AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246815976
240 pages
Éditeur : Grasset (04/03/2020)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Voici le livre le plus personnel de Clémentine Mélois. Tout part de la lecture.
« D’abord, j’ouvre le livre en grand et je colle mon nez au milieu des pages pour les respirer. » C’est pour mieux s’imprégner de ses auteurs préférés, Simenon, Perec, Tolkien, à partir de ce qui peut paraître le plus insignifiant chez eux : les détails.
Comment se fait-il que, entrant dans un Maigret, les phrases « - Bonjour Janvier. – Bonjour, patron » font que nous... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
BurjBabil
  16 septembre 2020
C'est drôle comme les écrivains français contemporains aiment parler directement d'eux. On sait tous que les auteurs mettent toujours un peu de vécu dans leurs romans (enfin, cela dépend des genres, en SF et polar c'est différent) mais là cela devient un genre à part entière. Autobiographie d'un non engagé politique, d'un non aventurier . . . J'ai compris après coup que cela s'articulait autour de la littérature, une espèce d'hommage à sa bibliothèque et aux objets livres aussi. Autobiographie d'une lectrice donc.
Pourquoi pas après tout, certains y chercheront avec bonheur certainement les petits plaisirs de l'identification. Car retrouver les années 1980-2000, la bande son, Tolkien et tout un tas de trucs du genre, c'est sûr que cela fait sourire et que les « boomers » et les « X » se sentent chez eux. OK, c'est peut-être un peu facile et au sortir de ce livre, objectivement, on peut de demander ce qu'il en restera. Rien sans doute à part la sensation d'un moment agréable passé avec une auteure drôle, légère. Je crois que j'aimerais rencontrer Mme Mélois au cours d'une soirée entre amis, avec une bonne bouteille (influence de la foire aux vins ?). Cela serait moins long que la lire tout en profitant de sa faconde et de son humour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
fanfanouche24
  10 mars 2020
Une flânerie ce samedi 7 mars dans une de mes librairies de prédilection [Librairie Tschann,Bd du Montparnasse ] m'a fait dénicher 3 textes fort sympathiques dont celui-ci...
Vagabondages, digressions sur l'amour des livres, de la lecture, qui va de l'odeur des bouquins aux livres de chevet en passant par la passion de l'auteure pour la poésie. Après la fascination et l'émerveillement total pour "Le Seigneur des anneaux" de Tolkien, Clémentine Mélois avait décidé de ne plus lire de fictions... Elle s'est immergée dans la lecture de la poésie.... Elle nous fait partager son goût immodéré pour l'océan, les récits maritimes et d'aventures... le ton général est facétieux, plein de malice, et de clins d'oeil au lecteur !! Moult anecdotes d'une écrivaine, amoureuse des mots et des
listes-inventaires, qui nous narre ses manies de lectrice....
L'auteure parle de ses lectures préférées, dont le journal de Samuel Pepys.... le ton est allègre, joyeux, primesautier, plein de fantaisie....
"" Il semble que Pepys n'ait eu d'autre désir que de se montrer respectable et qu'il ait tenu un journal pour montrer qu'il ne l'était pas", disait Stevenson. A chaque relecture, je referme ce livre avec le sentiment chagrin de quitter un ami, mort depuis trois cent cinquante ans." (p. 134)
Une lecture plaisante, distrayante... pour tous les "accrocs de la lecture" et des livres....Quelques noms contemporains des Lettres m'étant inconnus qui ont éveillé ma curiosité: Victor Pouchet, Francis Tabouret, Jacques Jouet, Emmanuel Venet, etc.
"Lire les notes de la Pleïade avec ma loupe me donne le sentiment flatteur d'être un vieil intellectuel absorbé dans des recherches de première importance. "(p. 75)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
mumuboc
  17 février 2021
Incipit :
"Au commencement de chaque nouvelle lecture, il me faut un temps d'imprégnation. C'est comme de se baigner dans l'océan Atlantique : il paraît qu'il faut d'abord se mouiller la nuque. Les premières lignes y sont pour beaucoup. C'est une façon de prendre la température de l'eau du bout du pied ou parfois une vague entière en pleine figure (de cet océan qui monte, nous dit-on, à la vitesse d'une cheval au galop).(p11)3
Cela commençait bien .... C'était tout moi et alors comment résister à la lecture d'un récit-témoignage d'une lectrice (écrivaine) qui évoque ses plaisirs au contact des livres mais également de ses lectures. Nous avons parfois l'impression d'être atteint(e)s d'une forme de trouble du comportement à l'approche d'un ouvrage, d'une librairie, des sentiments divers et variés qui nous traversent au fil des pages et cherchons à savoir de temps en temps si tout cela est grave, Docteur, si nous devons nous soigner ou si nous ne sommes pas seul(e)s à les avoir.
L'odeur du livre, les frénésies d'achats, les piles qui s'entassent et qui rassurent, le besoin d'avoir des réserves, les habitudes des endroits choisis pour lire tout cela Clémentine Mélois l'évoque dans ce petit "livre rouge". C'est tout cela mais également bien d'autres choses car le sujet est l'occasion de disgressions nombreuses vers d'autres univers : l'écriture, les voyages en train, la musique (en incorporant bon nombre de paroles de chansons amenées par les pensées ....) etc.....
Ce que j'ai le plus aimé c'est tout ce qui est lié directement à la lecture, aux sensations ressenties, les voyages immobiles qu'elle procure, l'influence des références lues et retrouvées ensuite et qui parfois ressortent dans notre quotidien, le sentiment de découvrir des univers qui nous semblent tellement loin de nous et que l'on aurait jamais explorés ou visités.
Clémentine Mélois le fait avec ironie, fraîcheur, de façon malicieuse, laissant vagabonder son esprit autour du thème : voyages, références, ses auteurs fétiches qui m'étaient totalement inconnus pour certains n'hésitant pas parfois à régler certains comptes avec auteurs et personnages de romans et j'ai visité sous sa houlette sa chambre et ses piles de livres, son lieu à elle pour écrire et c'est finalement une sorte d'inventaire à la Georges Perec des tics, manies, réflexes de lectrice s'appuyant sur Maigret et ses sandwiches pour mener son enquête, nous offrant une foule de références littéraires qui vont s'ajouter à notre liste déjà longue. Alors là je ne sais pas si je lui dis Merci.... 
J'ai aimé parce qu'il parlait d'elle, auteure, mais également de moi, de vous, sur un ton léger mais pertinent et puis parce que cela fait du bien de lire que l'on est pas fada mais simplement des lect(rices)eurs passionné(e)s ayant le même trouble la lecturemania... Une petite parenthèse enchantée sur un univers qui peuple nos jours et parfois nos nuits pour notre plus grand bonheur.
Lien : https://mumudanslebocage.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bazart
  28 avril 2020
Clémentine Mélois plasticienne formée aux Beaux arts est également une romancière biberonnée à l'Oulipo l'école de Raymond Queneau et de Georges Perec
Dans "Dehors la tempete", son vibrant hommage à la littérature qui vient de paraitre chez Grasset, elle revient longuement sur les littératures de son enfance, cite sa Bretagne natale et son amour pour Moby Dick-(« le capitaine Achab arpente le pont, j'entends au-dessus de ma tête les grincements du bois au passage de sa jambe d'ivoire. » )
Clémentine Mélois nous fait partager cette expérience intime et en même temps universelle qu'est le plaisir de la lecture. Mêlant souvenirs autobiographiques et récit de personnages de fiction son Dehors la tempête ( titre ô combien prémonitoire) séduira à coup sur les nombreux amoureux de littérature.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          240
zazy
  24 mars 2021
Voici le préliminaires dans son intégralité
« D'abord, j'ouvre le livre en grand et je colle mon nez au milieu des pages pour les respirer. Chaque édition a son identité olfactive très singulière faite d'encre grasse, de papier et de moisissures. Mes souvenirs de lecture sont indissociables de l'odeur des livres. L'île au trésor a son odeur de foin rance, le Seigneur des Anneaux a son odeur de grenier chaud…. Et, lorsqu'il m'est arrivé de les relire dans une autre édition, c'est comme si quelque chose clochait, comme s'il manquait un truc. Comme un café servi dans un verre à eau ou du vin dans une tasse à thé. (Ayant toutefois conscience de la bizarrerie de cette manie, je fais en sorte de personne n'en soit témoin). »
Et bien, voyez-vous, chère Clémentine Mélois, je vous ressemble sur ce point. Il m'est très difficile d'acheter la version poche lorsque j'ai dû rendre un livre, à la bibliothèque du village voisin. Il faut que je le recherche en sa première version, (bouquinistes, Emmaüs et recyclelivre que je viens de découvrir). Par contre, je peux, sans aucun problème acheter un livre de poche non encore lu. Bizarre, vous avez dit bizarre ?
Le livre est avant tout un objet qui peut m'amener au plaisir, un objet que je renifle, feuillette chez le libraire (qui doit rire dans son coin), mais bon, des fêlés mordus, il doit y en avoir des centaines !
Oui, il faut le temps de s'imprégner et la première page, toute attirante ou repoussante quelle soit, est la porte d'entrée dans le palais des délices… Ou pas. Votre inventivité marche à fond… Jusqu'à imaginer l'auteur à sa table de travail avec tous les déguisements idoines.
Chez vous, on ne fait pas bibliothèque commune, comme nous, où chacun à ses étagères, moi plus que Lui
Vous vous et nous posez des questions « Qu'en est-il du merveilleux ? Peut-être en est-il de cela comme du soleil, pour lequel nous disposons paraît-il d'un capital. Où en suis-je de mon capital émerveillement ? »
Le vôtre ? Il est intact, pour preuve, votre joie en découvrant, dans la bibliothèque de jean Giono, que vous aviez souligné les mêmes paragraphes dans le Journal de Samuel Pepys.
Une bibliothèque est comme un portrait. Dans le choix des livres et dans leur classement se révèle, il me semble, la vraie nature des gens. » Oui, une bibliothèque est quelque chose de très intime.
L'Océan est très présent, même si vous n'appréciez la mer que vue de la terre et j'ai aimé l'image de la vague qui vous submerge à la lecture d'un livre. Et puis, les livres furent là pour vous emmener sur l'Océan déchaîné (Moby Dick…).
En ces temps où je suis peu ou prou cloîtrées, les livres m'embarquent. Ainsi, je reviens du Vietnam (Kim Thuy) et de Palestine (Karim Kattan), après un passage en Islande (Arlanldur Indridason), en Ecosse , sans oublier la France (Dimitri Rouchon-Borie). En ce moment, je suis en Russie (Sergueï Lebedev)...Même pas peur des distances et des décalages horaires.
J'ai aimé votre gourmandise, votre humour (compter tous les verres que s'enfile Maigret dans la journée, j'avoue ne jamais y avoir pensé!), le ton léger, les phrases légères et bien tournées, les réflexions induites par vos lectures. J'ai aimé que vous vous dévoiliez à travers vos livres. J'ai aimé votre vu livresque.
Rien ne remplace et ne remplacera l'odeur des livres, les pages cornées, soulignées. Ne parlons pas des piles !! une liseuse ne peut m'apporter cette jouissance. Une bibliothèque virtuelle, cela n'a pas de sens ! Comment caresser les livres lorsque je passe devant une bibliothèque, le plaisir de les épousseter (oh, rassurez-vous pas souvent!). le plaisir de l'évasion que me donne les pages lues va de pair avec l'ancrage terrestre de MES bibliothèques.
Clémentine Mélois, dehors peut souffler la tempête, un livre nous trouvera toujours et nous emportera dans ses lignes.
Vous faites appel à Pérec dont je viens de terminer « Tentative d'épuisement d'un leu parisien » où, quotidiennement, il dresse la liste de tout ce qui passe devant sa table de bistrot. C'est cela aussi les livres, des ponts entre plusieurs lectures successives.
Merci pour ce livre qui est parle avec légèreté, mâtiné d'une tendre ironie avec la malice idoine, d'un sujet très sérieux, le livre, la lecture.
Lien : https://zazymut.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   16 septembre 2020
Le glissement de terrain qui venait d’emporter la bibliothèque avait ainsi entraîné la chute de tous mes livres. Ils gisaient dans la pièce, certains béant dans une position pas naturelle. Des pages cornées étaient à craindre, peut-être même pire. Le mur, construit dans ce qui ressemblait à de la bouse de vache mélangée à des cailloux, n’était pas à même de supporter le poids de toute cette littérature. Tout s’est écroulé, tout s’est mélangé, bouts de mur en bouse de vache, planches, équerres, livres, comme une coulée de lave ou de boue, dans un fracassant nuage de poussière. Le Grand Effondrement aurait pu me coûter la vie. C’eût été une belle mort, comme Molière ou comme Dalida qui voulait mourir sur scène. J’ai survécu, tant pis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24fanfanouche24   09 mars 2020
C'est ainsi que la poésie est devenue ma méthadone. (...)
Dans le désordre, au hasard des découvertes, sans professeur, sans consigne et sans analyse de texte, j'ai lu et aimé ces textes pour ce qu'ils offraient, chacun pour une raison différente, sans me demander pourquoi, sans toujours les comprendre, sans savoir ce qu'était la poésie, sans savoir ce qu'était l'art, juste pour le plaisir de lire les mots comme on prendrait son goûter. Découvrant, ravie, émerveillée, qu'il existait d'autres émotions de lecture que celles que suscite la seule narration. (p. 112)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
fanfanouche24fanfanouche24   09 mars 2020
Je n'aimerais pas être marin mais je ne connais pas de plus grand plaisir que celui de lire des histoires d'aventures maritimes, à l'abri et au sec sur la terre ferme, tandis qu'au-dehors la tempête- c'est-à-dire l'infini- fait rage inutilement. (p. 43)
Commenter  J’apprécie          110
mumubocmumuboc   17 février 2021
Au commencement de chaque nouvelle lecture, il me faut un temps d'imprégnation. C'est comme de se baigner dans l'océan Atlantique : il paraît qu'il faut d'abord se mouiller la nuque. Les premières lignes y sont pour beaucoup. C'est une façon de prendre la température de l'eau du bout du pied ou parfois une vague entière en pleine figure (de cet océan qui monte, nous dit-on, à la vitesse d'une cheval au galop).(p11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Isa24Isa24   03 octobre 2020
Mes livres


Je ne les corne pas.
Je ne les annote pas.
Je ne les retourne pas.
Je ne les jette pas.
Je ne les prête pas volontiers.

Je les respire.
Je les accumule.
Je les chéris.
Je les empile.
Je les lis.
Je les relis.
Je n’arrive pas à les lire.
Je ne les termine pas.
Je les range.
Je les oublie.
Je les perds.
Je les cherche.
Je les rachète.
Je les retrouve.
Je les rachète en double.
Je les rachète en triple.
Je les emporte avec moi.
Je les transporte.
Je les oublie.
Je les redécouvre.
Je m’aperçois qu’en fait je les avais déjà lus.
J’y glisse des marque-pages, souvenirs de moments de lecture.
Je note au crayon, sur la page de garde, le lieu et la date de leur acquisition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21

Videos de Clémentine Mélois (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clémentine Mélois
Rencontre avec Clémentine Mélois, “Les six fonctions du langage” (Seuil) Rencontre présentée par : Bertrand Mirande Iriberry, éditeur indépendant
Jalousies, trahisons, bagarres, cafés gourmands, photocopieuses en panne et tendres baisers: Clémentine Mélois, plasticienne, écrivaine et membre de l'Oulipo, connue pour ses détournements de classiques de la littérature revus et passés à la moulinette de la culture pop ("Cent titres", Grasset) s'empare du très populaire roman-photo pour étudier le langage dans toutes ses fonctions.
Retrouvez son livre chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/

Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : amour des livresVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quel fatras !! 📚 🚪

Jules Verne :

de la terre à la dune
de la terre à la lune
sept semaines en ballon

12 questions
130 lecteurs ont répondu
Thèmes : lettres , titres , jeux de langage , littérature , baba yagaCréer un quiz sur ce livre

.. ..