AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070462667
128 pages
Éditeur : Gallimard (29/01/2015)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Hughie Erskine, jeune dandy aussi charmant que désargenté, souhaite ardemment épouser la belle Laura – projet entravé par son absence de revenus et d’avenir. Un matin, il se rend à l’atelier de son ami peintre Trevor, où il rencontre un mendiant loqueteux posant pour un portrait. Ému par l’évidente détresse du vieillard, il lui donne toutes les pièces qu’il a sur lui, sans imaginer qu’il bouleverse par ce geste le cours de son destin…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  14 avril 2018
Mon premier contact avec Oscar Wilde.
Ce petit livre est un recueil de contes. Hormis dans la nouvelle titre — qui ressemble à une courte fable destinée à placer un bon mot à la fin — l'auteur nous plonge dans une situation réaliste et la détourne vers la féérie et l'imaginaire.
Dans « le Rossignol et la Rose » un jeune étudiant cherche désespérément une rose rouge qu'il doit offrir à la jeune fille qui fait battre son coeur s'il veut qu'elle danse avec lui au bal. Un rossignol, ému de son désespoir, l'aidera sans qu'il le sache. La conclusion est très cynique et laisse un goût amer dans l'esprit.
Dans « L'Insigne Pétard » — le meilleur conte à mon goût — ce sont les feux d'artifice qui doivent éclairer le mariage du Prince et de la Princesse qui discutent à bâtons rompus. le fameux Pétard est le narcissisme incarné. Il considère que tout un chacun ne devrait parler que de lui au lieu d'adopter l'attitude égoïste de parler de soi-même. Oscar Wilde exacerbe et se moque d'un comportement qu'il a dû observer chez ses contemporains.
Dans « le Jeune Roi », un prince s'apprête à son couronnement que tout le monde, lui inclus, souhaite éblouissant et débordant de richesse. Mais il va faire des rêves qui vont lui rappeler quel prix ont payé les pauvres bougres qui ont conçu ses habits ou ses bijoux. La fin montre de manière merveilleuse que la loi de Dieu rend nulle et non avenue la loi des hommes.
Enfin, « L'Anniversaire de l'Infante » conte exactement cela. L'auteur nous déplace à la cour d'Espagne, à l'étiquette rigide, pendant la Renaissance. le conte passe d'un sujet à l'autre — montrant les spectacles offerts à l'infante pour son anniversaire et faisant parler les fleurs — avant de se fixer sur le sort d'un nain tombé amoureux de la petite princesse. A nouveau la fin est triste et cynique.
On m'avait prévenu qu'Oscar Wilde était quelqu'un de grinçant. Il le prouve sans nul doute ici, dans ces contes destinés plus à heurter des lecteurs aristocrates ou bourgeois qu'à éduquer de jeunes enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
sabine59
  20 décembre 2016
Un autre livre acheté à la librairie de l'exposition...
C'est un recueil de contes, au nombre de cinq.Poésie et cruauté s'entremêlent, merveilleux et symbolisme aussi.L'ambiance ressemble fort à celle du " Géant égoïste".
La première, qui donne son titre au recueil est une parfaite illustration du proverbe" L'habit ne fait pas le moine"; c'est aussi la plus optimiste.
Vient ensuite " le Rossignol et la Rose", un de mes contes préférés car on entre dans un monde très romantique et émouvant, où le Rossignol se sacrifie pour l'amour, mais la chute est cinglante et désabusée.
Le troisième conte, " L'Insigne Pétard" est une merveille de cynisme et d'ironie autour de la prétention, de l'égocentrisme et on croit entendre l'auteur lui-même , à travers les paroles du pétard, d'ailleurs certains de ses aphorismes sont présents.
Les deux dernières " le Jeune Roi" et " L'anniversaire de l'Infante" ont en commun de nous plonger dans l'univers royal , fait de luxe et de caprices, en opposition à la pauvreté et la laideur.
Ici encore, le talent de conteur d'Oscar Wilde s'exprime, un mélange de fantaisie verbale, de situations rocambolesques, de mélancolie aussi. Les fleurs parlent, un riche se déguise en mendiant, un nain meurt, le coeur brisé...
Découvrez cette autre facette de l'auteur, voilà des textes tendres et acerbes, tristes et teintés d'humour, ils reflètent tout à fait le goût du paradoxe de notre ami Oscar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
missmolko1
  24 mars 2015
Ma critique fait référence a l'édition folio du "Millionnaire modele" paru en 2015 et qui comprend les nouvelles suivantes :
- le millionnaire modèle
- le rossignol et la rose
- L'insigne petard
- le jeune roi
- L'anniversaire de l'infante
Je ressors déçue de cette lecture car je m'attendais à autre chose. le millionnaire modele est une nouvelle a part entière tandis que les autres textes qui se succèdent ici sont purement des contes.
L'ecriture d'Oscar Wilde est très agréable et ne vieillit pas mais je ne l'aime pas en auteur de contes, la magie ne prend pas. En tout cas, ce recueil nous montre que l'auteur irlandais avait plus d'une corde a son arc.
Un recueil donc assez inégal dans le choix des textes...
Commenter  J’apprécie          270
cecilit
  10 mars 2018
Dans la plus pure tradition du conte merveilleux - où le surnaturel est accepté (les fleurs, les objets, les animaux parlent, pensent, agissent, souffrent, aiment) - et de la fable (porteuse d'une morale, d'une idée sociale), ces cinq contes d'Oscar Wilde nous transportent dans son âme. L'amour est sublimé et souvent bafoué (L'anniversaire de l'Infante), les bonnes intentions sont vouées à l'échec faute de modestie et de jugement (L'insigne Pétard), les âmes pures sont injustement punies (Le rossignol et la Rose) , quelquefois , la justice des hommes se fait plus clémente (Le millionnaire modèle) et celle divine également (Le jeune roi).
Au-delà du charme et de la joliesse de ces contes, du fantastique et du merveilleux - qui font qu'ils peuvent être mis dans des mains enfantines - , on peut apercevoir, en miroir, l'auteur lui-même , esthète emprisonné et vilipendé par ses contemporains.
Commenter  J’apprécie          170
Laurent_A
  20 mai 2019
Cinq contes, dont le premier qui a donné son titre au livre est le plus réaliste et aurait pu être une expérience vécue de l'auteur.... mais pour moi le plus terrible est bien le dernier, bien que tous aient pour dénominateur commun les nécessaires qualités de coeur qui doivent faire ravaler notre orgueil à nos sociétés organisées autour du pouvoir et de l'argent. A lire pour réfléchir à ne pas tuer notre humanité en passant à côté de l'essentiel. C'est bien écrit et bien traduit, les descriptions sont riches et les chutes parfois violentes mais ça peut néanmoins être lu à n'importe quel âge, les animaux, les végétaux, la flore ont la part belle dans ces histoires pour réfléchir à l'essentiel et aux vraies valeurs à cultiver en chacun d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   10 avril 2018
Le Roi donna l'ordre de doubler le salaire du Page. Comme il ne recevait aucun salaire, cela lui fut de peu d'utilité, mais on considéra qu'il s'agissait d'une marque d'honneur qui fut dûment publiée par la gazette de la Cour.
("L'Insigne Pétard")
Commenter  J’apprécie          275
BazaRBazaR   09 avril 2018
Un peintre ne devrait jamais connaître que des êtres beaux et stupides, capables de charmer artistiquement le regard sans que leur conversation fatigue l'intellect.
("Le millionnaire modèle")
Commenter  J’apprécie          230
BazaRBazaR   11 avril 2018
La seule chose qui nous soutienne à travers l'existence est la conscience de l'immense infériorité d'autrui, et c'est un sentiment que j'ai toujours cultivé.
("L'Insigne Pétard")
Commenter  J’apprécie          213
cecilitcecilit   10 mars 2018
Ce que le nain avait peut-être de plus amusant était la totale inconscience de son aspect grotesque. En vérité, il semblait parfaitement heureux et plein d’entrain. Quand les enfants riraient, il riait aussi franchement, aussi gaiement qu’eux et, à la fin de chaque danse, il leur faisait la plus comique des révérences, souriant et leur adressant des signes de tête, tout comme s’il était vraiment l’un d’entre eux et non ce petit être contrefait que la nature, par quelques facétieux caprice, avait façonné pour servir à autrui d’objet de raillerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sabine59sabine59   20 décembre 2016

Par la fenêtre, il vit les longs doigts gris de l'aube qui s'agrippaient aux étoiles pâlissantes.
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Oscar Wilde (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oscar Wilde
Oscar WILDE — Une Vie, une Œuvre : douleur de la beauté (France Culture, 1996) L'émission "Un vie, une Œuvre", par Jacqueline Kelen, diffusée le 27 juin 1996 sur France Culture. Présences : Merlin Holland, Jean-Marc Varaut, Marie-Claire Pasquier et Bernard Delvaille.
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quiz sur Oscar Wilde

De quelle nationalité est Oscar Wilde ?

écossaise
irlandaise
anglaise
galloise

10 questions
220 lecteurs ont répondu
Thème : Oscar WildeCréer un quiz sur ce livre