AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2889083047
Éditeur : LA JOIE DE LIRE EDITIONS (22/01/2016)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Petit, mince et palot, Elias a 13 ans mais en paraît 10. Il passe son temps à s’inventer des histoires, des aventures extraordinaires qu’il griffonne ensuite dans un cahier : il a déjà traversé la Manche à la nage, a été disque de Platine, participe à des compétitions nationales de judo… Ses parents sont séparés et il vit la plupart du temps avec sa mère et son nouveau compagnon, un certain Franck qu’il n’apprécie pas beaucoup.

Mais depuis quelque tem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
ClassBook
  22 mai 2017
Rêve ou Réalité
Petit, mince et palot, Elias a treize ans mais en paraît dix. Il passe son temps à s'inventer des histoires, des destinées incroyables et des aventures extraordinaires qu'il dessine ensuite dans un cahier qu'il emporte toujours avec lui. Il s'imagine traverser la Manche à la nage, être disque de Platine, participer à des compétitions de judo, dompté un tigre du Bengale, … . Ses parents sont séparés et il vit le plus souvent avec sa mère et son nouveau compagnon, Frank, une personne qu'il affectionne pas particulièrement. Depuis un certain temps, Elias rêve qu'il vole, qu'il vole comme un oiseau. Jusque- là, il n'y a rien d'inquiétant ou bien de surprenant, jusqu'au jour où son corps va commencer à se transformer en oiseau, ou plutôt en corbeau, … . Est-ce un rêve ou une réalité ?
Gilles ABIER nous présente le personnage principal comme une personne totalement normale mais au fil de l'histoire on apprend qu'il lui arrive quelque chose d'anormal, quelque chose d'atypique. J'ai adoré la façon d'écrire de Gilles ABIER car ses histoires sont simples à lire.. En effet l'écriture de cet auteur est très fluide. Je pense que ce livre s'adresse aux petits comme aux grands.
Une belle histoire, plus intense qu'il n'y parait, avec des personnages attachants, notamment ce héros quelque peu atypique, … .
J'ai bien aimé cette histoire car l'auteur nous raconte quelque chose qui n'arrive pas tous les jours : la transformation d'un adolescent en corvidé. Quelque chose d'atypique, comme le personnage principal. Dans ce livre il n'y a pas que la narration de cette transformation anormale, il y a aussi de l'amitié, des problèmes scolaires , … une vie normale, jusqu'à cette métamorphose, … .
Voici le passage qui m'a marqué :
''Je me penche pour allumer la lampe de chevet. Quand je regarde mes pieds je crie. Un cri bref mais puissant. Et je me recouche aussitôt. À nouveau dans le noir. Qu'est-ce qui m'arrive ? Oh non, qu'est-ce qui m'arrive ?!
J'ai perdu un orteil à chaque pied !''
J'ai bien aimé ce passage car c'est à ce moment de l'histoire que la métamorphose d'Elias va commencer.
Je donne la note de 5/5 à ce livre.
Davina
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gayane
  05 juin 2016
Du haut de ses 13 ans, Elias fait très jeune. Il grandit peu, reste maigrelet et paraît maladif.
Il est plutôt rêveur, a une imagination débordante mais quand il commence à rêver qu'il vole, c'est une véritable libération tout d'abord, puis ça devient un vrai cauchemar : il se transforme en corbeau !
Un roman qui paraît plutôt simple au premier abord mais qui se révèle très surprenant. Jusqu'aux toutes dernières pages je trouvais ma lecture sympathique mais sans plus.
Je n'en dit pas plus !
J'aurais juste aimé avoir une fin un peu plus développée, que l'auteur s'y attarde plus, ajoute un peu plus de drame.
Commenter  J’apprécie          60
DarkLord
  07 novembre 2016
"Un jour il m'arrivera un truc extraordinaire" raconte l'histoire d'Elias, un ado chétif, introverti, maladif et ayant peur d'entreprendre quoique ce soit. Sa meilleure et seule amie, Mathilde, est son exacte opposée : sportive voire casse-cou, extravertie et pleine d'énergie. Son meilleur ami, quant à lui, est un sportif avec un quotient intellectuel relativement bas. Nous nageons en plein cliché.... Bien évidemment, Elias vit plus dans ses rêves que dans la réalité, depuis toujours, et ne peut être que le souffre-douleur des deux terreurs de sa classe.
Dans ce trio nous sentons l'influence de la saga Harry Potter, mais nous en sommes loin, très loin.
Au niveau de l'histoire, Elias vit avec sa mère et son beau père. Tout est normal jusqu'au jour où Elias commence à rêver qu'il est un oiseau le lendemain, il se réveille avec un orteil en moins à chaque pied... A partir de ce jour, il se transforme peu à peu en oiseau. Chaque rêve où il est un oiseau l'éprouve physiquement et apporte une nouvelle transformation. Un léger problème subsiste : en dehors de lui, personne ne voit ses transformations !
Ce qui s'apparentait à un roman fantastique n'est en fait qu'un énième livre sur le mal être ; les délires de ce « héros » étant justifiés par une volonté d'échapper à quelque chose (que je ne vous dévoilerais pas au cas où vous seriez quand même tenté de le lire). Toute cette histoire est plus que tirée par les cheveux et la conclusion est bâclée en véritablement 10 lignes !
Pour terminer, la construction est parfois désastreuse, nous passons dans paragraphe à l'autre sans aucune cohérence.
Un roman à éviter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CarolineDBruihier
  02 juin 2016
Elias s'est toujours senti à part. Déjà physiquement, il est plutôt chétif, maigre, pâle, et parait être en primaire alors qu'il est au collège.. Et puis mentalement aussi, Elias a un pouvoir : celui d'avoir une imagination débordante, de pouvoir se transporter en une pensée dans un ailleurs exotique ou de vivre mille et une aventures fantastiques. Il faut dire que coincé entre une mère un peu étouffante, un papa loin car divorcé, et un nouveau beau-père Franck, peu bavard, le quotidien d'Elias est un peu morne. Or un jour, Elias se sent curieusement différent, plus léger, plus aérien et il y a ces mystérieux rêves qui le font planer, s'envoler au-dessus de la ville, comme s'il devenait un oiseau... Tout doucement, son imagination va prendre le dessus et le roman va peu à peu basculer dans un suspense un brin fantastique, Elias se voyant alors se métamorphoser en un oiseau. Heureusement, Elias a de chouettes amis sur qui s'appuyer pendant son inquiétante transformation : Matilde, hyperactive et aux idées foldingues, et Milo (fou amoureux de Matilde), deux personnages qui apportent un brin d'humour bienvenue. Or est-ce un rêve de plus ou une réalité inquiétante qui plane sur Elias ?
Le roman de Gilles Abier possède une écriture fort fluide, prenante, souvent poétique. Toutefois, j'ai trouvé que l'auteur ne ménageait pas assez le suspense - ou est-ce moi qui est trop vite deviné ce qu'il retournait de cette étrange transformation ; j'ai souvent pensé au beau roman de Pascale Maret, Les ailes de la sylphide, où l'intrigue ou plutôt la thématique de la métamorphose est prétexte pour dévoiler autre chose... Certains chapitres se terminent (un peu trop à mon goût) brutalement sur les menaces qui pèsent sur Elias : on sent un trouble monter, quelque chose qui va mal, quelque chose de grave et qui le bouleverse, qui le transforme en "corvidé", comme il le dit lui-même. Je ne peux en dire plus si ce n'est que le roman demeure intéressant et m'a plu, notamment grâce à la personnalité d'Elias, qui demeure un personnage fort et extrêmement attachant. Il est bien sûr question non seulement d'échappatoire mais surtout d'envol dans ce roman, et les toutes dernières pages le confirment.
Lien : http://biblioado.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MD68
  20 juillet 2016
Elias est collégien. Il vit avec sa mère et son beau-père, Franck. D'allure chétive, Elias est couvée par sa mère, un peu trop au goût de son beau-père. L'entente avec ce dernier n'est pas évidente. Mais Elias peut aussi compter sur ses deux amis : l'hyperactive Matilde, sa voisine et le fidèle Milo. le jeune garçon aime s'inventer des histoires. Il se voit voler au-dessus de la ville. Un jour, ses rêves le rattrapent. Ses pieds deviennent des griffes. Il se sent devenir un oiseau. Il est pourtant le seul à percevoir les changements de son corps. le récit commence sur le ton humoristique car Elias est un garçon sympathique et plein de répartie. Pourtant, le malaise s'installe progressivement. Et si l'insistance du jeune garçon à se prendre pour un oiseau révélait un problème profond ? Gilles Abier est un auteur que j'aime beaucoup. Ses livres sont souvent étonnants. Là encore, je ne suis pas déçue. Sa manière d'aborder un sujet difficile m'a dérouté. Il a semé des indices et employé des métaphores mais c'est seulement lors de la relecture que le sens se révèle pleinement. Un livre atypique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Ricochet   04 avril 2016
Un livre très fort qui suscitera réflexion et débat parmi les lecteurs qui auront l’impression troublante d’être, à l’instar d’Elias, des « corvidés » tant l’émotion qu’il engendre submerge.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   13 février 2016
C’est vrai que ce n’est pas de tout repos d’avoir un père trop cool ! Qui ne prend rien au sérieux. J’avais beau avoir sept ans, je me rendais compte qu’il était différent des autres parents.
— Tu veux une deuxième glace ?
— Je suis pas sûr que maman soit d’accord.
— Si elle ne le sait pas, elle n’a aucune raison de désap-
prouver.
Mais je m’en en lais une troisième, puis une quatrième,
et une cinquième, persuadé que mon père m’arrêterait en cours de route. Pas du tout.
— À toi de te donner tes limites.
Remarque, une nuit à avoir mal au cœur, assailli de crampes d’estomac, à taire ma douleur pour ne pas avoir à dénoncer mon père, m’a servi de leçon. Je n’ai jamais englouti plus d’une seule glace à la fois depuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
letilleulletilleul   13 février 2016
J’ai toujours su qu’un jour il m’arriverait un truc extraordinaire. Depuis que je tiens debout, j’ai la conviction que je suis né pour accomplir un miracle. Ce n’est pas possible autrement. Sinon, comment expliquer la contradiction entre les rêves qui me dévorent et le corps dont je dispose.
À treize ans, j’en parais neuf. Dix, les jours où je pète la forme.
Commenter  J’apprécie          40
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   02 juin 2016
Tout à l'heure, sur la moquette, il a suffi que je ferme les yeux pour qu'une vision insolite s'impose à moi, sans mon accord. J'étais au-dessus de la maison, à planer dans les airs, les cheveux ébouriffés par le vent. Et je ne craignais pas de tomber, je contrôlais mon vol, maîtrisant chaque muscle de mon corps. Je ne me suis jamais senti aussi libre qu'à cet instant. Et si ce rêve éveillé était annonciateur d'un futur inouï ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   02 juin 2016
Un cauchemar dont je n'ai personne à qui parler. Ce n'est pas, comme Milo a pu me le faire soupçonner tout à l'heure, mon inconscient qui joue avec mes nerfs. Non, je suis sûr de ce qui m'arrive. Je commence une métamorphose. Je deviens un oiseau ! Et ça me terrorise. Parce que si je me trompe, c'est que je suis fou. Quelle que soit la réalité, je perds à tous les coups.
Commenter  J’apprécie          10
TiaRosamTiaRosam   11 novembre 2016
- Tu sais, rien n'est fixe dans la vie [...]. Un matin, tu peux te réveiller et te sentir différent tout en étant toujours le même. Un changement incroyable peut se produire en toi qui transforme complètement ton être et la perception que les autres en auront, et pourtant à l'intérieur, tu restes le même. Tu attendais juste d'avoir le courage d'oser te révéler à toi-même. p. 103
Commenter  J’apprécie          00
Video de Gilles Abier (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Abier
Extrait "Trois dames sur une île déserte", de Gilles Abier. Au Grand Roque à Carcassonne, mis en scène par Thierry Almon.
autres livres classés : maltraitanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Konnichiwa, Martin ! Salut Hikaru !

Pourquoi Martin ne veut-il pas la lettre du Japon ?

Car il ne comprend pas l'écriture
Car il préfère la Chine
Car il n'aime pas les petites îles

8 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Konnichiwa, Martin ! / Salut, Hikaru ! de Gilles AbierCréer un quiz sur ce livre
. .