AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072849632
Éditeur : Gallimard (05/03/2020)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
A Thecel, Moïra et son frère, Aslander, coulent des jours heureux au Palais, dont ils connaissent tous les recoins par coeur. Leur père est à la tête de l'Empire des Sicles et, même si l'on évoque des combats sporadiques aux frontières, la paix et la concorde règnent. Pourtant d'inquiétantes rumeurs courent : l'Empereur serait au plus mal et, s'il venait à mourir, Aslander, son seul héritier mâle, pourrait ne pas être en mesure de prendre sa succession. Serait-ce la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
hypnos88
  30 mars 2020
Thecel, roman de Léo Henry sorti en mars 2020 directement en folio SF.
Je précise que je n'ai rien lu de l'auteur auparavant.
L'éditeur nous décrit l'ouvrage comme « un roman de fantasy qui renouvelle avec originalité et talent les récits de quête initiatique »
C'est d'ailleurs sur cet argument que m'a convaincu le libraire qui me l'a conseillé. M'expliquant que c'est une quête initiatique écrite à « la sauce de l'auteur » comme toujours avec « talent ». En gros: l'argument éditeur.
Léo Henry d'expliquer de son côté qu'il s'agit d': «une tentative de fantasy canonique, avec quelques accrocs aux règles du genre (j'ai fait une trilogie en un seul volume, par exemple). »
Premièrement, le résumé de 4ème de couverture ne renseigne en rien sur l'histoire.
Dans un monde de type médiéval, la château de Thecel est l'épicentre de l'Empire des Sicles, gouverné par le roi Laserian. D'aussi loin que l'on puisse s'en souvenir, existe des guerres sur les périphéries du Royaume, et les forces impériales sont sur le front contre des "barbares" et "créatures mystérieuses" alimentant les histoires et légendes.
Aslander, fils de Laserian , et Moïra, sa fille, partagent une jeunesse dorée au château et une belle complicité. Lui est destiné à reprendre le royaume à la mort de l'empereur, et elle suit un enseignement au « Couvent », dirigé par la grande Magestre.
En effet, dans cet univers politique il existe 3 forces: le royaume impérial, le temple ou couvent qui entraîne les soeurs à devenir de redoutables guerrières, et les initie à l'invocation de « Principes » , grosso modo la capacité à canaliser la Justice, la Colère, la Vérité…, et enfin les OEcumaîtres, dont le rôle est au départ plus mystérieux, mais dont on sait qu'ils ont la connaissance administrative, et en particulier qu'ils établissent les cartes du monde, ce dont on comprendra l'importance plus tard.
C'est dans ce contexte que le roi Laserian décède bien évidemment, et que le prince Aslander est censé prendre sa suite. Pourtant celui-ci s'est enfui et est introuvable. Il est donc décidé que Moïra reprendra la couronne, non sans être mariée à un jeune OEcumaître pour asseoir le pouvoir de l'OEcumaîtrise. Un destin auquel Moïra n'aspire pas du tout, et elle aussi parvient à s'enfuir à la recherche de son frère.
Le décor est planté. Jusque là, rien d'original.
Nous allons suivre la quête de Moïra à la recherche de son frère, et l'univers, la narration et parfois même certains éléments très précis, ne sont pas sans rappeler l'univers de Terremer d'Ursula K.Le Guin dont je pense que l'oeuvre a été clairement une grande inspiration pour l'auteur.
Personnellement j'ai eu beaucoup de mal à accrocher à l'ouvrage les 100 premières pages (sur 280); cent pages où l'on ne comprend pas tout, et où concrètement il ne se passe pas grand chose.
L'auteur va dérouler petit à petit les mécanismes de cet univers, et l'on fini par comprendre au fur et à mesure dans la deuxième partie de l'ouvrage les rouages qui régissent ce monde.
Des rouages qui sont directement inspirés des jeux de Stratégies.
Dans la deuxième partie, que j'ai trouvé meilleure, se déroule l'imagination mise en place autour de cet univers.
On y verra des métaphores concernant les peuples, la tolérance ou le racisme, et probablement aussi sur les changements de grande ampleur à l'échelle mondiale comme le changement climatique.
Il semblerait en effet que c'est précisément là que nous emmène l'auteur: le changement , et surtout la tolérance au changement, la reconstruction d'un nouveau monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Léo Henry (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léo Henry
"Hildegarde", le nouveau livre de Léo Henry aux éditions La Volte.
Le roman sur la vie d’Hildegarde de Bingen et son époque
Religieuse, visionnaire, scientifique, poétesse et compositrice, l’abbesse Hildegarde de Bingen n’a cessé, depuis sa mort, d’inspirer femmes et hommes. Figure totale du Moyen-âge européen, elle déborde des limites du 12è siècle et de la vallée Rhin où elle vécut : depuis sa berge de fleuve, entre Mayence et Cologne, Hildegarde rayonne sur l’univers entier.
Née au moment où la première Croisade arrive à Jérusalem, elle meurt tandis que naissent les premiers chevaliers de romans. À son expérience de femme de pouvoir, son œuvre mêle observations et visions, unissant sous une même énergie vitale les mondes réels, imaginaires et divins.Léo Henry crée, autour de Hildegarde, un livre-monde qui emprunte ses formes autant au récit épique, qu’à l’hagiographie ou au roman picaresque. Une fresque, qui court de la création du monde à l’Apocalypse, et explore l’intrication du temps qui passe et des histoires que nous nous racontons.
Inclassable et foisonnant, Hildegarde est un roman merveilleux, un roman de l’émerveillement.
1098 Naissance de Hildegarde à Bermersheim, dixième enfant. 1101 Première vision (3 ans). 1112 Entrée au couvent du Disibodenberg (14 ans). 1136 Hildegarde devient abbesse du Disibodenberg (38 ans). 1141 Une vision lui ordonne de révéler les messages de l’Esprit, début de la rédaction du Scivias (43 ans). 1147 Validation de ses visions par le Pape et Bernard de Clairvaux (49 ans). 1148 Fondation au Rupertsberg, près de Bingen, d’un couvent féminin indépendant (50 ans). 1150 Début de la collation d’un recueil de chants 1158 Début des voyages de prédication. 1165 Fondation à Eibingen d’un second couvent exclusivement féminin. 1170 Derniers voyages de prédication (72 ans). 1174 Achèvement du Liber divinorum operum, troisième et dernier livre de visions. 1179 Mort au couvent du Rupertsberg de Bingen (81 ans).
2012 Béatification officielle par Benoît XVI
+ Lire la suite
autres livres classés : quête initiatiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Des titres qui chantent (6/?)

C'est une maison bleue, Dominique Dyens ----- indice : C'est une maison bleue adossée à la colline. On y vient à pied, on ne frappe pas : ceux qui vivent là ont jeté la clé...

Marie Laforêt
Georges Brassens
Maxime Le Forestier
Georges Moustaki

12 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : Chansons françaises , titresCréer un quiz sur ce livre