AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Bruce Cable tome 2 sur 2
EAN : 9782253940258
384 pages
Le Livre de Poche (01/03/2023)
3.28/5   201 notes
Résumé :
Le jour où Bruce Cable, libraire, fête le retour de Mercer Mann venue présenter son best-seller, le cyclone Leo change de trajectoire et fond sur l’île de Camino.
La tornade est dévastatrice. L’une des victimes, Nelson Kerr, ami de Bruce, est auteur de thrillers. Mais ses blessures ne semblent pas avoir été causées par la tempête.
Qui voudrait la mort de Nelson ? Sur une clé USB, Bruce découvre son nouveau roman. Le tueur y serait-il désigné noir sur b... >Voir plus
Que lire après Le Cas Nelson KerrVoir plus
Alex Cross, tome 1 : Le masque de l'araignée par Patterson

Alex Cross

James Patterson

4.19★ (7203)

28 tomes

Invisible par Patterson

Emmy Dockery

James Patterson

4.15★ (345)

2 tomes

Le poète par Connelly

Jack McEvoy

Michael Connelly

3.76★ (17635)

3 tomes

NYPD Red, tome 1 : Tapis rouge par Patterson

NYPD Red

James Patterson

3.90★ (669)

6 tomes

Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
3,28

sur 201 notes
La maltraitance de nos ainés dans certains établissements révélée par « Les Fossoyeurs », déjà imprimé à plus de 200 000 exemplaires, incite notre système judiciaire à enquêter sur les pratiques constatées.
On sait que son auteur Victor Castanet s'était vu proposer la somme de 15 millions d'euros pour ne pas publier son ouvrage…

Nelson Kerr a été achevé alors qu'il concluait « A coeurs battants », une enquête sur les maisons de retraite américaines. Une exécution qui propulsera les commandes de cet ouvrage à un niveau stratosphérique pour la plus grande prospérité de son éditeur…

John Grisham, le plus grand auteur de thriller contemporain, livre un polar glaçant, qui dévoile les abus sexuels et les traitement médicaux dévoyés, dont sont victimes les patients confinés dans ces « établissements de soins ». Un page turner moins juridique, moins anglo-saxon que ces ouvrages antérieurs, et ainsi plus transposable à notre contexte hexagonal.

Probablement son meilleur roman, et assurément un livre qu'il est impossible de lâcher en cours de route, d'autant qu'il est enraciné dans le milieu de l'édition, des libraires, des critiques et des trafiquants de manuscrits.

Un régal addictif, glauque, au coeur d'un cyclone.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          984
Le cas Nelson Kerr a failli se transformer pour moi en cas John Grisham lors de la lecture poussive des premières pages. C'était bien la première fois que l'auteur de thrillers américains n'arrivait pas à me faire entrer dans un de ses récits dès les tous premiers feuillets. En quoi ce démarrage est-il raté ?

Grisham reprend ses personnages du cas Fitzgerald. Bon, il doit aimer Bruce Cable, ce libraire si dynamique installé dans sa petite île ensoleillée de la Floride, et tous ses amis écrivains, qui viennent partager cocktails et barbecues avec lui. Certes, mais je ne suis pas convié aux agapes, et cette vie facile est bien éloignée de notre quotidien. Pas De quoi en faire quelques dizaines de pages.
L'intrigue se met en place très lentement. J'ignore si Grisham a subi un ouragan ou eu à en connaître, mais il décrit assez longuement la mise en place des mesures de protection sur l'île (fictive) de Camino et les conséquences de l'ouragan. Si le sujet vous intéresse, vous aurez un récit plus prenant et glaçant avec La face nord du coeur de Dolores Redondo, avec un suivi poignant du déroulé et des dégâts causés par l'ouragan Katrina sur la Nouvelle-Orléans.

Les choses sérieuses commencent (enfin) une fois l'ouragan passé : un des auteurs amis de Cable est découvert mort assassiné alors que la tempête se déchaînait. Que s'est-il passé ? Sa mort est-elle liée au roman inspiré de faits réels que cet auteur très secret de finir ? Qui avait servi d'informateur pour l'écriture de ce roman ?
La suite repart sur de meilleures intentions et va même conduire à un enchaînement classique chez Grisham de petits moments d'action et de louvoiements judiciaires impliquant le FBI.

Pour ceux qui ne peuvent pas commencer un livre sans en connaître le sujet disons que ce Grisham qui date de 2020 fait étonnamment écho à un essai brûlant paru en 2022 et qui a scandalisé la France entière : .

Ce Grisham là n'entre assurément pas dans ses meilleures productions, mais reste divertissant pour qui arrive à passer la phase de mise en place...
Commenter  J’apprécie          260
le Cas de Nelson Kerr de John Grisham ( livre de poche - 379 Pages )

Excellent roman de John Grisham que j'ai lu en deux jours.
Bruce est libraire sur l'ile de Camino.
Un cyclone arrive. La majorité des habitants quittent l'ile. Mais certains vont rester.
Après le passage de l'ouragan, les dégâts sont importants.
Il y a des morts. Nelson Kerr, écrivain et ami de Bruce est l'un des tués.
La mort de Nelson est suspecte et ressemble à un meurtre.
Nelson venait d'écrire un nouveau roman. Aurait il été assassiné pour l'empêcher de paraître ?
Comme tous ses romans, John Grisham nous tient en haleine.
L'enquête nous plonge dans un scandale des maisons de retraite.
Un sujet d'actualité également en France.
A lire.
Mireine
Commenter  J’apprécie          164
Nelson Kerr, ami de Bruce et auteur de thrillers à scandale. Après examen, on s'aperçoit que la mort de Nelson n'aurait rien à voir avec la tempête, mais serait d'origine criminelle. Qui en voulait en Nelson ? Est-ce que son prochain livre est la cause de sa mort ? Bruce va mener son enquête.
J'ai été déçue et je suis complètement passée à côté.
John Grisham est un auteur très connu dont des livres ont été adaptés à l'écran. Je n'avais jamais lu un de ses ouvrages mais vu les films. Je m'attendais donc à un thriller haletant, avec un suspense intenable, bourré de scandales et de rebondissements.
Le récit tourne beaucoup autour de la vie de Bruce et de ses amis auteurs, et j'ai trouvé l'enquête peu présente. Même si les premiers chapitres étaient prometteurs, je n'ai pas ressenti d'émotions, pas de suspense, et ça ne décollait pas. Bruce est simple libraire, donc il est logique qu'il ait peu de moyens pour enquêter mais tout de même, je n'ai pas ressenti une envie viscérale chez lui de résoudre cette histoire. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de longueurs et de répétitions.
Quant à la résolution de l'affaire, elle est effectivement glaçante.
Commenter  J’apprécie          124
Grisham nous replonge dans le microcosme pseudo littéraire de l'île (qui n'existe pas) de Camino et de la librairie Bay Book. Une micro société d'auteurs animée par Bruce Cable le propriétaire de la librairie qui forme un "couple ouvert" avec Noëlle, une Française qui fait commerce de meubles rapportés du sud de la France. (Il m'a semblé comprendre que l'auteur voyait le "couple ouvert" comme une spécialité française).

La vie de cette micro société tient une grande place dans ce livre au détriment de ce qui apparaît comme le sujet principal : un meurtre à élucider.

Je n'ai pas eu grand plaisir à lire ce livre qui m'a semblé être le minimum syndical pour tenir le rythme imposé par un contrat avec une maison d'édition.

C'est un livre qui, à mon avis, est lu grâce à la confiance que les lecteurs placent en son auteur. Écrit par un auteur lambda, les ventes auraient été bien moindre.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (2)
LeDevoir
05 juillet 2022
Convaincus que leur ami écrivain n'est pas mort par accident, ses proches mènent l'enquête.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
LeParisienPresse
19 avril 2022
L’écrivain américain plonge son lecteur dans l’horreur de maisons de retraite véreuses.
Lire la critique sur le site : LeParisienPresse
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
En découvrant le portrait-robot, Bruce eut du mal à croire qu'une personne aussi ravissante puisse être l'auteur d'un meurtre aussi violent. Utiliser du poison, pourquoi pas, mais tabasser un homme jusqu'à lui éclater le crâne ?
Commenter  J’apprécie          30
Pour un ex des forces spéciales, connu pour son adresse et son pied sûr, commettre une telle erreur était inconcevable, du moins à l'époque. Il n’eut pas le temps d’y penser. Il tomba dans le vide, tête la première, sans rien pour se rattraper ou freiner sa chute. Son front heurta le sol violemment, et son cou céda. Le craquement fut si fort qu'il sut qu'il était mort. Puis ce fut le trou noir. Il ne sut combien de temps s’était écoulé quand il rouvrit les yeux. Il faisait nuit. Il voulut consulter sa montre mais ne put lever sa main. Impossible de bouger aucun de ses membres ! La douleur dans son cou était intolérable, à en hurler. Il ne parvenait à émettre que de petits grognements étouffés. Il gisait sur le dos, le bas du tronc tordu dans un angle improbable. Il voulait se remettre à plat mais son corps ne lui répondait plus. Plus rien ne fonctionnait, hormis ses poumons, qu'il entendait siffler dans sa poitrine. Où était son arme ? Il ne la voyait plus. Son téléphone était dans la poche arrière de son pantalon, mais il ne pouvait l'atteindre.

Quand il portait l'uniforme et traquait les ennemis aux quatre coins de la planète, il avait toujours sur lui une pilule de cyanure pour en finir si les choses tournaient mal. Il ferma les yeux. Il la regrettait tant, cette pilule. Ce n'est pas ainsi qu'il avait pensé mourir.
Commenter  J’apprécie          180
Une société véreuse, dirigée par des gens tout aussi véreux, gère des maisons de retraite bas de gamme aux quatre coins du pays. Ils en ont en gros trois cents - et on est à mille lieues des havres de paix qu'on voit dans les pubs. Ce sont des endroits déprimants, des mouroirs où on se débarrasse des vieux.

— Je vois très bien, il y en a deux comme ça sur l’île, répondit Brace.

— Plus deux autres qui, eux, sont des établissements parfaitement charmants, ajouta Noelle. On est quand même en Floride !

— il y en a plus de quinze mille de ce genre dans le pays : établissements pour personnes dépendantes, résidences pour seniors, maisons de repos, peu importe le nom.

Au total, un million de lits, et tous occupés, parce que la demande ne cesse d'augmenter. Beaucoup de ces patients souffrent de démence, à différents stades, et certains sont complètement coupés du monde. La démence sénile, vous connaissez ?

— Pas encore ! railla Brace.
Commenter  J’apprécie          241
Sur le plan littéraire, le meurtre de Nelson et son lien supposé avec la parution de son livre A cœurs battants propulsèrent les précommandes à un niveau stratosphérique. Simon & Schuster annonça une sortie anticipée pour le 15 octobre, juste à temps pour les fêtes. Il signala également une augmentation du premier tirage, qui passerait de cent mille à cinq cent miïle exemplaires. Et ce n'était qu'un début.
Commenter  J’apprécie          330
- Il a du talent mais est un peu paresseux, je le concède. Et je ne crois pas qu'il écrive pour le public féminin.
- Qui représente plus de la moitié du lectorat !
- Soixante pour cent pour être exact.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de John Grisham (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait du livre audio « La Chance d'une vie » de John Grisham, traduit par Carole Delporte, lu par Jean-Philippe Renaud. Parution CD et numérique le 7 juin 2023.
https://www.audiolib.fr/livre/la-chance-dune-vie-9791035413422/
autres livres classés : ouraganVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (452) Voir plus



Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : La dernière récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..