AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Paul Gratias (Traducteur)
EAN : 9782743610715
324 pages
Payot et Rivages (14/02/2003)
3.59/5   38 notes
Résumé :

Richard Watt, journaliste anglais, vit en exil en Italie avec sa compagne Magda depuis qu’il a fui une Angleterre gouvernée par un Premier ministre « socialiste », en réalité un dictateur.

En effet, Jobling - c’est son nom - se refuse à organiser de nouvelles élections à l’expiration de son mandat. Sa présence à Roccamarittima ayant été signalée aux autorités anglaises par un couple britannique, Watt se retrouve dans une position délicate. E... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Zonaires
  01 septembre 2017
Du passé faisons table rase et que l'avenir soit à jamais banni, tel semble être le mot d'ordre récurrent de ce roman d'une autre époque (1970) où un homme, journaliste non aligné, tente d'échapper au rouleau compresseur d'une société devenue totalitaire.
Un homme décidé, mordant, résistant, un homme amoureux, sincère, protecteur et fidèle, un homme instruit des choses du monde, animé par le désir de le parcourir, de regarder, écouter, comprendre. Un homme pris aussi par la nécessité de se mettre à l'abri de ses dérives et qui entreprend de s'installer pacifiquement dans un ailleurs où l'espace ne serait plus consacré qu'aux vertus de l'amour, du travail, de l'amitié et d'une révolte mesurée.
Mais sous le soleil aveuglant de l'Italie où il s'est réfugié, les jours heureux comptent pour rien, la détermination ne suffit pas et les bonnes résolutions volent en éclats quand les limiers de l'ordre nouveau viennent frapper à sa porte pour lui faire payer au prix fort ses engagements passés. L'être humain se transforme dans l'adversité mais plongé au coeur de la machine destructrice, celui-ci ne ferraillera bientôt plus qu'à tâtons, perdu dans l'obscurité d'une humanité déchue. Seule subsistera un temps la rage qu'engendre la dépossession et la volonté de survivre remplacera peu à peu l'exigence de liberté.
Au fil des pages on peut faire l'inventaire des règles qui fondent cet ordre absolu : division en classes, suppression des droits fondamentaux, médias sous tutelle, recours à la délation, milices omnipotentes, camps d'internements, élimination rationnelle des récalcitrants, déportation des étrangers...
Une anticipation qui fait froid dans le dos tant on peut en éprouver la banalisation dans le monde actuel et constater la mise en oeuvre ça et là de tout ou partie de ces conceptions. Un roman éprouvant, parfois insoutenable, mais qui entraîne forcément le lecteur à approfondir la façon dont il se débrouille avec ces affaires-là … avant de s'abandonner au sommeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PolarOides
  24 mars 2019
La première moitié de « Quelque chose de pourri au royaume d'Angleterre » (Robin Cook) est consacrée aux années italiennes de Richard Watt. Cela peut sembler étrange de s'attarder ainsi sur Roccamarittima, ses habitants, la nouvelle vie de fermier du protagoniste. Cet enragé dont la tête a été mise à prix par le nouveau régime est désormais un paysan qui fait des journées de 16 heures et boit son litre de rouge sans ciller. On l'imagine grand et sec, à l'image des ceps de vigne qu'il cultive. Puis, doucement, avec les saisons, il va nous livrer par flash ses souvenirs d'opposant intellectuel et son regard sur l'Angleterre qui sombre dans un fascisme néo-prolétarien. Il compare avec la démocratie italienne. C'est comme s'il avait renforcé sa vigueur intellectuelle par une activité physique et gagné en humanité grâce au contact avec les habitants de ce village qu'il adore et qui l'adorent. Et pourtant, on en vient vite à sentir l'angoisse de l'exilé, sa fragilité. Avec le récit à la première personne, nous sommes en prise directe. Et si tout s'évaporait, si le passé le rattrapait ?
Il y a un énorme travail sur la psychologie de cet intellectuel engagé dans un double contexte d'exil et de répression. le trait d'union entre les deux est un chapitre formidable consacré à l'accueil de deux amis pour les vacances. On y voit tout le « gap » qui sépare Richard et sa femme Magda de ces deux êtres superficiels, sans force intérieure gagnés par les théories du Nouvel Elan.
Car c'est ce qui frappe quand Richard est confronté aux agents du régime. Lui, paysan, la quarantaine, les traits tannés par le soleil, n'est confronté qu'à des êtres médiocres, peu développés, bedonnant et adipeux dans leurs costumes bon marchés. Leur peau est malsaine, leurs cheveux gris sales, gras et clairsemés. Watt résiste, les humilie, leur parle sur un ton qu'ils n'ont jamais entendu, garde même sa capacité d'analyse pour comprendre ce qu'ils faisaient, avant, et pourquoi, ils en son arrivés là. Et pourtant, à chaque fois, il cède. Jusqu'à l'internement, où il vit la répression à l'état brut. Pas la violence physique, mais celle qui met face au néant, à l'absence de perspectives et d'espoir. le temps est aboli, il faut attendre, on est rongé par l'ennui et progressivement, on perd en épaisseur, sur les plans physique et intellectuel. Pas d'exercice, nourriture infecte, lectures mièvres, interdiction d'écrire, pas de procès, personne à qui s'opposer, attente de rien. Les analyses sont moins percutantes. Dépérissement.
Un vrai beau livre, avec un regard très sensible sur ce village italien et ses habitants puis sur l'Angleterre qu'il retrouve, Douvres, les trains, la campagne de son enfance autour de Londres.
Richard Watt n'a pas fait l'unique chose qui lui aurait sauvé la mise, prendre la nationalité italienne.
Les analogies avec Robin Cook sont évidentes. Ils sont issus d'une grande famille bourgeoise avec laquelle ils ont rompu, ils ont quitté l'Angleterre pour le continent et la ville pour la campagne. Une façon de rentrer dans l'intimité et l'univers de cet écrivain si attentif à ces personnages, auquel François Guerif a consacré de belles pages dans « du polar ».

Lien : http://polaroides.blog.lemon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
marjojo95
  10 mars 2016
Un livre d'anticipation politique où le narrateur, journaliste anglais exilé en Italie, est ramené de force dans une Angleterre devenue fasciste, pour y être
Je concède à ce bouquin une certaine force, notamment dans l'évocation de l'engrenage inexorable qui va progressivement pousser le narrateur dans les rets des fascistes. Il y a une puissance sombre, pessimiste qui se dégage de ce livre, car on sent dès le début l'épée de Damoclès au-dessus de sa tête.
Malheureusement, la puissance du propos est parasitée par un style péniblement verbeux. Les dialogues sonnent complètement faux, les descriptions de l'Italie sur cinq pages sont exaspérantes, les personnages sont à gros traits. Et puis je trouve (mais peut-être suis-je cruelle !) que Cook ne va pas assez loin dans la description de l'horreur que peut vraiment atteindre un régime totalitaire et son système concentrationnaire. C'est effrayant mais ça reste assez policé, Comparé, par exemple, à la République Dominicaine de Vargas Llosa (qui, il est vrai, était réelle!), son Angleterre facho est assez peu crédible. Même si je lui concède de décrire efficacement la façon dont l'esprit et l'humanité s'éteignent dans les geôles de ce genre de système.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AliceFee
  02 mai 2017
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Quelque Chose de Pourri au Royaume d'Angleterre ?
"Il suffit généralement que le mot Angleterre figure dans le titre pour que je sois perdue. En voilà un nouvel exemple."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Richard Watt, ancien journaliste politique, a perdu son emploi après avoir ridiculisé le nouveau premier ministre Jobling aux tendances dictatoriales. Il s'est installé depuis en Italie avec sa compagne, regardant sombrer son pays de loin, à moins que Jobling n'est la rancoeur tenace..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
"J'aime beaucoup ce genre de livre même si je suis à peu près sûre qu'il ne fait pas autant réfléchir le lecteur que ce qu'on pourrait penser. À mon avis, chacun y trouvera la confirmation de ce qu'il veut croire et passera à côté des indices qui tendent à prouver le contraire, moi y compris certainement. Malgré tout, dans cette époque d'incertitude, il n'est pas inintéressant de se pencher sur cette fiction des années 70, mais toujours tristement actuelle, dépeignant une Angleterre basculant dans le totalitarisme. Ce que j'ai regretté en revanche, ce sont les longueurs et les langueurs des cents premières pages durant lesquelles je me suis plutôt ennuyée. Mais passé ce cap, pas de doute, on peut difficilement abandonné le héros avant de savoir enfin à quelle sauce il sera mangé, même si plus l'histoire avance, plus l'impact est difficile à supporter pour moi."
Et comment cela s'est-il fini?
"L'auteur nous explique que sans espoir, l'homme n'est rien, ce en quoi je suis on ne peut plus d'accord avec lui et du coup, franchement, je ne comprends pas bien cette fin qui me pousserait plutôt, finalement, à déconseiller cette lecture."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
eithelwen
  01 février 2011
Quand Robin Cook (LE Robin Cook) aborde le thème de la dictature, personne n'en ressort indemne. Dans ce roman des années septante, il pose le décor d'une Angleterre plongée dans le chaos par un dictateur contre lequelle l'Ecosse et le Pays de Galle se sont révoltés en devenant indépendants. le personnage principal est un ancien journaliste politique qui s'est acharné contre le gouvernement en place et s'est exilé en Italie où il mène une existence de paysan jusqu'au jour où il est déporté avec sa compagne en Angleterre.
Un roman absolument incroyable qui pousse à la réflexion tout en nous emmenant dans les tréfonds de l'horreur et de la détresse humaine.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   01 juin 2017
Et en dépit de tout, de ma peur constante, de mes désillusions passées, de mes combats, je n'ai pas envie de mourir. Je veux voir encore un été et beaucoup d'autres automnes, ma saison préférée ici, quand les grandes tempêtes se préparent et s'ébrouent comme des géants derrière les montagnes avant de fondre sur nos terres, courbant les arbres vers la maison, jetant des masses de pluie et de feuilles mortes contre la fenêtre de la cuisine où brûle le premier feu de hêtre et de chêne tandis que Magda nourrit les chiens et les deux chats et pose sur la table la théière et le pot de miel offert par un voisin. Je veux comprendre bien mieux encore toutes ces choses simples, apprendre à aimer davantage, et au bout du compte me dresser contre des monstres tels que Jobling, qui écrivent le nom de la mort dans les marges de toutes ces pages, et les renverser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   16 février 2013
Les jeunes font des révolutions, ou pensent les faire ; en réalité, ils sont, à chaque fois, exploités par des vieux renards qui les manipulent. Les jeunes Britanniques ont cru mener une révolution : ce qu’ils sont effectivement parvenus à faire, c’est déstabiliser l’ordre établi, donnant ainsi à Jobling l’occasion de prendre le pouvoir et de gouverner par ordonnances.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   16 février 2013
Vivre à la ferme n’est pas une détente. La situation a évolué de telle manière que nous sommes tous les deux contraints de l’exploiter pour gagner notre vie, et c’est un rude travail. Notre terre doit non seulement nous fournir une quantité de vin et d’huile suffisante pour subsister toute l’année, mais aussi pour nous assurer des revenus, car nous vendons une partie de notre production.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 février 2013
À mon âge, changer de mode de vie est déjà pénible ; quand il change pour empirer, comme l’impose le Nouvel Élan, c’est intolérable. Par nature, je suis porté au pessimisme. Je n’ai jamais cru au progrès, qui est impossible dans le cadre de n’importe quel système politique, de droite ou de gauche, de répartition des pouvoirs. Ces systèmes exercent toujours leur pression sur la société pour qu’elle demeure ce qu’elle est ou, si cela est impossible, pour qu’elle soit encore plus immuable, c’est-à-dire répressive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 février 2013
Boire, ce n’est pas une bonne chose, car alors je deviens trop lucide, et je me vois tel que je suis : un être qui se ratatine sur lui-même, et dont le véritable cadre de vie est constamment hors de portée.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Robin Cook (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Cook (II)
Bande-annonce de "On ne meurt que deux fois" de Jacques Deray avec Michel Serrault, Charlotte Rampling.
autres livres classés : angleterreVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus