AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Emmanuèle de Lesseps (Traducteur)Michel Houellebecq (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
ISBN : 2842053184
Éditeur : 1001 Nuits (01/05/1998)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Publié pour la première fois en 1967, ce texte culte, maintes fois réédité, s'inscrit d'emblée dans la lignée des grands pamphlets qui ont marqué la pensée révolutionnaire de l'époque. Scum - littéralement, la lie ou acronyme de Society for Cutting up Men [Association pour tailler les hommes en pièces] - reste un texte d'une radicalité peu commune. L'homme, la femme, le pouvoir, l'argen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
clairesalander
  21 septembre 2018
Militante féministe depuis plus de dix ans, il fallait bien un jour que je me penche sur ce pamphlet. Et moi qui me fais régulièrement traiter de misandre, anti-hommes, pro matriarcat, j'aimerais faire lire à tous ceux là ce petit livre, qu'ils comprennent ce qu'est la misandrie.
L'autrice est essentialiste ; c'est à dire qu'elle pense (grosso modo) que les hommes naissent pervers, mauvais, violents - et autres "qualités" tandis que les femmes seraient douces, compréhensives, innocentes et généreuses. Personnellement, je suis une féministe de la deuxième vague : radical/matérialiste. Je considère que c'est l'éducation, la société, bref tout ce qui nous entoure, qui façonne notre façon de voir et de penser les choses. Pour moi, notre personnalité est quasiment acquise à près de 95%, l'inné se retrouvant juste dans le physique. Ce qui fait que, contrairement à Solanas, j'ai encore un peu d'espoir quant à changer la société -même si ça va être très très long, vu ce que je lis dans les médias, ou lorsque j'écoute les gens parler.
Au final, j'ai tout de même un peu ri tant c'était exagéré, mais sa colère, je la partage et elle est légitime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195
OlivierBkz
  08 juillet 2018
Plus qu'une pensée féministe, rebelle, anarchiste ou que sais-je encore, Scum Manifesto est avant tout un pamphlet. Afin de bien éclairer le futur lecteur, il est bon de définir le concept du pamphlet, soit un écrit fait pour tuer.
A ce titre, Scum Manifesto réussit, puisqu'il argumente et explique comment et pourquoi il faudrait tuer tous les hommes de la Terre sans éprouver aucune pitié.
Le véritable problème de ce texte est son auteur : Valérie Solanas. Et certain(e)s lecteur(ice)s qui n'ont jamais vu aucun ordre patriarcal s'exprimer, qui pensent que ces idées sont des fantasmes de féministes, auront l'impression de tenir entre leurs mains un mein kampf. A celles-là et ceux-là, j'aimerais les rassurer.
Non, un génocide masculin n'aura jamais lieu, peu importe le nombre de gens qui le lisent, et
non, jamais les femmes ne détiendront un pouvoir absolu et fasciste sur l'humanité - oui je sais, il parait que certaines tribus primitives évoluant culs-nus avaient mis en place un pouvoir matriarcal, mais ne nous en inquiétons pas outre-mesure.
Pour l'instant, et je parierais mon âme là-dessus, des hommes déteindront le pouvoir sur les femmes jusqu'à la fin des temps.
Cela, n'importe quel esprit honnête pourrait en convenir. D'où l'humour de l'auteur par ce renversement des forces, et le trente-six millième degrés nécessaire pour lire ce texte. Mais hormis cela, que reste t-il ? le cri d'une femme blessée par les hommes. Comme ces hommes qui la violèrent depuis sa plus tendre enfance, ou comme celui qui l'exploita artistiquement (1), puis qui perdit sa pièce de théâtre (2) par pur je m'en foutisme, ou encore, comme cet homme éditeur qui fit fortune en vendant le Scum Manifesto dans le monde entier sans jamais rétribuer son auteur. Au final Solanas n'arrivera pas à briser sa tragédie, les hommes, et finira par crever d'une pneumonie dans une bouge crasseux de San Francisco.
C'est ce qui motiva mon envie d'écrire cette critique, vous affirmer que pour bien appréhender ce court pamphlet, il est nécessaire de s'intéresser à la vie de son auteur. Solanas, un artiste de génie que la société américaine destina à la rue, la toxicomanie et à la prostitution, mais un esprit incroyable aussi, une guerrière pleine de pulsions de vie, et de mort.
En plus du Scum Manifesto, si vous souhaitez vous intéresser à ce destin hors du commun, je vous conseille vivement le visionnage du film qui raconte sa vie, " I Shot Andy Warhol ", et la prestation incroyable de l'actrice qui l'incarne, Lili Taylor.

(1) le même homme qui exploita le peintre Basquiat, puis qui l'assassina
(1) selon Solanas son oeuvre ultime, qu'elle ne possédait qu'en un seul exemplaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
manos
  01 juin 2008
http://livresetlibre.canalblog.com/
Extrait de la critique
...Valérie Solanas est surtout connue pour avoir écrit le « Scum Manifesto ». Ce manifeste écrit en 1968 est provoquant, radical et est écrit dans un langage cru voir ordurié. Elle s'en prend violemment aux hommes. Outre cette charge contre les hommes elle attaque également la société dans son ensemble : argent, travail, culture, pouvoir mais également les femmes qui choisissent un modèle de vie conforme à la société font aussi l'objet de sa fureur.
Ce féminisme radical est proche de la pensée anarchiste voir même nihiliste
Commenter  J’apprécie          30
Marianne29
  22 janvier 2015
un livre qui commence comme une critique réaliste (un peu exagérée quand même) et amusante à propos des hommes et de leurs défauts, qui se poursuit en transformant le sourire en rictus, et qui se finit par un regret profond de l'avoir ouvert.
Il n'y a rien dans ces écrits, si ce n'est les déblatérations d'une femme aigrie et inutile. Même si certains passages (très courts, et très peu!) paraissent interessants, ils ne permettent en rien de sauver ce bouquin!
Commenter  J’apprécie          00
jaffrin
  23 janvier 2014
Un chef d'oeuvre relativement ignoré qui avait prévu 30 ans avant tout le monde l'automatisation à tous les étages ;-)
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
clairesalanderclairesalander   13 septembre 2018
Rongé qu'il est de culpabilité, de honte, de peurs et d'angoisses, et malgré la vague sensation décrochée au bout de ses efforts, son idée fixe est toujours : baiser, baiser, baiser. Il n'hésitera ni à nager dans un océan de merde ni à s'enfoncer dans des kilomètres de vomi, s'il a le moindre espoir de trouver sur l'autre rive un con bien chaud. Il baisera n'importe quelle vieille sorcière édentée, n'importe quelle femme même s'il la méprise, et il ira jusqu'à payer pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JaneLaneJaneLane   30 août 2018
Scum n'a rien à faire de banderoles, de défilés ou de grèves pour réaliser ses desseins. De telle tactiques sont bonnes pour les dames comme il faut, qui choisissent soigneusement les moyens les plus surs d’être inefficaces.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Valerie Solanas (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valerie Solanas
Sara Stridsberg et les femmes-Lolita 3/3 .Avec "La Faculté des rêves", où elle mettait en scène la féministe américaine Valérie Solanas, Sara Stridsberg avait été une des révélations de la rentrée littéraire 2009. En ce mois d emai, l'auteure suédoise revient avec "Darling River" (Stock), où elle s'attaque au personnage, et au symoble, de Lolita. Bientôt sur http://www.rue89.com
Dans la catégorie : HommesVoir plus
>Sciences sociales : généralités>Groupes sociaux>Hommes (49)
autres livres classés : misandrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr