AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782882503473
272 pages
Noir sur blanc (21/08/2014)
3.49/5   391 notes
Résumé :
La condition pavillonnaire nous plonge dans la vie parfaite de M.-A., avec son mari et ses enfants, sa petite maison. Tout va bien et, cependant, il lui manque quelque chose. L’insatisfaction la ronge, la pousse à multiplier les exutoires: l’adultère, l’humanitaire, le yoga, ou quelques autres loisirs proposés par notre société, tous vite abandonnés. Le temps passe, rien ne change dans le ciel bleu du confort. L’héroïne est une velléitaire, une inassouvie, une Bovar... >Voir plus
Que lire après La condition pavillonnaireVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (118) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 391 notes
Alors de deux choses l'une, soit tu t'identifies à M.-A., personnage principal de « La condition pavillonnaire », et la dernière page tournée tu n'as plus qu'à te défenestrer pour cause de moral dans les chaussettes ; soit tu ne t'identifies pas et alors c'est le bouquin que tu as très envie de passer par la fenêtre.

Quelle que soit l'option retenue, cet ouvrage n'est pas du genre hilarant par conséquent.

De mon côté j'ai beau pavillonner depuis quelques années, « La condition pavillonnaire » m'est passée carrément au-dessus de la cafetière expresso nouvellement acquise à crédit chez Darty, dans le cas contraire d'ailleurs je ne serais plus là pour en parler (cf. premier postulat ci-avant).

Bref, nous voilà donc avec sur les bras une M.-A. Bovary façon vingtième siècle, insatisfaite chronique, pas très sympathique, un peu pathétique, moyennement épanouie dans sa vie domestique, et sûrement encore plein d'autres trucs en hic, excepté fantastique. Une vie gentiment étriquée narrée, de l'enfance à la sénilité, d'un trait factuel et sans âme censé illustrer – ai-je présumé dans ma grande indulgence – la routine conventionnelle de ce personnage ordinaire.

Or donc, le factuel dilué c'est peut-être un genre, mais quand la seule définition du mot automobile (voiture quoi) se répand en détails sur trois pages entières, on se demande quand même si Sophie Divry ne pousse pas le bouchon stylistique un peu trop loin. Ce doit sans doute être tendance, le réalisme à outrance – déjà repéré (entre autres) dans la fâcheuse liste des envies du sieur Delacourt (là je vais encore me faire plein de copines), et certains auteurs de talent tels que Maylis de Kerangal excellent dans l'art de cet étirement particulier des détails, mais ici pour moi ça ne fonctionne pas. Simplement j'ai trouvé ce roman littérairement inesthétique, et par-dessus tout hélas, effroyablement amer.

Ҩ

Quoi qu'il en soit, merci à Babelio et aux éditions J'ai Lu pour cet envoi dans le cadre de l'opération Masse Crit'hic de septembre.



Lien : http://minimalyks.tumblr.com/
Commenter  J’apprécie          9812
M.A ... Tu nais dans les années 50, à Chambéry et passe les premières années de ta vie dans le petit village de Terneyre, dans l'Isère. Papa et maman s'occupent bien de toi, même si petite fille, tu t'ennuyais beaucoup. Fille unique, tu te fais quelques amies, tu connais ton premier flirt derrière le gymnase. Tu travailles bien à l'école, ce qui fait la fierté de tes parents. Ton bac en poche, tu vas étudier à l'université de Lyon. En économie. Là, tu t'installes dans un petit appartement. Tu ne te lasses pas de regarder les lumières de la ville, toi qui désirais tant quitter le cocon familial. Mais bien vite, là encore tu t'ennuies. Tu fais alors la connaissance de Chloé. Devenues inséparables, vous emménagez ensemble la deuxième année de vos études. Lors d'une soirée entre copains, tu fais la connaissance de François. C'était en 1974. Il t'apparaît comme l'homme que tu attendais. Une véritable idylle entre vous. Presque une évidence... S'ensuivent le travail, les déménagements, les enfants, les diners entre amis, les vacances...
M.A. ... Tu regardes toutes ces photos aimantées sur la porte du réfrigérateur, ces cartes postales de tes proches expédiées d'ici et d'ailleurs, comme autant de témoins de ta vie passée...

Une couverture, évidemment, peu encourageante... Avons-nous, à l'instar de ce poisson rouge, l'intention de tourner en rond dans notre vie ? Chercher une issue ? Un but quelconque ? Trouvons-nous réellement que la vie nous comble ? Sommes-nous satisfaits de notre vie, puisse-elle avoir été désirée ainsi ?
M.A. vit sa vie. Plus exactement semble la subir. Une vie régie par les habitudes, les coutumes. L'on fait des rencontres, amicales ou amoureuses. L'on se marie, fait des enfants, les regarde grandir, l'on déménage, l'on travaille, l'on connaît une relation extra-conjugale pour pimenter notre quotidien. A côté de François, un homme calme, rassurant, tiède, presque trop prévisible, M.A. est enfermée dans ce bocal. Elle s'ennuie. Profondément. Une Emma Bovary des temps modernes. L'auteur décrit minutieusement la vie de cette héroïne, à la loupe, passant des petits tracas du quotidien à la force qui semble l'animer. L'on se sent d'autant plus proche que Sophie Divry utilise la deuxième personne du singulier, procédé accrocheur. Elle nous livre un roman profond, sentimental et très sensible sur la condition féminine.

La condition pavillonnaire... la condition féminine ?
Commenter  J’apprécie          826
Flippant! Carrément flippant! Et ça, sans crime, sans délits (ou des délits très mineurs), peu de morts, et toutes naturelles ou accidentelles, pas de fantômes, même pas dans les placards!
Le sujet en lui-même suffit à créer un malaise existentiel : c'est notre vie, banale, formatée par notre époque et nos héritages biologiques ou sociaux, cheminant sur des rails prédestinés, les choix n'étant que des changements d'aiguillage qui au final n'induisent que peu de variantes.

Pour illustrer l'ambiance, deux exemples :

cette vidéo qui a été partagée sur Facebook, un diaporama accéléré qui fait défiler les photos d'une vie, de la première beuverie, en passant par le mariage et les enfants pour se terminer sur la clôture du compte. Flippant
la chanson de Benabar, Quatre murs et un toit, dans laquelle se succèdent les générations, en quelques minutes. Flippant.

Ici, pas de vidéo, ni de musique, mais des chapitres, qui font défiler le temps, très vite aussi, inexorablement, sur trois ou quatre générations. La petite fille devient ado, étudiante, mère de famille, grand-mère…

Le titre déjà, était un avertissement : la condition pavillonnaire : il y a quelque chose d'enfermant, de carcéral dans ces termes qui évoquent les alignements uniformes des maisons faites en tikitaki de la chanson de Graeme Allwright, et soulignent la quasi-impossibilité d'y échapper.

La force de ce roman (?) réside d'une part dans l'écriture qui souligne le tourbillon, qui fait de notre existence une lutte permanente contre l'entropie : l'auteur conjugue indifféremment au passé, au présent , rarement au futur, celui-ci vient tout seul bien assez vite, et d'autre part dans la précision des observations : impossible de ne pas se reconnaître au cours des différentes étapes qui constituent une vie d'occidental moyen. D'autant que l'auteur souligne bien le décor social, au travers des modes vestimentaires ou des décos des fameux pavillons. Même l 'évolution économique est évoquée, avec la mutation du monde du travail que ce soit dans son accessibilité ou dans sa précarité grandissante.


Il faut un moral d'acier et une bonne dose d'optimisme, ou alors être un adepte du carpe diem, un taoïste convaincu que tout est dans l'instant présent pour ne pas en ressortir laminé, prêt à se jeter sur la première tablette de chocolat qui prend le risque de s'aventurer hors du placard, puisqu'après tout, les efforts sont vains, aboutissant à un résultat unique quel que soit le chemin.

La conséquence la plus immédiate va être le choix de ma lecture suivante : une fiction, une vraie, une pas possible, thriller ou science fiction, peu importe, pourvu qu'elle me procure des frissons qui ne seront pas les miens.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
Commenter  J’apprécie          738
"La condition pavillonnaire", comme on pourrait dire la condition carcérale, dissèque la condition féminine, et plus largement, la société française des années 1960 à nos jours. le "pavillon" est érigé en symbole d'une prison confortable dans laquelle on s'enferme volontairement en se persuadant que toutes les conditions sont réunies pour être heureux.

Ce roman raconte la vie de M.A. Marie-Ange ? Marie-Agnès ? Peu importe. Il faut entendre "Emma", car cette femme née dans les années 50 est une sorte de Mme Bovary moderne. La référence à Flaubert est explicite, avec toutefois quelques différences : M.A. travaille, n'a pas les rêves de grandeur d'Emma ni sa passion pour la littérature ; elle arrive malgré tout à survivre au départ de son amant, et aime ses enfants. Mais elles partagent une insatisfaction profonde, une quête inassouvie du bonheur auprès d'un conjoint choisi pour sa stabilité mais décevant par son manque d'imagination et de virilité.

Après une enfance plate et solitaire dans une bourgade de la région lyonnaise, M.A. a réalisé ses ambitions de jeunesse : un mari aimant, un bon métier, une maison, deux enfants... Pourtant la plénitude ne dure pas. Dans les gestes sans surprise et répétés du quotidien pointe un malaise, une soif d'aventure. L'insatisfaction la consume, la poussant à l'adultère, puis à d'autres passe-temps moins dangereux, tout en restant incapable, au fond, de partir ou de changer de vie.

Dans ce récit incisif et bien construit, qui bascule au milieu du livre, Sophie Divry s'adresse à M.A. à la deuxième personne du singulier. Tout en étant original, cela facilite l'identification du lectorat féminin. Néanmoins, messieurs, ne négligez pas ce livre, il vous apportera un éclairage assez cru sur la psychologie féminine.

L'auteur se distingue par une singulière observation du quotidien, faite de petits détails (la description d'un réfrigérateur ou d'un cycle de machine à laver) ou de distanciation (chronique sur le développement de l'automobile en France). Bien loin de Flaubert, la narration est plus proche d'Annie Ernaux dans "La place", avec l'évocation de l'ascension sociale dans une petite ville de province, la relation à son père dont M.A. a un peu honte, ou de Michel Houellebecq dans sa peinture désabusée du progrès et des rapports sociaux.

En dépit de quelques anachronismes (par exemple, en 1994 un plan social ne s'appelait pas encore "plan de sauvegarde de l'emploi", cette dénomination n'est apparue qu'en 2002), Sophie Divry, née en 1979, porte un regard d'une remarquable acuité sur une époque plus représentative de la génération de ses parents. En seulement 250 pages, le destin ordinaire de M.A. figure celui de millions de femmes avant elle, et, soyons réalistes, après elle.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Noir sur Blanc - NOTAB/LIA pour cette opération spéciale de masse critique. "La condition pavillonnaire" est une de mes meilleures lectures de cette année; décapante, certes, mais terriblement juste.
Commenter  J’apprécie          613
Il n'est pas facile d'écrire une critique à propos de cet ouvrage car il est singulier, original, ironique, grinçant, il dissèque, étudie,scrute notre condition de femme au scalpel et ce n'est pas rien! Il nous plonge dans la vie d'une certaine M- A, née dans les années 50,en Isère, à l'enfance "plate", heureuse, une enfant modèle quoi! , assez solitaire d'ailleurs!, de milieu modeste, un pére garagiste, une mére employée de mairie, dont la vie s'écoule d'une manière ...trés présivible: bac mention bien,à l'occasion M- A monte d'un cran, études d'économie, elle va devenir en quelques années , locataire,étudiante,stagiaire, employée......un parcours balisé...idéal sur le papier...banal, rencontre de François en 1974,mariage en 1978 oú celui- ci se voit confier une société d'assurances à Chambéry. le couple va s'installer et acquérir une maison à crédit dans une zone pavillonnaire. C'est l'heure des chambardements territoriaux , des zones périurbaines, des hypermarchés qui se multiplient. M- A trouve un emploi dans un magasin de meubles, donne naissance à Xavier puis Nathalie....une vie parfaite quoi! Son quotidien est rythmé par les courses, les lessives, les repas entre amis ritualisés à un degré imparable!" Tout est en ordre ", une vie sans imprévu,un enfermement trés ordonné comme un poisson qui tourne dans son bocal.....l'ordre, les listes, les habitudes font partie du quotidien....seules les vacances dans le Sud lui permettent de souffler....Puis," au fond de son âme, cependant , elle attendait un événement".toutes les étapes de sa vie sont conditionnées , l'insatisfaction est là, la lassitude, la morosité, M-A s'ennuie....Sophie Divry nous dresse un portrait quasiment " documentaire" à la deuxième personne du singulier semblable à une étude sociologique....
L'auteur écrit avec un scalpel, l'écriture est détachée, objective,minutieuse, neutre, d'une incroyable efficacité,, le banal étudié au plus prés,une madame Bovary insatisfaite, étouffée par sa condition de femme normale,le manque, avec sa vie stable, ses envies programmées, ses tâches répétitives, réveiller les enfants, leur donner à manger, se garer,entendre le ronron de la machine à laver, faire les courses, faire l'amour tel jour....
Alors elle multiplie les exutoires : l'adultère et sa fougue, l'humanitaire, le yoga, mais elle ne trouve pas ce qu'elle cherche, jamais,rien ne change, tout est gris....puis le vieillissement, l'horreur de se regarder dans une glace, le désespoir, les colères, une vie dans laquelle on se perd et on s'ennuie....
J'ai vraiment aimé ce livre, un roman triste, nostalgique,captivant, profond, trés sensible, on y ressent la douleur du temps qui passe, l'auteur interroge nos vies , le cycle complet de nos vies de femmes , notre conception du bonheur,de l'époque actuelle, avec recul, délicatesse, humour et fatalisme....on éprouve de la compassion et de l'empathie, ce roman ne redonne pas le moral mais la compassion de l'auteur se mesure quelque peu au regard qu'elle porte sur M- A et sur le destin des femmes, sur la condition féminine ......la fin est une douleur....
Merci infiniment à ma chère amie de Babelio : Marina , pour me l'avoir fait connaître ainsi qu'à mon amie BibliodOnee qui se reconnaîtra ! Que de précieux conseils!


Commenter  J’apprécie          456


critiques presse (5)
Lexpress
21 septembre 2015
Sophie Divry met en scène une Emma Bovary contemporaine à l'ère des chambardements territoriaux, des zones périurbaines, des hypermarchés qui prolifèrent.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro
31 octobre 2014
Le narrateur ne commente pas. Il livre en pâture au lecteur les clichés de la psyché moderne.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaPresse
13 octobre 2014
Il y a dans ce roman un effet aussi dévastateur que chez Flaubert, Divry réactualisant les mécanismes d'un piège encore plus inévitable dans une société de consommation, où la liberté est plus souvent une marque de yogourt...
Lire la critique sur le site : LaPresse
Bibliobs
19 septembre 2014
Divry écrit avec un scalpel, sans fioritures ni images superflues. Aucun livre peut-être n’est plus ravageur pour décrire nos vies formatées, nos choix illusoires, nos destins désespérément banals et vides.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress
08 septembre 2014
Curieux roman, hypnotique, qui relève le parti pris narratif du "tu", précis (trop, parfois), aux limites du traité de sociologie. Réussi et captivant, sans conteste.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (123) Voir plus Ajouter une citation
A mi-tasse, la couleur sombre du café devenait légèrement translucide, un cercle de lumière apparaissant dans la profondeur du liquide, et la crème beige, au début homogène, se disloquait en archipels de taches dérivant vers les bords.
Commenter  J’apprécie          160
Les cambrioleurs n'étaient pas montés à l'étage, ils n'avaient emporté ni les bijoux ni les passeports. Mais ce n'était pas les vols qui te dérangeaient le plus, tout se rachète. Ce qui te rendait folle c'était l'idée que pendant ton sommeil, des étrangers avaient circulé chez toi.
Commenter  J’apprécie          40
Cet homme que tu avais aimé avec passion, tu ne le verrais plus. Et, bientôt rendue à ta lucidité, tu te demandas comment tu avais pu croire un seul instant qu'il quitterait femme et enfants pour toi, alors que tous les matins chaque salarié garait son véhicule à la même place sur le parking de l'entreprise ainsi que le voulait, non pas le règlement, mais le pouvoir de l'habitude.
Commenter  J’apprécie          160
Les invités, ce sont des bruits de chaussures claquant sur le carrelage, des bonsoirs qui résonnent, d'autres leur répondant, ce sont des visages qui entrent et qui se touchent, des corps qui entrent refroidis par la température extérieure, portant parfums, bouquets de fleurs, bouteilles de vin qu'on met dans tes bras.
Commenter  J’apprécie          183
Maintenant tu t'agenouilles devant la machine, une bassine entre les genoux, tu passes un bras dans le hublot. Le lave-linge te verse un tas de vêtements emmêlés comme une folle d'enfants à une sortie d'école (...).
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Sophie Divry (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Divry
L’art de (bien) faire l’amour
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (763) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
559 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..