AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811211136
Éditeur : Milady (06/12/2013)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 68 notes)
Résumé :
Orgueil et préjugés de J. Austen raconté sous la forme épistolaire à travers la correspondance de Mr Darcy.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  07 février 2017
Ce livre se propose de reprendre le roman de Jane Austen sous la forme d'un recueil épistolaire entre les différents personnages. La trame d'Orgueil et Préjugés est respectée et donne lui à des échanges de lettres … affligeantes pour ne pas dire grotesques. 😔

Cher Mr Darcy où comment dévoyer le grand classique de Jane Austen pour en donner une version soap opera limite les Feux de l'Amour.... 😅

Tout d'abord, j'adore les reprises, les suites des grands classiques : cela permet d'une part à un nouveau public de découvrir l'oeuvre originale et, d'autre part de continuer à faire vivre les personnages. Encore faudrait-il que l'adaptation soit bien écrite et apporte quelque chose de plus. Ici, l'auteur semble avoir voulu se lancer dans une reprise d'Orgueils et Préjugés à la sauce Les Liaisons Dangereuses de Chloderlos de Laclos (je parle épistolairement parlant et non dans le contenu). Et le bilan est PATHÉTIQUE. 😫

La structure sous forme de courriers est risible et je comprends pourquoi Jane Austen avait renoncé à cette idée de départ puisqu'une grande partie de la beauté, de la force, de la magie de cette oeuvre disparaît sous cette forme. Ainsi, lire les courriers où Mr Darcy se confie à son cousin comme chez le psychiatre, lui ouvrant son coeur en toute confiance afin de lui parler de ses sentiments mitigés concernant Élisabeth Benneth… PERSONNE N'Y CROIT ! Sans compter que les lettres pour certaines sont des pages et des pages de descriptions : vous vous imaginez un instant écrivant (ou tapant un mail) à votre meilleure amie qui est partie dans une autre région pour lui parler de gens qu'elle ne connaît pas, et ce sur des pages et des pages ? Moi pas !

Cette reprise est pour moi une parodie sans attrait et saveur qui n'apporte rien à l'oeuvre de Jane Austen sauf la tourner en ridicule et engranger des sous de manière rapide et aisée. Sans intérêt. 👎
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          347
Melisende
  13 avril 2014
Dans le monde de plus en plus vaste des Austeneries, Amanda Grange est surtout connue pour ses nombreux journaux mettant en scène les pensées les plus intimes des héros masculins de Jane Austen. Darcy, le Colonel Brandon, Knightley, le Capitaine Wentworth… tous y sont passés et dans l'ensemble, c'est plutôt réussi (selon la plupart des Janéites car pour ma part, je n'ai lu que le Journal de M. Darcy et le Journal du Colonel Brandon qui ont tous les deux su me convaincre).
Malgré tout, à la sortie française de Cher Mr Darcy, j'étais plutôt sceptique. Je me demandais vraiment ce qu'un nouveau roman sur Darcy pouvait apporter de plus, où était l'intérêt ? En fait, le titre est plutôt trompeur. Je m'attendais à une énième réécriture d'Orgueil et préjugés du point de vue de son héros mais en fait, c'est une réécriture épistolaire mettant en avant les correspondances de tous les personnages du roman d'origine.
Il y a de bonnes idées, des lettres amusantes et globalement, c'est toujours un plaisir de redécouvrir l'histoire d'Orgueil et préjugés mais, à mon avis, il y a quand même certaines longueurs, certains passages inutiles et des apports artificiels qui gâchent un peu l'ensemble. Cher Mr Darcy n'est pas le pire des romans para-austeniens, mais pas le meilleur non plus. Et, question pratique : pourquoi, alors que toutes les autres Austeneries chez Milady sont publiées en poche, celle-ci a été éditée en format intermédiaire, nous obligeant à débourser le double ?
Je ne vous refais pas le pitch d'Orgueil et préjugés, avec la mode austenienne qui sévit ces derniers temps, l'histoire de la pétillante Lizzie et du renfrogné Darcy est vue et revue à toutes les sauces. Modernisation, réécriture sous différentes formes ou sous différents points de vue… tout y passe, le pire comme le meilleur !
Ici, Amanda Grange part du constat que Jane Austen a du commencer par rédiger son Orgueil et préjugés sous forme épistolaire (ses autres écrits de jeunesse tendent à le confirmer). Elle a donc voulu repartir aux sources et nous propose, selon elle, le roman qu'aurait pu écrire la demoiselle. Je ne pense pas qu'Amanda Grange ait voulu insinuer qu'elle était capable de rivaliser avec Jane Austen - en tout cas j'espère car ce n'est définitivement pas le cas ! - mais plutôt qu'elle a voulu, selon ses moyens, lui rendre un petit hommage. Tout n'est pas réussi, c'est clair, mais globalement, ce n'est pas si mal.
Afin que tous les personnages du roman puissent livrer leurs pensées, l'auteure insère de nouvelles figures qui pourront ainsi recevoir les nombreuses lettres. Je ne vous le cache pas, c'est terriblement artificiel et même si Amanda Grange a tenté d'offrir une vie à ces personnages ajoutés, ça n'a pas grand intérêt. Ils sont vraiment là comme réceptacles, potiches qui permettent aux héros d'avoir des correspondants afin de coucher leurs états d'âme sur papier. Soit.
Ce que je trouve assez dommage finalement, c'est qu'on met en place une correspondance artificielle alors qu'on oublie d'enrichir la correspondance évoquée dans le roman d'origine, entre Lizzie et Jane par exemple. En effet, difficile de croire que les deux soeurs qui s'adorent ne s'écrivent pas plus alors qu'elles sont séparées de longs mois !
Malgré tout, je suis assez contente d'avoir pu découvrir les pensées de tous les autres personnages secondaires : Wickham, Charlotte Lucas/Collins, Charles Bingley ou encore Mary Bennet. Certaines lettres paraissent un peu (beaucoup) exagérées et même si l'ironie est présente, nul doute que si Jane Austen avait été à la barre, tout aurait été beaucoup plus subtil. Amanda Grange n'hésite effectivement pas à y aller avec ses gros sabots, ce qui peut finir par être un peu lourd.
Je pense notamment à la correspondance de Mary Bennet dans laquelle l'auteure insiste un peu trop sur la bêtise de cette soeur. Les premières lettres sont amusantes et mettent bien en avant le caractère de la demoiselle, très imbue d'elle-même malgré sa médiocrité, mais au bout d'un moment, trop c'est trop et ça en devient ridicule. Certes, Jane Austen n'hésitait pas à se moquer de ses personnages les plus risibles mais elle le faisait avec plus de retenue et de subtilité.
J'ai également trouvé quelques passages limites en me disant que jamais tel ou tel personnage d'Austen n'aurait osé écrire ça à ses proches. L'intrigue se déroule quelques années/mois avant l'entrée dans le XIXe siècle, ce qui se dit/fait en 2014 n'avait pas raison d'être en 1799. Certains passages paraissent donc un poil trop modernes voire carrément hors de la bienséance admise à l'époque. Tout le monde ne s'appelle pas Jane Austen - qui connaissait parfaitement le monde qu'elle décrivait puisque c'est le monde auquel elle-même elle appartenait - et tout le monde ne maitrise pas la subtile ironie. Saluons tout de même les efforts d'Amanda Grange.
A noter que, et j'ai été surprise, il faut attendre une bonne centaine de pages avant de retrouver réellement les débuts d'Orgueil et préjugés (à savoir l'arrivée de Charles Bingley et ses amis à Netherfield et leur rencontre avec la famille Bennet). La mise en place ne m'a pas gênée car elle apporte quelques éléments sinon nouveaux au moins assez rafraichissants.
Par contre, par la suite, j'avoue avoir ressenti quelques longueurs que je n'éprouve jamais à la lecture du livre d'origine ou au visionnage de la série BBC de 1995. On ne peut donc pas dire que je sois lassée par l'histoire mais la réécriture d'Amanda Grange manque peut-être un peu de rythme et s'attarde peut-être trop souvent sur des correspondances sans grand intérêt (celle de Mary pour ne pas la citer une nouvelle fois).
Certains passages m'ont donc un peu ennuyée, d'autres m'ont fait lever les yeux au ciel… le Journal de M. Darcy, de la même auteure, est à mon avis bien meilleur si vous souhaitez découvrir une réécriture d'Orgueil et préjugés. Cependant, je l'avoue, cette lecture assez fluide et pas trop mal écrite fut globalement divertissante et m'a permis, une nouvelle fois, de plonger dans une histoire que j'adore.
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Demoiselle-Coquelicote
  24 janvier 2014
Après avoir dévoré tous les Journaux d'Amanda Grange parus chez Milady, je ne pouvais pas passer à côté de son roman épistolaire Cher Mr Darcy qui reprend Orgueil et préjugés, malgré qu'il s'agisse d'un grand format. le roman commence (comme toujours dans les réécritures de ce classique) avant celui de Jane Austen, pour nous raconter Ramsgate. Là, Amanda Grange est allée encore plus loin en nous contant la mort de Mr Darcy père (qui, au demeurant, n'a pas l'air d'avoir été si sympathique que ça si on s'en tient à sa dernière lettre !).

http://sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Livres2/CherMrDarcy.jpg
Globalement, c'était une lecture facile, agréable et très rapide. Je suis toujours contente de lire une austenerie, même quand elle n'est pas géniale (jusqu'à présent, il n'y a qu'Aston que je trouve d'une nullité insupportable). Je suis plutôt bon public en la matière, ce qui se confirme avec ce roman qui ne m'a pas hérissée autant qu'il aurait dû. Il souffre de nombreux défauts mais j'ai tout de même apprécié ma lecture, déjà parce que j'adore la forme épistolaire. Ça se lit à toute vitesse, et ça fait du bien quand en parallèle on galère sur un livre depuis trois semaines !

J'ai franchement buté sur certaines choses tout de même. Amanda Grange explique en avant-propos que les premiers essais de Jane Austen sur O&P et R&S s'étaient faits sous forme épistolaire, jusque-là pas de souci, sauf qu'elle ajoute qu'avec Cher Mr Darcy, elle a souhaité écrire ce qu'aurait écrit Jane Austen si elle avait suivi sa première idée jusqu'au bout. Sauf que là, on en est très loin… Jamais, et je dis bien JAMAIS elle n'aurait écrit les lettres qu'échange Wickham avec deux de ses complices, où il mentionne expressément ses vices et ses noirs desseins envers Georgiana et n'importe quelle héritière. Question subtilité, c'est zéro pointé. J'ai aussi trouvé que l'auteure allait trop loin avec les lettres de Mary à son amie. Au début, c'était amusant de la voir se croire si intelligente, alors qu'elle ne raconte que des âneries, mais ses lettres se multiplient et ont au final un intérêt très limité pour l'histoire. de même, les lettres de Mr Collins sont drôles, mais y'avait-il besoin d'en faire autant ? Celles de Mrs Bennet ne sont pas très intéressantes non plus. J'ai beaucoup aimé celles de Mr Bennet, mais évidemment il y en avait très peu. Alors que Lizzie et Jane sont longtemps séparées, nous n'avons rien de leur correspondance.

J'ai eu du mal à reconnaître les personnages. L'écriture d'Amanda Grange n'a rien de particulier, et elle n'a pas vraiment fait d'efforts pour différencier les styles épistolaires des personnages, hormis en copiant l'exubérance de Mrs Bennet et les façons ampoulées de Mr Collins. Par contre, j'ai vu une blogueuse (je ne sais plus qui) dire que dès la première lettre de Lizzie c'était n'importe quoi parce qu'elle remercie sa tante de lui avoir offert un chapeau et se montre contente d'avoir une jolie toilette. Il me semble que Jane Austen écrivait souvent ce genre de futilités à Cassandra. Elle était très consciente de cet aspect vaniteux des femmes et l'acceptait. Après tout, c'est la vérité, nous sommes contentes d'avoir une tenue dans laquelle on se sent jolie. Personnellement, ça ne m'a pas choquée du tout de voir Lizzie dire ça. C'est une jeune femme qui cherche à plaire, quoi de plus naturel ? Ce qui était bizarre en revanche, c'était la temporalité des lettres échangées. Un courrier mettait plus d'une journée pour arriver à son destinataire à cette époque, non ? Je pense qu'Amanda Grange n'a pas fait attention à ces questions et l'aspect vraisemblable de son roman en pâtit. J'ai en revanche trouvé que par moments l'humour et l'ironie de Jane était bien retranscrit.

J'ai également à reprocher à ce roman de n'apporter quasiment rien de plus à l'histoire, à part la mention de deux gentlemen pour Mary et Kitty, mais ce n'est pas du tout développé et ça perd rapidement de son intérêt. Je n'aime décidément pas du tout Charlotte, qui m'a vraiment énervée dans cette version. le roman finit rapidement, presque abruptement. Les nouveaux personnages, comme le cousin de Mr Darcy du nom de Philip Darcy, ne servent à rien. Ils sont des prétextes pour faire s'épancher tel ou tel personnage. Mr Darcy perd complètement de son mystère et aussi, dans une certaine mesure, de sa noblesse. Il y a un moment ou deux où il m'a paru pathétique, dans le mauvais sens du terme. Hormis dans la trilogie de Pamela Aidan, c'est la version où ce héros romantique m'a le moins plu. le roman original est, évidemment, mille fois plus riche.

Pour conclure, je dirais que ce roman ne vaut pas la peine d'être acheté, surtout qu'il n'existe qu'en grand format (en français tout du moins, je ne sais pas en VO), mais si vous tombez dessus d'occasion, ou en bibliothèque, ou si une amie vous le prête, pourquoi pas se laisser tenter ? Ce n'est pas non plus horrible, ça se lit en quelques jours au plus, et ça permet encore et toujours de rester proche de ce roman qu'on aime tant.
Lien : http://sans-grand-interet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Megworld
  10 janvier 2014
En tant que fan du livre Orgueil et Préjugés et de la série produite par la BBC, j'étais heureuse de recevoir ce livre en cadeau de Noël de la part des éditions Milady. le roman était accompagné d'un magnifique coffret de calligraphie. Un grand merci à Aurélia pour nous avoir autant gâté.
J'ai eu un véritable coup de coeur pour cette adaptation épistolaire. J'ai adoré re-découvrir cette histoire sous une autre forme. Amanda Grange respecte parfaitement l'univers et les personnages créés par Jane Austen, un vrai bonheur!

Cher Mr. Darcy peut se lire sans connaître le classique Orgueil et Préjugés mais je vous conseillerai de commencer par le roman original pour mieux apprécier cette réécriture. L'histoire commence bien avant Orgueil et Préjugés. Nous découvrons un Mr. Darcy plus jeune qui se retrouve bientôt héritier à la mort de son père. Il doit alors prendre soin de sa jeune soeur Georgiana âgée de seulement onze ans. Une bonne partie des lettres sont des échanges entre Mr. Darcy et sa famille, les Darcy et l'autre branche : les Fitzwilliam. de plus, Amanda Grange dresse un portrait précis de Georges Wickham et nous comprenons mieux la haine mutuelle qui le lie à Mr. Darcy. Bien sûr, nous connaissions les grandes lignes puisqu'elles sont expliquées dans le classique mais Amanda Grange nous dévoile toutes les frasques de Wickham grâce à sa correspondance.
Ce qui m'a frappé tout au long de cette lecture, c'est à quel point l'auteure avait cerné les différents personnages d'Orgueil et Préjugés. Pour certains, je n'avais même pas besoin de lire l'en-tête, je les reconnaissais directement au style. Grâce aux lettres, j'ai pu découvrir les personnages secondaires plus en profondeur. Ainsi, Mary (la soeur d'Elizabeth) m'a beaucoup amusée. Déjà, dans le film surtout, on se rendait compte qu'elle avait une haute opinion d'elle-même, se sentant supérieure et instruite. En réalité, Mary est encore plus pédante et ne se rend pas compte qu'elle est ridicule. Lydia et Kitty sont exactement comme je les imaginais et je rejoint Elizabeth : elles sont sottes! J'ai également mieux compris les choix de Charlotte, la meilleure amie d'Elizabeth. Nous avons aussi des explications sur la venue de Mr. Bingley et de son ami à Netherfield. Quant à Elizabeth, c'est exactement la Elizabeth Bennet que nous connaissons si bien. En bref côté personnages, j'ai été comblée. Etre dans leur tête à tour de rôle m'a permis de mieux les cerner tous autant qu'ils sont.
Bien sûr, les lettres les plus intéressantes sont celles de Mr. Darcy, un des personnages les plus marquants de la littérature. La lettre où il dévoile ses sentiments pour Elizabeth à son cousin m'a particulièrement touchée. J'ai aimé connaître les pensées de ce personnage énigmatique et je lirai le Journal de Mr. Darcy pour en savoir plus.
J'ai été impressionnée par le style de Amanda Grange qui a su modifier son écriture selon les lettres mais qui a également su nous raconter toute l'histoire sans aucun récit. Amanda Grange est restée fidèle à l'histoire originale, se contentant d'aller plus loin mais sans jamais s'en éloigner. J'ai été ravie de découvrir que la correspondance ne s'arrêtait pas après les fiançailles des Darcy mais après le mariage. J'ai fini ma lecture un sourire béat sur le visage et tellement heureuse pour les personnages (comme si je ne connaissais pas déjà la fin!).
Pour conclure, loin d'être redondante, cette adaptation épistolaire m'a passionnée du début à la fin. Même si l'oeuvre originale reste indétrônable, ce roman est un magnifique hommage et un complément incontournable.
Je conseille ce livre à tous les amoureux de Jane Austen.

Lien : http://megworld.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Laviniaa
  26 novembre 2013
Je ne crois pas avoir déjà eu l'occasion de parler de Jane Austen ici ni de l'amour tout particulier que je lui porte. C'est avec elle que j'ai découvert la littérature classique anglaise alors que j'avais tout juste seize ans et je garde encore aujourd'hui un souvenir impérissable de ma première lecture d'Orgueil et préjugés, l'un de mes romans préférés. Je pense que c'est à cause de cette admiration pour son oeuvre générale que je n'avais encore jamais eu le courage de me plonger dans cette littérature dite para-austienne dont pas mal de titres ont pourtant été traduits ces derniers mois.
Eh bien il me faut avouer que je ressors de cette première plongée vraiment très satisfaite, à un point que je n'osais imaginer. J'étais sceptique, soyons honnête. J'y croyais peu, voir très peu, à cette mode qui consiste à s'approprier ces personnages que l'on aime tant. Amanda Grange m'a néanmoins convaincue que cela pouvait être fait de manière tout à fait crédible et surtout très agréable pour nous, lectrices!
Ce roman est donc un roman épistolaire qui commence bien avant la rencontre entre notre cher Mr Darcy et Elizabeth Bennett. Nous faisons la connaissance de notre joli grincheux alors que celui-ci vient de perdre son père. Cette remontée dans le temps nous permet de le connaître de manière plus approfondie mais aussi de se rendre compte du contexte général d'où remontent certaines animosités que l'on côtoie plus tard, telle la relation entre lui et Wickam ou son amitié avec Bingley.
Outre ce passé très intéressant, la forme épistolaire convient tout particulièrement en apportant ce côté vraiment intimiste qui permet une connaissance vraiment plus personnelle des personnages surtout que l'auteure ne s'arrête pas aux principaux. Nous avons des lettres de tout le monde ou presque: Charlotte Lucas, les soeurs d'Elizabeth, la soeur de Darcy, son cousin, Mr Collins, Anne de Bourgh, Mr Bennet, Mrs Bennet, Mrs Bingley, Mrs Gardiner, etc etc. Je dois avouer que je ne me souvenais pas de certains, c'est dire si l'auteure n'hésite pas à nous emmener dans l'histoire en profondeur! de plus, le style est tout à fait crédible et ne m'a pas une seule fois déroutée. Je ne suis pas une spécialiste linguistique de l'époque mais j'avouerais que j'ai trouvé ça juste super bien fait et je m'y suis vraiment crue grâce à des lettres personnelles mais toujours avec ce petit ton guindé bien caractéristique de l'époque.
Une réussite qui m'aura fait passer un excellent moment! Ce roman m'a ouvert la porte à un nouvel univers que j'espère bien découvrir un peu plus prochainement. Et puis, je ne sais pas si vous avez remarqué mais la couverture est juste magnifique! Toujours un bon point pour nos bibliothèques, non?
Lien : http://mamantitou.blogspot.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Caro17Caro17   22 juillet 2016
J'ai rencontré quantité de femmes accomplies, belles et intelligentes, venant de bonnes familles, avec une dot coquette, mais aucune ne me tente. Je commence à me demander si je ne suis pas trop difficile. Pourtant je suis convaincu que la future Mrs Darcy doit avoir quelque chose de plus : une qualité indéfinissable qui fera d'elle non seulement une maîtresse adéquate pour Pemberley et une soeur bénéfique pour Georgiana, mais une épouse irrésistible et captivante pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
raketakaraketaka   28 octobre 2015
Vous est-il déjà arrivé que, malgré tous ces lourds inconvénients, une telle femme vous attire, contre votre volonté, et que de jolis yeux retiennent votre attention et vous privent de sommeil ? Ou que des manières insolentes, au lieu de vous rebuter, vous séduisent ? Ou que son manque de respect pour votre rang attise votre intérêt au lieu de l’étouffer ? Avez-vous déjà estimé nécessaire de vous éloigner d’une telle créature, afin d’éviter de
perdre tout contrôle sur vos sentiments et de donner naissance à des espoirs ? Et vous est- il arrivé de songer que si de semblables attentes devaient naître, ce ne serait pas une mauvaise chose ? Qu’au fond de vous, vous seriez heureux d’être contraint de lui demander sa main, même si toute votre personne se rebellait à l’idée d’une telle union ? Avez-vous trouvé difficile de garder la tête froide en pensant à elle ? Avez-vous, en un
mot, ressenti l’étreinte d’un sentiment qui vous dépassait ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Caro17Caro17   24 juillet 2016
L'humiliation est encore cuisante. Qu'une demoiselle puisse me refuser, moi, Fitzwilliam Darcy de Pemberley, est incroyable. Qui plus est, être rejeté par Elizabeth Bennet, qui n'est personne et ne vient de nulle part, et qui aurait dû se sentir honorée que je m'abaisse à la remarquer, et pis encore, à lui demander sa main ! La chose est impossible.
Commenter  J’apprécie          70
Caro17Caro17   19 juillet 2016
Louisa et moi brûlons d'en apprendre davantage au sujet de votre ami Darcy. Il ne s'agirait pas... mais je ne crois pas... et pourtant, peut-être... Votre Darcy ne serait-il pas le Darcy, par hasard ? Mr Fitzwilliam Darcy ? De Pemberley ? Si c'est bien lui, vous devez m'inviter à Londres sans perdre un instant ! C'est le meilleur parti de toute l'Angleterre. C'est exactement le genre d'homme que je voudrais épouser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Caro17Caro17   25 juillet 2016
A présent, je dois vous quitter, car s'il y a une chose au monde que j'aime encore plus que vous écrire, Jane, c'est de passer du temps avec mon époux et d'être la maîtresse de Pemberley. Malgré son caractère imposant, c'est ma maison - comme le serait n'importe quel endroit où se trouverait mon cher Mr Darcy.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1784 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre