction de "Casino de Royale-les-Eaux".

Enfin, on retrouve bon nombre de scènes et même l'intrigue principale du film "Casino Royale". Comme j'avais régulièrement lu que les films piochaient pas mal dans les romans tout en s'éloignant, je ne sais pas trop à quoi m'attendre dans les romans. Dans ce premier tome, la confrontation entre le Chiffre et James Bond apparaît quasiment dans son intégralité et ce jusqu'à la scène de torture. La liaison avec Vesper également. le reste offre pas mal de changement et ce n'est pas plus mal, je n'avais pas l'envie de lire le film.

Lecture agréable pour passer un bon moment d'espionnage dans les transports. le récit est désormais très daté mais cela lui confère un certain charme suranné. C'est une autre époque, proche des premiers films, qui incite plus à visualiser Sean Connery dans le rôle que Daniel Craig.
Commenter  J’apprécie          52
Dans ce premier volet de la saga James Bond, le lecteur fait connaissance avec le moins secret des agents secrets, lequel est envoyé dans une petite ville française pour affronter le Chiffre. Celui-ci a perdu d'importantes sommes d'argent et compte sur le casino de Royale-les-Eaux pour se refaire une santé aux tables de baccara. Comme le Chiffre est lié à l'Union soviétique et alimente les caisses du parti communiste français, Bond est chargé de le plumer au jeu ce qui mettrait une bonne petite claque aux cocos.
Nous sommes ici au début des années '50, en pleine guerre froide qui n'attend qu'une occasion pour se réchauffer. le contexte est donc très différent de celui de la récente version cinématographique avec Daniel Craig (laquelle reprend cependant une partie des péripéties du roman et se montre plus fidèles que bien d'autres long-métrages « Bond »), plus proche des origines de la saga cinéma, nous sommes dans une époque similaire à celle de « Bons baisers de Russie ».
L'intrigue, simple, se limite pratiquement à cette confrontation entre deux adversaires aux nerfs d'acier, le Chiffre, menacé de mort par l'organisation SMERSH (« Mort aux espions », qui deviendra dans les films le SPECTRE), et James Bond. L'occasion de mieux connaitre l'agent secret, bon vivant amateur de vin, de cocktails (dont le fameux et délicieux Vesper), de nourriture de luxe (caviar), de cigarette (avec un tabac composé spécialement pour lui), d'hôtel de grande classe et, bien sûr, de femmes fatales. Car Bond va rencontrer Vesper et nouer une rapide et brulante passion qui, forcément, finira mal. Bien qu'il semble jeune, Bond parait déjà revenu de tout dans ce premier roman, ce qui explique son cynisme et son côté presque « usé » par les manipulations politiques et les intrigues du monde moderne. Il parait bien seul dans ce monde en dépit de l'aide reçue par René Mathis, l'espion français, et surtout par son copain Felix Leiter de la CIA que l'on retrouvera dans plusieurs romans ultérieurs.
Roman relativement court (230 pages) divisé en nombreux courts chapitres, CASINO ROYALE bénéficie d'un style bien rêche, d'une efficacité exemplaire (que l'on pourrait rapprocher de celui de Mickey Spillane) et d'un tempo nerveux. Une bonne entrée en matière dans l'univers bondien.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
- Et maintenant, avez-vous choisi quoi prendre pour diner ? Ne regardez pas à la dépense, ajouta-t-il en voyant qu'elle hésitait. Il faut commander quelque chose qui fasse honneur à votre toilette.
- J'hésite entre deux plats, répondit-elle en riant. Les deux semblent délicieux, mais jouer les millionnaires de temps en temps est un régal et puisque vous me dîtes que... Bien, je prendrai du caviar pour commencer. Puis ce sera un rognon de veau grillé avec des pommes sautées. Ensuite, des fraises des bois avec beaucoup de crème. Vous voyez, je peux dépenser des sommes folles sans sourciller. Dois-je en rougir ? demanda-t-elle avec un sourire.
- C'est une vertu. Et d'ailleurs, il ne s'agit-là que d'un repas tout ce qu'il y a e plus simple et de plus sain. (Il s'adressa au maître d'hôtel.) Avec beaucoup de toast. La difficulté, expliqua-t-il à Vesper, n'est pas d'obtenir beaucoup de caviar, mais suffisamment de toasts.
Commenter  J’apprécie          50
A peine trois mois plus tard, le 13 avril, passa en France la loi n° 46685 intitulée : Loi tendant à la fermeture des maisons de tolérances et au renforcement de la lutte contre le proxénétisme.
(Arrivé à cette phrase, M grogna et pressa le bouton de l'interphone.)
- Chef de S?
- Monsieur.
- Que diable signifie "proxénétisme" ?
Le chef de la Section S traduisit et M reprit :
- Nous ne sommes pas à l'école Berlitz. Si vous désirez faire étalage de votre connaissance en mots étrangers barbares, soyez assez aimable pour joindre un lexique. Ou plutôt, écrivez en anglais à l'avenir.
- Désolé, Monsieur.
Commenter  J’apprécie          60
A ses yeux, les femmes servaient à passer du bon temps. Mais au boulot, elles se mettaient dans vos jambes et compliquaient tout. Le sexe finissait toujours par poser problème. Et il fallait compter avec leur susceptibilité et le bagage émotionnel qu'elles se trimballaient. On était condamner à les surveiller sans cesse et à prendre soin d'elle.
Commenter  J’apprécie          50
- Les gens sont comme des îles. Ils ne se touchent jamais vraiment. Aussi proches qu'ils soient, quelque chose les sépare. Même après quinze ans de mariage.
Commenter  J’apprécie          70
Il arrivait précisément ce qu’il avait craint. Ces femmes idiotes qui croient pouvoir faire un travail d’homme ! Pourquoi diable ne restent-elles pas chez elles avec leurs casseroles, leurs robes et leurs commérages, et ne laissent-elles pas aux hommes les travaux d’hommes ? Et il fallait que cela lui arrivât au moment où le boulot se terminait si brillamment ! C’était bon pour Vesper, de tomber dans un vieux traquenard de ce genre ; se faire coincer de cette façon, pour être offerte ensuite en échange d’une rançon, comme une de ces sacrées héroïnes pour bandes dessinées. Quelle garce imbécile !
Commenter  J’apprécie          12

Videos de Ian Fleming (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ian Fleming
Roald Dahl, Ian Fleming, plusieurs ouvrages de littérature jeunesse et romans populaires ont été modifiés par leurs éditeurs à cause de contenus jugés offensants. Mais si ces réécritures suscitent beaucoup d'indignation, elles ne datent pas d'aujourd'hui.
#censure #litterature #cultureprime _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : casinoVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (338) Voir plus



Quiz Voir plus

Casino Royale

"Casino Royale" est le premier roman d'Ian Fleming concernant James Bond. Durant quelle décennie a-t-il envahi les librairies (pour sa parution originale) ?

40's
50's
60's
70's

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : James Bond 007, tome 1 : Casino Royale de Ian FlemingCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..