AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronique Patte (Traducteur)
ISBN : 2266114581
Éditeur : Pocket (17/10/2002)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 365 notes)
Résumé :

Du Sahara à la corne de l'Afrique, Ébène est un terrible et merveilleux voyage initiatique au gré des rencontres, des amitiés et des coups d'État à travers une vingtaine de pays d'Afrique noire.

L'auteur, Ryszard Kapuscinski, a débarqué au Ghana en 1958 comme correspondant d'une agence de presse polonaise. Il n'a cessé depuis de sillonner le continent et présente, au travers de 29 chapitres, les fragments de quatre décennies « d'aventures afr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
umezzu
  01 mai 2018
Kapuscinski, journaliste pour l'agence officielle polonaise du temps du communisme, a eu l'opportunité d'être envoyé en Afrique, et d'y couvrir les conflits et « luttes de libération ». Il y a rencontré des chefs d'état, des dictateurs, leur clique, leurs protégés, et tout un monde du quotidien très éloigné de sa culture. En esprit libre, il a su profiter de cette chance pour tenter de comprendre la culture et les modes de fonctionnement des sociétés des pays où il résidait. Cela a donné Ébène, un essai un peu poil à gratter, qui n'idéalise pas l'Afrique, mais essaye de trouver des explications à des habitudes bien ancrées. le rôle de la famille, au sens le plus large, de la tribu, du retour attendu de ceux qui réussissent à percer y était clairement exposé.
L'art de Kapuscinki est d'avoir su traduire le poids de la chaleur, l'incertitude du quotidien, les tensions politiques ou ethniques, le quête de nourriture... La présentation de Kapuscinki a peut être un peu vieilli, mais son regard reste tout à la fois clinique et humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
mariech
  27 décembre 2011
Ryszard Kapuscinski est polonais et commence un voyage en Afrique en 1958 , il a la particularité d'aller dans les quartiers africains et non pas dans les hôtels pour touristes . Il nous donne son avis sur les conflits africains du XX ième siècle et son récit est intemporel , en effet , rien ou si peu a changé sur ce continent dont une grande partie est continuellement en guerre . Il aborde notamment la vie de quelques dictateurs comme Amin Dada ( voir à ce sujet le magnifique film ' le dernier roi d' Ecosse ' qui offre un portrait un peu plus nuancé ) , il analyse le génocide du Rwanda de façon intelligente , nous explique l'origine incroyable du Libéria , où les anciens esclaves Afro -américains s'empressent de faire revivre l'esclavage . Pour celui qui est intéressé par le continent africain , je recommande Américan Darling de Russel Banks qui se passe au Libéria .
Conclusion , un livre intéressant pour ses nombreuses anecdotes et une belle analyse du continent africain .
Commenter  J’apprécie          340
Myriam3
  11 mai 2019
Gros gros coup de coeur! J'ai plongé dans ce livre autobiographique, cet essai sur le continent africain avec une passion que je n'aurais pas soupçonnée!
Ryszard Kapuscinski, journaliste polonais, parcourt une Afrique de l'aube des indépendances aux années 90 et est aux premières lignes des coups d'état qui embrasent le continent.
Du Sahara aux rives des deux océans, il observe et s'immisce dans la vie des plus pauvres, refusant les quartiers européens aux jardins ombragés pour rencontrer la population.
Le journaliste, en plus d'avoir une belle plume, fait montre d'une réelle humilité dans son regard sur ce continent aux moeurs et perceptions si différentes des Européens. Il observe, commente, critique d'un oeil curieux et ouvert, et il est clair qu'il veut expliquer au mieux qui est ce peuple pour déjouer toutes les interprétations ethnocentrées sur l'Europe.
J'ai découvert une Afrique belle mais aride, qui se reconstruit sur les ruines laissées suite aux indépendances sans avoir tous les outils indispensables à cette reconstruction politique.
Dans ce livre, c'est l'Afrique contemporaine, la vraie, avec toutes ses diversités, ses richesses et ses grandes misères, ses croyances, sa façon d'être au monde.
Fabuleux, et très émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
eco
  28 avril 2014
"Ébène" est un livre bouleversant. J'y suis rentré pour découvrir un continent fascinant dont je ne connais que trop peu de choses. Ce livre est d'ailleurs plus un carnet de voyage qu'un récit journalistique au sens propre.
On y suit les pérégrinations de Ryszard Kapuscinski dans son rôle de premier correspondant en Afrique pour un journal polonais. Pas de réelle chronologie donc et, suivant les chapitres, il faut parfois plusieurs pages avant de comprendre dans quel pays du continent on se trouve. C'est ce que j'ai aimé dans ce livre; ici, la subjectivité est de mise et on n'a donc pas l'impression de lire un cours sur l'Afrique. J'avais entamé cette lecture avec d'autant plus de pincettes que j'avais ouï-dire qu'il romançait un peu ses écrits (du genre "je vécus dans un appartement décrépit" alors qu'en fait "je vivais dans un hôtel 3 étoiles"); finalement, si ces errements ne desservent pas la pertinence ni la véracité de ses propos, je lui pardonne (il doit être content, tiens!).
Du Liberia, on passe par l'Éthiopie ou encore le Rwanda et chaque pays offre des particularités frappantes qu'elles soient historiques ou culturelles; on partage les surprises et les coups de gueule du journaliste quant à ce continent si différent de par son climat et sa culture. Parfois dur à lire tant la violence peut être très présente mais un ouvrage très enrichissant qui m'a donné envie d'en découvrir plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
luocine
  23 juin 2012
Quel choc !
Je dois cette lecture à Dominique qui a chroniqué Mes voyages avec Hérodotes que je vais me dépêcher de lire au plus vite.
Ma dernière réflexion en refermant le livre de Ryszard Kapusinski a été:«c'est tellement bien, je pense que tout le monde le connaît sauf moi»!
Si vous faites partie de ceux qui ont ,encore, la chance de ne pas l'avoir lu , réjouissez-vous, un grand plaisir vous attend, caché dans les pages d'Ébène .
Le reporter raconte son aventure africaine, il va à la rencontre des habitants , ne fuit aucun conflit ni aucune histoire douloureuse et comme les actualités télévisées vous le raconte à longueur d'années ce continent n 'en manquent pas.
A la lecture de ce livre on se rend compte qu'on ne connaît qu'une faible partie de massacres africains que beaucoup se passent dans le silence loin des caméras du monde.
On se promène donc au Ghana, au Liberia, en Éthiopie , en Érythrée , en Somalie, au Rwanda …
Partout la misère, la guerre, la destruction, et la nature implacable.
J 'ai déjà lu beaucoup de livres sur l'Afrique, l'originalité de cet auteur , c'est de partir d'expériences concrètes qu'il sait merveilleusement raconter .
Les description de la nature et de la chaleur sont inoubliables, je crois qu'aucun film ne permet de mieux comprendre à quel point la chaleur peut accabler l'homme et rendre toute activité superflue .
Par moment , j'ai cru relire les romans d'aventure qui ont charmé mon enfance. le combat à mort contre le cobra est un de ces instants où la lecture devient magique , on part ailleurs bien loin du monde facile et policé de mon petit coin de France.
Cela n'empêche pas l'auteur de cerner au plus près les problèmes politiques actuels et passés de cet incroyable continent, bien au contraire, toutes les images « folkloriques » de l'Afrique nous permettent de mieux comprendre le quotidien des habitants. Et lorsqu'il raconte toujours avec la même précision son attaque par la malaria , on se dit que les gens atteints de cette maladie et mal soignés ne peuvent guère faire autre chose que survivre .
On est loin des clichés d'une population bon enfant qui ne veut rien faire, dans la fournaise implacable , touché par la maladie, les hommes ne peuvent que survivre et surtout meurent très vite. Quand en plus la folie guerrière des armes s 'en mêlent c'est l'hécatombe assurée.
Je n'ai jamais eu envie de visiter l'Afrique et ce livre dit mieux que tout ce que j'ai toujours pensé que le touriste passe forcément à côté des réalités de ce continent .
Lien : http://luocine.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   28 septembre 2016
Pire, les autres cultures ont tendance à manifester de l'orgueil, à considérer tout ce qui leur est propre comme parfait. Bref elles sont dénuées de sens critique à l'égard d'elles-mêmes.
Les responsables de tous les maux, ce sont exclusivement les autres, les forces extérieures -- les complots, les agents; la domination étrangère sous diverses formes.
Elles considèrent tout jugement critique comme une attaque, comme une discrimination, comme du racisme.
Les représentant de ces cultures tiennent la critique pour une offense personnelle, une tentative préméditée de les humilier, voire pour une forme de cruauté............................Plutôt qu'un esprit critique, ils cultivent en eux de la rancoeur, des complexes, de la haine, de l'aigreur, du dépit, des phobies.
Or cela les rends incapables, culturellement, structurellement et durablement de progresser, incapables de créer en eux une volonté profonde de changement et de développement.
(p231)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
aventuriersaventuriers   16 mars 2008
Quatrième de couverture

Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais. Pendant des années, ce grand reporter doublé d'un écrivain sillonne le continent noir, habite les quartiers des Africains, s'expose à des conditions de vie qu'aucun correspondant occidental n'aurait acceptées.

Observateur exceptionnel, il croise des potentats comme Nkrumah, Kenyatta ou Idi Amin, témoigne de coups d'État et de guerre civiles; il essuie des fusillades, affronte des tempêtes sable et supporte l'indescriptible chaleur africaine. Mais Kapuscinski s'intéresse surtout aux gens et sait gagner leur confiance. Le tumulte de la vie quotidienne africaine le passionne davantage que les corruptions, les épidémies et les guerres meurtrières.

Ce livre majeur, attendu depuis longtemps, a reçu en 2000 le prestigieux prix littéraire italien Viareggio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
michelekastnermichelekastner   13 avril 2012
Le racisme, la haine de l'autre, le mépris et le désir d'extermination trouvent leurs racines dans les relations coloniales en Afrique. C'est là-bas que tout a été inventé et mis en pratique, bien des siècles avant que les systèmes totalitaires ne viennent greffer leurs expériences lugubres et honteuses sur l'Europe du XXème siècle. Autre conséquence de la monopolisation des contacts par cette classe d'obscurantistes : les langues européennes n'ont guère développé un lexique permettant de décrire de manière appropriée un univers autre que l'univers européen. des pans entiers du monde africain ne peuvent être appréhendés ni même effleurés à cause de l'indigence de la langue... Chaque langue européenne est riche, mais la richesse est au service de la description de sa propre culture, elle est là pour représenter son propre monde.
L'Afrique, ce sont des milliers de situations les plus diverses, les plus variées, les plus contradictoires. Quelqu'un vous dira : "Il y a la guerre là-bas". Et il aura raison. Un autre dira : "Là-bas, c'est calme". Et il aura raison aussi. Car tout dépend du lieu et du temps. A l'époque précoloniale, il existait en Afrique plus de dix mille petits Etats, royaumes, unions ethniques, fédérations. L'historien londonien Ronald Oliver met le doigt sur un paradoxe : il est d'usage de dire que les colons européens ont réalisé le partage de l'Afrique. Le partage ? s'étonne Oliver. Cela a plutôt été une unification, menée brutalement, par le fer et le feu. de deux mille, on est passé à 50.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
volubilaevolubilae   09 décembre 2017
Et enfin, la decouverte la plus importante : les hommes, les gens du pays, les indigènes. Étonnant la façon dont ils s'accordent à ce paysage, à cette lumière, à cette odeur ! Stupéfiant, la manière dont l'homme et son environnement vivent en symbiose, forment un ensemble indissociable et harmonieux, s'identifient l'un à l'autre! Incroyable, le degré d'intégration de chaque race à son paysage, à son climat ! C'est nous qui façonnons notre décor et c'est lui qui sculpte les traits de notre visage. Parmi ces palmiers, ces lianes, cette forêt vierge et cette jungle, l'homme blanc est comme une pièce rapportée, bizarre et discordante. Pâle, faible, la chemise trempée de sueur, les cheveux collés, sans cesse tourmenté par la soif, par un sentiment d'impuissance, par le spleen. Il a constamment peur: des moustiques, des amibes, des scorpions, des serpents. Tout ce qui bouge l'effraie, le terrorise, le panique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
luocineluocine   23 juin 2012
Les hommes ne sont pas affamés parce qu'il y a pénuries de vivres . En fait , le monde croule sous la nourriture. Mais entre ceux qui veulent manger et les magasins remplis se dresse un obstacle majeur: le jeu politique. Karthoum limite l'aide internationale destinée aux affamés . De nombreux avions arrivant à destination sont raflés par des chefs de bandes locales . Celui qui a une arme a des vivres . Celui qui a des vivres a le pouvoir . Nous sommes en présence d'hommes peu préoccupés de la transcendance ou de l'essence de l'âme , du sens de la vie et de la nature de l'existence . Nous sommes dans un monde où l'homme rampe pour tenter de racler dans la boue quelques grains de blés pour survivre jusqu'au lendemain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Ryszard Kapuscinski (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryszard Kapuscinski

Hippolyte présente Ryszard Kapuscinski, "Ebène", Pocket
Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d'une passion qui ne le quittera plus jamais....
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1685 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..