AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213678900
350 pages
Éditeur : Fayard (16/04/2014)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Les réacs, néoconservateurs et autres fachos sont aujourd'hui en position de force en France. On les voit et on les entend partout, et leurs idées dominent le débat. Comment cette emprise idéologique est-elle possible ? Quelle est la responsabilité de la classe politique et des médias ? Et surtout, leurs arguments sont-il valides ?

Dans ce livre, le journaliste Aymeric Caron fait tomber les masques et révèle les impostures sur lesquelles s'appuient l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Fx1
  27 juin 2014
Voila enfin un livre écrit par quelqu'un qui va à contre courant de la "pensée" actuelle qui bascule à droite toute . Aymeric Caron est un homme que l'on ne peut pas museler et qui utilise à bon escient la liberté de parole. À l'image de Caroline Fourest il se démarque du troupeau qui suit sans réaction les vindictes populistesde la droite qui ici de Sarkozy à le Pen en prend pour son grade . Il est bien que quelqu'un aborde avec intelligence les cas les plus rudes comme Renaud Camus, afin de démonter les "théories" de ce genre d'individu . de méme le trop célébre Zemmour , mais aussi Finkielkraut , Elizabeth Levy , sont au coeur de cette démonstratioan brillante de ce que peut produire un cerveau qui est en mode éveil . de méme il envoie un gros tacle salutaire à Naulleau qui à il est vrai , contribué à ce que ce triste sire qu'est Soral soit autant médiatisé. Il est vrai que faire un livre avec Soral n'est pas trés malin m.Naulleau .... Cet ouvrage c'est enfin la preuve que des journalistes indépendants sont encore présents dans cette contrée . Il démonte tout le lexique des droitiers avec intelligence , avec méthodologie . La seule chose que l'on peut reprocher , c'est au fond un peu le fait qu'il enfonce des portes ouvertes sur des sujets que ceux qui on déja lu les oeuvres de Caroline Fourest connaissent déja . Mais cela n'est en aucun cas problématique et n'enléve rien à l'intelligence de ce trés bon livre qui devrait étre présenté à la place du "jt" de Pernaut . Ouvrage de qualité et d'un courage indéniable .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Lune
  22 juin 2014
Voilà un livre qui remue sang et tête. Les réflexions foisonnent, la conscience s'éveille et l'analyse du contenu se commenterait volontiers. Tellement !
Je me contenterai ici d'un simple avis. Tout(e) citoyen(ne) – au-delà des différences réelles ou fictives – ne peut qu'être interpellé(e) par ce livre où l'Homme, quel qu'il soit, occupe la place qui devrait lui revenir.
Aymeric Caron démonte nombre de clichés qui perdurent de génération en génération, d'époque en époque : autant de clichés prenant des allures d'évidences ou de certitudes dangereuses, déviantes.
L'histoire se répète.
Gare à la rhétorique et à ses pièges : trier le faux du vrai, le dit détourné éludant toute réponse n'est pas évident à décrypter pour le non initié.
Toutes ces statistiques, tous ces chiffres balancés comme une réalité non contestable et savante à laquelle nous ne pouvons que nous rallier : danger ! Aymeric Caron met en garde. Les chiffres s'interprètent parfois au gré de ce qu'on veut/voudrait nous faire croire : manipulation, invention sans scrupule venant en appui du discours qu'il « faut » faire passer, voire du message « commandé ».
Ce livre éclaire et conforte ce que je ressens et les nombreux doutes qui m'assaillent.
Caron développe judicieusement les notions d'insécurité et du « sentiment » d'insécurité.
Les analyses présentées corroborent parfaitement les chiffres, ici, non malmenés.
Autre thème largement abordé: la mise en évidence médiatique des faits divers qui conforte outrancièrement la sensation de ce « sentiment » d'insécurité auprès d'une population fragilisée (âge, solitude, ...) et, surtout, qui colporte des idées faisant froid dans le dos.
Une partie consacrée aux problèmes de l'émigration, aux contre-vérités qui lui sont liées, aux diffusions erronées replace les choses où elles doivent être : sur le terrain de la réalité des faits.
Les « études » de cas en dernière partie de livre sont édifiantes. On n'y comprend que trop bien les interprétations déviantes qui arrangent les uns ou les autres et amènent dans leur sillage ce flot de violences démesurées et malsaines.
Nous ne sommes pas ici dans une oeuvre littéraire, la langue claire de l'auteur adopte une syntaxe qui convient parfaitement aux propos.
Et, surtout, foin de langage pseudo-scientifique, culturel, politiquement savant, outrancier dont se moque l'auteur : il nous parle, raconte, développe, éveille, argumente, démonte, dénonce ... avec la conscience déontologique du reporter et du journaliste (son avant-propos l'explique parfaitement).
L'auteur, malmené (l'échantillonnage de messages dont il nous fait part est révélateur) parce qu'il est « antiraciste », « bien-pensant », etc ..., (termes moqués, méprisés par les « bobards ») n'est pas seul à penser dans cette direction : demeurer un humain lucide, conscient des faits sans être émotionnellement orienté et politiquement ancré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lord_Bernin
  20 août 2015
Dans la première partie, Aymeric Caron désigne les principales figures de la droite bobards, les figures de proues néo-cons (nos tartufes contemporains) : des hommes politiques aux idéologues en passant par des journalistes. Ce sont, entre autres, Sarkozy, les le Pen, Copé, Dupont-Aignan pour les politiques (dans la suite de l'ouvrage, Ciotti et Valls ne seront pas épargnés et leur tartuferie bien mise en évidence) ; Renaud Camus et Finkielkraut pour les idéologues ; et Élisabeth Lévy, Naulleau et Zemmour pour les journalistes. Dans ce que Caron appelle le « petit lexique à l'usage des acteurs de la droite bobards souhaitant discréditer les contradicteurs », il montre les travers des discours spécieux des néo-cons. Car avec cet ouvrage, on a affaire à 2 types de discours : celui de l'auteur… rationnel, argumenté et s'appuyant sur des documents avérés. de l'autre, celui des néo-cons, un discours fallacieux qui relèvent du « sensationnalisme », de la propagande, du mensonge, de l'irrationnel et qui repose essentiellement sur les peurs.
Comme les thèses des néo-cons sont fausses, ils ne peuvent procéder par démonstration rationnelle en mettant en avant les vrais chiffres et statistiques… aussi leur stratégie consiste à mépriser, rabaisser, ridiculiser les discours de leurs adversaires, notamment en transformant des termes au départ positifs en insulte. C'est la stratégie classique du faux-monnayage (que Nietzsche à longuement dénoncée dans ses ouvrages, en matière de morale). Ainsi, « angélisme », « anti-racisme », « bien pensant », « bonne conscience » sont devenus dans la bouche des néo-cons des insultes contre ces naïfs de bobo. Une fois le discours de l'autre moqué et rendu « incohérent », ils attaquent ensuite la personne. « Quitter l'objet du débat pour se concentrer sur la personne de l'adversaire et l'insulter ». Les néo-cons procèdent comme l'a montré Arthur Schopenhauer dans L'Art d'avoir toujours raison d'abord l'attaque ad honinem, puis l'attaque ad personam. Aymeric Caron exprime très clairement ce double procédé : « L'objectif consiste à imposer le sentiment que le contradicteur est incompétent, aveugle, intolérant ou malhonnête. le corollaire implicite étant naturellement que celui qui émet cette critique est en revanche pourvu de toutes les qualités qui font défaut à son adversaire. Ce procédé particulièrement déloyal présente l'avantage de créer une diversion et d'éviter tout débat rationnel. »
Après avoir mis à jour la stratégie des néo-cons, l'auteur les met en face de leurs contradictions et mensonges. Notamment dans la seconde partie avec les questions de l'insécurité et de l'immigration. Voici ce que les néo-cons disent : Marine le Pen : « le niveau de la délinquance dans notre pays est insoutenable. (…) plus une seule personne dans plus un seul lieu de France n'est aujourd'hui à l'abri de la délinquance et de la criminalité », Eric Ciotti : « Jamais dans notre pays les niveaux de délinquance n'ont été aussi élevés », Manuel Valls : « Tous les indicateurs des statistiques de la délinquance du ministère de l'Intérieur sont à la hausse ». Pas de bol, les menteurs, quand on regarde les chiffres de l'Insee (page 118) de l'évolution de l'insécurité de 2001 à 2012, on voit que ceux de 2012, les vols et les agressions sont les plus bas : 2,9 et 14,7%, alors qu'en 2008, par exemple, ils sont de 3,5 et 17% et en 2011 de 3,1 et 15,6%. Où ont-ils vu une explosion de la délinquance ? Alors que la tendance est plutôt à la baisse ! Parce qu'avec leur discours et leur présence quasi permanente dans les médias, ils distillent un « sentiment d'insécurité ». Thème largement abordé par l'auteur. Enfin, dans la troisième et dernière partie, l'auteur revient sur des faits divers qui avaient défrayé la chronique et servis à la droite bobards pour amplifier le sentiment d'insécurité. En premier, le déraillement du corail Paris-Limoges à la gare de Brétigny-sur-Orge où des « racailles » auraient volé les morts et blessés, et caillassé les pompiers et secouristes. Les néo-cons s'en donnent à coeur joie pour dénoncer cet acte « honteux, inqualifiables, monstrueux », d'autant que le journaliste Guillaume Biet d'Europe 1, s'appuyant sur de vagues rumeurs et le « témoignage » d'une policière qui n'a pas assisté aux faits, a fait un papier incendiaire. L'instrumentalisation politique transforme un drame ferroviaire en un drame de l'immigration. Il sera rapidement montré qu'il n'y a eu aucun cadavre détroussé et aucun caillassage. le seuls faits avérés sera le vol d'un téléphone portable et des riverains excédés de ne pouvoir rentrer chez eux à cause des barrages dressés par les policiers. Ils auraient lancé des insultes et l'un d'eux une pierre en direction des forces de l'ordre. Non, il n'y avait pas eu une descente de voyous et racailles des cités venus attaquer les policiers et dépouiller les victimes !
En second, Trappes en 2005 où des jeunes « racailles » auraient attaqué un commissariat où était gardé à vue une femme portant un niqab. Là encore, selon les néo-cons, on est à la limite de la guerre civile !
En trois, Caron revient sur des « malfrats », « de dangereux criminels » relâchés à Dreux en 2013, sans avoir effectués leur peine, à cause d'un ordre de la garde des sceaux, Mme Taubira (la circulaire du 19 septembre 2012 adressée au parquet). Au final, on se rend compte que ce n'étaient pas de dangereux criminels et qu'en raison de l'engorgement des prisons, pour les condamnés à moins de 2 ans de prison, la mise à l'écrou est différée de 2 à 4 semaines (conformément à la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 instaurée par Rachida Dati). L'ordre donné par Christiane Taubira était juste un rappel de cette loi. Eric Ciotti s'indigne sur iTélé : « Lorsqu'on relâche des personnes qui ont commis un acte grave, et en l'occurrence d'actes très graves, cela veut dire qu'on rentre dans un système d'impunité, qu'il n'y a plus de sanctions ». Pour infos, les actes très graves de ces dangereux malfaiteurs sont : des insultes et des menaces à agents de police par un conducteur aviné. Il est condamné à 3 mois ferme qu'il effectuera. le second a menacé des policiers avec un objet courant (« arme par destination »), c-à-dire le premier objet venu, une pierre, un bâton. Et le troisième ne s'est pas présenté pour effectuer des travaux d'intérêt général. Il est condamné à 2 mois de prison pour ce délit d'une gravité extrême, n'est pas M. Ciotti ? Si Eric. Ciotti instrumentalise ce fait divers somme toute banal dans les chroniques judiciaires, c'est évidemment pour taper sur Mme Taubira et le gouvernement socialiste. Quant à Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur, il instrumentalisa également ce fait divers pour nuire à la réforme pénale souhaitée par Christiane Taubira.
Caron montre d'ailleurs que Valls est un spécialiste du détournement des faits divers comme on le voit dans le quatrième point : le vol d'un bureau de tabac à Marignane en août 2013 et la mort de Jacques Blondel. Valls fait l'éloge dès le lendemain de M. Blondel qui a tenté d'arrêter les 2 voleurs en percutant leur scooter avec sa voiture. Un des voleurs lui tire dessus, le blessant mortellement. Aymeric Caron pose les questions suivantes : « Même si son intention est éminemment respectable, Jacques Blondel a-t-il vraiment eu raison de pourchasser les malfrats, alors que dans son véhicule se trouvaient sa femme et sa petite-fille de 15 mois ? A-t-il eu raison de vouloir se substituer aux policiers qui auraient sans doute interpellé les braqueurs de toute façon (le premier homme à été arrêté le soir même et le second un mois plus tard) ? Il n'y avait aucune urgence à ce qu'un citoyen non formé, dont ce n'est pas la fonction, se mêle à cette histoire dangereuse dès lors qu'il ne s'agissait pas de venir à la rescousse d'une personne menacée. » Et il ajoute : « Pourtant, voilà que le ministre de l'Intérieur, le patron des policiers et des gendarmes, le hisse au rang d'exemple. Est-ce à dire que tout le monde devrait faire pareil, à savoir suppléer les forces de l'ordre ? À quand l'encouragement des milices de quartiers privées (…) ? À quand les armes en vente libre pour être beaucoup plus efficaces dans notre manière de nous défendre individuellement ? (…) Son intervention [celle de Valls] a en effet un but précis : surfer sur l'émotion (elle-même largement alimentée par les journalistes) pour peaufiner son image de ministre qui ne transige pas avec l'autorité et du même coup effrayer l'opinion ».
Pour lire la suite : http://quoi-lire-apres.blogspot.fr/2015/08/incorrect-de-aymeric-caron.html

Lien : http://quoi-lire-apres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
missparker18missparker18   10 mars 2016
L'accusation a le culot d'émaner de ceux-là mêmes qui, justement, n'ont pas la moindre légitimité à revendiquer une autorité sur ces sujets dont ils ne connaissent pour ainsi dire rien, et sur lesquels ils ne faon même pas l'effort de se documenter sérieusement.
Commenter  J’apprécie          30
missparker18missparker18   10 mars 2016
Car le journaliste est l'adversaire du communicant. Son rôle consiste à arracher les costumes et à déconstruire les sourires. Pour cela, il faut oser toutes les questions et exiger toutes les réponses.
Commenter  J’apprécie          30
missparker18missparker18   10 mars 2016
La vraie menace qui pèse sur la France n'est pas l'islam en lui-même mais plutôt la représentation de cet islam dans le débat et dans les esprits.
Commenter  J’apprécie          30
missparker18missparker18   10 mars 2016
Mais, justement, c'est parce que le désespoir est un terreau fertile qu'il faut être plus vigilant que jamais et se conformer avec une implacable vigueur à une exigence de vérité.
Commenter  J’apprécie          20
missparker18missparker18   10 mars 2016
Le problème, c'est que tout le monde raconte un peu n'importe quoi, en manipulant les chiffres disponibles.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Aymeric Caron (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aymeric Caron
"Cette pandémie est une crise écologique majeure" A. Caron
Découvrez maintenant en librairie les "27 leçons pour le monde d'après", une proposition de réflexion menée par Aymeric Caron sur notre monde post-confinement.
Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-revanche-de-la-nature-9782226455116
autres livres classés : délinquanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1895 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre