AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738103383
Éditeur : Odile Jacob (14/12/1995)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 31 notes)
Résumé :

Le combat pour l'égalité des sexes est le plus radical qui puisse être. Masculin / Féminin nous montre en effet comment la différence des sexes structure la pensée humaine puisqu'elle en commande les deux concepts primordiaux : l'identique et le différent. La manière dont chaque culture construit cette différence met en branle toute sa conception du monde, sa sociologie et sa biologie comme sa cosmologie. Chang... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
meeva
  05 mai 2019
Bon, c'est un ouvrage un peu complexe pour moi, il y a beaucoup de mots qui me sont si ce n'est inconnus, du moins pas familiers et qui définissent, qualifient ou précisent des notions que je ne maîtrise pas. Mais tout est cependant exposé très clairement et de fait, que de choses apprises, découvertes au moins, à la lecture de ce livre.
Françoise Héritier apporte son expertise et son expérience pour clarifier les notions de masculin et de féminin à travers les âges. Ces notions ne sont pas niées mais leur origine est expliquée de manière culturelle et pas biologique, même si leur expression peut découler de faits biologiques.
Françoise Héritier montre que le genre existe dans la relation à l'autre et que les combinaisons possibles sont limitées en nombre. de là, elle fait, non pas un tour du monde, cela laisserait entendre une certaine exhaustivité, alors disons une promenade à travers différentes ethnies, différents groupes humains, pour comprendre pourquoi partout le masculin a pris l'ascendant sur le féminin qui est donc considéré comme le sexe faible, inférieur.
Ainsi, certains aspects vont être décryptés sous l'éclairage du mythe, de la croyance : les relations de parenté, les notions de fécondité et de stérilité, théories sur le sperme et le sang, leur influence sur le lait, les figures archaïques de la masculinité avec les « monstres », la construction raisonnée du genre. On rejoint la modernité avec des réflexions sur les nouveaux modes de procréation et la question de la reproduction et du droit à l'enfant. On apprend ainsi que de nombreuses sociétés définissent les liens de parenté indépendamment des liens du sang.
Dans une ethnie d'Afrique, les femmes étaient mariées parfois avant même de naître. Mais à la puberté, elles pouvaient choisir, ou leur mère choisissait pour elles, un compagnon qui leur correspondait bien. Elles restaient avec lui jusqu'à être enceinte, ou trois ans au maximum si aucune grossesse ne se déclarait. A ce moment-là, elles rejoignaient leur mari, choisi antérieurement par la famille et l'enfant à naître était officiellement l'enfant du mari, qui n'était pourtant pas le père biologique. Étonnante pratique qui toutefois apportait quelques avantages aux hommes, en particulier de ne jamais subir leur infertilité s'ils en étaient touchés.
La conception des enfants faisait l'objet de toutes sortes de croyances. Il était admis, je ne sais plus pour quel peuple, que les femmes fournissaient par leur sang, puisqu'il ne coulait plus pendant leur grossesse, le squelette du bébé, tandis que les hommes fournissaient par leur sperme, le sang et les organes du bébé, le sperme étant considéré comme une transformation du sang de l'homme. Et c'étaient les rapports sexuels qui façonnaient le bébé ; ils devaient donc être nombreux et puissants pendant les six premiers mois de la grossesse.
Chez les inuits, les enfants pouvaient naître avec une âme d'un sexe différent que leur sexe biologique. Une fille née avec une âme de garçon était alors élevée comme un garçon : habillée comme les garçons, elle participait alors aux activités masculines, jusqu'à sa puberté du moins, où elle devait alors reprendre la vie et les activités correspondant à son sexe biologique. Ce phénomène était vrai dans l'autre sens, avec un garçon que l'on élevait comme une fille durant son enfance. Ces considérations permettent évidemment de distinguer le sexe et le genre.
Tous ces exemples – il y en aurait tant encore, comme les femmes qui deviennent des hommes au regard de la société, épousant femmes et se faisant appeler « père » par les enfants que ces femmes ont avec d'autres – sont là pour illustrer ce que Françoise Héritier nomme la valence différentielle des sexes, point commun entre toutes ces sociétés, parfois si différentes entre elles, et la nôtre.
Un livre qui permet d'enrichir sa réflexion d'un regard éclairé et renseigné sur le monde. Cela permet de relativiser certains débats, en particulier la notion de parent biologique quand on voit la diversité qui s'est toujours révélée dans la parentalité et son exercice parmi les différents peuples.
Complexe, mais passionnant !

Lien : https://chargedame.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
JCLDLGR
  12 août 2018
L'ethnologie aux sources, j'avais envie de lire ce livre après Olivia Gazalé qui cité Françoise Héritier abondamment.
C'est une démarche scientifique pure, avec laquelle aucune réponse n'est tranchée ni définitive ; pas facile à lire, surtout les 2 premiers chapître (je les ai lu 2 fois pour être sur d'avoir compris les bases de son discours autour des représentations familiales de de la descendance).
Il est intéressant de constater que notre inconscient collectif vis à vis des femmes, que l'on commence très récemment à détricoter, est assis sur des millénaires d'histoire, d'interprétation symbolique des faits par toutes les peuplades du monde, dès lors que les hommes se sont regroupés en société.
L'autre thèse est que toute vérité scientifique sera toujours passée en second plan par rapport aux représentations symboliques et aux fantasmes. je cherche le deuxième, mais il est manquant chez les libraires...
Commenter  J’apprécie          50
FroguetteMiNote
  08 septembre 2011
Ancienne élève de Claude Levi-Strauss, l'auteur ajoute aux trois piliers de la société humaine selon le Maître (exogamie / prohibition de l'inceste, reconnaissance sociale d'une forme d'union, et répartition des tâches selon le sexe), une quatrième condition, préexistant aux autres : la construction sociale de la différence sexuelle. La distinction physique homme/femme suscite l'élaboration de systèmes culturels (chez nous : "le genre") différents selon les sociétés. le corps et ses fluides (sang, sperme, lait nourricier...) servent de base à des symboliques qui recoupent les questions des rapports sociaux de sexe, et l'étude des derniers ne saurait se faire sans une mise en perspective des premiers... Cet ouvrage passionnant, très érudit, reste à la portée de tous ; il deviendra probablement un classique... du genre. En attendant ce jour béni, lisez Françoise Héritier, qui fournit ici un cadre de réflexion autour duquel de nombreux éléments jusque là inexpliqués font soudain sens.
Lien : http://www.france.qrd.org/cu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CharlotteL
  19 novembre 2014
Pour mieux comprendre les inégalités entre hommes et femmes, il faut retourner à la source. C'est ce que nous permet de faire Françoise Héritier
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2014
Même si les femmes accèdent de plus en plus aux tâches masculines, il y a toujours plus loin, plus avant, un "domaine réservé masculin", dans le club très sélect du politique, du religieux, des responsabilités entrepreneuriales, etc. Il ne s'agit pas, bien évidemment, de l'expression de compétences particulières inscrites dans la constitution physique de l'un et l'autre sexe. L'inscription dans le biologique n'est pas à chercher de ce côté-là, mais dans des données certes de nature biologique, mais si fondamentales qu'on en perd de vue leur nature de fait biologique. Ce sont elles qui sont à l'origine des catégories cognitives : opérations de classement, opposition, qualification, hiérarchisation, grilles où le masculin et le féminin se trouvent enfermés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2014
L'homme, de nature chaude, possède par là même une aptitude à la coction intense du sang, qui le transforme en un résidu parfaitement pur et dense : le sperme. La femme ne peut parvenir à cette opération ; elle parvient seulement à transformer le sang en lait : "Du fait que les menstrues se produisent, il ne peut pas y avoir de sperme."
Ainsi la différence ultime
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2014
L'harmonie est nécessaire au bon fonctionnement du monde. De tout il faut ni trop ni trop peu : excès comme défaut sont porteurs de désordre. Cette harmonie repose fondamentalement sur l'équilibre des contraires. Tout dans la nature et le monde socialisé relève de l'une ou de l'autre de deux catégories opposables : le chaud et le froid et leurs corollaires le sec et l'humide.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2014
Un célibataire n'est jamais "une personne accomplie", car seul le mariage confère le statut et les responsabilités d'adulte, quel que soit l'âge où il est contracté. Marié à treize ans, un homme ne peut pas s'abriter derrière son jeune âge pour esquiver ses devoirs.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2014
Sang, lait et sperme sont les résidus, dont seul le sperme est parfait, de la transformation des aliments dans le corps. La preuve en est "l'affaiblissement qui suit la moindre émission de sperme, comme si le corps était privé du produit final de la nourriture".
Commenter  J’apprécie          41
Videos de Françoise Héritier (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Héritier
Payot - Marque Page - Françoise Héritier - Au gré des jours
Dans la catégorie : HommesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Groupes sociaux>Hommes (49)
autres livres classés : anthropologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
294 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre