AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Veysman (Éditeur scientifique)Alain Jaubert (Collaborateur)
ISBN : 2070321711
Éditeur : Gallimard (08/06/2006)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, fut l'un des favoris de la cour de Louis XIV. Grand seigneur, il eut le privilège de loger à Versailles et d'y observer les intrigues de palais. Durant plus de trente ans, Saint-Simon va être l'historiographe du roi et de la cour. SesMémoires, oeuvre colossale de plusieurs milliers de pages, ne sont pas une entreprise autobiographique, il s'agit en fait d'une gigantesque fresque historiographique. Le titre des Mémoires est tromp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
tourniereric2002
  20 février 2013
Un homme à la rancune tenace mais d'un esprit plus que pénétrant, une plume d'une rare finesse qui sut dépeindre son siècle sans complaisance. Teinté d'amertume, il dénuda ses contemporains jusqu'à la moelle par l'analyse qu'il fit de leurs moeurs. Une fresque de son temps autant qu'un traité politique, ses mémoires demeurent un chef d'oeuvre d'écriture, de finesse et d'analyse. Rarement j'ai pris autant de plaisir, de délectation même, à lire des mémoires!
A LIRE :
http://rouvroy.medusis.com/
Bien d'autres liens foisonnent sur le net, d'inégales qualités, pour que je puisse me permettre d'en faire ici l'économie. Je laisse à votre curiosité et sagacité, le soin de les découvrir.
Commenter  J’apprécie          30
Chasto
  18 août 2016
Regards d'un homme se faisant écho d'un siècle en devenir.
Société d'apparences et de faux semblants laissée aux appréciations et jugements d'un homme de cour et de pensées.
Le passé se confronte à la modernité d'un homme d'un siècle ne lui appartenant plus.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
pierre31pierre31   16 juin 2019
À la fin, le Roi, lassé du beau et de la foule, se persuada qu'il voulait quelquefois du petit et de la solitude. […] On le pressa de s'arrêter à Luciennes, [..] mais il répondit que cette heureuse situation le ruinerait, et que, comme il voulait un rien, il voulait aussi une situation qui ne lui permît pas de songer à y rien faire. Il trouva derrière Luciennes un vallon étroit, profond, à bord escarpés, inaccessible par ses marécages, sans aucune vue, enfermé de collines de toutes parts, extrêmement à l'étroit, avec un méchant village sur le penchant d'une de ses collines qui s'appelait Marly. Cette clôture sans vue, ni moyen d'en avoir, fit tout son mérite. L'étroit du vallon où on ne se pouvait étendre y ajouta beaucoup. […] L'ermitage fut fait. Ce n'était que pour y coucher trois nuits, du mercredi au samedi deux ou trois fois l'année, avec une douzaine au plus de courtisans en charges les plus indispensables. Peu à peu l'ermitage fut augmenté ; d'accroissement en accroissement, les collines taillées pour faire place et y bâtir, et celle du bout largement emportée pour donner au moins une échappée de vue fort imparfaite. Enfin, en bâtiments, en jardins, en eaux, en aqueducs, en ce qui est si connu et si curieux sous le nom de machine de Marly*, en parcs, en forêt ornée et renfermée, en statuts, en meubles précieux, Marly est devenu ce qu'on le voit encore, tout dépouillé qu'il est depuis la mort du Roi ; en forêts toutes venues et touffues qu'on y a apportées en grands arbres de Compiègne, et de bien plus loin sans cesse, dont plus des trois quarts mouraient et qu'on remplaçaient aussitôt ; en vastes espaces de bois épais et d'allées obscures, subitement changées en immenses pièces d'eau ou on se promenait en gondoles, puis remises en forêts à n'y plus voir le jour dès le moment qu'on les plantait (je parle de ce que j'ai vu en six semaines) ; en bassins changés cent fois ; en cascades de même à figures successives et toutes différentes ; en séjour de carpes ornés de dorures et de peintures les plus exquises, à peine achevées, rechangées et rétablies autrement par les mêmes maîtres, et cela une infinité de fois. Cette prodigieuse machine dont je viens de parler, avec ses immenses aqueducs, ses conduites et ses réservoirs monstrueux, uniquement consacrée à Marly sans plus porter d'eaux à Versailles. C'est peu de dire que Versailles tel qu'on l'a vu n'a pas coûté Marly. […] Telle fut la fortune d'un repaire de serpent et de charogne, de crapauds et de grenouilles, uniquement choisi pour n'y pouvoir dépenser. Tel fût le mauvais goût du Roi en toutes choses, et ce plaisir superbe de forcer la nature, que ni la guerre la plus pesante, ni la dévotion ne put émousser.

* Cette machine hydraulique, véritable exploit technique, était destinée à amener l'eau de la Seine aux bassins et aux jeux d'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pierre31pierre31   05 août 2019
[Le lit de justice du 26 août 1718 – proposé par Saint-Simon– rend toute son autorité au Régent sur le Parlement et permet enfin à Saint-Simon, fanatique du rang hiérarchique, de triompher des bâtards de Louis XIV, réduits à leur rang de pairie et dépouillés des privilèges que leur avait accordés le Roi. La scène se passe pendant Conseil de Régence, qui prépare le lit de justice]

Un silence profond succéda à un discours si peu attendu, et qui commença à développer l'énigme de la sortie des bâtards. Il se peignit un brun sombre sur quantité de visages. La colère étincela sur celui des maréchaux de Villars et de Bezons, d'Effiat, même du maréchal d'Estrées. Tallard devint stupide quelques moments, et le maréchal de Villeroi perdit toute contenance. Je ne pus voir celle du maréchal d'Huxelles, que je regrettai beaucoup, ni du duc de Noailles que de biais par-ci par-là. J'avais la mienne à composer, sur qui tout les yeux passaient successivement. J'avais mis sur mon visage une couche de plus de gravité et de modestie. Je gouvernais mes yeux avec lenteur, et ne regardais qu’horizontalement pour le plus haut. Dès que le Régent ouvrit la bouche sur cette affaire, Monsieur le Duc m'avait jeté un regard triomphant, qui pensa démonter tout mon sérieux, qui m'avertit de le redoubler et de ne m'exposer plus à trouver ses yeux sous les miens. Contenu de la sorte, attentif à dévorer l'air de tous, présent à tout et à moi même, immobile, collé sur mon siège, compassé de tout mon corps*, pénétré de tout ce que la joie peut imprimer de plus sensible et de plus vif, du trouble le plus charmant, d'une jouissance la plus démesurément et la plus persévéramment souhaitée, je suais d'angoisse de la captivité de mon transport, et cette angoisse même était une volupté que je n'ai jamais ressentie ni devant ni depuis ce beau jour. Que les plaisirs des sens sont inférieurs à ceux de l'esprit, et qu'il est véritable que la proportion des mots est celle-là même des biens qui les finissent!

*Contrôlant tout mon corps: le mot sous-entend rigueur et sérieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
pierre31pierre31   08 août 2019
[Le lit de justice du 26 août 1718 permet à Saint-Simon de triompher de son ennemi juré le duc du Maine, bâtard de Louis XIV. Ce dernier est réduit à son rang de pairie et dépouillé des privilèges que lui avait accordé le Roi. C'est le retour au rang défini par la loi et la coutume. Grand jour pour Saint-Simon!]

Moi cependant je me mourais de joie; j'en étais à craindre la défaillance; mon cœur, dilaté à l'excès, ne trouvait plus d'espace à s'étendre. La violence que je me faisais pour ne rien laisser échapper était infinie, et néanmoins ce tourment était délicieux. Je comparais les années et les temps de servitude, les jours funestes où, traîné au Parlement en victime, j'y avais servi de triomphe aux bâtards à plusieurs fois, les degrés divers* par lesquels ils étaient montés à ce comble sur nos têtes, je les comparais, dis-je, à ce jour de justice et de règle, à cette chute épouvantable qui du même coup nous relevait par la force du ressort. Je repassais avec le plus puissant charme ce que j'avais osé annoncer au duc du Maine le jour du scandale du bonnet, sous le despotisme de son père. Mes yeux voyaient enfin l'effet et l'accomplissement de cette menace. Je me devais, je me remerciais de ce que c'était par moi qu'elle s'effectuait. J'en considérais la rayonnante splendeur en présence du Roi et d'une assemblée si auguste. Je triomphais, je me vengeais, je nageais dans ma vengeance; je jouissais du plein accomplissement des désirs les plus véhéments et les plus continus de toute ma vie. J'étais tenté de ne plus me soucier de rien. Toutefois je ne laissais pas d'entendre cette vivifiante lecture, dont tous les mots résonnaient sur mon cœur comme l'archet sur un instrument, et d'examiner en même temps les impressions différentes qu'elle faisait sur chacun.

*Cinquante-sept très exactement s'après Saint-Simon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
pierre31pierre31   10 avril 2019
[A propos de la mort inattendue de Monseigneur, fils de Louis XIV.]

Il faut avouer que, pour qui est bien au fait de la carte intime d'une cour, les premiers spectacles d’événements rares de cette nature si intéressante à tant de divers égards, sont d'une satisfaction extrême; chaque visage vous rappelle les soins, les intrigues, les sueurs employées à l'avancement des fortunes, à la formation, à la force des cabales, les adresses à se maintenir et à en écarter d'autres, les moyens de toute espèce mis en oeuvre pour cela, les liaisons plus ou moins avancées, les éloignements, les froideurs, les haines, les mauvais offices, les manèges, les avances, les ménagements, les petitesses et les bassesses de chacun, le déconcertement des uns au milieu de leur chemin, au milieu ou au comble de leurs espérances, la stupeur de ceux qui en jouissaient en plein, le poids donné du même coup à leurs contraires et à la cabale opposée, la vertu de ressort qui pousse à cet instant leurs menées et leurs concerts à bien, la satisfaction extrême et inespérée de ceux-là, et j'en étais des plus avant, la rage qu'en conçoivent les autres, leur embarras et leur dépit à le cacher. La promptitude des yeux à voler partout en sondant les âmes à la faveur de ce premier trouble de surprise et de dérangement subit, la combinaison de tout ce qu'on y remarque, l'étonnement de ne pas y trouver ce qu'on avait cru de quelques-uns, faute de cœur ou d'assez d'esprit en eux, et plus en d'autres qu'on n'avait pensé, tout cet amas d'objets vifs et de choses si importantes, forme un plaisir à qui le sait prendre qui, tout peu solide qu'il devient, est un des plus grands dont on puisse jouir dans une cour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
pierre31pierre31   15 juin 2019
[À propos de Louis XIV]
Ses ministres, ses généraux, ses maîtresses, ses courtisans s’aperçurent, bientôt après qu'il fut le maître, de son faible plutôt que de son goût pour la gloire. Ils le louèrent à l'envi et le gâtèrent. Les louanges, disons mieux, la flatterie lui plaisait à tel point, que les plus grossières étaient bien reçues, les plus basses encore mieux savourées. Ce n'était que par là qu'on s'approchait de lui, et ceux qu'il aima n'en furent redevables qu'à heureusement rencontrer*, et à ne se jamais lasser de ce genre. C'est ce qui donna tant d'autorité à ses ministres, par les occasions continuelles qu'ils avaient de l’encenser, surtout de lui attribuer toutes choses, et de les avoir apprises de lui. La souplesse, la bassesse, l'air admirant, dépendant, rampant, plus que tout, l'air de néant sinon par lui, étaient les uniques voies de lui plaire.[...] Ce poison ne fit que s'étendre. Il parvint jusqu'à un comble incroyable dans un prince qui n'était pas dépourvu d'esprit et qui avait de l'expérience. Lui même, sans avoir ni voix ni musique, chantait dans ses particuliers les endroits les plus à sa louange des prologues des opéras. On l'y voyait baigné*, et jusqu'à ses soupers publics au grand couvert, où il y avait quelques fois des violons, il chantonnait entre ses dents les mêmes louanges quand on jouait les airs qui étaient faits dessus. […] De là cette facilité à Louvois de l'engager en de grandes guerres, tantôt pour culbuter Colbert, tantôt pour se maintenir et s’accroître, et de lui persuader en même temps qu'il était plus grand capitaine qu'aucun de ses généraux, et pour les projets et pour les exécutions, en quoi les généraux l'aidaient eux même pour plaire au Roi. Je dis les Condé, les Turenne, et à plus forte raison tous ceux qui leur ont succédé. Il s'appropriait tout avec une facilité et une complaisance admirable en lui même, et se croyait tel qu'ils le dépeignaient en lui parlant.

*N'en furent redevables qu'au fait que leur flatteries tombaient juste.

*Euphorique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Saint-Simon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Saint-Simon
Le jeudi 28 juin 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) recevait Mathieu Larnaudie pour un exercice aussi passionnant qu'inhabituel : autour de son dernier ouvrage en date, "Les jeunes gens", il présentait une série d'ouvrages lui faisant écho, ayant pu servir de source ou d'inspiration, ou établissant des parallèles fructueux, nous parlant ainsi de Roland Barthes, de Walter Benjamin, de Bossuet, de Saint-Simon et de Dominique Manotti.
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : louis xivVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre