AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070370672
529 pages
Gallimard (16/11/1978)
3.64/5   65 notes
Résumé :
Un jour de printemps 1968, Antoine Blondin se promène exceptionnellement dans Saint-Germain-des-Prés. La police sur le qui-vive en cette période survoltée se met soudain à courir en tous sens pour attraper un fuyard. Dans sa course, un sergent peu enclin à la littérature tombe sur Blondin. Et l'écrivain, à force de provocations, se retrouve au poste. Comme on lui demande de décliner son identité, il déclare au brigadier : "Monsieur Jadis." "Comme autrefois", s'étonn... >Voir plus
Que lire après L'Europe buissonnièreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Antoine Blondin raconte les tribulations de Muguet, jeune insouciant de dix-huit ans, à travers l'Europe en pleine seconde guerre mondiale, ainsi que celles de singuliers et involontaires trublions tels que le commandant Baptiston ou Superniel. le hasard de la plume de l'auteur fera se croiser leurs épopées.
Premier roman d'Antoine Blondin, chroniqueur pendant une trentaine d'années du tour de France, cette histoire semble régit par les lois de la « pataphysique » d'Alfred Jarry (science des solutions imaginaires qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité), l'humour franchouillard de René Fallet (le triporteur, les vieux de la vieille, le beaujolais nouveau est arrivé) et le génie des mots de Boby Lapointe (Ta Katie t'a quitté).
Il est capable d'écrire : « - Rylka, tu es enceinte ? – Je ne sais pas, répondit-elle. Je suis tellement désordonnée. » ou « Il souffrait en outre d'une affection commune à la plupart des chefs de cette époque-là : il avait le mal du Péguy. »
« L'Europe buissonnière » est une première oeuvre pleine de fantaisie, parfaitement réussie et dont le surréalisme séduit sans coup férir. C'est une parfaite facétieuse farce de terroir.
A sa sortie en 1949, ce roman a fait grincer des dents par la légèreté avec laquelle le sujet de l'occupation allemande est traité, mais Blondin ne fait pas partie du mouvement littéraire des hussards par hasard, son impertinence savoureuse y est pour grande part.
Editions de la Table Ronde, Folio, 529 pages.
Commenter  J’apprécie          520
Le hussard Antoine Blondin ose un premier roman anticonformiste et nous donne sa version de la guerre dans le style des chroniques journalistiques satiriques...Si dans son récit on tire d'avantage son coup que des bastos et que l'on prend plus volontiers son pied que le maquis, Blondin n'en oublie pas pour autant de nous rappeler son crédo le plus élémentaire en période belliqueuse : oublier la partisanerie et les beaux discours.

Muguet c'est un peu un enfant, souvent un amant, mais jamais un soldat. C'est à la fois l'idéal d'un Blondin appelé à la STO, le combleur salutaire de la pyramide des naissances, le résistant bien trop séduisant parmi les huiles mais aussi le mutin en plaisance monégasque.

On est plus souvent purement idiot que réellement pervers dans ce roman. Les deux Schutzstaffel H. et H. paraîtraient par exemple presque attendrissants de bêtise.

« p. 110
C'était peu que débaptiser quelques rues, mais obliger les citoyens à avancer leur montre de deux heures, sans que cette mesure revêtit à leurs yeux l'apparence d'une brimade gratuite, mettre au même pas toutes les pendules d'Europe, témoignait d'une exigence bien plus impérieuse : celle d'organiser le temps au moment précis où l'on occupait l'espace.
On ne tyrannise pas impunément les méridiens
Plus tard, lorsque les Nations Unies, incapable d'organiser l'espace, mais soucieuses par ailleurs d'occuper le temps, instruisirent d'interminables procès aux criminels de guerre, l'Uhrführer Bauer, responsable des chronomètres pour l'ensemble du continent et surnommé « le bourreau des longitudes », fit l'objet d'une affaire retentissante. Dénoncé par l'horloge parlante, on lui imputa le détournement d'un temps considérable […]
Aucun des policiers notoires, commis à la recherche du temps perdu, ne parvint à mettre la main sur ces deux heures de leur vie, dérobées un beau jour aux habitants des territoires conquis. »

Nous retrouvons toute la naïveté de « l'humeur vagabonde » dans ce compte iconoclaste au léger parfum d'autofiction. Une vision peut-être bien plus proche de la vie des Français pendant la guerre, qui comme nous le savons, ont tous été résistants, que l'image qui nous est donné aujourd'hui par les écoeurantes commémorations des deux dernière conflagrations mondiales.

Finalement, pourquoi lire ce livre ? Pour vivre une drôle de guerre sans coups de feu et jouir d'une prose plaisante à la Frédéric Dard. Très bon, on rigole beaucoup, même si la fin tire en longueur.

Muguet est un héros qui possède le courage de la retraite. Toutefois, il est difficile de dire jusqu'à quel point ce personnage s'identifie avec son auteur, et il faudra donc veiller, et cela même en laissant de côté son orientation politique et sa participation controversée au STO, à ne pas commettre d'impair en confondant Antoine Blondin avec Louis Lecoin !
Commenter  J’apprécie          140
Fils de la poétesse Germaine Blondin, Antoine Blondin est un hussard. Hussard au sens du mouvement littéraire des années 50 – 60 qui s'opposa aux existentialistes en général et à Sartre en particulier, en tant que l'incarnation de « l'intellectuel » ; puis , plus tard, au nouveau roman.
Caractérisé par un anticommunisme aussi primaire que courageux (à l'époque le PC était coté à 25 % des suffrages dans tous les scrutins) et par le refus des modes, les hussards présentaient également un certain goût pour les causes perdues comme l'Algérie Française…
Notons les piliers du mouvement et compagnons d'infamie d'Antoine Blondin : Roger Nimier, Jacques Laurent (Académicien) et Michel Déon (Académicien)…
Mais revenons à « L'Europe buissonnière ». Premier opus, première récompense avec le Prix des Deux Magots en 1949 ; et la notoriété qui va avec. de retour du STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne, Antoine Blondin s'appuie pour ce roman, sur cette période éprouvante de sa vie, néanmoins riche en événements. Ne dit-il pas que « L'Europe buissonnière » contient au moins dix sujets de roman à peine esquissés ?
Dédié à Julien Guernec(« sans qui je ne l'aurais jamais commencé ») et à Michel Déon (« sans qui je ne l'aurais jamais terminé ») Ce livre est composé de deux grandes parties bâties autour des deux personnages principaux, espèces d'anti-héros : Muguet et Superniel.
Muguet est au coeur d'une aventure burlesque, presque carnavalesque. Il traverse la guerre avec l' « aisance insouciante » d'un « déserteur léger ». Superniel, sympathisant de la Révolution nationale, c'est probablement Antoine Blondin lui même, de ses études en philosophie à la Sorbonne jusqu'au STO.
« L'Europe buissonnière » est un livre profondément romanesque, à la manière de Marcel Aymé ou de Jean Giraudoux, picaresque même. Avec son habituelle prise de distance à l'égard des émotions, Antoine Blondin nous livre ici une vision impertinente et parfois irrévérencieuse de l'Histoire. Il alterne malicieusement le sentimental, le réaliste, le satirique, le burlesque avec ce ton qui n'appartient qu'à lui.
« L'Europe buissonnière », n'est pas le plus connu des romans d'Antoine Blondin tant l'ombre portée par « Un singe en hiver » est dense. Dommage.


Commenter  J’apprécie          140
D'une part, Muguet à peine sorti du cocon familial, et qui se retrouve embringué dans un village afin de le repeupler. Muguet en effet a le don de plaire aux dames, sans même le faire exprès. Il se laisse donc porter par les événements et la guerre arrivant, part sur les routes d'Europe au hasard des rencontres et des amitiés.
D'autre part, Superniel, étudiant à la Sorbonne et militant, se retrouve dépassé par les événements, puis emprisonné dans un stalag. Il y retrouve une certaine sérénité, découvrant la force de l'amitié.
Les deux hommes sont fondamentalement différents. L'un regarde le monde d'un air amusé, profite des plaisirs de la vie sans se poser de question, l'autre voit en toute chose une source d'angoisse. L'un séduit les femmes et en profite pleinement (notamment pour se nourrir correctement quand il est prisonnier), l'autre est effrayé par la gent féminine, lui préférant les amis du camp.
Publié en 1949, ce premier roman d'Antoine Blondin fut loin de faire l'unanimité : faire d'un conflit mondial une comédie loufoque, où la guerre est avant tout pour la jeunesse française une occasion de voyager, fit scandale auprès de certains. Pourtant l'auteur utilise des éléments biographiques pour ce roman puisqu'il fut lui-même envoyé en STO durant la Seconde guerre mondiale. Et si ce livre était un moyen pour Blondin d'évacuer les cauchemars de son expérience ?
Car l'auteur va parfois loin dans ses propos : les allemands (Hans et Helmut notamment) y sont plus bêtes que méchants et leur pire crime est sans doute de mettre les villages français à l'heure allemande (au sens propre, puisque les montres furent avancées d'une heure durant l'occupation). Quant à Muguet, après une nuit auprès d'une belle, il rate le départ pour les camps en Allemagne et n'hésite pas à prendre les chemins pour rejoindre ses amis !
"L'Europe buissonnière" est un roman cocasse (souvent trop à mon goût), fantaisiste, potache. Mais aussi et avant tout une ode à l'amitié virile (autour d'un verre, souvent).
Sans oublier le « style Blondin » : une accumulation d'expressions heureuses (« Il sentait monter le bégaiement qui l'obligeait parfois à ne plus parler que sur la pointe des mots »), de références comiques (« Il avait le mal du Péguy »), n'hésitant pas à rajouter certains jeux de mots plus faciles (« À bout de course ou à court de bourse »). Style qui reste avant tout l'intérêt premier de ce roman.
Commenter  J’apprécie          70
Sorte d'ado un brin attardé, Muguet fut élevé et déniaisé par une jeune athlète polonaise qui lui servit de nourrice dans ses jeunes années. Un soir de beuverie, son ami Benjamin l'entraine dans un bordel, rue Chauchat, qui tient « du sous-marin, de la fumerie d'opium et du musée Gévin ». Il y rencontre une prostituée dont le visage ne lui est pas inconnu. Il s'agit de Maria Broudic, une des nounous qui l'a connu tout bébé. Cela calme immédiatement ses ardeurs… En pleine débâcle, le commandant Baptiston, dépouillé de ses bottes et de son uniforme par un rôdeur, se retrouve contraint de s'accoutrer avec les vêtements pris sur le cadavre d'une vieille femme. Ceux-ci lui semblent étonnamment lourds. En effet, ils cachent tout un trésor cousu dans les poches, les plis et les ourlets. Ce qui va permettre à Baptiston d'acheter la voiture du ministre de la météo et de filer jusqu'à Dax avec l'armée allemande sur les talons…
« L'Europe buissonnière » est un roman picaresque traitant d'une période douloureuse de notre Histoire, la seconde guerre mondiale, la débâcle, le STO et la vie dans les camps en Autriche. le roman repose sur les aventures désopilantes de trois personnages, Muguet (sans doute un avatar de l'auteur qui se retrouva lui-même assujetti au Service du Travail Obligatoire), Baptiston et Superniel. Au hasard des chapitres, ils se croisent, se perdent de vue, se retrouvent dans des lieux improbables, au fil d'une intrigue pas très construite, mais plutôt faite d'impressions fugaces. Tout l'intérêt de ce livre, en plus du fait que c'est un document historique de première main, repose sur le style inimitable de Blondin. C'est léger, pétillant, humoristique, à la limite du déjanté, de la parodie avec pas mal d'ironie gentille. « L'esprit » français, dans toute sa singularité, dans toute sa finesse et son intelligence, n'avait rien à voir avec le « non-sense » britannique, ni avec l'humour absurde juif ou lourdingue américain. Il était unique, il était différent ; il a malheureusement disparu. Dans ce récit qui part un peu dans tous les sens, l'auteur a accumulé pour notre plus grand plaisir les situations rocambolesques et paradoxales tout en nous gratifiant de traits d'humour, de fulgurances ou de jeux de mots amusants (« Le baron Aycard de Langage » par exemple). L'ouvrage, paru en 1949 n'a pas pris une ride. C'est un véritable régal. Il faut lire ou relire Blondin !
Lien : http://www.bernardviallet.fr
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Ah ! croyez-moi, on les compte, ceux qui ne sont pas venus faire les pieds au mur (au bordel) rue Chauchat. Ils se prétendent radicaux, modérés, socialistes ou communistes, la belle histoire ! Ca ne signifie pas grand chose. Mais parlez-moi, comme on dit, des masochistes, des sadiques ou des sodomistes, et je vois clair tout de suite, car les voilà leurs vraies nuances… Ces gens-là, comprenez-vous, il faudrait pouvoir les connaitre au-dessous de la ceinture, seulement on vous les représente toujours en buste, c'est ce qui trompe le monde...
Commenter  J’apprécie          70
Pendant huit ans, les allemands et les français ont passé leur temps à coucher dans le lit des uns et des autres. On peut considérer que cet état de choses a contribué à rapprocher les deux peuples ou, au contraire, n'a fait qu'aggraver le fossé qui les sépare.
Commenter  J’apprécie          120
Ce n'était pas la première fois qu'il éprouvait les vertus viriles des femmes, leur rudesse, leur sincérité atroce, leur courage, et qu'aux seuls garçons appartenaient la sensibilité, la pudeur voilée, les tristesses secrètes, la vraie tendresse.”

Commenter  J’apprécie          100
Le grand duc Grigori jouissait de la nationalité monégasque. Nous dirons même qu'il en abusait. Outre ses fonctions de plongeur, il exerçait la présidence d'une vingtaine de sociétés industrielles ou commerciales dont les statuts avaient été déposés sur le territoire de la Principauté pour échapper à l'impôt. À prêter, ainsi, son nom pour ses manoeuvres de holdigne, le vieillard gagnait l'argent de son tabac et des quelques douceurs indispensables à sa nostalgie. La princesse Carola mit bon ordre à ce trafic. C'est dire qu'elle l'intensifia.
Commenter  J’apprécie          40
-Tu es le roi des ballots.
-C'est à considérer.
-Je te parle en toute franchise.
-Mais j'espère bien. C'est merveilleux, dit Muguet, comme les gens qui vous traitent de couillons croient toujours vous faire plaisir en ajoutant qu'ils sont sincères.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Antoine Blondin (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Blondin
Michel Audiard, San Antonio, Antoine Blondin, monuments de la gouaille populaire, ont disparu avec le xxe siècle. le moule est-il cassé, le style perdu à jamais ? C'est sans compter sur JoeyStarr et Polo Labraise, issus de la culture rap pour l'un et du journalisme sportif pour l'autre, qui ressuscitent ici un argot irrévérencieux avec ses formules hilarantes autour de la vie d'un détenu-écrivain et de son curieux avocat… En librairie le 15 mai : https://www.fayard.fr/livre/le-code-penal-en-argot-9782213727325/
autres livres classés : camps de prisonniersVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (159) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3217 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..