AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070387496
Éditeur : Gallimard (15/09/1993)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Une petit fille, Lucie Daubigné, vit une enfance paisible et heureuse dans un village du Berry, au cœur des landes et des marais peuplés d'oiseaux, d'insectes, de crapauds et de fées invisibles. Les voix des bêtes, du vent et des légendes restées vivantes tissent le chant de la terre. Un chant plein de douceur. Mais le calme bonheur du lieu et de l'enfance est soudain brisé. Un ogre rôde dans le pays, avide de corps de petites filles. La douleur et le deuil se lèven... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Harioutz
  31 décembre 2018
Après avoir lu quelques critiques, avant de rédiger la mienne, je me sens un peu ... gênée d'apporter une voix dissonante au concert de louanges.
J'ai tenu à lire l'intégralité de L'enfant méduse car il est étudié en classe, par un lycéen de ma famille, et qu'il m'en a parlé, sollicitant mon avis. Si tel n'avait pas été le cas, j'aurais abandonné ma lecture en cours de route, tant le style de Sylvie Germain m'a pesé.
Je profite de cette critique pour souhaiter un très bon réveillon à tous mes amis Babeliotes (oups, comment cela s'écrit-il donc ??), et que 2019 vous soit douce !
Commenter  J’apprécie          4515
colimasson
  26 février 2015
Sylvie Germain et moi aurions dû nous entendre. La trame de ses histoires m'interpelle toujours. le problème ne se situe donc pas dans le fond mais dans la forme. L'écriture de Sylvie Germain évolue au gré d'un rythme qui n'est pas le mien : lorsque je me serais élancée, elle se réduit dans une écriture saccadée, alors qu'elle s'étale au contraire dans les descriptions ou les énumérations de détails parasites lorsque l'instant se présente à moi de manière plus ponctuelle et anecdotique.

Autre chose : Sylvie Germain traite les sentiments d'une manière qui me dérange. Si le talent d'un écrivain se mesure en rapport avec l'extrémité des hérissements –de plaisir, de dégoût ou de colère- qu'il suscite chez son lecteur, alors Sylvie Germain est talentueuse. Dans L'enfant méduse, Sylvie Germain ressasse la misère et ne la dépasse jamais, moins par faiblesse que par fascination morbide. Elle n'est sans doute pas d'accord avec Saint Augustin (« On peut comprendre une douleur mais on ne doit en aimer aucune »). J'accorde qu'on ne pourrait pas traiter la thématique de son livre avec légèreté sans risque de passer soi-même pour quelqu'un de sordide. Mais le problème, c'est qu'il n'y a que cela : la misère, la crasse, sans espoir, comme si la situation ne pouvait jamais n'être qu'inexorable. Michel Houellebecq ne fait pas mieux dans ses Particules élémentaires mais là encore, ce n'est pas comparable car Houellebecq fait preuve d'un cynisme et d'un humour noir qui soulagent alors que Sylvie Germain ne sourit pas une fois et ne semble même pas le vouloir.
C'est normal ? C'est la définition même de la vie ? le renier serait faire preuve de naïveté ? Pas forcément : c'est le point de vue de Sylvie Germain sur la vie, et il me semble réducteur et finalement agaçant. Est-ce une manière d'attirer caresses et réconforts ? Prenons un exemple :

« Aloïse fut opérée. On l'amputa d'un sein. le cancer récidiva. On pratiqua l'ablation du second sein. Cette mutilation réitérée du corps de sa mère se répercuta en Lucie ; celle-ci fut, à mesure du déclin d'Aloïse, amputée de tous ses ressentiments restés coriaces à l'égard de sa mère. La pitié creusait, creusait toujours plus profond en Lucie […]. »

Je ne peux plus lire des textes comme ceux-ci où le pathétique renvoie l'être humain à ce qu'il a de plus désespéré en lui. Pas que je ne le supporte pas, mais je ne le comprends pas. C'est comme ces gâteaux de semoule au lait mous, gluant et flageolants, qui semblent n'attendre qu'une chose : qu'on abatte le poing sur eux pour mettre fin à leur agonie (cette image renverra en revanche à un très bon passage de L'enfant méduse car il y a aussi des morceaux fantasques qui ne prennent pas le pose dans ce livre).

Enfin, je veux signaler que mon avis sur ce livre n'engage évidement que moi : Sylvie Germain est une auteure à l'écriture très poétique, imagée et originale. Je regrette de ne pas réussir à communiquer avec elle mais pour ceux que son écriture ne rebute pas, elle est sans doute une auteure de grand talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
SophiePatchouli
  29 novembre 2016

Un enchantement !
Enfance, Lumière, Vigiles, Appels et Patiences, cinq tableaux que la légende habille tour à tour en enluminure, sanguine, sépia, fusain et fresque.
Évoquer le style de Sylvie Germain c'est parler de poésie, de descriptions sensationnelles, de la Nature et de ses secrets, des marécage si vides et pleins à la fois...
La puissance de ce roman-fable réside dans cette souveraine beauté qui lace une violence inouïe à la candeur enfantine, qui noue la liberté à l'aliénation. L'entame de l'ouvrage est incroyablement bucolique, si bien que la botanique et le chant des marais n'a plus de secret pour Lucie, la jeune héroïne si pétillante, si joyeuse, la suite si elle reste imprégnée des rumeurs naturelles s'obscurcit si bien qu'on a l'impression de passer de la fantaisie au gothique, de la fée à la sorcière, de la lumière à l'ombre...
Il ne s'agit pourtant pas ici que d'une histoire qui tourne mal mais bien d'une encre qui coule d'une plume pour fuir les brumes de la mémoire, de la lente métamorphose d'un être...
D'une beauté infinie, l'écriture emporte le lecteur dans une palette bigarrée d'émotions
J'n'en dirai pas davantage, j'ai démarré ce livre sans en lire la quatrième de couverture, si bien qu'aucune influence de sujet ne m'a empêchée de jouir pleinement de cette savoureuse experience. Pour moi L'enfant méduse est un grand livre qui mérite de devenir un classique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
thedoc
  21 avril 2015
Entre roman, conte et mythe, voici l'histoire de Lucie Daubigné, « l'enfant-méduse ». Petite-fille heureuse et enjouée, Lucie vit dans le Berry, au milieu des marais où la nature est propice à se créer un monde enchanté. Les astres, les oiseaux et les insectes sont son décor favori. Avec son ami Louis-Félix, petit « prince des étoiles », Lucie pétille d'insouciance, celle liée à l'enfance et à la confiance. Mais un jour, la noirceur envahit son monde jusque-là lumineux. Sous les traits de son frère Ferdinand, le « roi soleil » tellement chéri par sa mère Aloïse, l'ogre la prend et la dévore. Il ne la tue pas comme d'autres petites-filles, mais chaque jour pendant trois ans, il revient abuser d'elle. Lucie se tait, n'osant dévoiler son terrible secret. Son cri muet, personne ne l'entend, surtout pas sa mère. Comment d'ailleurs parler de ce crime infâme à une mère qui voit en son fils une copie de son premier mari, mort en héros à la guerre, idôlatré et aimé par-delà la mort ? Alors Lucie élude les questions, se met en retrait des autres, de ses amis, de la vie… Se perdre et se confondre parmi les insectes des marais, prendre leur pose et capter ce regard hypnotique. Se rendre hideuse en coupant ses cheveux, s'affamer pour perdre ses rondeurs d'enfant. de jolie princesse, la petite-fille veut se transformer en crapaud repoussant. A force, l'ogre ne voudra plus d'elle… En vain. Plongée dans les abîmes, Lucie perd toute insouciance et se forme au mal. Après la douleur, vient la haine et la vengeance. Lucie pourra-t-elle se sauver de l'ogre ? Et surtout, pourra-t-elle se sauver d'elle-même ?

Dans une écriture magnifique et poétique, entre conte et réalité, Sylvie Germain nous raconte une histoire, la plus terrible qui soit, l'inceste. A travers une prose magistrale, l'auteur brode un récit inspiré à la fois des contes traditionnels (thème de l'ogre), de la mythologie (le mythe de la Méduse), de l'Ancien Testament (thème de la vengeance) et du Nouveau Testament (thème de la rédemption et du pardon). Chaque chapitre appelé " Légende" est entrecoupé de poèmes en prose. Mais toute cette beauté stylistique est avant tout au service de l'histoire de Lucie, bien « réelle », qui plonge le lecteur dans des méandres de noirceur tout au long du récit.
Nous suivons la petite-fille, personnage central, de l'enfance à l'âge adulte. D'une enfance dorée à l'horreur du tabou, Lucie se transforme. Si l'acte de l'inceste est bien sûr évoqué, on suit essentiellement la transformation psychologique de la petite-fille. Lorsque le chagrin fait place à la haine puis à la vengeance, Lucie a déjà perdu son âme d'enfant. Même la mort de son bourreau ne la soulagera pas et seule la capacité de pleurer lui est restituée. Son secret, ô combien elle n'aurait pas voulu le porter ! Mais il est là, et il la ronge. Si l'ogre est mort, il reste encore les traces de ses mains, de ses baisers volés qui la marqueront au fer rouge pour le reste de ses jours.
Il faudra beaucoup de temps, beaucoup d'errances avant que Lucie puisse revenir vers cette mère qui n'a voulu rien voir. Mais, tel un poison qui coule dans ses veines, son corps d'enfant meurtri reste à jamais lié à sa vie de femme, indéniablement.

J'ai découvert Sylvie Germain avec ce roman envoûtant. Dans la beauté des mots, l'auteur dévoile la noirceur des âmes. Entre onirisme et réalité, l'écriture est splendide. Pourtant, aborder un tel sujet n'est pas simple. Certains préféreront un récit plus "concret", plus sobre. Mais les faits, on les connaît tous, relayés tous les jours dans les sordides faits divers : il s'agit du viol d'un enfant. Comment ensuite mettre des mots sur la souffrance de l'enfant ? A travers ses phrases si particulières, Sylvie Germain a sondé l'âme de Lucie et a donné forme à sa douleur et à sa haine de la manière la plus parfaite qui soit . Moi, j'ai plongé dans son roman et je n'en suis toujours pas revenue. C'est un livre qui reste en moi, un peu comme une révélation.
Si je devais n'en retenir qu'un sur ce sujet, ce serait "L'enfant Méduse".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
meyeleb
  09 juin 2012
L'histoire s'ouvre sur une éclipse. On pressent déjà ce qu'elle aura de symbolique lorsque le regard de Lucie s'assombrit, noirci par un terrible secret. L'ogre est sorti des rêves et s'est emparé de Lucie. L'ogre, c'est son demi-frère Ferdinand. Il a souillé l'enfance, tué l'innocence dans les yeux de la fillette qui subit en silence, se recroqueville, loin des sourires, loin des larmes même. Elle devient agressive, mue par un incommensurable désir de vengeance qui se lit dans son regard. On découvre par plusieurs points de vues, celui de la mère et du père en particulier, comment les adultes, pris dans les filets de leur propre histoire, n'auront rien perçu du terrible drame dans lequel Lucie se débat.
Je me demande encore comment j'ai pu lire cette histoire d'inceste avec autant d'avidité. C'est peut-être parce que Sylvie Germain sait déployer sa prose poétique jusque dans les méandres du tragique. On entre dans la contemplation effarée de l'horreur, comme bercés par les chants indifférents des oiseaux, charmés par le tableau bucolique des ciels de printemps juste avant l'orage. Et c'est peu à peu le choeur lancinant de la souffrance qui prend le dessus, une souffrance emmurée sous la chape de l'incompréhension et du silence. Comme à son habitude, Sylvie Germain y ajoute une pincée de fantastique, reliant la réalité tragique au mythe de Méduse, qui ne fait qu'ajouter de la puissance au récit tout en suggestions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
SophiePatchouliSophiePatchouli   28 novembre 2016
Dès les premiers jours de printemps, lorsque l'odeur de l'humus, de bois mouillé et d'eau stagnante s'exhale à nouveau, les crapauds émergent de dessous les vieilles souches où ils ont dormi tout l'hiver, et regagnent par bonds les eaux de leur naissance. Les belles eaux glauques des marais, moirées de vase, festonnées de roseaux à panache violâtres, de joncs, d'iris et de myosotis, enguirlandées d'algues et de rameaux de lenticules, et brodées de renoncules blanches, de sagittaires, de nymphéas. Les eaux profondes des marais, _ profondes comme des rêves hantés de fleurs et de plantes onduleuses, d'yeux ronds et fixes scrutant les ombres aqueuses, et de mâchoires, de langues aigües, véloces, toujours à l'affût d'une proie à happer, à croquer, déchiqueter. Les eaux de rêves anciens, sombres et verdâtres, sillonnées de traits et de bulles irisées d'or, de pourpre ou de bleu vif, et qui mêlent le chaud au froid, comme des fièvres. Des eaux mortes qui grouillent d'une vie multiple et violente. Des eaux au ras desquelles veillent les yeux des grenouilles et des crapauds, globuleux et splendides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
colimassoncolimasson   17 mars 2015
Et de même aime-t-elle les hiboux, les effraies, les chevêches, parce que leurs faces plates ne sont qu’immenses yeux aussi fixes que lumineux. Le jour ils gardent leurs paupières closes, se tiennent impassibles et rigides dans quelque discret trou de muraille ou dans l’ombre des branchages. Mais ils ne dorment pas ; ils aiguisent leur vue sous leurs paupières, ils filent leur propre lumière à l’insu de tous, en cercles de soie orangée autour de leurs prunelles noires. Et à la nuit tombée, ils rouvrent leurs yeux, alliage de lune rousse et de soleil radieux. Alors, comme soulevés par cette clarté superbe montée du fond de leur être, ils gonflent leurs plumes, ils déploient leurs ailes, et prennent en silence leur vol. Des yeux ailés, armés d’un bec et de serres acérés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SophiePatchouliSophiePatchouli   23 novembre 2016
Des abeilles parfois s'assoupissent au creux de cette moiteur dorée. Elles ne rapporteront pas leur butin de suc à la ruche. Couchées, légères, sur le flanc, délicieusement saoules de sucre et de labeur, elles s'endorment sur leurs lits de pistils dans un rêve de miel. Et la mort se replie dans un frisson soyeux autour de leurs corps frêles qui tomberont, plus tard, sur le bois d'une table ou sur un napperon lorsqu'on aura cueilli les roses pour les mettre en bouquets dans les vases. Leurs dépouilles glisseront sans un bruit du cœur des roses fleuries l'été et qui s’effeuillent en automne. Larmes fossiles de lumière, elles brilleront d'un éclat sourd au pied des bouquets de septembre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
michelekastnermichelekastner   09 octobre 2014
Voilà, c'est ce regard-là qu'elle jette en cette aube d'été à la face de son frère gisant au pied du mur. Ce feu d'ocelle flamboyant de violence. Ce cri de défense longtemps mûri dans la souffrance, la honte. Cette arme de vengeance forgée auprès des bêtes des marais, dans l'abandon et le silence. Cet éclat de justice, de mépris et d'orgueil aiguisé auprès des morts.
C'est ce regard-là qu'elle dresse comme un spectre, un glaive, un éclair, pour foudroyer l'ogre blond. Et lui, renversé sur la terre qui n'en finit toujours pas de tourner à contre-courant du ciel, il voit ces yeux fous. Il voit ce regard accroché entre le ciel et la terre, comme un oiseau de proie, qui s'abat droit sur lui et qui fond sur son coeur pour y planter ses crocs, ses griffes et ses dards. C'est un regard qui siffle, qui grince, et saigne, et qui verse sur lui les larmes des enfants qu'il a jetées en terre. Et il sent, l'ogre déchu, il sent avec effroi qu'il n'en reviendra pas de ces énormes yeux d'enfant sorcière qui conjuguent la souffrance et la haine, la hideur et la beauté. Un regard de Méduse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   13 mars 2015
Elle a repoussé tous ses camarades et elle refuse l’affection des adultes. […] Elle se veut seule. Elle y est parvenue, elle a instauré le vide autour d’elle. Elle est Lucie, un point c’est tout, et elle ne tolère plus la moindre familiarité.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Sylvie Germain (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Germain
LA GÉANTE DES RUES DE PRAGUE (EXTRAITS)
LA GÉANTE DES RUES DE PRAGUE; narrateur: PHILIPPE CAMPICHE; Musiques: MAËL GODINAT; Mise en scène: ISABELLE BOUHET & PHILIPPE CAMPICHE; piéce adaptée du livre de SYLVIE GERMAIN "LA Pleurante des Rues de Prague"
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Sylvie Germain

Née à Châteauroux en ?

1934
1944
1954
1964

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvie GermainCréer un quiz sur ce livre