AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Josée Kamoun (Traducteur)
EAN : 9782072848025
240 pages
Éditeur : Gallimard (04/06/2020)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Les faits se présente comme l’autobiographie non conventionnelle d’un écrivain qui a déconstruit notre idée de la fiction. Cette œuvre, d’une franchise inventive et irrésistible, dévoile le rapport intime et complexe que Philip Roth entretient avec l’art et l’existence. Sur le fil entre souvenirs des faits et souvenirs imaginés, l’auteur de La contrevie se concentre sur cinq moments fondateurs de son identité d’homme et de romancier : son enfance à Newark dans les a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
liratouva2
  19 mars 2013
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Philip Roth. Il a 80 ans et a décidé qu'à partir de cette date il n'écrirait plus de romans pour se consacrer en particulier au problème de ses archives.
A cette occasion, Ys a proposé de lire un de ses livres et j'ai choisi Les Faits, son autobiographie écrite en 1988.
Curieuse entreprise d'aiIleurs que celle de commencer le récit de sa vie en s'adressant tout d'abord à Zuckerman, son héros principal que l'on retrouve dans une dizaine de ses romans .
Après lui avoir exposé ses raisons d'écrire ce livre, suite à une longue dépression due à la prise d'un médicament (l'Halcion), il lui demande son avis sincère sur l'utilité d'un tel travail. Parce que Les faits ont compté pour moi plus qu'il ne peut apparaître et parce que je n'ai jamais écrit auparavant sans que mon imagination ait été enflammée par quelqu'un comme toi, Portnoy, Tarnopol ou Kepesh, je ne suis pas vraiment habilité à le dire.
La réponse du héros arrivera très naturellement à la fin, longue, circonstanciée, définitive et malicieuse: Cher Roth, J'ai lu deux fois le manuscrit. Voici la sincérité que tu exiges: Ne le publie pas; tu vaux beaucoup mieux lorsque tu écris sur moi que lorsque tu rapportes ta propre vie avec «exactitude»… Dans la fiction, tu peux être tellement plus véridique sans te soucier tout le temps de ne blesser personne directement. Tu crées un monde imaginaire infiniment plus excitant que le monde dont il procède … Aujourd'hui, tu n'es rien d'autre qu'un texte en marche.»
En somme ce que lui reproche son personnage, c'est d'avoir embelli la réalité, de l'avoir adoucie, d'avoir adopté un ton de réconciliation, de gentillesse et d'amour qui ne lui convient pas, parce que , sans bataille, on ne reconnaît plus Philip Roth, ce pourrait être n'importe qui.
Autrement dit, selon lui, l'autobiographie affirmée est plus fictionnelle que la fiction revendiquée. Son principal défaut serait de ne rien apprendre aux lecteurs de ce qui, dans la vie de l'auteur, a fait surgir les personnages eux-mêmes.
Mais dans cet échange qui doit l'emporter du créateur ou de la créature? Zuckerman s'incline, sans illusion. le livre sera publié.
Je l'ai trouvé aussi passionnant qu'une histoire imaginaire sauf que l'auteur en est le personnage qui dit avoir vraiment vécu ce qu'il raconte. Boucle sans fin. Où est la vraie vérité? Dans la vie ou dans l'oeuvre accomplie?
Lien : http://liratouva2.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
topocl
  16 novembre 2020
Les faits -Philipp Roth
Ha ? Mais vous ne croyiez quand même pas que Philip Roth allait se livrer à une banale autobiographie ? Quelque chose où, à l'inverse de ses romans où l'on recherche la part du vécu caché, on chercherait ce qui va, justement nourrir les romans. Comme si cet effet miroir anecdotique allait suffire Roth le facétieux, l'ambitieux, le provocateur…
Et bien non, évidemment. Au delà d'une biographie qui rapporte des faits qui ne pourraient appartenir qu'à lui, Philip Roth, symbole de judéité croisée d'américanité, il invente un dialogue épistolaire entre lui-même et Zuckermann, l'écrivain fictif, le personnage qu'il a créé et accompagné tout au fil d'un cycle romanesque, cet autre lui-même, ce jumeau impertinent… Pour mieux interroger, à son tour le lien indéfectible entre réalité et fiction.
Commenter  J’apprécie          10
viduite
  12 juin 2020
Un auteur écrit à son personnage, Nathan Zuckerman, pour lui confier les faits ayant alimenter l'écriture de ses romans. Zuckerman, ironique et acide. Par ce dialogue d'une irrésistible drôlerie, d'une finesse amusée, Philip Roth livre une réflexion sur son travail de romancier, ses masques et obsessions mais aussi les motifs de ses douleurs et de ses vérités. Les faits est un très grand roman de Roth, sa nouvelle traduction permet de le redécouvrir.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
LeMonde   13 juillet 2020
Retraduit par la fidèle Josée Kamoun, sa traductrice de longue date, ce florilège de souvenirs permet de saisir tout ce qui s’est transformé en matière première pour son œuvre, depuis son enfance dans le New Jersey des années 1940 jusqu’au succès phénoménal de Portnoy et son complexe.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Liberation   22 juin 2020
L’imagination préside encore dans le choix des épisodes qui l’ont façonné, lui et ses personnages.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   05 août 2020
Cher Zuckerman,
Dans le passé, tu le sais, les faits ont toujours été des notes jetées dans un carnet, qui m’assuraient un tremplin vers la fiction. Pour moi comme pour la plupart des romanciers, tout événement authentiquement stimulant pour l’imagination commence par là, par les faits, par ce qui relève du spécifique, et non pas du philosophique, de l’idéologique ou de l’abstrait. Et voilà que je me surprends à écrire un livre radicalement à rebours, à partir de l’imaginé, que je me propose de dessécher, en quelque sorte, à dessein de restituer mon expérience de la factualité originelle, avant passage dans la fiction. Pourquoi? Pour prouver qu’il y a un décalage significatif entre l’écrivain autobiographe qu’on voit en moi et celui que je suis vraiment? Pour prouver que l’information extraite de ma vie n’était rendue que partiellement dans ma fiction? Si ce n’était que ça, je ne crois pas que j’aurais pris cette peine, dans la mesure où les lecteurs réfléchis, à supposer que la question les intéresse suffisamment, s’en seraient doutés tout seuls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
liratouva2liratouva2   19 mars 2013
C'était un livre dont le propos n'était pas tant de me "libérer" de ma judéité ou de ma famille (ce que beaucoup de lecteurs croyaient, convaincus par le déballage de Portnoy's Complaint, que l'auteur devait être en mauvais termes avec l'une ou l'autre) que de me libérer de modèles littéraires d'apprenti, particulièrement de la redoutable autorité universitaire de Henry James, dont le Portrait of a Lady avait été virtuellement un guide au moment des premiers jets de Letting Go, te de l'exemple de Flaubert, dont la distante ironie à l'endroit des désillusions, désastreuses d'une provinciale m'avait conduit à feuilleter obsessionnellement les pages de Madame Bovary pendant les années où je cherchais le perchoir d'où observer les gens dans When She was good.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
liratouva2liratouva2   19 mars 2013
Cher Roth, J’ai lu deux fois le manuscrit. Voici la sincérité que tu exiges: Ne le publie pas; tu vaux beaucoup mieux lorsque tu écris sur moi que lorsque tu rapportes ta propre vie avec «exactitude»… Dans la fiction, tu peux être tellement plus véridique sans te soucier tout le temps de ne blesser personne directement. Tu crées un monde imaginaire infiniment plus excitant que le monde dont il procède … Aujourd’hui, tu n’es rien d’autre qu’un texte en marche.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carocamomillecarocamomille   15 mars 2021
Ce que l'on choisit de dévoiler dans la fiction est gouverné par un mobile essentiellement esthétique; on juge l'auteur d'un roman sur l'habilité avec laquelle il ou elle raconte l'histoire.Mais on juge moralement l'auteur d'une autobiographie, dont le mobile est primordialement éthique et non esthétique.Dans quelle mesure la narration s'approche-t-elle de la vérité. L'auteur dissimule-t-il ses intentions, présente-il ses actions et ses pensées pour mettre à nu la nature fondamentale des circonstances ou s'efforce-t-il de cacher quelque chose, dit-il des choses afin de ne pas les dire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
liratouva2liratouva2   19 mars 2013
Parce que Les faits ont compté pour moi plus qu’il ne peut apparaître et parce que je n’ai jamais écrit auparavant sans que mon imagination ait été enflammée par quelqu’un comme toi, Portnoy, Tarnopol ou Kepesh, je ne suis pas vraiment habilité à le dire.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Philip Roth (54) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philip Roth
4/4 Philip Roth : Le refus de l'idylle (2016 - La compagnie des auteurs / France Culture). New York, le 17 septembre 2010. Portrait de Philip Roth, écrivain américain à son domicile new-yorkais. Photo Pascal PERICH. Diffusion sur France Culture le 10 novembre 2016. Production : Matthieu Garrigou-Lagrange. Avec la collaboration de Corinne Amar, Didier Pinaud et Anne-Vanessa Prévost. Réalisation : Laurence Millet. Réaliste, satirique, sarcastique, voire érotique, Philip Roth écrit des romans complexes dans lesquels il se joue des clichés. Guy Scarpetta et Alain Finkielkraut analysent dans ce dernier volet les grandes thématiques rothiennes et son rapport à la politique américaine. Philip Roth s'emploie à mettre en évidence les dérives du politiquement correct et joue de l'artificialité de certaines représentations. Guy Scarpetta, romancier et critique, et Alain Finkielkraut, philosophe et académicien, nous parlent dans ce dernier temps de la poétique de Philip Roth ainsi que de son rapport à la politique.
« L'histoire est toujours là. Mais ce qui intéresse Roth ce n'est pas l'histoire en tant que telle, (...) ce sont les effets qu'elle produit sur les subjectivités et les effets d'incertitude, de paradoxes, d'ambiguïtés, qui peuvent être révélés dans l'expérience humaine de certaines circonstances historiques. » Guy Scarpetta
« Si le roman de Philip Roth nous dit quelque chose, c'est à travers précisément cette critique du politiquement correct, de cet antiracisme devenu fou, parce que précisément Donald Trump a joué sur cette idéologie. Il est en quelque sorte la Némésis du politiquement correct. Toute une part de l'Amérique étouffe sous le poids de cette bien-pensance idéologique et le malheur est qu'elle se soit choisi comme porte-parole un homme comme lui. Le politiquement correct est une calamité politique et morale, mais ce que Donald Trump combat sous ce nom c'est le tact, la nuance, la complexité, la civilisation elle-même. » Alain Finkielkraut sur “La tache”.
À 15h30, Bernard Geniès de “L'Obs” nous parle de l'exposition “L'histoire commence en Mésopotamie” qui se tient du 2 novembre 2016 au 23 janvier 2017 au Louvre-Lens. Et à 15h55, Jacques Bonnaffé lit W.B. Yeats.
Musique générique : “Panama” de The Avener (Capitol) fin : “Dwaal” de Holy Stays (Something in Construction) Musique chronique : “Self portrait” de Chilly Gonzales.
Intervenants :
Guy Scarpetta, romancier, essayiste, critique d'art Alain Finkielkraut, philosophe, académicien, et producteur de l'émission “Répliques” sur France Culture Bernard Géniès, journaliste Jacques Bonnaffé, comédien
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : écrireVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
563 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre