AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782210972704
272 pages
Magnard (19/05/2021)
4.13/5   19 notes
Résumé :
Pour fuir son abruti de beau-père, Éole, onze ans, décide de passer le plus de temps possible hors de chez lui, avec son grand-père. A ses côtés, il découvre toute une bande de vieux, surprenants et rebelles, qui l'incitent à assumer son désir le plus secret : celui d'en finir avec le Groc. Le Groc ? Le gros con !
Ne plus se laisser faire, lutter pour gagner sa liberté, prendre son destin en main, voilà le grand défi d'Éole.
Que lire après Pour en finir avec le GrocVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 19 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un Groc ? Ne vous y fiez pas : le Groc n'est pas comme le Gru de « Moi moche et méchant ». On est loin du vieux chauve râleur qui a bon fond avec ceux qu'il aime… Bien au contraire, on est plus sur un personnage antipathique, alcoolique, violent, râleur, sot et antipathique avec tout le monde, même avec sa compagne ! le pauvre Eole, onze ans, n'en peut plus de ce Gro(s)C(on) qui passe son temps à les rabaisser. Il ne supporte plus les cris quotidiens, les menaces à peine voilées et l'impuissance de sa mère qui accepte d'être maltraitée. Pour fuir cette ambiance tendue et pénible, l'adolescent va se rapprocher de son grand-père. Celui-ci est à présent en maison de retraite où il coule des jours généralement tranquilles et, parfois, vraiment hauts en couleur ! Il faut dire que les pensionnaires de cet endroit sont aussi adorables qu'originaux ! Les découvrir fut un véritable régal.

Certains pourront peut-être se plaindre du fait que le récit est très (trop ?) optimiste : dans une maison de retraite, il est rare que l'atmosphère ressemble à celle-ci… de plus, l'épopée peut paraître improbable, en particulier à la fin… Mais, est-ce si important ? Ne peut-on pas plutôt se focaliser sur les beaux messages ou les émotions ? Pour ma part j'ai trouvé ce texte tellement touchant que j'ai passé volontiers outre ces éléments. J'ai adoré faire la rencontre de la belle et mystérieuse Gilda, de Joseph le bandit, de Mireille la chercheuse et de ce grand-père bricoleur aussi pétillant et aimant avec son petit-fils que la mamie de « Sacrées sorcières » (Roald Dahl). Ils sont si attachants ! Honnêtement, toute cette belle brochette a su me faire sourire ou m'émouvoir plus d'une fois ! D'une certaine manière, ce groupe de petits vieux rebelles m'a rappelé ceux de « Tu comprendras quand tu seras plus grande » ou de « Quand nos souvenirs viendront danser » (Virginie Grimaldi). Il y a également un petit air de ces chers « Vieux Fourneaux » (Wilfrid Lupano et Paul Cauuet), notamment dans l'idée de protagonistes âgés encore très jeunes d'esprit et prêts à tout pour s'entraider ou pour commettre une ultime folie !

Dans cette maison de retraite, on notera surtout la merveilleuse Marinette, une aide-soignante à la fois dynamique, douce, attentive, compréhensive et drôle. Un véritable rayon de soleil ! En quelques interventions, cette femme a su me charmer. On a là un bel hommage à ce corps de métier. Or, je trouve cela très intéressant de sensibiliser le jeune lectorat à l'entraide intergénérationnelle et aux maisons de retraite/aux EHPAD. Avec douceur et humour, Alexandre Chardin a également su redorer l'image des seniors. Contrairement à ce que pense l'un des adolescents du livre, ces aïeuls ne sont pas « des vieux invalides, ennuyeux et impotents ne pouvant plus vivre chez eux ». Que ce soit un proche ou un inconnu, tous ont eu une vie intéressante, voire sensible, avant d'arriver en ces murs… Or, ils sont encore de très belles personnes… J'espère que ce roman fera réfléchir les lecteurs ados ayant encore leurs grands-parents près de chez eux. Vous avez des puits d'histoires, de savoirs et de tendresse à portée de main ! Ne les laissez pas se tarir sans avoir profité de leur compagnie…

Bien que l'histoire ne brille pas par de l'action ou par des rebondissements en chaîne, je n'ai ressenti aucun ennui. Certes, le plan pour en finir avec le Groc arrive assez tardivement néanmoins, ce n'est pas gênant. En effet, on se laisse porter avec plaisir par tous ces portraits fascinants et atypiques ! de plus, Eole est un jeune héros attachant, franc, déterminé, mature et débrouillard. Il est aisé de faire preuve de compassion (et sans doute d'identification) à son égard. le suivre dans sa quête de changement fut très divertissant. Voilà une lecture vraiment plaisante qui, je suis certaine, va permettre à son lectorat cible de passer un bon moment, tout en étant sensibilisé à des thématiques assez rares en littérature jeunesse-ado (intergénérationnel, envie de liberté, rébellion, manipulation psychologique, violence verbale voire physique au sein d'un foyer, personnel soignant dévoué et impliqué, mauvais traitement ou infantilisation des personnes âgées, etc.). Voilà un récit fut sans pathos qui met toujours en avant l'humour, la tendresse, la poésie et la simplicité. Bref, encore une belle aventure humaine signée Alexandre Chardin !
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          183
Alexandre Chardin est un auteur qui ne m'a jamais déçue. Aussi, c'est toujours avec plaisir que je découvre l'un de ses romans dans les rayons de ma bibliothèque.

"Pour en finir avec le Groc" s'inscrit dans la lignée "Des vacances d'Apache" à savoir que l'intrigue est basée sur une relation petit-fils grand-père extraordinaire. Et ce n'est pas pour me déplaire !
Comme toujours avec cet auteur, on aimerait rencontrer les personnages, les aider, voire leur faire un gros câlin.
C'est comme ça, Alexandre Chardin a le chic pour créer des héros attachants.

Alors oui, on pourrait critiquer la crédibilité de plusieurs situations, notamment la résolution du drame familial avec le Groc, pas tout à fait réaliste.
Mais pourquoi chipoter quand l'émotion est là ?

Éole, Basile, Marinette et les autres vous invitent à les rejoindre dans un EHPAD où l'on lutte pour le respect de la liberté et la décence des résidents.
Les personnes âgées en ont encore sous le capot, même une fois en maison de retraite !
Commenter  J’apprécie          70
Du haut de ses onze ans, Eole doit à la fois voir son grand-père adoré quitter sa maison pour aller dans une maison de retraite, et subir au quotidien la méchanceté du "Groc", comme il surnomme son beau-père. A l'occasion d'une visite, il va découvrir qu'en fait son grand-père s'est très bien habitué à sa nouvelle vie, sans pour autant abandonner son caractère. Les crises devenant de plus en plus violentes à la maison, c'est souvent vers lui qu'Eole va se réfugier. Il va ainsi faire la connaissance des autres pensionnaires de la maison de retraite, toutes et tous plus hauts en couleurs les un·es que les autres, et du personnel qui s'occupe (plus ou moins bien) d'elles et eux. Malgré leur âge, leur handicap et leur lenteur, c'est peut-être bien grâce à elles et eux qu'Eole va pouvoir envisager un avenir meilleur pour sa famille et lui.
J'ai vraiment beaucoup aimé ces aventures un peu impossibles parfois, mais c'est là tout le charme du romanesque ! le lien entre ce petit garçon et les personnes âgées, la jeunesse d'esprit qui les caractérise et leur petit côté "Vieux fourneaux", c'est jubilatoire. Ne jamais oublier qu'avant de faire partie du quatrième âge, ils et elles ont eu aussi des vies bien remplies. Et tou·tes ne sont pas grabataires. En transparence ce roman aborde aussi la question de la violence : celle au sein d'un ménage, et celle parfois institutionnelle envers les personnes âgées, quand on oublie qu'elles sont des êtres de chair, de sang et d'esprit, et pas seulement un numéro de chambre ou une chose fragile qu'il ne faut pas déplacer au prétexte qu'elle l'est, sans même lui demander son avis. En oubliant ses envies.
Commenter  J’apprécie          41
Superbe roman, sans doute mon coup de coeur de l'année !!
Je n'ai lu que trois des romans d'Alexandre Chardin. Aussi différents que possibles, mais tous trois aussi beaux.
J'espère qu'il obtiendra le Prix Chronos, il le mérite tellement.
Et comme on aimerait que ça se termine comme ça dans la vraie vie !

Le Groc, c'est le gros c.. qui mène une vie infernale à Éole, ses frère et soeur et leur mère. Une mère fragilisée de s'être retrouvée seule pour élever ses trois enfants, et qui ne parvient plus à se battre.
Éole a beau être plein de ressources et d'idées, pas moyen de trouver la faille pour se débarrasser de celui avec qui les jours sont quasiment impossibles.
Il se décide à accompagner sa mère à la maison de retraite, voir son grand-père, qu'il adore, mais qu'il a refusé de voir depuis son entrée, tant l'idée de maison de retraite le rebute.
Et tout va changer. Car il va retrouver son grand-père en possession de tous ses moyens, et bien décidé à faire changer les choses. Aussi bien dans la vie de son petit-fils qu'à la maison de retraite, où tout ne se passe pas vraiment comme chacun le souhaiterait.

Deux sujets graves donc dans ce roman, mais traités de si belle façon. On sourit souvent, on croise des personnages hors du commun, qui vont parfois nous étonner sous des dehors peu attirants pour certains.
Une mention spéciale bien entendu à la merveilleuse Marinette grâce à qui tout devient possible (et sa 2 CV rouge !)

Difficile de rendre compte du plaisir à lire ce roman, mais il est vraiment extraordinaire.
À lire à tout âge.
Lien : https://livresjeunessejangel..
Commenter  J’apprécie          80
La vie d'Eole est un cauchemar depuis que sa mère leur impose, à lui et son petit frère, de vivre avec « le Groc », un beau père tyrannique et toxique avec eux comme avec leur mère. Alors il fuit le plus souvent possible pour trouver du réconfort auprès de son grand-père, à la maison de retraite.
Là végète une bande de vieilles personnes hautes en couleur, sous l'emprise d'une directrice sans coeur. Là il va trouver des femmes et des hommes mis à l'écart de la société en raison de leur âge, de leur santé. Ces femmes et ces hommes ont pourtant vécu, aimé, accompli des exploits pas toujours reluisants, et ne demandent qu'à continuer à jouer un rôle actif.
C'est auprès d'eux qu'Eole va trouver aide et conseil pour en finir, enfin, avec le Groc.

Une aventure rocambolesque avec une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Alexandre Chardin fait des pensionnaires de la maison de retraite des héros au sens plein du terme et amène ainsi le lecteur à poser un oeil neuf sur les personnes âgées, avec un humour irrésistible.
La situation familiale d'Eole est étouffante et criante de vérité, on tremble, on est révolté, à lire le quotidien infligé à l'adolescent et à sa mère. Combien d'enfants rêvent de sauver leur mère des griffes d'un beau-père violent et pervers ? Eole, aidé de son grand-père, réalise le fantasme de nombre d'entre eux.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Elle ne dit rien, mais ce n'est pas pour ça qu'elle ne ressent rien. Beaucoup sont comme elle, à se nourrir de petits événements que tu ne remarques même pas. Les jeunes dévorent tout, les vieux profitent de chaque miette. Je ne juge pas, j'étais comme ça, moi aussi.
Commenter  J’apprécie          60
Un jour, j'ai vu un film dans lequel l'écran d'une télé devenait une bouche qui avalait le spectateur. C'était mal fait, mais quelle excellente idée ! Si le décor lumineux-flashy de son émission idiote pouvait dévorer le Groc ! Si l'écran pouvait avoir des dents et lui sauter dessus, je me contenterais de reculer d'un pas pour ne pas salir mon pantalon. Ma mère viendrait, chercherait ce qui mange dans le salon.
- Où est Raymond ? dirait-elle.
- La télé l'a bouffé.
Elle hausserait les épaules et me répondrait, sans émotion :
- Enfin.
Commenter  J’apprécie          10
Sa franchise me plaît. Il parle de lui, mais il a aussi une bonne oreille, ce n'est pas juste un bavard qui te raconte sa vie et attend que tu aies fini ta phrase pour lancer « C'est comme moi... ». Il est vraiment intéressé par les autres, ce qui n'est pas si courant, surtout à nos âges. (p.145)
Commenter  J’apprécie          20
- Je déteste quand ça crie à la maison.
- Moi aussi, dit-elle, mais un jour, on retrouvera de beaux silences.
Commenter  J’apprécie          60
Je ferme les yeux, toujours victime de cette magie absurde qui consiste à se persuader que si vous ne voyez pas les autres, ils ne vous voient pas non plus. Ça fonctionne avec les ogres et les monstres, pas avec les mères.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alexandre Chardin (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Chardin
Pour ce premier épisode de la série d'interviews d'auteurs en podcast « Ecrire des mots », Interbibly vous invite à découvrir Alexandre Chardin, écrivain alsacien en proie à une grande joie de vivre et d'écrire ! « Pour en finir avec le Groc », à paraître le 19 mai 2021 aux éditions Magnard jeunesse, est son prochain livre. Installez vos écouteurs et bonne écoute !
Qui est Alexandre Chardin ? Il aurait voulu être Rahan ou Davy Crocket et devenir éleveur de colibris ou surfeur de vagues géantes. Mais il est né à Strasbourg, ce qui n'est déjà pas si mal. Après des études de lettres, il déménage à Mulhouse dans un immeuble plein de yorkshires et de sorciers et devient professeur de français. Il est l'auteur de nombreux romans à succès chez Magnard Jeunesse : le goût sucré de la peur, Des vacances d'Apache, Ma fugue dans les arbres et Lola à la folie.
+ Lire la suite
autres livres classés : maison de retraiteVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (32) Voir plus



Quiz Voir plus

le goût sucré de la peur

Qui est la narratrice(comment s'appelle-t-elle)?

Lucie
Louise
Kochka
Julie

8 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le goût sucré de la peur de Alexandre ChardinCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..