AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290174203
415 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/09/2019)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Rosewater, 2067. La ville est un chaos vibrant et grouillant de vie – pour partie extraterrestre. Son charismatique maire, Jack Jacques, l’a déclarée indépendante du Nigéria. Mais le dôme extraterrestre se meurt, et les forces gouvernementales attendent sa disparition pour écraser l’insurrection avant même qu’elle n’ait débuté. Dans les faubourgs de la ville où le calme règne encore, une femme se réveille amnésique, la mémoire emplie de souvenirs qui ne lui appartie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Les_lectures_de_Sophie
  11 octobre 2019
Après ma découverte de Rosewater en mai dernier, j'attendais avec impatience de découvrir Insurrection. Dans l'intervalle, j'ai aussi lu Les meurtres de Molly Southbourne, du même auteur, dans l'excellente collection Une heure lumière chez le Bélial, dont la chronique arrivera sous peu (comment ça, j'ai du retard ???). Une novella fantastique qui penche vers l'horreur, un genre complètement différent mais un style tout aussi maîtrisé. Tade Thompson est un auteur à suivre, ce que je vais faire avec attention. Avec ces trois titres, j'ai lu tout ce qui a été traduit en français jusqu'à maintenant.
Dans ma chronique du premier tome, je vous parlais du subtil mélange entre science-fiction et tradition… même s'il reste présent ici, il est moins prégnant. On est plus dans la politique que dans la tradition dans Insurrection. Plus dans le réel, même s'il n'est pas beau, que dans l'imaginaire collectif. Et ce nouvel équilibre fonctionne tout aussi bien que le précédent.
La narration est aussi beaucoup plus fluide. On ne passe pas sans arrêt d'une époque à une autre, même si quelques retours en arrière permettent quand même à l'auteur d'apporter du corps à son récit. On alterne entre les points de vue de différents personnages. On est loin de la complexité du premier livre, qui en avait perdu certains, moi la première au début de ma lecture !
Il faut peut-être que j'arrête de parler de premier et deuxième tome, car même si, en anglais comme en français, les trois titres sont présentés comme une trilogie, l'auteur, lui, considère les romans comme indépendants, mais situés dans le même univers. Je ne suis pas tout à fait d'accord avec lui, car bien que Insurrection puisse se lire sans avoir lu Rosewater, on y perd beaucoup au passage sur ce qui est une des grandes forces de ces romans, à savoir un univers foisonnant, avec au coeur un dôme qui protège une entité extraterrestre dont on commence tout juste à mesurer l'étendue…
Précisons toutefois mon propos : on peut lire Insurrection sans avoir lu Rosewater dans la mesure où les arcs narratifs du premier tome trouvaient quasiment tous une conclusion (parfois précipitée et peu heureuse), et où ce deuxième opus s'ouvre sur une nouvelle intrigue, Jack Jacques, le maire de Rosewater ayant décidé de faire sécession d'avec le Nigéria.
Le politicien, qu'on avait entraperçu dans le premier tome, prend ici toute son ampleur et Tade Thompson nous propose une vision grinçante de la politique nigériane. D'autres personnages se retrouvent au coeur de l'intrigue, certains déjà un peu connus, et d'autres qui font leur apparition ici. Un personnage joue cependant le liant avec le tome précédent, il s'agit de Kaaro, protagoniste principal de Rosewater. Si sa place peut paraître périphérique, ces actions n'en sont pas moins importantes. Mais c'est sa compagne, Aminat, qui lui vole la vedette dans les scènes d'action, et elle n'a rien à lui envier. C'est un beau personnage de femme forte, que nous propose l'auteur. Une femme que son homme attend sagement à la maison, tout du moins au début du roman…On rencontrera d'autres personnages, plus ou moins liés à Armoise, la créature qui vit sous le dôme, et plus ou moins humains aussi.
La déclaration d'indépendance de Rosewater va précipiter la ville, ses habitants, et nous aussi par la même occasion, dans un tourbillon d'événements, qui font que ce livre a été plus dur à lâcher que le précédent. La tension y est palpable tout du long, la guérilla / guerre pour Rosewater ne nous laisse pas beaucoup de répit. A tel point que j'ai un peu peur que le troisième tome ne soit plus mou, après avoir été tenue en haleine pendant les 400 pages de celui-ci. En général, les tomes deux servent de passerelle, point de ça ici. On a un roman avec une intrigue complète, même s'il s'ouvre sur la fin vers le tome suivant, et vers une intrigue qui me laisse pour le moment un peu perplexe. Suivant le traitement que l'auteur en fera, ça passe ou ça casse. J'espère de tout coeur ne pas me retrouver dans quelque chose de trop conventionnel, car je serais éminemment déçue…
Je vais attendre patiemment, et faire confiance à l'auteur. Tout du moins jusqu'à ce que je puisse le croiser, j'espère, aux Utopiales début novembre, et lui poser quelques questions. Car c'est officiel, Tade Thompson sera à Nantes dans quelques semaines, et c'est une belle nouvelle !
Rosewater insurrection, bien que deuxième tome, comprend une intrigue complète. Mais vous perdrez énormément de l'incroyable univers créé par l'auteur en zappant le premier, sans compter que vous passerez à côté d'un livre de grande qualité. Là où Rosewater prenait le temps de poser les bases de l'univers avant d'accélérer un peu brutalement, Insurrection est lui sous tension du début à la fin, ne nous laissant que très peu, voire pas de répit. On a ici un deuxième tome qui n'est pas le ventre mou d'une trilogie, ou alors le troisième sera explosif !!! (en même temps, j'aimerais bien^^)
J'avais aimé Rosewater, j'ai adoré Insurrection. Vivement Rédemption ! Tade Thompson est définitivement un auteur à découvrir et à suivre de près.
J'ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d'un partenariat avec les éditions J'ai Lu. Merci à eux pour la confiance.
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SChaptal
  21 juillet 2020
Où et quand se situe Rosewater ? L'action se déroule principalement au Nigéria entre la capitale, Lagos, et la ville qui donne son nom aux romans : Rosewater. Notons quelques incursions en Europe, en Afrique du Sud ou dans l'espace plus ou moins proches, mais elles resteront assez légères. Tout se déroule essentiellement dans la seconde moitié du 21e siècle dans un univers assez proche du nôtre. Sauf que dans celui-ci, en 2012, un astéroïde, Wormwood, s'est écrasé dans Londres puis s'est enfoncé dans la croûte terrestre jusqu'à ressortir au Nigéria. En effet, il ne s'agit pas d'un amas de roches et de glace comme les autres, mais d'un écosystème extra-terrestre bien vivant. Son arrivée dans l'atmosphère de notre planète va entraîner de nombreux bouleversements. Parmi eux ? Citons la fermeture totale des frontières des États-Unis, la fondation de la ville de Rosewater, la création d'une xénosphère, sorte d'Internet biologique géant qui relie tous les êtres vivants de la Terre (hors USA donc) et qui donne des pouvoirs spéciaux à certains d'entre eux. Les plus courants sont les « sensitifs », en gros des télépathes capables de lire les pensées et les émotions d'autrui, de les manipuler ou d'agir dans le plan astral. À Rosewater, autour du dôme constitué autour de l'extra-terrestre, les malades et blessés sont mystérieusement guéris, les morts peuvent ressusciter. La faune et la flore se sont adaptées et mêlées aux essences extra-terrestres. Dans le premier roman, Rosewater, nous sommes en 2066. Une étrange maladie décime les « sensitifs » les uns après les autres. C'est Kaaro, ancien voleur et lâche autoproclamé devenu espion malgré lui d'une agence gouvernementale nigériane qui devra enquêter sur leurs disparitions et en apprendre plus sur cette drôle d'invasion extra-terrestre. le suivant, The Rosewater Insurrection racontera la guerre d'indépendance entre la ville et le pays qui l'entoure tout en essayant de sauver l'extra-terrestre malade. Et enfin, The Rosewater Redemption résout le mystère de sa présence sur Terre et détermine la survie — ou non — de l'espèce humaine.
Attention, les livres de Tade Thompson contrairement à ses novellas lues auparavant n'ont pas une écriture linéaire. Si Rosewater n'a qu'un narrateur principal, l'intrigue change d'époque au fur et à mesure des chapitres alternant entre le présent et différentes périodes du passé de Kaaro. Quant à The Rosewater Insurrection et The Rosewater Redemption, les deux livres abandonnent l'idée d'avoir un narrateur unique pour raconter l'histoire du point de vue d'un personnage différent d'un chapitre à l'autre que celui-ci soit humain ou non. le résultat final est qu'il vous faudra faire un effort d'adaptation pour entrer dans chaque volume en ayant à chaque fois l'impression d'être lâchée dans le grand bain sans bouée. La récompense sera largement à la hauteur de vos efforts. Disons-le de suite, j'ai rarement lu une histoire aussi bien construite et dépaysante depuis très longtemps (et oui, j'inclus les deux livres déjà parus de la tétralogie Terra Incognita dans le lot). Tade Thompson mêle dans un même élan ce qui pourrait s'apparenter à une invasion extra-terrestre à une réflexion cyberpunk modernisée avec entre autres l'utilisation d'animaux drones, de puces d'identifications , le tout saupoudrés de superpouvoirs et d'altérations physiques. Chaque élément sera plus ou moins présent dans chaque partie, avec notamment l'informatique et les hackers comme Bicycle Girl ou Bad Fish qui prendront de plus en plus d'importance au fur et à mesure que l'histoire avance. Et un final à la Independence Day, mais étrangement nettement plus logique de Jeff Goldblum piratant avec un Mac les vaisseaux extra-terrestres. Malgré la multiplicité des personnages, Tade Thompson arrive à tous les rendre vivants et particulièrement attachants malgré leurs défauts, ou en raison de ceci. L'univers de Rosewater ne manque pas d'inventivité, côté extra-terrestre comme côté Terriens. Et les retournements de situation sont tels que vous allez changer d'avis plusieurs fois sur l'ensemble des personnages et que vous devinerez difficilement là où l'auteur veut vous emmener. Laissez-vous porter et embarquez dans cette aventure !
Lien : https://www.outrelivres.fr/r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaire
  18 mai 2020
Nous retrouvons Rosewater peu après les évènements du dernier livre. Cette fois-ci nous quittons un peu le point de vue de Karoo (un des derniers réceptifs survivant) pour suivre un peu plus sa compagne, Aminat, qui étudie la condition des humains fortement infectés par les cellules extraterrestres. Nous suivons également Jack Jacques, le président de Rosewater, et sa gestion de la ville, de nouvelles crises et de la demande d'indépendance. À côté de ça, une mystérieuse plante fait son apparition et sème la pagaille, tandis que la conscience d'une extraterrestre est transférée dans une humaine. Anthony, l'avatar de Armoise, l'entité extraterrestre, enquête de son côté.
Ce tome se concentre beaucoup sur l'origine d'Armoise, de la plante extraterrestre qui lui est liée, sur cette civilisation ancienne désormais disparue dont la conscience demeure et qui a pour projet de se télécharger dans l'humanité. Il y a aussi tout un aspect politique très présent qui n'était pas dans le précédent tome, et tout un aspect sur la création de Rosewater, l'importance au niveau du pays. On est tout à fait dans une gestion collective à la fois du côté des extraterrestres et à la fois du côté humain : comment sauver sa peau, sa communauté.
Là où le précédent livre alternait beaucoup entre les différentes époques, nous restons cette fois-ci en 2067, mais nous alternons en revanche entre les différents personnages. L'histoire est en direct, et on la suit de toutes parts. Il y a également une prédominance de personnages féminins dans ce tome, dont quelques-unes étaient déjà présentes dans le précédent, et qui sont vraiment bien écrits. Insurrection est vraiment dans l'action, la réaction, la stratégie... On découvre assez peu de nouvelles choses comparé à toutes les révélations du premier tome, mais il s'inscrit bien dans ce nouveau contexte. C'est à la fois un tome-pivot et un livre tout en action. On ne sait pas trop où on va, mais on commence à y aller franchement. En fait, cette trilogie semble avoir un peu la même structure que celle de Jeff Vandermeer.
Dans ce tome, un débat commence à vraiment prendre forme : sur le droit d'exister. Les extraterrestres ont-ils le droit de prendre la place de l'humanité pour continuer de vivre ? Les humains ont-ils le droit d'avoir la main mise sur d'autres humains ? Quid des réanimés, toujours vivants, mais "vides" de conscience ? Comment faire quand on est à moitié humain et à moitié alien ? Et que dire des mi-humains/mi-robots ? Ce tome aurait pu s'appeler aussi "Désintégration" : on ne sait pas si le dôme ne va pas finir par être détruit, si l'humanité va être remplacée, si les extraterrestres vont être rayés de la carte... Il y a aussi une réflexion sur les nouvelles technologies. En revanche, il est difficile de savoir sur quoi va vraiment porter le troisième tome. Un indice porte à croire qu'on reverra la Fille à la Bicyclette. Et peut-être qu'on finira par en savoir plus sur la station spatiale. À suivre !
Lien : https://lecombatoculaire.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackWolf
  25 mars 2019
En Résumé : J'ai passé un très bon moment de lecture avec le second tome de ce cycle qui, c'est vrai souffre peut-être un peu d'un léger sentiment de transition sur certains aspects, mais ne manque pas de se révéler réussi, prenant et entraînant. La narration change complètement, nous faisant suivre d'autres personnages que Kaaro, mais aussi en offrant un récit plus nerveux, plus tendu et percutant avec cette insurrection. L'univers est toujours l'un des gros points forts de ce cycle, se révélant riche, soigné et prenant, la ville de Rosewater devenant au fil des pages un personnage à part entière. Les concepts SF sont, pris de façon séparés, classique, pourtant dans la façon dont l'auteur les utilise ainsi que la touche culturelle Africaine qu'apporte l'auteur rendent le tout réussi et efficace. Les personnages sont toujours très intéressants à suivre et à découvrir. le fait de changer de narrateur est un pari, mais pour ma part je l'ai trouvé profitable, évitant au lecteur de se lasser de Kaaro et d'offrir d'autres points de vue. Seul Eric ne m'a pas vraiment accroché, mais il est peu présent. le récit offre aussi quelques réflexions intéressantes sur cette « invasion » d'êtres technologiquement avancés et ce que cela soulève comme question. La conclusion offre son lot de surprises et de révélations, s'avérant percutante entraînant et amenant un changement qui devrait avoir des conséquences par la suite. Alors après certains aspects m'ont paru être un peu en transitions et des révélations m'ont paru un peu trop prévisibles, l'auteur en fait peut-être aussi un chouïa trop dans les idées qu'il amène à son univers, mais franchement rien de dérangeant tant j'ai passé un bon moment, bien porté par une plume simple et incisive. Je lirai la suite avec plaisir.

Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SagnesSy
  08 septembre 2019
Ah quelle suite, les amis ! Ce deuxième volet de la trilogie Rosewater est encore meilleur que le premier (si tant est que cela soit possible) et une fois la dernière page tournée on se voit en train d'écumer le net pour connaître la date de parution de la suite (pas trouvé), tout en se réjouissant de l'idée de pouvoir se replonger un jour dans cet univers extrêmement captivant. Nous sommes en 2067 et suivons au plus près Aminat, qui file le grand amour avec Karoo. Elle va se trouver au beau milieu d'une guerre féroce entre le Nigeria et la ville, que son maire entend déclarer indépendante. Pour ce faire, Jack Jacques a besoin de l'appui d'Armoise/Anthony, qui est en mauvaise posture : une plante, destinée à l'empêcher de trop se développer, prend son rôle trop au sérieux. Leur planète d'origine (qui s'appelle logiquement… Origine) décide au même moment d'envoyer le premier originien. Il s'implante dans une femme, et là aussi, ça dysfonctionne… Sur un rythme vif et nerveux, on passe d'un protagoniste à un autre et on ne trouve tout simplement pas de bon moment pour faire une pause. On veut la suite, tout le temps, les pages s'ajoutent les unes aux autres et quand on relève le nez, des heures se sont enfuies sans qu'on les aies senties. C'est tellement rare ! Une SF comme je les aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
eMaginarock   23 septembre 2019
Malgré ces défauts, il y a chez Tade Thompson et dans cet univers chaotique de ville champignon construite autour d’un extra-terrestre géant profondément enfoncé dans le sol quelque chose de dense, de foisonnant, d’imagé, d’atypique, quelque chose qui donnait aux lecteurs de « Rosewater » l’envie de lire la suite.
Lire la critique sur le site : eMaginarock
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   18 mai 2020
Pénétrer dans la grande xénosphère l'oblige à abandonner ses propres défenses psychiques. Kaaro s'est construit un labyrinthe doté d'un décor ; du vent, de la chaleur, des odeurs qui doivent être créées dans un ordre déterminé. Il répète des phrases apparemment aléatoires, et après le labyrinthe, il se trouve dans une prairie. Il est surpris de constater que Yaro le suit dans cet univers mental. Cette fois, c'est le véritable chien et pas seulement un souvenir.

« Bon chien », dit-il. Il ne comprend pas pourquoi des gens peuvent croire que les animaux n'ont pas de conscience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   18 mai 2020
La créature est principalement verte, mais certaines parties sont rouges, mauves et brunes, sans parler des fleurs, un vrai festival de couleurs. Du pollen voltige dans l'air, ce qui explique pourquoi Dahun m'a fourni un masque de protection. Un hallucinogène, peut-être ? Ou du poison ? De temps en temps, un organe projette ces particules. Pour le reste, le végétal semble assez placide. Je n'ai pas à attendre longtemps avant que la plante n'expulse une de ses créatures. Des racines et des tiges se tortillent avec vigueur, puis se séparent lentement pour former un orifice dans lequel apparaît un humanoïde, maintenu par des vrilles qu'il doit casser pour se dégager. Après cela, il s'envole en agitant ses ailes. Il ne ressemble pas à un animal et son vol ne trahit aucune hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   18 mai 2020
Les extraterrestres ont récupéré des données dans l'atmosphère, grâce au réseau de cellules artificielles interconnectées, les xénoformes, qu'ils répandent sur toute la planète pour constituer un univers mental appelé xénosphère. Tout comme quelques rares personnes, je peux accéder à ces informations et c'est la raison pour laquelle j'ai été recruté par le S45. C'est un talent utile, surtout quand on recherche quelqu'un. Le champ extraterrestre est lié aux esprits des gens et les données peuvent circuler dans les deux sens parce que les xénoformes ne se connectent pas seulement entre elles. Elles s'accrochent aux récepteurs de la peau humaine et peuvent ainsi accéder au cerveau pour en extraire en douceur des renseignements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   18 mai 2020
Si les éléments de votre cabane étaient fixés par des clous de quinze centimètres, un voleur pouvait vous en faucher ou un deux pendant la nuit. Même si elle ne s'écroulait pas, elle risquait malgré tout de vaciller. Le vol endémique des clous poussa un type nommé Solo à bâtir le premier mur. C'était un ouvrage misérable, par ailleurs édifié avec des blocs de ciment volés, mais ce mur représente la première structure permanente de Rosewater. Solo construisit ensuite une cabane en bois en utilisant le mur comme appui, et un petit malin profita du côté libre. Les deux baraques furent à l'origine de la première rue, parce que les gens ont tendance à se regrouper quand d'autres sont déjà sur place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   18 mai 2020
Tout la cuisine est envahie de végétation. Le supplice lui est infligé par une sorte de vrille qui enserre les orteils de son pied gauche. Du sang coule, mais faiblement. La vrille se retire. Son pied droit... Il n'est pas certain de ce qu'il voit. Son pied droit a disparu, remplacé par un entrelacs de racines. Bewon n'a pas mal, mais il a l'impression qu'un liquide froid parcourt son corps. (...) du pollen remplit l'air et, en le respirant, il se sent de nouveau apaisé. Son environnement se remet à briller. Bewon sait qu'il est en train de mourir. (...) Puis Bewon se libère de son corps, en ayant terminé avec la vie et l'univers. Mais l'univers n'en a pas fini avec lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Notre sélection Imaginaire Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3135 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre