AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081347768
Éditeur : Flammarion (09/09/2015)

Note moyenne : 2.66/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Un inventaire humoristique et poétique des livres que l'auteure a pu apercevoir dans le métro parisien, composant un parcours dans le monde du livre de poche, de la littérature populaire et des classiques.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Corboland78
  22 mars 2016
Laure Murat, née en 1967 à Paris, est une historienne et écrivain française. Son champ d'études s'étend à l'histoire de la culture, l'histoire de la psychiatrie, les études de genre. Elle est actuellement professeure au « Département d'études françaises et francophones » de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA).
Flaubert à la Motte-Picquet, paru à l'automne dernier, est un très court essai sous forme de récit, consacré aux livres lus par les usagers du métro. En moins de cent pages Laure Murat ne peut pas nous offrir une analyse extrêmement pointue mais elle réussit parfaitement à ouvrir des pistes de réflexions diverses, livrer quelques informations instructives en quelques mots ou phrases et tout du long, nous faire sourire et même – mais ce n'est qu'une impression personnelle – se peindre en creux, à savoir qu'elle doit être une femme énergique et possédant son petit caractère, comme on dit…
Laure Murat a donc sillonné le réseau métropolitain parisien durant plusieurs mois pour des raisons professionnelles, en profitant pour noter dans un calepin, les livres que lisaient les gens pour en tirer une synthèse : le lectorat est majoritairement féminin, il lit des romans et surtout étrangers.
On sourit à imaginer l'auteure se tortiller sur son siège pour découvrir ce que lit son voisin, on tique un peu d'étonnement parfois (la religieuse ou la rencontre avec François Bégaudeau), n'est-ce pas une astuce pour mieux servir son propos ? On s'étonne aussi de cette attaque en règle et incongrue sur David Foenkinos ou ses propos mi-figue mi-raisin sur Eric-Emmanuel Schmitt, mais d'un autre côté je n'ai rien contre un peu de méchanceté gratuite envers les écrivains établis, ça nous change un peu des discours lénifiants. On peut aussi ne pas être d'accord avec elle sur tout (le livre numérique) mais se réjouir à la lecture du chapitre sur les livres de poche qui « ne rentrent dans aucune poche » ! Enfin on s'instruit, du moins je m'instruis en apprenant que les lignes de métro 2 et 6 reproduisent « sous terre, le tracé du mur des fermiers généraux, élevé à partir de 1784 ».
Bon j'arrête là, vous le voyez, un bouquin minuscule en pagination mais délectable à lire et plein de petites choses très intéressantes ou demandant à être développées. Un livre idéal pour la lecture dans le métro et qui plus est, n'en déplaise à l'auteure, dans un format permettant de le glisser dans une poche (j'ai essayé, il rentre dans la poche arrière de mon jean !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YANCOU
  01 mai 2016
Pendant son travail de recherche sur la relecture, Laure Murat en a profité pour piquer la lubie d'un passager du métro, lubie qui consiste à l'établissement de liste des livres lus dans le métro, justement. Ainsi, parallèlement à son livre intitulé Relire, enquête sur une passion littéraire, parait ce petit livre, Flaubert à la Motte-Picquet, d'à peine 96 pages et qui relate ses découvertes. C'est léger, c'est amusant, et je ne dis pas ça uniquement par que moi aussi je lis tous les jours dans les transports en public.
Dans ce livre on y croise Bégaudeau et François Bon - en vrai ! et des livres, parfois peu, parfois beaucoup, selon les lignes, les lieux - Paris, New-York, Los Angeles -, et aussi, bien sûr, des lecteurs, dont l'auteure tente dans quelques chapitres de dévoiler la personnalité à travers leur lecture. À la fin on trouve aussi une liste des livres vus durant cette petite enquête ludique : La vérité sur l'affaire Harry Québert, de Joël Dicker, lu par une jeune femme, alors que lors d'un autre voyage en métro c'est un homme, la trentaine, qui lit Bel-Ami de Maupassant, et un autre homme encore, lors d'un autre parcours, est lui plongé dans Comment parler des lieux où l'on a pas été ? de Pierre Bayard - presque une mise en abîme. Mais comme le sujet s'épuise vite, Laure Murat passe aussi en revue les publicités sur les livres qu'on voit dans le métro, dont elle dit que "l'indigence le dispute à la débilité" (page 39). On trouvera aussi un hilarant chapitre consacré à Foenkinos - peu apprécié de Laure Murat qui confesse toutefois ne pas l'avoir lu - qui décrit une séance de signature où l'auteur de la délicatesse discute avec son voisin de table dans le seul but de rallonger sa queue de fans pour dépasser celle d'Annie Ernaux qui signe aussi à une dizaine de mètres de lui... Ce passage du livre de Laure Murat ramène d'ailleurs à celui de François Bégaudeau, La politesse (dont je parlais il y a quelques mois, voir là).
Belle éloge de la lecture dans le métro, et de la lecture tout court, qui est devenue un phénomène presque underground, ce livre se lit avec grand plaisir, et donne, bien sûr, mille et une envies de (re)lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
maylibel
  21 janvier 2016
Ce livre part d'une rencontre dans le métro, celle de Laure Murat avec un homme qui relève les titres des ouvrages lus dans les moyens de transport collectifs. L'auteure décide alors de faire la même chose durant quelques mois.
Cette enquête est devenue un récit autobiographique très sympathique, où elle raconte sans fard ses investigations (et les conditions parfois compliquées dans lesquels elles ont lieu : pas toujours facile de découvrir le titre de l'ouvrage lu par un autre voyageur sans devenir indiscret), les coïncidences surprenantes auxquelles elles donnent lieu, les réflexions que cela lui inspire. C'est souvent drôle (l'auteure ne cherchant absolument pas à se prendre au sérieux), juste, et toujours bourré de charme.
Un livre sans doute peu scientifique mais très agréable à lire, et dans lequel une lectrice curieuse (accessoirement volontiers adepte du métro) comme moi ne peut manquer de se reconnaître !
Commenter  J’apprécie          64
benleb
  02 décembre 2015
Alors qu'elle écrivait un ouvrage sérieux, sinon universitaire, sur la notion de relecture, Laure Dumat a profité des trajets dans le métropolitain parisien, et un peu américain, occasionnés par ce travail, pour écrire un ouvrage récréatif mais intellectuellement stimulant..
Pour "Flaubert à la Motte-Picquet", elle s'est contentée de noter les lectures de ses co-passagers, les accompagnant de ses réflexions. Cela donnne un essai de sociologie culturelle, critique littéraire, psychologie, etc.. sauvages. Cela me parait aussi une occasion pour exprimer ses amours et ses haines littéraires (elle parait vraiment détester Foenkinos). Elle ne se prend pas au sérieux, et je ne prends pas son ouvrage au sérieux; mais elle offre des pistes de réflexion, au gré de ses lectures de couvertures.
La meilleure partie du livre est dans les listes des livres qu'elle a notés dans le métro; comme toutes les listes de lectures, elles incitent à la découverte.
En gros, un ouvrage léger et court, qu'on peut lire en un trajet de ligne de métro, mais qui incite à réfléchir et surtout à lire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Accalia
  17 décembre 2016
J'ai entendu parler de ce petit livre sur le blog le Salon de Mrs Pepys fin juillet et j'en avais parlé de manière assez enthousiaste à mon mari. Les derniers mois ayant été difficiles, il a sauté sur l'occasion pour me faire plaisir et il l'a inclus dans sa box littéraire fin juillet.
Et franchement, aussitôt reçu, aussitôt lu!
Il faut le dire, j'adore les livres qui parlent de livres, de réflexions littéraires, de pensées de lecteurs, de listes et de futures idées de lecture. J'étais donc sûre de trouver un certain intérêt à ce livre.
Si j'ai deux critiques à émettre, c'est tout d'abord son prix, qui est assez scandaleux je trouve. 8 euros pour moins de 100 pages, la maison d'édition se fait plaisir!
Et je trouve aussi ce documentaire beaucoup trop court…j'aurais voulu qu'il dure encore bien des pages, que son expérience soit plus longue et plus approfondie (qu'elle s'y consacre réellement un moment en fait!). Disons que je reste vraiment sur ma faim, c'est dommage!
A cause de cela, je suis obligée de le classer dans la catégorie « ni agréable ni désagréable », même si j'ai passé un bon moment ( une bonne heure quoi…), et c'est vraiment dommage. J'aurais vraiment voulu que cela soit plus qu'une sorte de passe-temps, une expérience sans conséquence, mais qu'elle se plonge véritablement dans cette idée. du coup, je ne peux même pas vous en parler longuement, sous peine de raconter tout le livre.
Surtout que ses réflexions sont plutôt agréables à suivre et intéressantes! J'aime beaucoup ce qu'elle dit sur la lecture numérique, qu'elle compare au livre de poche (et du scandale de sa naissance à l'époque, voir la citation!), sur les coïncidences qu'elle rencontre. On a envie d'en savoir plus!
A la fin du documentaire, elle liste tous les livres qu'elle a rencontré. On peut y trouver des idées de lecture. J'aime bien cette partie, surtout que c'est typiquement quelque chose que je fais, essayer de voir ce que mes voisins de transport en commun lisent. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Aussi bien des essais que des romans, des classiques que des best-sellers…c'est assez drôle à voir!
Quand je prenais les transports en commun, je lisais rarement de gros pavés ou des classiques dans les trains, ayant du mal à me concentrer s'il y a trop de mouvements et de bruits. Je privilégiais plutôt les petits livres plus simples et rapides. Mais je lisais plusieurs livres à la fois, donc cela me facilitait la tâche!
———————————-
Un tout petit livre que je prendrais plaisir à feuilleter de temps à autre quand je ne sais plus trop quoi lire et que je suis somme toute contente de pouvoir mettre à côté de mes livres sur la lecture.
Trop court et un peu trop cher, il y a des réflexions intéressantes et cela peut donner des idées de lecture. Mais je ne peux pas vous encourager à l'acheter les yeux fermés, feuilletez le avant à la librairie ou à la bibliothèque afin de ne pas être déçus.
Lien : https://writeifyouplease.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
YANCOUYANCOU   01 mai 2016
"de près, de loin, en profondeur, en surface ou à distance, y a-t-il non pas une méthode mais un style metroreading - comme on a inventé la figure du metrosexual, cet hétéro dandy des grandes villes ? Comment lit-on quand on lit dans le métro ? Que ressent-on du texte, qu'en retire-t-on ? Lecture refuge, de type walkman, destinée à s'isoler, lecture forcément bringuebalante et hachée par la faute du trajet à Paris n'est jamais bien long, la metroreading est d'abord une activité vagabonde, associée au déplacement d'un monde à l'autre. Riccardo Piglia, dans ce très bel essai qu'est Le Dernier Lecteur, parce de la spécificité du lien entre la littérature et le voyage en train, dont Walter Benjamin disait : "Mais qu'Est-ce que le voyage procure au lecteur ? Quand donc est-il pris à ce point par la lecture et sert-il l'existence de son héros mêlée à la sienne propre avec autant de certitude ? Son corps n'est-il pas la navette qui, à la cadence des roues, passe inlassablement à travers la chaîne, le livre du destin de son héros ? On ne lisait pas en diligence et on ne lit pas en auto. La lecture de voyage est tout aussi inséparable du déplacement en chemin de fer que l'arrêt dans les gares."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Corboland78Corboland78   22 mars 2016
A rebours de toutes les prévisions sinistres du XXIe siècle, la lecture augmentera selon une courbe sûre et régulière. La télévision n’existera plus (ça, c’est déjà quasiment réglé). Les libraires, libérés de la manutention, des retours, des offices, des bordereaux, de la comptabilité, des classements, de la paperasse et de l’ordre alphabétique au profit du tout-numérique, se consacreront exclusivement à leur activité de conseillers et de passeurs. Les auteurs toucheront 90% des droits qui leur reviennent naturellement, et en reverseront 10% à l’éditeur, qui dira merci. Ce sera une époque formidable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ParCheminParChemin   06 mars 2016
Il faudrait que je fasse plus attention aux lectrices et aux lecteurs. Dans mon obsession à deviner les titres, j'en oublie les visages concentrés et les mains qui feuillettent. Or il suffit de faire un peu attention pour se rendre compte que le corps du lecteur ressemble souvent, littéralement ou par métaphore, à son livre - effet de projection, bien sûr, mais pas seulement.

Commenter  J’apprécie          30
benlebbenleb   02 décembre 2015
Le respect excessif de l'objet, qui culmine dans la bibliophilie et le marché bibliomaniaque, m'a toujours laissée coite et, bizarrement, un peu mélancolique, comme si j'assistais à un détournement.
Mon père, qui aimait tant la littérature, annotait ses volumes de bibliothèque de la Pléiade à l'encre bleue ou au feutre rouge, outrages auxquels la subtilité diaphane de la page résistait mal.
Commenter  J’apprécie          10
ValerieLacailleValerieLacaille   18 février 2016
Ce sera finalement "Flaubert à La Motte - Picquet". C'est sobre et ça sonne bien. Quelques tests dans mon entourage le confirment. Maintenant, il ne me reste plus qu'à trouver une lectrice de "Bouvard et Pécuchet" ou un lecteur de "Madame Bovary" à ladite station, obéissant en cela à une règle toute flaubertienne selon laquelle la réalité ratifie la fiction et non l'inverse.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Laure Murat (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laure Murat
Jusqu'où faut-il aller pour s'approprier un récit ? L'immersion est-elle une condition à l'écriture ? Autant de questions que l'on se pose avec nos deux invitées, toutes deux femmes du monde des lettres : Emma Becker, écrivaine vivant à Berlin, est l'auteure de "Mr" (2011) et "Alice" (2015). Elle a, deux ans durant, travaillé dans une maison close afin de saisir, dit-elle, le métier de prostituée de l'intérieur, au point d'en devenir une elle-même. le résultat en sera "La Maison", publié chez Flammarion en 2019. Laure Murat est essayiste et professeure à UCLA, au "Département d'études françaises et francophones", spécialiste de l'histoire de la littérature. Elle a publié l'an passé Une révolution sexuelle ? Réflexions sur l'après-Weinstein (Stock, 2018)
La Grande table Idées d'Olivia Gesbert – émission du 29 août 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤22DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : métroVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
451 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre