AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246855804
Éditeur : Grasset (11/10/2017)
4.18/5   19 notes
Résumé :
1942, quai de la gare des Aubrais:Bernard Prazan, 7 ans, serre fort la main de Thérèse qu'il doit appeler Tata mais qu'il connait à peine.
Quelques heures plus tôt, sa véritable tante les a confiés, lui et sa soeur,, à cette inconnue pour qu'elle les fasse passer en zone libre.Mais au moment de quitter la gare, l'enfant comprend au regard de la passeuse qu'elle va les livrer aux Allemands.Pourtant, elle se ravise et les sauve.
Dénoncée à son tour pour ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 19 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Annette55
  17 octobre 2017
Dans une enquête fouillée et minutieuse, à la fois personnelle et historique , l'auteur remonte le fil intime , singulier de la mémoire familiale persécutée, infiniment meurtrie par la guerre et la déportation....
Mêlant l'histoire de son père, Bernard Prazan, devenu un galériste connu, qui, en 1942, à l'âge de 7ans , échappait à la Shoah, en devenant un enfant caché....et le destin de-La-passeuse , cette inconnue, qui les a fait passer , lui et sa soeur , en zone libre.
Dénoncée à son tour et déportée, elle reviendra ( elle a côtoyé dans les camps : Charlotte-Delbo" et Maryse-Vaillant-Couturier....entre autres....)
L'auteur l'a retrouvée et interrogée.
Bernard Prazan, de son vivant a toujours affirmé qu'elle travaillait pour la Gestapo?
Qui était - elle vraiment ?
Collabo repentie ?
Une juste ignorée ?
Ce livre- Document, lu d'une traite, est animé par la volonté farouche, vibrante, de comprendre enfin, ce père, celui, qui, une grande partie de sa vie, resta fermé, taiseux,silencieux, pudique, muré, paralysé dans le silence.....
Un témoignage viscéral, bouleversant , puissant, un sauvetage énigmatique.
Une enquête qui bouscule et montre que L'Histoire n'est pas Peuplée que de Héros ou de Salauds.
Ce serait trop simple !
Je n'en dirai pas plus .
" L'histoire, c'est la passion des fils qui voudraient comprendre les pères "
Au final, un récit passionnant et dérangeant , pétri d'émotions où l'héroïsme se mêle aux actions les moins avouables.
Toutes les familles ont leur secret.La Passeuse, un livre à lire absolument .Merci à Marie , ma libraire de la taverne du livre à Nancy.!
Ce n'est que mon avis, bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4012
Caliban
  27 juillet 2018
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours pratiqué la lecture alternée, ce qui --- je trouve--- délasse tout en stimulant l'interêt . Plongé en plein" lambeau" de Philippe-Lancon, j'ai pensé me détendre en lisant "La passeuse" de Michaël Prazan . Ce livre m'a ( beaucoup ) intéressé mais pour la détente je repasserai .
Ce n'est pas un roman, c'est un récit, complexe et douloureux dont je ne suis pas certain qu'i intéressera la "masse lectorale"car le thème, loin de tout romantisme échevelé, est celui de la recherche par un fils du destin de son père et de sa famille (juive ) pendant et après la seconde guerre mondiale ( "l'après" ne concernant bien sûr que les survivants ) .
Je me suis toujours intéressé à l' Histoire et à la Shoah, j'ai vécu, gamin, cette époque aux relents nauséabonds et je trouve que Michaël Prazan a remarquablement rendu l'ambiance, l'atmosphère de la période tout en effectuant un gigantesque travail de recherche,il recueillera les suffrages des mordus de l'Histoire comme il a recueilli les miens et je me suis rendu compte en le lisant que si "le diable se niche dans les détails", la vérité peut s'y glisser aussi . Un bouquin vraiment intéressant donc,mais qui ne sera pas forcément goùté par tout le monde
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
coquinnette1974
  25 novembre 2017
Merci à net galley et aux éditions Grasset de m'avoir permis de lire La passeuse de Michaël Prazan.
Cet ouvrage n'est pas un roman, c'est un documentaire en deux parties, la première avec le témoignage du père de l'auteur : Bernard Prazan, et la seconde partie est sur la passeuse, qui a aidé Bernard a passé en zone libre pendant la seconde guerre mondiale.
C'est très intéressant car nous avons deux points de vue, celui de l'enfant devenu adulte. Mais aussi celui d'une vieille dame qui n'a pas oublié les risques pris pour faire passer Bernard et sa soeur, tous deux juifs.
Le narrateur est Michaël, fils de Bernard, qui a fait toute une enquête pour découvrir qui était vraiment Thérèse. Car son père était persuadé que celle-ci jouait un double jeu et qu'elle allait les livrer aux allemands !
J'ai beaucoup aimé La passeuse, très bon documentaire dont l'enquête est passionnante.
C'est bien écrit, bien ficelé et le fait que ce soit en deux parties distinctes est une très bonne idée.
Je m'attendait à un roman, ce n'en n'est point un mais c'est malgré tout un bon ouvrage, captivant, à qui je mets quatre étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Sallyrose
  14 novembre 2017

À la gare des Aubrais, non loin de la ligne de démarcation, Thérèse lance un regard ambigu aux 2 jeunes enfants qui l'accompagnent. Il s'agit de Bernard et Jeannette. Ils sont juifs, nous sommes en 1942 et ils ont été confiés à cette femme pour être mis à l'abri en zone libre.
Bernard n'oubliera jamais ce regard et dans les récits parcimonieux qu'il fera plus tard de cet épisode, il évoquera toujours sa conviction : Thérèse était de mèche avec la Gestapo et pourtant, ce jour-là, elle a décidé de faire passer les enfants.
Ce récit n'est pas un roman. le narrateur est le fils de Bernard et par l'intermédiaire d'une enquête sur les enfants juifs rescapés, il va obtenir de celui-ci des détails encore non transmis sur ce passage.
Dans une seconde partie, c'est la retranscription de l'entretien avec Thérèse, finalement retrouvée et qui va mettre en lumière les circonstances de ce périple mais aussi ses conséquences.
Ce récit fait suite à un documentaire, La passeuse des Aubrais, diffusé sur Arte en juin 2017, multi-primé.
Je m'attendais à un roman. J'ai trouvé un récit bouleversant sur l'histoire de ce jeune garçon devenu homme, les multiples circonstances qui l'ont épargné, ses relations avec son fils, avec la vie. Et encore plus inattendu dans ma lecture, l'entretien avec Thérèse, femme âgée de plus de 90 ans qui apporte des détails poignants sur le prix qu'elle a payé pour son acte de bravoure, sur l'affection qu'elle a toujours gardée en son coeur pour ce jeune garçon.
C'est doux, c'est touchant, c'est bouleversant, c'est une somme de coïncidences, de rencontres. C'est la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
stefart0
  02 juin 2018
Enorme coup de coeur pour ce livre dont les personnages me hantent encore plusieurs jours après la fin de ma lecture. Tirée de l'histoire vraie de Bernard, gamin juif de 6 ans en 1942 dont Michael Prazan, son fils, mène l'enquête pour savoir ce qui s'est réellement passé sur le quai de cette gare des Aubrais durant cette année 42. La première partie est consacrée à son père dès lors qu'il l'amène à l'INA pour qu'il y raconte sa vie d'enfant juif pendant la guerre. La deuxième partie raconte le destin de Thérèse, la passeuse, durant cette période. Tandis que la troisième partie parle des retrouvailles qui auraient eu lieu entre Bernard et Thérèse dans les années 60. Ce livre est bouleversant car il raconte la vie des enfants juifs durant la guerre comme aucun autre livre ne l'avait raconté. J'ai appris énormément sur cette période et sur ce que les enfants juifs avaient dû affronter. Et aussi décrit de façon crue ce qu'était la vie dans les camps de concentration et d'extermination et ce que les rescapés avaient subit. Y est également narré le comportement de certains Français collabos comme ce salopard de Pierre Lussac qui utilisait le titre de passeur pour remettre des juifs à la Gestapo. J'ai tellement eu l'impression de vivre cette histoire que dès le livre terminé, je suis allée voir sur Arte le document-témoignage que Michael Prazan avait tourné. Cela m'a fait bizarre de voir "en vrai" Bernard, Thérèse, la tante Gisèle, la cousine Rosalie directement gazée à son arrivée à Auschwitz. Un livre magnifique, une histoire bouleversante et des gens dont je me souviendrais longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Annette55Annette55   17 octobre 2017
"Je suis né vingt-cinq ans après le retour des camps.La Shoah était partout.
Dans les sautes d'humeur, les non-dits, les ridules formées entre les yeux, jusque dans l'air que nous respirions.............J'ai grandi avec les mots"Déportés", "camps de concentration", Holocauste", ---Ceux de "Génocide"- "-Shoah"---"Camps d'extermination --"sont venus ..........plus tard".
Commenter  J’apprécie          150
DianeRocchDianeRocch   01 mars 2020
Mon père nous a communiqué la culpabilité de la parole. Comme si se livrer était une transgression, une aventure, un écueil.
Commenter  J’apprécie          20
DianeRocchDianeRocch   01 mars 2020
Je suis né vingt-cinq ans après le retour des camps. La Shoah était partout.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michaël Prazan (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Prazan
La passeuse des Aubrais (extrait) .Extrait d'un documentaire de Michaël Prazan (France, 2016) INA/Arte France
autres livres classés : juifVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1191 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre